Créer un site internet

PENSEES DESOBLIGEANTES N°4

.                                                                          Résultat de recherche d'images pour "caricature enfants gros rigolos"

 

J'aime bien lire les textes de notre armature politique ( Constitution des Etats ). Je dois être dingue ! LOL - Ils me font beaucoup rire .  J'en déduis tout de même un principe sympathique qui peut faire sourire les badauds ... ou pleurer les idéalistes .

.

 1 - Dogmes et principes : Ni exception, ni dérogation.

<< … Citoyen, observe avec prudence les principes généraux régissant les dogmes culturels comme ceux définissant la structure politique de la ''cité''. Tout principe, ou règle politique, ayant une portée générale définissant l'armature sociétaire ou son principe fonctionnel ne peut souffrir d'aucune exception ni dérogation, aussi bien dans le texte que dans ce qui est observable au quotidien de la vie citoyenne, à moins d'être hypocrite, mensonger ou faux en son essence. Il en va de la même prudence lorsque le législateur, pour déformer les notions incluses et donner logique à ces règles, corrompt le vocabulaire ou les concepts du sujet …. >>

.

De tels principes hypocrites ne sont que des leurres visant à masquer une réalité bien différente de celle décrite dans le texte.

…. Sur ce, je vous laisse relire les principes directeurs régissant notre société ! Liberté, égalité, fraternité ! .. LOL

.

. ......................................................................................................................................................................................

.                                                                   la méchanceté c'est la faiblesse des imbéciles qui se croient forts Phrase Rigolote, Citation Mignonne, Photo Rigolote, Message Drole, Phrase Du Jour, Trucs Drôles, Citation Humour, Bonjour, Citations Cyniques

- 2 - Paravent culturel ou primauté des instincts. Tous des monstres ? -

 

<< ... Aucun système politique, aucune idéologie n'est mauvaise par définition car ce sont bien des hommes qui donnent naissance et vie à ces corps de lois. Le malheur de l'humanité ne réside pas dans les dogmes, qualifiés de bons ou mauvais de manière subjective, mais possède pour seul origine la nature animale et les instincts qui sommeillent en son profond intérieur. Nous sommes des prédateurs intelligents encore soumis à des pulsions égoïstes hérités du fond des âges : Les dogmes culturels et idéologique sont des paravents derrière lesquels se cache notre mauvaise conscience, mais surtout la réalité de notre nature animale. ... >>

                           Attention ! Je n'insinue pas que les dogmes culturels soient totalement transparents dans le comportement des hommes ! Je mets juste en ces termes l'accent sur la primauté de l'inconscient qui se trouve être sous le règne des pulsions instinctives. La culture possède sans aucun doute une certaine importance en ce sens qu'elle favorise plus ou moins l'expression des instincts sous-jacents. En ce sens, nous avons le devoir d'y inclure les barrières que nous connaissons dans les piliers de la civilisation judéo-chretienne, mais ces freins louables ne transparaissent malheureusement pas dans les rouages du système politique ni économique ... où ils font une brillante et fracassante apparition .... donnant pretexte à sa plus regrettable concrétisation :

......                   La guerre d'empire. 

Mais il faut bien concevoir que ce frein culturel vaut de plus qu'en temps ordinaire. En temps de crise grave, lorsque entrent en jeu les mécanismes instinctifs profonds qui régissent l'équilibre global de la masse biologique dont nous ne sommes qu'une composante, les instincts reprennent immanquablement le dessus. Les dogmes ainsi que les cultures ne permettent plus de pallier aux inclinations. L'instinct de survie comme celui de continuité de l'espèce sont alors les terrains privilégiés de ce retour à l'état primaire. Nous le vivons dans les grandes lignes de l'histoire ou dans notre quotidien. A ce titre , il nous incombe désormais de corriger les dérives que permet le corps de loi dans le domaine institutionnel politique mais surtout économique.

A bon entendeur ....

 

 

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire