PENSEES DESOBLIGEANTES N°4

 

             Afficher l’image source

 

.             J'aime bien lire les textes décrivant notre armature politique ( Constitution des Etats ), les auteurs critiques, satiriques,... tout ce que les gens détestent en temps normal ! Je dois être dingue ! ? Rassurez-vous, je plaisante et espère tenir bon le temps d'écrire cette nouvelle chronique sympa que beaucoup trouveront insolente : On va bien rire - Ces lectures insolites relatives aux droits fondamentaux me font beaucoup gausser parce qu'elles incarnent souvent l'hypocrisie et les contradictions du système qui les fait naître . Mon imagination fertile s'épanche donc encore sur cette page, à la suite des trois premiers épisodes des pensées désobligeantes. J'en déduis encore quelques principes provocateurs qui peuvent enjouer les badauds ... ou faire pleurer les intellectuels hypocrites qui fréquentent la cour des monarques Républicains .

-

 1 - Dogmes et principes fondamentaux : Ni exception, ni dérogation.

-

<< … Citoyen, observe avec prudence les principes généraux régissant les dogmes culturels comme ceux définissant la structure politique de la ''cité''.

Tout principe ou règle politique, ayant une portée générale et définissant l'armature sociétaire ou son modèle fonctionnel d'ensemble ne peut souffrir d'aucune exception ni dérogation, aussi bien dans le texte et dérivés définissant son application que dans ce qui ressort des décisions de justice ou l'observable au quotidien de la vie citoyenne. Si cela devait être, ces exceptions ou dérogations sont le signe infaillible d'une hypocrisie, d'un mensonge et implique que ces principes sont faux en leur essence. Il en va de la même prudence lorsque le législateur, pour déformer les notions incluses et donner logique à ces règles, corrompt le vocabulaire ou les concepts inclus dans le sujet …. >>

.

De tels principes hypocrites ne sont que des leurres visant à masquer une réalité bien différente de celle décrite dans le texte.

…. Sur ce, je vous laisse relire les principes directeurs régissant notre société ! Liberté, égalité, fraternité ! .. LOL

.

...................................................................................

        la méchanceté c'est la faiblesse des imbéciles qui se croient forts Phrase Rigolote, Citation Mignonne, Photo Rigolote, Message Drole, Phrase Du Jour, Trucs Drôles, Citation Humour, Bonjour, Citations Cyniques

__________________________

- 2 - Paravent culturel et primauté des instincts : 

Tous des monstres ? 

 

<< ... Aucun système politique, aucune idéologie n'est mauvaise par définition. Ce sont bien des hommes qui donnent naissance et impriment un caractère donné aux dogmes ou corps de lois. Le malheur de l'humanité ne réside pas dans les idéologies, qualifiées de bonnes ou mauvaises de manière subjective, mais possède pour seul origine la nature animale et les instincts qui sommeillent en son profond intérieur.

Nous sommes en ce vingt-et-unième siècle et encore pour longtemps des prédateurs intelligents soumis à des pulsions égoïstes, survivalistes hérités du fond des âges.

Les dogmes culturels ou cultuels ne sont essentiellement que des paravents sémantiques derrière lesquels se cache encore notre mauvaise conscience, mais surtout la réalité archaïque de nos fondements. ... >>

                           Attention ! Je n'insinue pas que les dogmes culturels soient totalement transparents dans le comportement des hommes ! Loin de moi cette idée. Je mets juste en ces termes l'accent sur la primauté de l'inconscient qui se trouve être en pratique sous le règne des pulsions instinctives. La culture possède sans aucun doute une certaine importance en ce sens qu'elle favorise ou canalise plus ou moins l'expression des instincts sous-jacents. Nous avons donc en effet le devoir d'y inclure les barrières que nous connaissons dans les piliers de la civilisation judéo-chretienne, ... mais ces freins, si louables soient-ils, n' apparaissent malheureusement pas suffisants ni assez conséquents dans les rouages du système politique ni économique ... où ils font une brillante et fracassante ré-apparition .... donnant pretexte à sa plus regrettable concrétisation :

La guerre d'empire. Lutte qui n'a jamais eu de fin depuis les origines de la civilisation jusqu'à ce jour.

Mais il faut bien avoir à l'esprit pour finir que ce frein culturel ne vaut de plus qu'en temps ordinaire. En temps de crise grave mettant en jeu l'existence, lorsque entrent en jeu les mécanismes instinctifs profonds qui régissent l'équilibre global de la masse biologique ( instinct de survie ) dont nous ne sommes qu'une composante, les travers pernicieux reprennent immanquablement le dessus. Il n'y a point d'exception, sauf dans l'histoire présumée de Jésus. La culture ni les lois ne permettent plus de pallier aux inclinations naturelles. L'instinct de survie, comme celui de continuité de l'espèce, sont alors les terrains privilégiés de ce retour à l'état primaire. Nous le vivons au travers des lignes tragiques de l'histoire ou parfois dans la presse quotidienne dans les dédales de sordides faits divers. A ce titre et pour conclure, il nous incombe toujours en ce début de troisième millénaire de corriger les dérives et lacunes sur ce sujet dans le domaine politique mais surtout économique.

A bon entendeur ....

Afficher l’image source

_______________

.

3 - Confusion des genres.

_

J'adore écouter les discussions citoyennes de rue ou ... de "comptoir". On y trouve une mine d'inspiration pour l'écriture. Dernièrement, j'écoutais en pause des collègues faire les louanges de l'Etat providence et du soutien qu'il peut apporter dans notre vie quotidienne ou lors des moments difficiles. On pense alors au chômage, au retraite ou à la CAF .... Et on se dit ....<< heureusement que l'Etat est là pour nous protéger !>>, Je constatais tristement qu'il existe une confusion assez grave dans l'esprit de nombreux concitoyens désinformés sur la place comme la fonction de l'Etat dans les organismes d'assistance :

.

  A- Petit rappel historique ....

La sécurité sociale fut élaborée par le conseil national de la résistance (CNR), organe qui dès 1943 fédérait l’ensemble des mouvements de résistance hostile au gouvernement de Vichy. En 1944, le CNR a adopté le programme du conseil national de la résistance, sorte de programme politique pour la France libérée. Ce programme incluait la création d’une sécurité sociale obligatoire.

............................................................

Le 1er régime de retraite, celui des marins, remonte à Louis XIV. Il faudra attendre 1910 pour que l'on s'efforce – sans succès – d'établir en France un régime de retraite pour les plus démunis.

De 1928 à 1930, de nouvelles impulsions iront dans ce sens, sans résultat non plus. Une décennie plus tard, en 1941, une allocation aux vieux travailleurs salariés est créée. Elle s'inscrit aujourd'hui comme l'ancêtre du minimum vieillesse, qui existe encore actuellement.

À partir de 1945, plusieurs régimes professionnels commencent à coexister mais de façon disparate. La majorité de la population n'est pas encore réellement couverte face au risque-vieillesse.

1945 : naissance de la Sécurité sociale

Les ordonnances d'octobre 1945 créent la Sécurité sociale, dont l'assurance vieillesse constitue l'une des branches. Les autres sont la maladie, la famille, les accidents du travail.

C'est la naissance du régime général des retraites , qui s'applique à l'époque à tous les salariés du secteur privé (hors agriculture). Le principe de fonctionnement du régime est de créer un système qui fonctionne par répartition : les cotisations des actifs d’aujourd’hui servent à financer les pensions des retraités la même année.

À l'époque, l'âge minimum pour percevoir une retraite complète était fixé à 65 ans. Au début de ce régime, l'idée était de créer un système unique pour tous. Cependant, certaines professions et certains organismes ont préféré conserver leur propre régime : c'est l'origine des régimes spéciaux.

.............................................................

Sur le chômage ....

https://fr.wikipedia.org/wiki/Assurance_ch%C3%B4mage_en_France

http://www.slate.fr/story/137699/emile-romanet-inventa-allocations-familiales

Créée en 1945, la branche Famille est l’une des quatre composantes du régime général de la Sécurité sociale, avec la Maladie, la Vieillesse et le Recouvrement. Elle constitue un des principaux acteurs de la politique familiale française qui mobilise environ 4 % du Pib soit plus de 82 milliards d’euros ; un des taux les plus importants au monde. Dans l’immédiat après-guerre, son objectif est d’améliorer le niveau de vie des familles, de faciliter leur accès à un logement de qualité, d’atténuer les inégalités de revenus (prestations sous condition de ressources) et d’accom - pagner le mouvement de reprise démographique (le baby-boom).

Extrait d'un autre article tiers ........

http://germinal.over-blog.fr/pages/Histoire_de_lindemnisation_du_chomage-4293446.html

Après la guerre, les chômeurs n’étaient pas indemnisés comme aujourd’hui. L’aide, d’un montant forfaitaire très faible, était subordonnée à des conditions de ressources. En fait, elle relevait de l’assistance. De plus les fonds communaux qui indemnisaient les sans-travail n’existaient pas partout. Supportant une partie du coût de leur fonctionnement, les municipalités ne manifestaient souvent aucun empressement pour en créer. Il y avait donc deux catégories de chômeurs : ceux qui résidaient dans les communes nanties d’un fond public et les autres qui ne pouvaient prétendre à rien, sinon parfois aux secours versés par les bureaux d’aide sociale des mairies.

La France était la lanterne rouge mais le grain semé allait germer

La France était la lanterne rouge de la plupart des pays industrialisés. Avec de plus en plus d’insistance le mouvement syndical revendiquait un nouveau système d’aide aux sans travail. Pour sa part Force Ouvrière souhaitait, d’une part la création d’une caisse de compensation interprofessionnelle et d’autre part l’indemnisation du chômage partiel.

Des contacts officieux furent organisés dès 1956, à l’initiative de Robert Bothereau, alors secrétaire général de la C.G.T.F.O. (je ne devais entrer au bureau confédéral qu’un peu plus tard, à l’automne de cette année là.)

Les premières rencontres eurent lieu, d’une part avec Albert Gazier, alors ministre du travail dans le gouvernement de Guy Mollet, et d’autre part avec Georges Villiers (qui devait demeurer vingt ans président du CNPF), Marcel Meunier et François Ceyrac, respectivement président et secrétaire général de la commission sociale de l’organisation patronale.

M. Villiers, résistant lyonnais avait été choisi, à la libération, à l’époque où beaucoup d’industriels se voyaient - à tort ou à raison - reprocher leur attitude durant l’occupation. Et, naturellement, les communistes en rajoutaient. Marcel Meunier et François Ceyrac, tiennent une grande place dans mes souvenirs de cette période. Le premier était un personnage hors du commun. Dans les négociations avec les syndicats il avait le don « de semer » ses interlocuteurs qui avaient de la peine à suivre son raisonnement. Lui s’était fixé un objectif et ne le perdait jamais de vue. Comme il était respecté par tout le monde, peu osaient interrompre ses démonstrations.

François Ceyrac n’était pas un employeur. Il est entré au CNPF en 1936 comme on entre dans l’administration (c’est l’année où je suis entré au syndicat typographique et aux jeunesses socialistes). Durant neuf ans, ce fut un grand président de l’organisation du 31 de la rue Pierre Ier de Serbie. C’était un politique au sens élevé et noble du terme. Il respectait les militants syndicaux qui le lui rendaient bien. Nous avons fait beaucoup de choses ensemble, notamment la cinquième semaine de congés payés. En tout cas comme je l’ai souvent répété, il ne m’a jamais manqué. Devenus amis depuis longtemps, nous nous revoyons pour parler « du bon vieux temps ».

De l’assistance à l’assurance

Donc, si le mouvement syndical revendiquait de meilleures garanties pour les sans-travail, les dirigeants patronaux en admettaient eux aussi la nécessité. De plus ils avaient conscience que si le système envisagé n’était pas créé à froid - en période de plein emploi - la tâche serait beaucoup plus difficile dans un contexte différent.

A vrai dire, d’un côté comme de l’autre, on pressentait que le plein emploi ne durerait pas. D’un côté la naissance de la communauté européenne allait réduire l’efficacité du protectionnisme alors en vigueur et de l’autre l’accroissement de la productivité et les prolongements de la décolonisation allaient accélérer la modification du rapport des forces industrielles dans le monde.

L’idée d’une assurance-chômage est née en 1956. La philosophie de sa mission était à l’opposé de la notion d’assistance qui avait jusqu’alors prévalu.

À l’époque Force Ouvrière estimait que les organismes à créer devaient dépasser la simple indemnisation des chômeurs mais s’intéresser aussi aux questions d’emploi. L’Agence Nationale Pour l’Emploi n’existait pas encore. Si la confédération ne s’est que très peu engagée dans cette voie c’est parce qu’elle redoutait l’extension du monopole d’embauche - au profit de la CGT - dans des secteurs comme la presse, le spectacle, les ports et docks, etc...

L’accord du 31 décembre 1958

Les négociations proprement dites commencèrent en 1958. Les contacts officieux avaient permis de déblayer le terrain. Abstraction faite des détails, on savait où on allait. Outre le patronat et Force Ouvrière étaient présentes la CFTC d’alors (la CFDT n’existait pas encore) et la CGC. La CGT s’était d’elle même mise à l’écart étant donné que, selon elle, l’indemnisation du chômage devait s’inscrire dans le régime général de la sécurité sociale. Elle devait néanmoins rejoindre le peloton lorsque l’UNEDIC et les ASSEDIC ont été créées.

 

...............................................................................................................

Afficher l’image source

_______________

.

B - Que faut-il retenir de ce récit historique ? ( selon votre modeste serviteur, bref ! selon moi .... ! )

_

L'Etat joue certes un rôle important dans la création comme dans le développement des organismes d'entraide : Un rôle de co-gestionnaire et législatif ... mais il faut bien comprendre les mobiles ainsi que la portée de cet engagement. Cet engagement n'est pas humaniste. L'Etat est observateur, régulateur et organe modérateur.

Depuis toujours, la puissance étatique, paravent institutionnel des différents groupuscules qui tiennent en sous-main le contrôle de la société, n'a de cesse de vouloir canaliser, maîtriser les oppositions qui germent en son sein pour le concurrencer. Le courant idéologique dit "progressiste", ou simplement "évolutif" de la pensée humaine, qui prend corps depuis le 19° siècle et donannt naissance au "Marxisme" ainsi qu'au mouvement des doctrines utopistes inspire depuis ses débuts une crainte démesurée mais justifiée auprès de la classe possédante. Il leur faut absolument contenir les aspirations réformistes afin que cet élan de révolte ne mettent pas en péril l'édifice élitiste et domanial dans son ensemble. L'empire n'y survivrait pas.

C'est pourquoi les organismes de l'Etat s'évertuent depuis toujours à prendre en main, ( ... "à reprendre en main" devrait-on dire ) et donc de limiter, canaliser la volonté des citoyens dans leur quête d'un monde meilleur. La technique consista immanquablement au cours de l'histoire à s'immiscer dans le processus créatif, à concentrer les objectifs / Donc de les limiter, infiltrer les institutions, diviser les organismes d'entraide ainsi qu'à créer des éléments de paramètrage qui s'intègrent au mieux dans le cas de notre monde moderne, à la logique monétaire capitaliste pour ne pas mettre en péril l'édifice impérial. L'histoire comme les institutions cogérées issues de la période contestatire en attestent : L'Etat, par son interférence législative, ainsi que les organes patronaux sont omniprésents à tous les étages ou échelons des organismes d'entraide. On appelle cette ingérence, en réalité scandaleuse, la "co-gestion".

L'Etat n'est en réalité pas du tout inspirateur de ces systèmes de protection et d'assistance, ce sont les luttes ou les aspirations progressistes citoyennes qui en sont à l'origine, mais l'état exerce, impose son droit de regard pour en maîtriser l'interférence et la portée sur l'édifice sociétal. Ce n'est pas la bienveillance ni la charité qui inspire son action, mais le désir d'en garder le contrôle.

Ce n'est pas du tout pareil ! ... même si le législateur, par l'intermédiaire de quelques élus ou groupes bienveillants, représentant le corps électoral, a pu améliorer, voire d'étendre légérment la portée de certains dispositifs ou édifices structurels. Mais il ne faut pas confondre ces initiatives isolées et sectorielles avec une volonté générale de la société qui demeure sous l'empire des régles capitalistes qui s'opposent et contrarient le dispositif de solidarité dans son ensemble. Les déficits récurrents, l'endettement et le risque de faillite actuel des régimes scociaux nous rappelle cruellement cette triste réalité de la primauté des régles du marché; ....surtout que des mauvais esprits ( dont je ne suis pas ) nous rappellent qu'il peut s'agir d'une stratégie du prince pour mettre un terme à ces institutions embarassantes... . Les citoyens voudraient protéger davantage mais la réalité comptable s'y oppose et met finalement tout le dispositif en péril : Il s'agirait en fait de trouver une alternative conceptuelle à tout l'édifice, mais les "maîtres du jeu" s'opposent à tout changement des régles ! Régles qui sont la conséquence de la vision impériale et domaniale de la société occidentale dont l'Etat se trouve être le garant. A bon entendeur -

_______________________________________

.

Afficher l’image source

__________________________________________________________

____________

.

3 - Ces petite qualités qui deviennent de gros défauts -

_

Nous avons tous des parents, proches ou amis qui ont des petits défauts qui nous agacent. Personne n'est parfait ! Mais l'expérience de l'âge m'oblige à constater qu'il existe des défauts plus génants que d'autres. Un défaut de caractère est l'exagération d'un comportement ou d'une tendance naturelle très légitime qui fut à l'origine une qualité. Ce qui est une qualité à dose normale devient un défaut lorsqu'une personne l'exprime à l'excés. Il existe aussi des comportements qui sont mignons dans le jeune âge mais qui deviennent embarrassants à un âge plus avancé. C'est à ceux-là que je m'adresse en l'occurrence, avec l'espoir que ces proches se reconnaissent en lisant mon article et dans la perspective de les voir se bonifier.

Il en va aussi d'un problème philosophique plus général de la nécessaire modification des comportements ( ou Paramètres fonctionnels ) en fonction du niveau de maturité de l'entité considérée  pour s'adapter aux changements. La nécessaire adaptation à laquelle doivent s'acquitter les choses peut donc intervenir soit à l'occasion d'une modification de paramètres extérieurs mais aussi à l'origine d'un bouleversement des paramètres intérieurs et inhérents à l'objet lui même.

.... A l'égard des humains, j'en déduis le principe suivant :

<< ..... Petit travers qui pour tes vingt ans semble gracieux, pour tes quarante, devient affreux ! ... >>

.

_____________________________

Afficher l’image source

____________________________________________________

_

4 - La politique est partout : En chaque chose, à tous les niveaux et ... en chaque domaine !

-

Quand je vous dis que tout est lié ! Je pourrai en donner des illustrations en tous les domaines. Mais je dois faire assez court et me concentrer sur un sujet emblématique, qui vous parle. Voyons donc ?? .... Prenez l'exemple banal des jeux pour nos enfants : Constatez à quel point la conception des jeux reflète l'état d'esprit que le pouvoir politique souhaite transmettre à la population. De nos jours, époque où les élites capitalistes veulent faire de nous les pions isolés et serviles d'une société de sur-"con"-sommation, ... vous observerez dans les magasins que les jeux ne poursuivent plus comme il se devrait des buts éducatifs, de construction, de coopération, ... de création, ... d'imagination ... à partir d'un savoir et d'éléments basiques, élémentaires qu'il s'agit d'assembler, de structurer pour ... élaborer des choses complexes. Non ! cette époque est terminée. Les jeux sont bien souvent individuels, achevés, prédigérés dès l'achat sans marge de manoeuvre créative.

L'exemple le plus symbolique (et pathétique aujourd'hui) se trouve dans les jeux de type "Lego" ou "Mecano" où vous remarquerez que les boites ne proposent plus désormais à construire qu'un seul et unique modèle prédigéré par des ingénieurs. Le scénario de jeu est verrouillé d'avance par des pseudo-élites. Il n'y a qu'à suivre la notice jointe de A à Z. Travail de l'imagination et de création pour l'acheteur : Zéro ! Cela se retrouve partout ! Un peu comme en politique où l'on vous propose une alternative stérile ( La "gaute" ou la "droiche" ) prédigérée lors des élections : Vous voterez sagement entre "cric" ou "croc" ... , alternative bidon sans réelle consistance. Contentez-vous de cela et puis c'est tout ! "Estimez-vous heureux d'avoir un droit de vote" prétendent les oligarques - Voilà donc une éducation récréative qui prédispose les cerveaux serviles et étriqués à la nourriture prédigérée.

Est-ce vraiment un hasard ? Probablement pas.

Un peu encore comme dans les applications, jeux virtuels ou contenus informatiques où vous êtes pilotés et structurés à distance. Un peu encore à l'image imbécile des jeux télévisuels de "Téléréalité" nous montrant des jeunes dont le seul soucis est ... la mode, porter et afficher des vêtements sponsorisés de grande marque, si ce n'est cet autre soucis majeur de répondre et développer les applications sociales sur les "Smartphones", se disputer des amours corrompus et intéressés à coup de grande gueule au travers de discussions niveau CM2.

Le mécanisme et les principes des compétitions télévisuelles ne vaut pas mieux : Il s'agit d'éliminer, conspirer, faire des alliances, élire un pseudo leader puis de le corrompre, noter les autres sur des critères subjectifs faisant appel aux plus bas instincts, faire des compétitions idiotes et saugrenues sans intérêts autre que de montrer les biceps ou son gros "C-L" .... Bref ! On vous prépare et vous conditionne au respect des règles et principes de prédation en vigueur dans le microcosme social. Faire alliance, tirer profit au détriment de l'autre et collaborer au pouvoir corrompu de manière à en tirer la meilleure position sociale. Il s'agira de conspirer, capitaliser, éliminer, cacher des richesses et avantages, fomenter des stratégies, etc ... . Tout ce qui intéresse le prince dans la continuité de sa stratégie de pouvoir. Tout est prêt pour assurer la continuité du business. Le roi mourra bientôt .... mais vive le prochain roi. CQFD -

J'en conclus un petit principe humoristique :

          << .... Citoyen, ne te fie jamais aux principes hyprocrites vantés par les tenants du pouvoirs ou de l'information émanant des sources officielles complices. La réalité des valeurs sociétales de ton microcosme ne peut s'interpréter qu'à la lumière de l'ensemble des pratiques quotidiennes réelles et observables : La liste non exhaustive des principaux vecteurs comportementaux sont les principes politiques, les Règles juridiques, les moeurs économiques, les pratiques cultuelles, jeux et divertissements ainsi que les codes relationnels du quotidien .... >>

___________________________

Résultat d’images pour esprit critique rigolot des politiques

.

5 - Le seul vrai garant du contre pouvoir des travailleurs Européens de l'Ouest était ....

... L'ex-URSS !!

_

Etonnante affirmation n'est-ce pas ? Et pourtant ! Réfléchissez un instant à cette affirmation au regard de ma théorie des pouvoirs politiques ainsi qu'à la lumière de ma théorie de sujétion complexe et vous comprendrez qu'en Europe, ainsi qu'ailleurs en réalité, le combat idéologique Est-Ouest à été le point d'origine de nombreuses évolutions. Pourquoi ? 

Pendant la guerre froide, chaque protagoniste faisait l'objet d'un jugement citoyen et médiatique immédiat de grande envergure, d'une comparaison permanente de ces actes ou politiques avec le bloc antagoniste. Résultat : Le combat idéologique imposait à l'occident d'offrir à ces travailleurs un bien être comparable, ou prétendument meilleur, à celui des citoyens vivant de l'autre côté du rideau de fer. Il s'agissait d'assurer le coup pour se montrer le meilleur partout -

A défaut, la doctrine ainsi que les auteurs socialistes auraient tôt fait de dénoncer les défaillances ou la différence de traitement pour inciter, enrôler les travailleurs insatisfaits à rejoindre la cause communiste ! C'est logique. La main mise Américaine aurait alors pu chanceler en Europe au profit du bloc Soviétique - L'idéologie libérale, l'empire capitaliste devait réagir en concédant bien des choses à ses travailleurs : A défaut de conflit militaire direct, le combat entre l'orient et l'occident s'est toujours déroulé depuis la fin de la seconde guerre mondiale sur le terrain idéologique et il fallait indubitablement compenser la promesse du mieux vivre proposée par le régime communiste.

Ainsi, et à mon sens, l'avancée des droits dans les pays d'Europe de l'Ouest semble plus le fait de cette crainte de contamination au contact direct de l'adversaire que la conséquence d'une démarche progressiste sociétaire sincère. C'est un avis partisan. Mais comparez cette évolution à l'époque de la guerre froide avec l'enchaînement régressif actuel depuis sa disparition ....

La preuve ! Constatez que les dernières décennies suivant la chute du bloc Communiste, sont l'objet d'une régression sociale globale et d'une remise en cause des droits les plus fondamentaux partout en Europe ! Pas étonnant ! L'idéologie concurrente n'est plus là pour servir de rempart ou de comparaison, ni d'alternative au système politique critiqué de ce côté du "rideau de fer".

Serait-ce la fin de l'histoire ? Faux !

Car le combat idéologique n'est jamais terminé et le phénix renaît aujourd'hui sous la forme nouvelle et alternative d'une lutte "politico-spirituelle" mettant en scène les puissances émergentes .... A suivre.

_

Résultat d’images pour esprit critique rigolot des politiques

__________________________________

-

6 -  On se demande pourquoi ?

_

Je me demande souvent pourquoi l'autorité politique abandonne nos banlieues au chaos depuis des decennies ? .... On se demande Pourquoi l'actualité internationale semble marquée du sceau de l'inéptie ou de l'hystérie, ... de la mauvaise foi, de la désinformation ou le mensonge des journalistes ? ... Pourquoi la police ne peut plus assurer sa mission de sécurité normalement tandis que les tribunaux prononcent des peines sans efficacité ou inappliquées ?? ... Pourquoi perdurent tant d'inégalité dans notre beau pays comme dans tant d'autres ? Pourquoi ?

Question stupide d'un idéaliste naïf. On ne peut répondre à tout mais au moins en partie de manière subjective ....

Je voulais donc trouver un raccourci simple et rapide pour y répondre. Un avis personnel qui n'engage que moi et que je vous livre sans preuve formelle : Je me suis alors demandé si de la mauvaise foi ou du mensonge ne pouvaient se cacher derrière ces absurdités du quotidien. J'ai donc voulu confronter ces questions au regard de ma conception du pouvoir politique et de la perfidie arriviste dont font preuve nos Leaders .... on peut dès lors imaginer une réponse totalement imaginaire, subjective mais permettant d'éclairer l'actualité sous unn nouvel angle !

Je suis un peu en colère lors de la rédaction de cet article en raison de la présentation hypocrite des contenus journalistiques et cette réponse impertinente tient en une proposition insolente,... une sorte d ''Introduction'' que l'on peut facilement adjoindre en guise résumé à tous les sujets. C'est ce qu'il me fallait pour exprimer l'impression de foutage de gueule que l'on peut ressentir sur l'ensemble des sujets politiques. Les médias le disent peu, .... alors c'est au citoyen lambda doit le faire. Je m'en excuse par avance auprès des pseudo intellectuels corrompus et partisans qui s'offusquent promptement devant si peu d'arrogance ... alors qu'il justifient aisément  ( par divers récits historiques ou autres cours théoriques à base du légendaire << Euhh>> ) les pires atrocités et cabales commises par leur maître bienveillant pour se maintenir au pouvoir ( salaire & lien de subordination oblige ) : Cette proposition introductrice ( ... dans tous les sens du terme ) tient en ces termes  ....

_

Résultat d’images pour dessin caricature liberté

-

'' Quand on a le cul merdeux'' LOL

( comprenez : Quand on a quelque chose à se reprocher et que les officiels n'agissent pas conformément à leurs propres déclarations officielles, ni conformément aux dogmes défendus par les textes fondamentaux :

Bref ! Lorsqu'on fait semblant d'agir mais que l'on oeuvre en réalité en sens contraire et que l'on pratique un politique de façade hypocrite ) ....

On obtient donc l'analyse sarcastique et humoristique suivante  ....

_

-             Quand on a aux yeux de tous le cul merdeux dans le domaine de la politique internationale et que les agissements souterrains, les alliances politiques comme les traités commerciaux ou stratégiques obligent les nations à entretenir officieusement des actes contraires aux engagements officels et discours politiques de façade en guise de messe soporiphique adressée au peuple, il semble alors évident de ne pouvoir établir une politique nationale claire et efficace pour faire face contre des périls intérieurs qui n'en sont que la conséquence. Ainsi, parce que les super puissances mondiales ont une responsabilité dans le chaos politique des pays du tiers monde ( établissement et installation de pouvoirs corrompus complices et favorables aux accords commerciaux tandis qu'ils en pillent les ressources minières ) il semble donc impossible de régler sincèrement les problèmes qui en sont la conséquence : Exode de population / Insécurité & terrorisme, etc ... .

-            Quand on à le cul merdeux dans le monde du travail et que l'on entretient les inégalités, le chômage, la pauvreté et la précarité ( ... par la construction, la pérennisation du système industriel / bancaire / Financier et l'édifice juridique des rouages comerciaux internationaux qui sont par définition iniques ) .... il semble impossible de lutter efficacement contre les trafics de subsistance des populations indigentes. Dans le cas contraire, il faudrait en échange de la rigueur pénale proposer un travail, suffisamment rémunéré, à tout le monde ainsi que le suggérent théoriquement les textes fondamentaux, sous peine de voir l'édifice global s'effondrer rapidement. Cela est impossible puisque le système capitaliste repose dans les faits et en réalité sur des stratégies relationnelles déséquilibrées. Ce n'est donc pas un hasard si les trafics perdurent dans les quartiers défavorisés et que personne ne souhaite réeellement y mettre un terme ... malgré quelques déclarations de façade. 

On peut donc parler d'une sorte d'échange de bon procédé en tolérant les petits trafics pendant que les gros bonnets palcés au sommet de l'état s'enrichissent impunément et sans limite alors qu'ils sont les principaux trafiquants ! A l'image du droit résiduels laissés aux pauvres d'aller acheter quelques marchandises ( alcools et cigarettes ) détaxées dans les zones fiscales dérogatoires ... pendant que les nantis y engouffrent les millions d'une richesse indue. Egalité de droit ? 

-           Quand on a le cul merdeux dans le domaine de la sincérité des dogmes ainsi que concernant l'édifice institutionnel officiel, lorsque l'application des droits fondamentaux ne peut être respectée, on peine à définir une politique de gestion et des orientations politiques claires, sincères et efficaces. Les politiques ne peuvent plus alors faire la différence en période électorale pour obtenir la majorité qu'en passant de petites tractations mafieuses ou ententes groupusculaires fallacieuses en vue de créer un élan d'adhésion provisoire. Ils achètent vos suffrages par divers artifices, promesses informelles sans lendemain, des aides ou allocations, subventions associatives sans objet visant à acheter des catégories de citoyens, quelques postes administratifs, quelques parts infinitésimales dans le juteux business des marchés publics, quelques baisses d'impôts dérisoires .... . Il est pour moi un fait que ni l'état, ni les institutions subalternes qui en assurent l'expression ne fonctionnent selon les régles établies par le modèle légal apparent ( Théorie de sujétion complexe ). La plupart de nos élites sont corrompues et ne pensent qu'à leur confort, carrière ou pouvoir personnel. Je ne généralise pas mais il faut en avoir conscience pour la stricte majorité des personnes placées aux responsabilités.

Prenons quelques exemples -

Résultat d’images pour caricature image rigolote de la folie

_

Comment peut-on espérer avoir une politique répressive du trafic de drogue cohérente alors que ces transactions profitent, peut-être, directement ou indirectement à certaines personnes influentes ? Alors, on fait semblant, à grand renfort de reportages télévisuels, ... on s'attaque hypocritement aux petits revendeurs difficilement appréhendés sur le terrain, qui seront soit relâchés en raison de leur minorité, soit condamnés en fonction des places disponibles en milieu carcéral, en lieu et place d'identifier les mécanismes centraux ou instiutionnels, les dispositifs financiers ou de transit marchands par lesquels passent et fonctionnent l'épine dorsale de ces trafics ... et d'interpeller les gros bonnets qui gérent ou profitent lointainement et à distance de ces trafics ! Il s'agit bien d'une politique répressive hypocrite. 

Cela revient à lutter contre une fuite d'eau du robinet dans la salle de bain en épongeant au mouchoir le sol dans la cuisine : Cela est impossible, inefficace et ridicule. Mon exemple semble caricatural mais il désigne une situation qui possède pleins de causes lointaines et indirectes; invisibles en première apparence - Il y a bien un problème lorsqu'on feint d'éponger une fuite lointaine avec des méthodes inadaptées ! ? Il en va de même pour le trafic de drogue que l'on appréhende dans les quartiers dans les poches des dealers ! Tout le monde sait que les narcotrafiquants utilisent des institutions bancaires ainsi que celles du transport, du commerce, national & international, pour faire fonctionner leur business criminel : Les mêmes circuits que ceux utilisés pour le grand business international industriel, bancaire et financier : C'est peut-être pour protéger ces derniers que l'état laisse proliférer, comme un dommage colatéral, le scandale du trafic de drogue !  .... Pouviez-vous l'imaginer ? Il y a bien une arnaque à prétendre lutter contre ces trafics par des moyens inadaptés alors que les piliers institutionnels permettant son épanouissement sont défendus bec et ongle par les grands noms des mêmes politiques qui voudraient les juguler. Cherchez l'erreur.

Comme disait Coluche .... << Quand on fait de la politique on a peu de chance de retourner à l'école, par contre ... en prison .... faut voir ! >> Dès lors on peut comprendre l'intérêt de certains d'affaiblir, disloquer l'Etat, ses institutions répressives ou de contrôle politique. D'un autre côté on peut aisément imaginer leur même intérêt de vous précariser, de vous isoler, confiner, de vous plonger dans une insécurité qui est un obstacle calculé à l'encontre des résistances citoyennes. Il en va du même intérêt de contribuer à la niaiserie des spectacles sans fin ou des paradis artificiels : Le but consiste à vous abrutir, désinformer, à vous isoler et fragiliser pour garder le contrôle des masses populaires.

Comment peut-on espérer lutter efficacement contre les inégalités ( politique & économique ) lorsque le droit ( exercé par nos parlementaires ! ) créé et protège au niveau international diverses institutions politiques, financières & industrielles stratégiques dérogatoires sur lesquelles s'appuient et avec lesquelles collaborent les Etats pour assurer leur survie ? Surtout que, par ailleurs, le cadre juridique permettant cette alliance et ce modèle d'exploitation repose sur une inégalité statutaire ( Légale ) faisant l'unanimité auprès des élites possédantes ? Cela est impossible quoi que l'on fasse sur des mesurettes de petit niveau en dehors des systèmes juridiques qui en sont le moteur ! Le principe d'égalité n'est plus alors que de façade. Il nous faut bien avoir à l'esprit que le capitalisme financier à un besoin vital, systèmique, d'entretenir le phénomène du chômage et de la compétition, comme celui d'une précarité matérielle chez les travailleurs.

Ces phénomènes étant entretenus par une compétition sordide statutaire sans fin ni d'autre but que le cumul des richesses. Compétition que permet, entre autres facteurs, l'immigration sauvage et la précarité statutaire, pour assurer la continuité d'une logique impérialiste tronquée. Ce sont bien des petits empires, cooptés ou héréditaires, qui manipulent de près ou de loin ce jeu truqué ... Alors ? Il est donc totalement illusoire de prétendre faire disparaître la pauvreté dans un système calculé et calibré à cet effet par quelques aides sociales ... ou par un pseudo ajustement des salaires sur une courte vision du temps. ... Alors ? il sera préférable de dissimuler cette division du réel en créant une illusion d'équité. Cette façade consiste en un énoncé ou un principe juridique général, conradictoire avec les faits ou la généralité d'une condition sociale, mais dont la pratique seule laisse trahir ses défauts.

Le droit nous place théoriquement tous à EGALITE ... ''égalité d'entreprise'' de "droit" et des "chances" ... mais jamais vous ne pourrez concrétement, dans la réalité, vous introduire ou rivaliser avec les grands noms de n'importe quel domaine d'activité pris au hasard : Grosse Industrie manufacturière ou industrie lourde / Grande distribution / Pétrole / Finance & banque & assurance / Communication / etc .... . Vous pouvez oeuvrer à une petite échelle communale, de village ou quartier ... mais jamais avec les gros business liés aux marchés publics comme ceux captifs d'Etat ou ceux placés sur les créneaux internationaux qui nécessitent une complicité et des liens politiques étroits avec l'oligarchie de haut rang. Il y a bien un leurre ! une Fiction juridique.

Comme il est impossible de changer le cadre général du dispositif juridique permettant l'expression de ce clivage, tenu de main de maître, ... on vous assiste par une redistribution biaisée et sous contrôle d'Etat, ... on vous accorde de modestement modifer, influer, à grande peine sur votre petit niveau, de petits détails d'application ( marge négociable dans la répartition des richesses par le modèle syndicaliste Européen ) par l'intermédiaire d'institutions de pseudo-lutte, taillées sur mesure pour ne pas mettre en péril l'édifice d'ensemble. Constatez l'inefficacité, la précarité des procédés de résistance concédés aux citoyens : Votre influence minime ne vaut que sur le court terme et sur des marges futiles. 

_

Tous les actes et les actualités politiques impliquent de la part du citoyen une analyse des processus institutionnels et des méthodes d'action ( présents et passés ) qui permettent d'appréhender et solutionner efficacement le problème de fond. C'est à la lumière de cette analyse que vous devez juger la sincérité de la politique menée par les élus : Constatez que cela est rarement le cas !

-

L'actualité ( ... et les apparentes contradictions qui en sont l'objet ) est-elle désormais plus claire ?

etc ...., ....

_________________________________________

Résultat d’images pour dessin caricature liberté

_________________

7 - En route pour 2022 : Un Pays peuplé de zombis ankylosés

.

Mais de quoi parle t-on ? Peut-être suis-je un brin pessimiste mais il me semble voir en ce début de millénaire ( 2020 ) se dégrader l'état de santé général, physique et psychologique, de notre population Française ! Il s'en faut de peu, évidemment, lorsqu'on est complotiste comme moi (  LOL .... cf théorie du com-plot ) pour s'imaginer qu'il peut s'agir d'une stratégie partiellement ou potentiellement organisée par le "Prince" pour contrôler plus facilement sa population ! Tiens donc ! ? Mais comment ? Est-ce possible ? Parfaitement ! Il est plus facile de manipuler ainsi que contrôler une armée de zombis moutonesques, incultes et superficiels que des cohortes de citoyens instruits et critiques, vifs d'esprit et organisés. Logique. Imparable. Tentons d'imaginer la cabale parfaite ...

Ainsi, si j'étais hypothétiquement un mercenaire usurpateur du pouvoir et en vue de manipuler le scrutin à l'horizon 2022, ... j'affaiblirai les contre-pouvoir en les divisant par l'inclusion de "clônes inoffensifs" ( cf MDP ),  j'organiserai la division des masses citoyennes en limitant dans premier temps les libertés sous un faux prétexte sanitaire, mais surtout en scindant la nation en plusieurs communauté par inclusion de diverses composantes culturelles hétéroclites et isolées. Comme dans l'épisode de la tour de Babel, les peuples se tiendront ainsi en joue pour se neutraliser mutuellement. Le climat de tension inter-communautaire serait un facteur incitant à la retenue.

Je confierai alors quelques responsabilités et privilèges à celles de ces composantes qui savent le mieux garantir ma sécurité et la continuité du système servant ma cause. Par ailleurs, je ferai en sorte de réduire à sa plus simple expression l'institution scolaire pour transformer les citoyens en une multitude de pions serviles et de sombres imbéciles animés par les plus vils instincts.

Cela ne suffit pas ! Il faut maintenant organiser un calendrier festif interminable où se mèle jeux violents, jeux d'argent, compétitions sportives, spectacles, paradis artificiels ( Libéralisation des drogues / Monde virtuel / Permissivité sexuelle  ) . Il s'agit d'occuper les manants, de les endormir, pour ne leur laisser aucun répit en dehors de cet enchainement ludique, festif et événementiel.

Les médias diffuseront et répandront urbi et orbi un état d'esprit futile et insouciant, dicté par l'appât du gain immédiat, la rotation des modes vestimentaires et du luxe, une compétition sordide et égoïste, sans foi ni loi . Le système judiciaire serait corrompu par infiltration de personnels ralliés à ma cause et je mettrai en place un système de tolérance ou répression sur l'application de la loi en fonction de la collaboration dont font preuve les acteurs du jeu social.

Mieux, en cette période électorale majeure, je pense qu'il faut briser l'élan du front d'opposition extrémiste qui se profile pour l'élection pestilentielle ! Comment faire ? Outre les procés ou actualités scandaleuses visant à "paralyser / discréditer" les concurrents les plus sérieux, il suffira de diviser l'électorat en mettant l'accent médiatique à gauche sur les courants d'opinion pseudo alternatifs ( écologie par exemple ) mais en même temps de créer, à droite, un ( ou des ) candidat (s) artificiel (s) ( ou "clône inoffensif" reprenant et imitant les thèmes ) que nous dénommerons par exemple MR "Z" ( au hasard - Lol ) et qui aura la charge d'incarner un pseudo extrême politique alternatif ... pour soustraire une partie de l'électorat des listes à contrarier : Le but est d'éviter la constitution d'un bloc majoritaire ou la victoire au premier tour. Diviser, ... diviser ! Les listes complices se rallieront in fine volontiers et sans contestation au second tour sur le candidat soutenu en secret par l'oligarchie en place.

Je manque d'imagination pour vous faire une liste exhaustive de ce panel méthodologique potentiel ( scénario fiction ) mais je vous fais confiance pour l'imaginer au travers des lignes du célèbre ... "Manuel du pouvoir et du citoyen" d'Eucharilxtonw

Une sensation de déjà vu ? Non pas ici ! J'y vois plusieurs principes mais .... J'en conclus un général qui se résume en ces termes ....

 

<< ... Citoyen, méfie toi des libertés comme des loisirs qui n'ont pas de sens ni d'autre but que de te plonger dans une molle oisiveté

te détournant de la spiritualité ou de la chose publique ... >>

______________________________________________

Afficher l’image source

8 - Nul n'est censé ignorer la loi ?

_

Voilà la première fiction juridique et la cause première détruisant progressivement notre société politique. Cette convention permet ainsi de vous imposer quelque chose sans que vous n'ayez pû savoir même jusqu'à son existence !! Nous n'avons pas idée du nombre de loi inique et contraire aux engagements officiels qui se votent chaque année ni n'avons la liste des votes de chaque parlementaire pour prendre connaissance de leur pratique hypocrite dans l'hémicycle. Cela est insupportable dans l'imbroglio juridique d'une nation moderne : La France compte environ 10 500 lois et 127 000 décrets. Lamentable. Comment un citoyen peut-il connaître la loi, s'y retrouver ? comment peut-il maîtriser 10 000 lois alors que l'institution scolaire ne possède même plus de discipline empirique pour nous en informer ne serait-ce dans les grandes lignes ? Certaines lois ou plus sournoisement des exceptions inconnues à la loi sont votés .... la nuit ! ... , en cachette, en période d'été pour mieux s'imposer sans susciter le barrage citoyen. Cela devient n'importe quoi - Le journal officiel sert ensuite de dernier rempart juridique puisque les techniciens du droit rétorqueront que chacun peut s'informer des textes par son intermédiaire. La boucle est bouclée ... sauf que celui-ci demeure loin du regard citoyen et ne fait pas l'objet d'une diffusion réelle, régulière et systèmatique auprès de l'ensemble des ménages. Aucun citoyen ne dispose de l'ensemble juridique avec une nomenclature simple de renvoi par sujet. Il y a bien un problème ... dont personne ne veut parler. Il faut revoir tout cela !

Aberrant ! Le fonctionnement de la société impose certainement de recourir à certaines fictions mais il ne faut pas aller trop loin car le couvercle du ras le bol pourrait se soulever soudainement et exploser sous une forme inattendue : Gilet jaune ! Le législateur lui même doit demeurer sous contrôle citoyen,  y compris pendant la mandature. C'est pourquoi je reprends cette formule ( Nul n'est censé ignorer la loi ) pour en faire l'antithèse citoyenne ....

_

<< ... Nulle loi n'est censée s'appliquer si elle n'a pas fait l'objet d'un "débat citoyen" antérieur au travail parlementaire et d'une réelle "publicité" auprès des masses ctoyennes préalable à la promulgation, encore que son application puisse faire l'objet d'une "défiance" à tout moment. ...>>

Cet impératif doit être considéré comme principe fondamental international et intemporel ... au dessus des lois nationales.

_

Afficher l’image source

_

9 - Marseille, l'éternelle ...

( Version courte ) cf ... http://www.enim-cerno.com/pages/marseille-ville-eternelle.html

_____________

.

Marseille est une ville extraordinaire à tout point de vue.

Il existe un lien d'amour passionnel qui lie les habitants de ce haut lieu à leur terre natale. Une ville éternelle avec ses 2600 ans d'histoire, carrefour du monde et des civilisations. Les gens qui vivent ici ont bien de la chance. J’en suis depuis ma plus tendre enfance et puis vous le confirmer.

Il me serait loisible de passer des heures à vous dépeindre la magnificence des spectacles méditerranéens tant ils sont une mine d’enseignements, plus particulièrement de sensations pour les extralucides qui cherchent invariablement à capter l’indicible autour d’eux.

Cette diversité en tout domaine en fait un excellent laboratoire pour qui sait observer. Cette région présente en premier lieu une topographie très riche et variée en passant de la plage sablonneuse aux calanques calcaires, du plateau fertile aux alléchantes collines arides et escarpées.

Logée au sein d’une véritable cuvette naturelle dont l’épicentre peut être situé au centre ville, notre métropole semble en effet s’être engouffrée dans les bras rassurants d’un pli tectonique, dicté par un caprice antédiluvien de dame nature.

D’un point de vu climatique, tout semble passer ici par les extrême. Son implacable soleil estival pourrait guérir les mélancolies les plus sévères, tandis qu’en saison hivernale, son mistral implacable serait susceptible de calmer les ardeurs les plus féroces.

Ce contraste météorologique n'empêche pas le développement d’une flore spécifique dont les plus illustres auteurs et artistes peintres surent s'inspirer, étonnante par son adaptation.

Entre autres curiosités, les passionnés de botanique ne se lassent jamais d’observer l’extraordinaire variété de sa végétation, en commençant par l'inaccueillante ainsi qu’impénétrable formation végétale discontinue et buissonneuse, dite garrigue, pour finir de s’émerveiller dans l’écho infini des chants de cigales peuplant nos délicieuses forêts provençales.

Tiraillées par la soif, la feuille des ligneux n’a eu ici d’autre choix que de réduire la surface du limbe pour n’en laisser que sa plus simple expression, symbole d'une formidable adaptation du régne végétal : L’aiguille. Cette absence de matière n’est cependant pas un obstacle au camouflage parfait de l’arthropode caractéristique de nos régions, qui sait instinctivement et parfaitement depuis toujours se confondre avec l’écorce de son hôte.

L"illusion de la cigale est parfaite au point de laisser supposer une quelconque faculté d’expression mélodique à l’origine du végétal. Cette rengaine assourdissante, véritable cri d’amour de l’insecte homoptère, raisonne contre les versants abruptes des coteaux comme les pulsations frénétiques d’une biosphère déchirée par le désir de vie. Est-il concevable de demeurer insensible devant une telle osmose entre le règne animal et végétal ?

Que dire par ailleurs de notre célèbre mégapole, aujourd’hui plus que bimillénaire, assiégée par ces hauteurs, protégée depuis des siècles par la bienveillante basilique de notre dame; carrefour incontournable de la Méditerranée, où se côtoient plus d’un million d’âmes issues d'une multitude de vagues d'immigration successives ?  La beauté ainsi que l'harmonie s'y retrouve partout, de notre dame de la garde aux calanques de Luminy, en passant par le vieux port et son centre historique traversé par la célébre Canebière jusqu'à la périphérie traditionnelle incarnée par Eoures, la Treille et les Camoins. 

Cette ville demeure à mes yeux un modèle attestant la possibilité de vivre ensemble, malgré les différences. Notre population actuelle s'est effectivement construite sur des vagues migratoires importantes successives : Italiens, exilés d'Arménie, Juifs, rapatriès des colonies, Algériens, Comoriens, Indiens, Asiatiques, noirs Africains vivent, s'amusent et commercent en bonne harmonie depuis des temps immémoriaux.


En fait, ce petit monde, rebelle à l'autorité depuis la nuit des temps, est une source d’inspiration infini parce qu’il contient tout ce dont à besoin l’imagination,… comme un condensé de tout ce qui s’y fait. Ce n’est donc pas un hasard si cette terre est un lieu de prédilection à l’éclosion de l’esprit artistique.

______________

 

Afficher l’image source

_

10 - Putain d'équilibre naturel

_

Le drame qui s'est produit ce samedi 10 juillet 2021 au centre commercial de Claye-Souilly nous place encore une fois devant l'horreur. Un homme a poignardé deux vendeurs pour un différent de facturation. Incroyable ! Abjecte. L'acte est en soi inqualifiable et injustifiable. Pourtant, on ne peut s'empêcher de faire référence à quelque chose à quelque chose que nous avons tous vécu au moins une fois dans notre vie ! Les méfaits des techniques de vente forcée ... ou la petite escroquerie quotidienne.

.

PS : Je ne préjuge pas du tout ici des circonstances concernant le cas précis cité en début de texte, il s'agit d'un support thématique dont j'extrapole et généralise la portée sous un angle subjectif.

En Europe, le commerce fait l'objet d'une confusion et d'un emballement de sa logique qui perturbe le relationnel des agents spécialisés qui sont normalement chargés de conseiller et orienter la clientèle. Le système capialiste est progressivement entré dans une période de paroxysme contradictoire où les cycles financiers s'accélèrent et dictent leurs impératifs au dessus des valeurs humaines et des pouvoirs politiques : L'argent devient le moteur de tout ... et au dessus de tout : La finance dicte sa loi. Alors il faut vendre, vendre, vendre à tout prix !! Les agents commerciaux s'excitent et deviennent agressifs. Plus rien d'autre ne compte que de faire du "chiffre d'affaire" et les supérieurs, les "porions" ( cf fables de là font haîne ) exercent leur ministère nauséabond pour retransmettre en cascade les consignes et contraintes du grand capital.  ( ... Désolé, c'était la minute aniti capital mais il est un fait qu'il existe une exigence de rendement croissante avec le temps. )

J'ai moi même été vendeur et j'ai assisté à l'instauration de cette compétition sordide. Résultat : L'ambiance en devient délétère au point de transformer le vendeur en "requin", avide prédateur guettant ses proies dans les allées commerçantes afin d'en vider les poches. J'exagère ... mais si peu ! Ainsi, en tant que client, j'ai vu lors d'un achat de voiture chez un concessionnaire automobile des vendeurs se disputer leurs "proies", jusqu'à en venir à l'altercation, .... J'ai vu des équipes installant la "fibre optique" dans les immeubles d'un quartier pratiquant de la "vente forcée", allant jusqu'à débrancher, parfois couper les anciens cables pour "inciter" les gens à s'abonner chez eux !! .... J'ai vu des vendeurs d'encyclopédie de luxe mentir et inventer des qualités marchandes à leur produit pour encourager des acheteurs séniles réclacitrants, .... on voit des vendeurs de légumes mentir et coller de fausses étiquettes sur l'origine des produits, ... Les prix pratiqués sont libres et c'est la règle théorique du marché mais l'abus n'est pas punis, si bien que les tarifs deviennent parfois délirants ! Les procédures de réalisation ou de rétractation informatisées sont devenus trop complexes pour beaucoup et donc impraticables. L'Etat ne joue plus son rôle de gardien des équilibres et des règles ... c'est l'anarchie.

L'escroquerie devient trop facile ... Tout le monde tente sa chance pour voler ses contemporains et s'enrichir rapidement ... car intenter un procès, en responsabilité ou en rescision de la part des victimes sera long et n'est plus rentable dans la plupart des cas. Les garanties et voie de recours sont laborieuses et deviennent déraisonnables dans un système international où les interlocuteurs s'évaporent derrière les divers schémas d'irresponsabilité. Nous entrons dans une société où les "assurances" et la "négociation pécunière d'indemnisation individuelle" permettent de couvrir chaque hypothèse problématique. Il n'existe pas de procédure collective ni d'injonction catégorielle mais uniquement une étude d'indemnisation individuelle pour isoler les plaignants. La réparation des préjudices devient elle même monétaire. C'est trop ! Un système qui ne possède plus de morale ni de règles de protection sombrera inéluctablement dans les travers du chaos ... et c'est ce qui est probalement en train d'arriver. Le commerce semble aujourd'hui être le repère des voyous sans morale en tout genre. Il ne faut pas généraliser mais les chiffres parlent d'eux-mêmes surtout depuis la banalisation des transactions par internet. Les litiges sont décuplés.

Mais la nature impose toujours ses limites aux dispositifs inopérants par un retour brutal en arrière. La nature impose un retour à l'équilibre. Ce principe immanent vaut d'ailleurs au sujet de toutes les problématiques, économiques, sociales, politiques; etc, ... . Le phénomène de récupération entre en jeu au moment où l'on s'y attend le moins, là où personne n'aurait pensé qu'il puisse surgir. La rupture concernant le déséquilibre des relations économiques survient avec une partie de la population mal préparée à ce modèle du ... " Tout est permis dans les relations contractuelles". Tous les gens n'ont donc pas la patience ni la résignation nécessaire au fonctionnement de ce système perverti en son essence. Alors, on assiste à la manifestation de comportements décalés qui en sont les signes précurseurs : Il y a des "fous" qui refusent tout simplement de participer à cette imbroglio juridique et qui réagissent sauvagement, ... à "l'ancienne" comme il se dit en Provence. Mais ce n'est qu'un début. Ces actes, déraisonnables et insensés, sont alors peut-être les premiers signes ( inconscient et qu'il faut considérer en tant que phénomène potentiellement de masse ) du ras le bol des citoyens qui ne veulent plus ou qui ne parviennent plus à s'adapter à ce modèle d'échange impersonnel fondé sur l'arnaque au quotidien en tout domaine, l'irresponsabilité des acteurs ... et la surconsommation.

L'histoire en dira plus. Affaire à suivre ! ...

___________________________

Afficher l’image source

_

11 - L'illusion démocratique

_

J'entends nos parlementaires arguer sur des écrans télévisuels complices que nous sommes "en démocratie" ... puisque nous votons !.., puisque nous parlons librement ! ... Puisque nous manifestons !.... C'est probablement de l'humour, en ce mois de juillet 2021 et la mise en place sans précédent de mesures liberticides au prétexte d'une pandémie grippale ... en été .... et le vote de ce panel en catimini pendant les vacances et donc en l'absence de la moitié des citoyens ! Je me suis alors demandé la différence entre une vraie démocratie et une démocrature ....

J'ai peut-être trouvé :

<< ... En démocratie, l'opposition et la liberté de parole permettent de saisir les débats et d'influer radicalement les décisions politiques, jusqu'à modifier les institutions politiques. En démocrature, les discussions, contestations et manifestations n'ont pas le moindre effet, si ce n'est dilatoire ... et sont réprimées. Les débats sont noyés, confisqués, deviennent stériles et n'ont pas de suite ni aucunes conséquences sérieuses dans la prise de décision .

... En démocratie, le vote permet de radicalement bouleverser les paramètres idéologiques ainsi qu'améliorer les conditions matérielles de vie des citoyens, tandis qu'en démocrature, le vote des citoyens est habilement contourné par divers procédés technocratiques, il devient indifférent et ne permet plus d'appréhender le réel : Les transitions pseudo démocratiques ne se traduisent que par des mesurettes sans effet auxquelles s'ajoutent quelques "permutations protocolaires insensibles" - ( cf MDP : changement de personnel sans effet sur la politique de fond ) ... >>

.

En effet, en France, nous votons, nous manifestons,... mais observez que les élections, comme tous les contestations ne changent strictement rien à nos conditions de vie.

Observez que le NON au réfrendum de 2008 a été contourné sournoisement, qu'il n'y a pas de réflexion citoyenne, globale et contradictoire, sur les sujets de société polémiques, que les débats sont manipulés et orientés par une intelligentsia qui monopolise les débats, que les manifestations, même d'ampleur, sont réprimées et n'ont pas le moindre effet ( sauf de temporisation ) dans la prise de décision. L'abstention masive et historique depuis des décennies n'a pas non plus d'effet sur le déroulé des élections. Nos représentants sont élus avec moins de 10% de la masse citoyenne : Ce qui est parfaitement anormal car leur mandat est parfaitement minoritaire et correspond à la représentation d'une minorité d'intérêt (égoïste).

Les élections ou remaniement mettent en place de nouveaux personnels qui sont des "pantins" pratiquant en continuité exactement la même politique, dictée par des circuits décisionnels lointains ou souterrains. On change de tête, ... mais pour mener la même politique. Les élections deviennent stériles et ne permettent plus le changement ou une adaptation efficace de la représentation à la volonté du peuple : Les élections sembent manipulées pour n'avoir aucun effet. Des médias de masse coordonnés diffusent un message de domestication des foules ... et vous pouvez constater, en France, en 2021 , la redondance unanime des chaînes télévisuelles dites "libres". Les programmes, la propagande médiatique et la réalité du terrain vont effectivement dans ce sens.

Nous sommes bien en démocrature. 

.

Je vous rappelle la phrase d'un célèbre humoriste Français qui avait compris tout cela bien avant nous :

<< ... La dictature c’est « ferme ta gueule » ; la démocratie c’est « cause toujours » ... >> – Coluche

___________________________________________

Afficher l’image source

__

12 - Etoile jaune VS Pass sanitaire

-

Tout le monde s'indigne de la comparaison entre "l'étoile jaune" ainsi que les slogans critiques des manifestants à l'encontre du "passe sanitaire" requalifié "pass Nazitaire". Je reprends volontairement un slogan présenté par la foule hostile à ces mesures. Scandale ! Ignoble ! Comment peut-on oser une telle comparaison ?

Vous me connaissez désormais et je ne résiste pas à la tentation de trouver en quoi ces gens peuvent trouver matière à comparaison :

( ... puisque nous sommes dans un pays de liberté, il est possible de s'exprimer librement .... Voyons donc .... )

Commençons par une étude historique ....

Extrait - ( Wipikédia )

Dispositifs de marquage des Juifs au cours de l’histoire

_

Article détaillé : Rouelle  : La rouelle, ou la roue, est une petite pièce d’étoffe dont le port ostensible est imposé aux Juifs comme signe vestimentaire distinctif par le pape Innocent III et amplement respecté par les autorités civiles, à partir du xiiie siècle.

L’étoile jaune renoue avec la tradition des marques d’infâmie imposées aux Juifs au cours des siècles. La première semble avoir été conçue par le calife omeyyade ʿUmar II pour honorer les sujets non-musulmans qui s’acquittent des taxes qui leur sont imposées en vertu de la dhimma mais elles sont bientôt imposées à l’ensemble des dhimmis avec d’autres signes de disgrâce. Au ixe siècle, le calife abbasside Jafar al-Mutawakkil (847—861) oblige les non-musulmans à peindre sur leurs demeures des singes (pour les juifs) et des porcs (pour les chrétiens). Vers la même époque au Maghreb, le cadi Ahmed ben Tâlib oblige les dhimmis de Kairouan à porter sur l’épaule un morceau d’étoffe de couleur blanche portant l’image d’un singe pour les juifs et celle d’un porc pour les chrétiens4 ; ils sont tenus d'accrocher les mêmes images sur leurs portes.

Selon un document du xiie siècle conservé dans une gueniza, obligation était faite aux Juifs de Bagdad de porter « deux insignes, l’un sur le turban et l’autre sur le col. De plus, chaque Juif doit accrocher autour du cou une pièce de plomb comportant le mot Dhimmi. Il doit aussi porter une ceinture autour de sa taille. Les femmes doivent porter une chaussure rouge et une chaussure noire, ainsi qu’une clochette à leurs cols ou chaussures »

Au xixe siècle encore à Jérusalem, les juifs avaient pour signe distinctif le turban bleu.

Apparemment importée en Europe occidentale par les Croisés, la marque d’infâmie, la rouelle, est imposée aux Juifs et Sarrasins par le concile du Latran de 1215, officiellement afin de limiter les rapports sexuels « accidentels » entre chrétiens et femmes juives ou sarrasines.

L'étoile jaune est instaurée au xvie siècle à Prague.

Une dame âgée portant l’étoile jaune à Berlin en 1941.

Instauration par les Nazis

L'étoile jaune est mise en place par un décret du 1er septembre 1941, signé par Reinhard Heydrich, alors à la tête de l’Office supérieur de la Sécurité du Reich. Tous les Juifs âgés de plus de six ans doivent alors la porter de manière bien visible chaque fois qu'ils se montrent en public, sans quoi ils s'exposent, même par négligence, à une amende ou de la détention.

Par le passé, en novembre 1938, le correspondant en Allemagne du quotidien britannique The Daily Telegraph, signale que des plaques spéciales sont déjà apparues sur les portes de médecins juifs. De couleur bleu clair, ces plaques portent au coin à gauche une étoile de David de couleur jaune et l'inscription « Autorisé seulement à soigner des malades juifs ».

Dans sa finalité, l'étoile se veut une adaptation du principe de la rouelle de 1215 dont elle reprend la couleur, le jaune, symbole de trahison ou de folie aux yeux des chrétiens du Moyen Âge.

-------------- Fin Extrait ----------------

______

Evidemment, le marquage d'infamie d'une population ( au sens ethnique ) n'a rien à voir en première apparence avec la situation que nous vivons en raison du Pass sanitaire.

Il faut le souligner en préambule de notre analyse, quelle que soit l'éthnie visée. Cependant, soulignons que le crime contre l'humanité, l'esclavage comme la ségrégation n'est l'apanage de personne en particulier. La plupart des peuples se sont livrées à ces exactions.

https://www.populationdata.net/2010/10/19/genocides-dans-histoire/

Liste non exhaustive ( extrait )

 

Un génocide est l’extermination, physique, intentionnelle, systématique et programmée d’un groupe ethnique, national, religieux ou racial. C’est un cas extrême de crime contre l’humanité.Cette définition d’un génocide est celle présente dans l’article 6 du Statut de Rome, qui est l’acte fondateur de la Cour pénale internationale (CPI). cette définition, s’ajoute une autre, plus large et plus proche de son étymologie, utilisée par les historiens. Dans cette définition, un génocide est la volonté d’exterminer la totalité d’un groupe d’individus, sans préciser ce qu’est ce groupe.

La Charte de l’ONU et l’article 8 de la convention de Genève obligent la communauté internationale à intervenir pour « prévenir ou arrêter des actes de génocide ».

Aujourd’hui l’article 6 du statut de la Cour pénale internationale définit le crime de génocide.

Elle précise qu’il s’agit d’un crime se distinguant par :

l’intention d’extermination totale d’une population ;

la mise en oeuvre systématique (donc planifiée) de cette volonté.

C’est souvent la contestation de l’un de ces éléments qui fait débat pour la reconnaissance officielle d’un crime en tant que génocide.

Le terme est apparu pour la première fois dans un document officiel en octobre 1945 : l’acte d’accusation du Tribunal militaire international de Nuremberg. Il a été créé par le juriste américain d’origine polonaise Raphaël Lemkin en 1944, pour tenter de définir les crimes perpétrés par les Nazis à l’encontre des peuples juif et tzigane durant la Seconde Guerre mondiale.

1. Liste de massacres de type génocidaire perpétrés dans l’histoire

Le massacre de millions de Chinois par les Mongols au XIIIè siècle, qui représente la plus grande extermination d’êtres humains de toute l’Histoire, en valeur relative, les estimations variant entre dix et quarante millions (dix-huit selon Kubilai Khan).

La déportation des Acadiens par les Anglais sous les ordres du gouverneur Charles Lawrence en 1755. Dépossédées de leurs terres, des familles ont été déportées dans des colonies anglaises et, pour certains d’entre eux, en Angleterre ou en France.

La Tasmanie, qui a été qualifiée de « génocide le plus parfait de l’histoire ».

L’extermination des Beotuks à Terre-Neuve par les Anglais (Terre-Neuve est devenu depuis une province du Canada).

En Australie, les Aborigènes, dont la population est estimée à 350 000 avant l’installation des Européens, ont été décimés par les maladies infectieuses, les migrations forcées, à l’instar des Amérindiens. Certains historiens soutiennent qu’il s’agit d’un génocide. Ils ont obtenu le droit de vote en 1967.

Au Canada, les enfants des aborigènes ont été envoyés, entre 1922 et 1984, dans des écoles Résidentielles Indiennes, dirigées par des églises (catholiques ou protestantes) où étaient entretenues des conditions d’insalubrité, de violences de tout ordre, d’expérimentations médicales (dans les dernières années), ce qui conduisit à une mortalité moyenne de 50 %, soit entre 50 000 et 100 000 décès d’enfants en quelques décennies.

Le gouverneur Jeffrey Amherst a fait distribuer aux Indiens Delaware en 1763 des couvertures infectées de petite vérole (Variole).

La disparition en quelques décennies des populations autochtones des États-Unis au passage des immigrants.

Les premiers camps de concentration ont été expérimentés au cours de la guerre des Boers en Afrique du Sud. Des centaines d’Afrikaanders, des noirs alliés à ces derniers, femmes et enfants furent victimes des conditions de vie (alimentation, soins) qui firent également les mêmes ravages dans les rangs anglais.

De 1942 à 1945, 10 millions de civils chinois ont été enrôlés par l’armée japonaise pour effectuer des travaux forcés en Mandchourie sous la supervision de la Kôa-in. De ce nombre, 2,7 millions ont trouvé la mort lors de l’opération sankô sakusen menée par le général Yasuji Okamura.

2. Les génocides internationalement reconnus

Seuls quatre génocides ont été reconnus par des instances internationales dépendant de l’ONU, dont trois seulement au plan juridique :

Le génocide des Arméniens commis par l’Empire Ottoman. « La qualification de génocide du peuple arménien en 1915 a été reconnue dans une résolution de la sous-commission des Droits de l’Homme de l’ONU en août 1985 (et dans une résolution du Parlement européen le 18 juin 1987) ».

Le génocide des Juifs et des Tsiganes commis par les Nazis en Allemagne, en Pologne et en France (en Alsace à Schirmeck). Ce génocide a été reconnu par la cour de Nuremberg créée par le Royaume-Uni, la France, l’URSS et les États-Unis en 1945, en même temps que l’on créait l’ONU. On peut dire que le génocide des Juifs a servi de référence pour définir ce qu’est un crime de génocide.

Le génocide des Tutsis au Rwanda, commis par les milices Hutus extrémistes créées par le régime Habyarimana, a été reconnu par l’ONU, dans le rapport de sa Commission des Droits de l’Homme le 28 juin 1994, puis lors de la création du Tribunal pénal international pour le Rwanda (Résolution 955, adoptée par le Conseil de sécurité le 8 novembre 1994. Cette résolution confirme la résolution 935 de la même année).

Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), a qualifié, le 2 août 2001, le massacre de 7 000 à 8 000 musulmans de Bosnie-et-Herzégovine, commis par les Serbes en 1995 à Srebrenica, de génocide (décision confirmée lors du passage en appel de la même affaire le 19 avril 2004).

____________

___

https://www.boowiki.info/art/antisemitisme/pogrom-contre-les-juifs.html

Extrait - Les pogroms contre les Juifs sont des actions de masse violentes prises par la société contre les Juifs en tant que minorité nationale et religieuse. la pogrom Ils sont l'une des manifestations typiques de 'antisémitisme - Idéologie de la relation d'inimitié à l'égard Juifs.

Les pogroms contre les Juifs dans les différentes périodes ont eu lieu dans divers pays où les Juifs vivaient. En particulier, Moyen âge il y a eu d'énormes pogrom Angleterre, Allemagne, France, République tchèque, Suisse et un certain nombre d'autres pays. Comme l'écrit le ènciklopediâ de Kratkaâ, expliquant l'étymologie du mot « pogrom » dans l'histoire moderne de pogromes avait particulièrement répandue en Russie au XIXe et au début du XXe siècle. Le mot russe « pogrom » est entré en service dans la plupart des langues européennes précisément par rapport aux massifs pogromes russes.

______________ Fin extrait _______________

_

Comparaison "métaphorique" entre les deux notions : Pass sanitaire  VS  Etoile jaune

Il faut en premier lieu affirmer que les révoltés utilisent depuis toujours des slogans et comparatifs choquants dans les cortèges des manifestations, afin de marquer l'opinion ... et la liberté d'expression doit permettre dans un tel contexte d'exprimer des slogans critiques ou acerbes dès lors qu'ils ne scandent pas la haine ni l'exhortation au crime. Mais il faut aller plus loin.

Existe-t-il donc des critères ou éléments conceptuels permettant d'opérer une comparaison "métaphorique" entre les deux concepts ? J'en vois malgré tout quelques-uns ...

En résumé et en guise d'introduction, je dirai :

Le "pass" est perçu par des citoyens en situation de défiance comme une stigmatisation outrancière et une injonction arbitraire médicalement infondée, déconnectée de la réalité sanitaire par une autorité illégitime et partisane.

Je m'explique donc :

1 - Les mesures liberticides sont votées en vitesse, en catimini, en été, en l'absence des populations et de débats. L'autorité impose brutalement et avec menace d'une coercition un acte qui jusqu'alors était facultatif, de l'aveu même des autorités en place. Contradiction répétée de l'équipe dirigeante. La procédure semble contestable et détestable.

2 - L'autorité, les représentants et les institutions font l'objet en 2021 d'une défiance, d'une critique exacerbée en raison d'une abstention massive, du déni démocratique, et des votes blancs. Nos institutions peuvent fonctionner malgré l'absence récurrente de participation : Le citoyen n'est manifestement pas strictement nécessaire. Nos élus ne sont plus légitimes et sont élus avec un soutien "réel" inférieur à 10 % de la population totale. Ce qui conforte l'idées d'oligarchie au service de puissance souterraine. Les institutions nationales semblent elle même téléguidées à distance par des technocrates Européens soupçonnés de copinage avec des lobbies en tout genre. Il y a défiance.

3 - Il existe des éléments troublants permettant de supposer une influence des organes qui conseillent les autorités au plus haut sommet de l'état. L'objectivité fait défaut. Cette influence est de nature à faire passer des intérêts privés avant l'intérêt général ... et des soupçons d'accords secrets tout le long de la procédure de mise sur le marché des produits médicaux et notamment concernant le vaccin anti Co-vide. Le vaccin n'inspire pas la confiance. Il en va de même des multinationales qui le produisent ainsi que des procédures contractuelles ou de mise sur le marché.

http://www.enim-cerno.com/pages/non-a-la-dictature-sous-pretexte-sanitaire.html

4 - Les chiffres et statistiques sur l'épidémie ne reflètent pas la réalité vécue par les citoyens car le processus de collecte est incitatoire à la triche et fondé sur le seul volontariat des citoyens qui ont un intérêt, bon ou mauvais, à effectuer un dépistage ( dépistage de convenance ou pour obtenir un arrêt maladie ). Le décompte des résultats ne devrait rendre visible que les cas qui nécessite une prise en charge médicale sérieuse et non pas le quidam qui est positif sans le moindre symptôme ni mal être, ce qui n'est pas le cas. L'efficacité médical du produit vaccinal est incertaine : Les vaccins contre la grippe sont d'une efficacité moyenne de l'ordre de 30 à 60 % d'efficacité depuis des décennies ... mais le produit proposé passe en 9 mois au taux record et suspect de 95% ! Impossible concernant les virus grippaux qui mutent très rapidement. Preuce des variants. Soupçon légitime ! .... Il n'y a pas de recul concernant les effets sur le long terme. Le vaccin ne protège pas de contracter la maladie ni d'en être porteur sain contaminant les autres ! Efficacité relative ! .... L'obligation intervient un an et demi après le début de l'épidémie, lorsque le taux de mortalité s'avère dérisoire, .... et lorsque la logique voudrait qu'il existe désormais une immunité collective ( symptômatique légère pour 98% de la population ... finalement comme toutes les années ). On peut donc se demander quand va s'arrêter cette psychose qui n'a pas de sens ?

A croire qu'il s'agit encore d'une mesure placébo de la part du gouvernement pour s'approprier une victoire immunitaire en réalité déjà acquise par la main de dame nature. 

5 - La population constate plus gravement un placement sous tutelle progressif de la masse citoyenne sous un prétexte "fumeux" et "évasif" qui peut s'éterniser ( voilà presque deux années - Du jamais vu ! ) en se reconduisant par lui même à l'infini. Par ailleurs, les mesures vont croissantes, de plus en plus coercitives ... et peuvent n'être qu'un début, une première étape ... menant progressivement vers l'infamie, ( ... Comme en 41 pour l'étoile jaune qui n'était qu'une première étape. Qui aurait cru qu'en 2020 et2021 il y aurait un couvre feu,... des mesures d'exclusion,... un sauf-conduit sanitaire ??? Irréel !  ) car le pseudo risque peut s'étendre à l'infini de manière relative et justifier un panel sans limite ... qui se confond finalement avec la méthodologie qu'emploierait une tyrannie pour mettre en place un verrouillage autoritaire de la société.

Nous constatons par ailleurs et de surcroît en lien avec ce risque un programme social régressif de la part d'un gouvernement dirigé par un homme politique arrivant de nul part, catapulté soudainement au sommet de l'état, ancien stratège comptable de banques privées, .... profil et ambition pouvant expliquer ce panel méthodologique . Tout le monde à conscience que le glissement vers la tyrannie est progressif et commence ainsi, comme en 38 en Allemagne ... par des mesures progressives qui sont justifiées par un contexte  créé et mis en exergue au moyen d'une propagande complice incessante ... comme il se pratique à l'heure actuelle.

Le comparatif métaphorique est donc à mon sens justifié.

( CQFD ... ou pas ! Car les critiques pourront toujours tordre les arguments, les proposer à l'envers pour vous convaincre du bien fondé de leur politique : C'est la rhétorique - Chacun doit se faire un avis libre en fonction des lectures et constats personnels ... en fonction de sa catégorie sociale. Tout est relatif. Je vous ai présenté ma vision de la situation ).

Vérifiez le par vous même, les prétextes sanitaires, écologiques, ou de progrés sont désormais les Justificatifs "d'excellence" pour servir la cause politique de toutes les tyrannies du 21° siècle. Ils justifient de faire ou ne pas faire au gré de la volonté du prince, en fonction de mobiles affairistes et intéressés, toujours différents des arguments officiels. Les citoyens doivent en avoir conscience et exiger la suprématie prépondérante ainsi que l'application prioritaire des principes inscrits dans les textes constitutionnels historiques issus de la révolution Française. Ils sont bafoués au quotidien et tel doit être notre sujet de fond. 

Là se trouve le point faible et la contradiction du système à faire valoir par les politiques intègres. Aucuns de ces principes ne trouve application dans notre société actuelle alors que nos gouvernements veulent les remplacer par des valeurs substitutives élastiques de circonstance. Ce déplacement des valeurs est un calcul pernicieux, une stratégie rédhibitoire des gouvernements corrompus. Je lance donc un appel désespéré auprès des citoyens pour qu'ils se désengagent de tous les systèmes de test ou décompte de cette maladie ... et auprès des politiques intègres pour entreprendre le dernier combat juridique rempart à l'encontre de la tyrannie moderne sur le terrain des droits fondamentaux.

________________________

_

 

_

________________________________________

_

Date de dernière mise à jour : 23/07/2021

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire