M-D-P infra 78 à 127

...................( suite du texte Manuel Du Pouvoir - site : http://enim-cerno.com - auteur : Eucharilxtonw- ) ...................

...

mobilisation - Au centre: diverses stratégies concertées des uns ou des autres pour alerter, convaincre, parfois dissimuler ou révéler les stratagèmes adverses .

A- Dissimuler, masquer l' action dans un contexte :

 La première hypothèse concerne le cas où il serait nécessaire de se livrer à quelques œuvres dont il serait préférable de n' en pas connaitre l' origine, soit d' en atténuer la responsabilité révélée .

L' anonymat peut s' avérer indispensable dans de nombreuses circonstances dés lors que votre position, le titre de vos fonctions, vos engagements politiques rendent incompatible l' acte projeté avec la nécessite imposé par la situation matérielle ou le consensus idéologique & conceptuel . Ce peut être d' une manière générale une orientation impopulaire pourtant devenue incontournable afin de sauvegarder des intérêts vitaux assurant la continuité de votre pouvoir . Il peut s' agir par ailleurs de neutraliser un groupe rival dont le développement menace votre autorité . Précisément, il convient de protéger votre image d' une action susceptible d' entacher votre popularité . La logique républicaine ne permet logiquement pas ces agissements, puisque la consultation électoral est le seul mode de sélection et arbitre officiel entre les groupes idéologiques, mais il est tentant pour nombre de candidats indélicats de se donner un avantage supplémentaire au programme en échafaudant quelques discrètes exactions .

L' idée directrice consiste à profiter de certaines circonstances, de votre fait ou indépendantes de votre volonté, susceptibles de concourir à votre dessein . En voici quelques illustrations ...

 

a ) * Seconder, aider de manière officieuse un opposant naturel et indépendant en lutte contre vos adversaires :

L' instrumentalisation des groupuscules -

Ce cas de figure est typiquement illustré dans les relations entre les grandes puissances après la seconde guerre mondiale sous le vocable de "guerre froide" . Le monde bipolaire ( USA // URSS ) s' affrontent de manière indirect par petit pays interposés afin d' éviter un conflit direct, mais chacun assure un soutien sans faille à son "porte drapeau": Armes, logistique, encadrement, tactique, formateur, espionnage et informations diverses... .

La stratégie est adaptable dans tous les domaines comme à tous les niveaux et ne s' adresse donc pas exclusivement aux relations internationales : Il suffira d' identifier un ennemi ou adversaire naturel de votre interlocuteur ou de sélectionner un organisme ( officiel ou de fait ) qui concoure directement ou indirectement à votre dessein et de lui offrir un discret soutien . Votre ami de fortune pensera agir pour son compte puisqu'il possédé de réelle motivation le concernant mais procédera en fait de manière indirecte pour la vôtre . Le choix de cet intermédiaire devra être des plus précis et judicieux car il ne devra pas constituer lui même par la suite une menace direct à l' encontre de vos intérêts (... Le poids de ses structures doit être marginale ou contrôlable et doit dépendre, par exemple, de votre approvisionnement matériel ) . Le comble de l' ironie pourrait même consister à dénoncer, voire de condamner officiellement les agissements de vos acolytes !

 

b ) Instrumentalisation de l' actualité - * Laisser une situation périlleuse, bien que prévisible et remédiable, suivre son cours ou s' aggraver afin que celle-ci serve de justification soit pour votre intervention, soit comme fondement pour créer un mouvement d' opinion défavorable à l' adversaire ( créer les conditions d' une alternance électorale ) .

Il n' est que la force majeure qui puisse justifier une action hors du commun ! L' impopularité qu' aurait dû susciter votre geste en temps normal pourra dorénavant, grâce à ces circonstances, être considéré comme un acte de bravoure ou salvateur . Cette méthode très classique consiste donc à feindre un temps l' ignorance, l' incapacité devant l' ampleur ou au contraire la marginalité de l' actualité .... ou par exemple le débordement face à la multitude des foyers problématiques de telle sorte que l' actualité puisse vous servir dans un second temps de justification . L' intervention se limitera dans la première phase à l' observation . Mais cela peut aller plus loin : L' hypocrisie dans le domaine de la confrontation des idéaux peut nécessiter une intervention médiatique où vous simulerez la connivence ou l' accord de principe avec les orientations adverses, afin de conforter le mouvement pernicieux, mais uniquement, vous concernant, dans le but inavoué de mener cet adversaire à la débâcle que vous savez inévitable dans cette direction .

La situation à générer nécessite souvent une préparation ( voir astérisque suivant ) mais ne doit pas devenir incontrôlable ou atteindre des proportions déraisonnables ( ... le sacrifice souvent nécessaire et préalable doit être calibré, comptabilisé et localisé ) .

La seconde étape de votre procédurese composera d' une phase publicitaire où les faits contestés ou condamnés seront largement diffusés afin de susciter l' indignation, réprobation ou le soutien qui vous est nécessaire - Vous deviendrez le chef de file de ce mouvement de désapprobation .

La dernière phase consiste à présenter votre politique comme la réponse imposée et directement liée aux événements subis .

............................. Il ne reste plus qu' à mettre en œuvre votre plan d' action ou de substitution .

 

c ) * Créer un environnement favorable à l' émergence et au développement de vos projets . -( Orienter les acteurs ou les paramètres environnants vers votre dessein )-

Lorsque il semble impossible d' agir directement sur un sujet, il reste toujours possible d' intervenir sur les paramètres connexes, les éléments environnants pouvant influer l' objet à distance- La méthode exige alors de dresser une analyse complète concernant l'ensemble des structures matérielles de fonctionnement, gestion, administration et logistique de l'objet . Cette stratégie implique une action sur le moyen ou long terme et la capacité d' influer sur cet entourage ainsi que sur cette échelle de temps .

De proche en proche, inéluctablement, sans qu' il soit besoin d' agir directement, l' influence exercée sur ce voisinage finira par orienter les composantes adjacentes dans le sens de vos besoins ( création, altération, modification ou suppression d' un "objet" ) . Le point fort de la stratégie se situe dans la discrétion puisqu' il n' est jamais fait allusion ni contact au corps même de ce qui doit être "altéré" .

Notre vie citoyenne pourrait ainsi être jalonnée de ces successives et petites modifications anodines en apparence, jusqu' au jour où l' on constate un bouleversement majeur qui touche des centres d' intérêts vitaux . Qui plus est, les décisions finales ne sembleront être que la suite logique ou la conséquence nécessaire des mesures antérieures . Mais il est alors trop tard et souvent très difficile de revenir en arrière à ce stade d' altération .

 

78- B - Stratégie "diplomatique" pour Masquer l' inaction .

 

L'hypothèse peut être tout à fait opposé !.... Il peut se faire que vous soyez dans l' impossibilité tactique ou matérielle d' agir et répondre à une situation sur laquelle l' opinion public attend précisément votre intervention . Vous serez par voie de conséquence attendu sur le terrain de ce nouveau défi; vos adversaires guettant la moindre de vos faiblesses pour fustiger le bilan de votre politique et passer à l' offensive . Les circonstances menant à la paralysie peuvent être nombreuses, nous avons eu précédemment l' occasion d' en étudier quelques aspects : Sacrifice volontaire d' intérêt pour cautionner une politique ou intervention future ; intervention sur des paramètres environnants afin de ne pas toucher des centres vitaux ; exigence diplomatique pour ne pas porter atteinte à des intérêts concurrents, absence physique de structure sur un terrain dangereux, indisponibilité ou insuffisance de moyens ; engagements contradictoires ou impossibilité de prendre position entre des intérêts équivalents et (ou) indifférents... . Pris dans l' étau de ces contradictions, la seule alternative raisonnable consisterait à offrir une action substitutive et dissimuler votre immobilisme derrière un simulacre .

... Deux possibilités peuvent se présenter ...

 

- 1 - Vous ne souhaitez pas intervenir .

Un concours de circonstances politiques, des choix tactiques transitoires font qu' il est de votre intérêt de ne pas réagir à l' encontre d' une situation malgré les attentes de l' opinion public . La stratégie la plus rationnelle consisterait à contourner ou "noyer" le problème par l' entremise de "pseudo-procédures d' approches" . En premier lieu, il s' agit de gagner du temps en procédant à une analyse ( publique ) de la situation ( Enquête, Expertise... ) qui permet de temporiser et définir les responsabilités ou la stratégie à adopter . Ainsi, en traitant l' affaire sous un angle technique, il ne pourra pas vous être reproché de nier ou refuser l' abord de la difficulté .

D' autre part le procédé permettra de cerner l' importance des forces en présence afin d' y apporter une réponse calibrée. Pour finir la temporisation donne l' avantage de calmer la fougue vindicative engendrée dans l' immédiat d' un événement grave .

Dans un premier cas, le chapitre peut être partiellement résolu par un "changement structurel" de façade ou dans l' éviction de personnel occupant les postes hiérarchiques faisant office de fusible . Cette mesure peut se conjuguer avec une traduction en justice si les parties en présence demandent réparation ( procès de complaisance ) .

Dans une seconde hypothèse, les circonstances peuvent nécessiter de passer par une procédure générale de règlement, préalable à toute action quel que soit le domaine considéré . Cette parenthèse institutionnelle ( ou diplomatique ) permet souvent d' imprimer une inertie administrative qui structure les actions et temporise les décisions et interventions par des renvois en diverses commissions consultatives, parfois obligatoires dont le jeu peut consister à ralentir le processus . Au sortir de ces manœuvres protocolaires, l' analyse pourra conclure à la nécessité de créer une institution spécialisée

( "fantôme" dotée de moyen illusoire ), temporaire ou permanente, qui aura la charge de régler et prévenir la situation rencontrée et endossera la responsabilité des carences futures, vous mettant à l' abri d' une accusation . Vous retomberez par la suite sur la première hypothèse .

Le but étant de gagner du temps jusqu' au changement de paramètres attendu par le concours de circonstances vous poussant d' un côté à l' action répréhensible contraire à vos engagements, de l' autre à l' inaction pour protéger cet état de fait .

D' une manière générale, le processus de règlement envisagé doit officiellement et médiatiquement présenter la situation comme définitivement ainsi qu' efficacement réglée .

 

- 2 - Vous ne pouvez pas intervenir .

Il serait habile de ne pas afficher ostensiblement les signes de cette incapacité, les faiblesses cumulées ne pouvant qu 'ouvrir la voie pour des adversaires à l' affût du moindre écart, il est préférable de donner l' illusion d' une réaction en employant des moyens dérisoires ( symboliques )sur des domaines ciblés et collatéraux, voisins mais distincts du sujet à contourner .

Il s' agit donc de mettre en œuvre une action ( médiatique, si nécessaire, selon l' impact ou l' émoi suscité par les faits : Il faut que l' opinion sache que vous êtes sensible aux soucis de vos administrés ) touchant de près celle qui ne peut être traitée . Une analyse précise du sujet permettra d' identifier les paramètres environnants et de prendre quelques mesures sur quelques-unes des causes ou conséquences révélées par votre analyse de circonstance .

Prenons un nouvel exemple fictif : Dans le cas de réclamation d' une partie de la clientèle, suite à une réduction de personnel engendrant la suppression (... par Licenciement ) d' un service après-vente d' une entreprise privé dont il ne peut être remédié faute de mettre l' entreprise en péril dans son ensemble, le chef d' entreprise pourrait concevoir d' affecter un unique personnel ( au lieu des "X" personnes du contingent d' origine ) qui aurait la charge de recevoir les doléances, orienter les clients mécontents vers un sous-traitant travaillant en coopération avec l' entreprise ainsi que de proposer une stratégie commerciale dérivative ayant pour objet d' amadouer les "insatisfaits" en leur proposant de nouveaux services, peut-être encore divers tarifs pseudo-préférentiels ( ...coïncidant en fait avec la nouvelle pratique, les nouveaux services de l' entreprise ainsi restructurée ) .

Ce peut être aussi l' hypothèse du "défi impossible" consistant en un enchainement de circonstances naturelles, ou provoquées par vos opposants, sur lequel vous n' avez aucune responsabilité particulière ni aucun moyen de lutte, mais sur lequel se focalise l' opinion public ( manipulé par vos adversaires afin de déstabiliser votre autorité ou votre popularité ). La provocation engendrée par cette forme "d' hystérie collective" oblige cependant le pouvoir à une réaction adaptée aux attentes . L' exemple typique est incarné par une soudaine et "inexpliquée" vindicte populaire nécessitant la désignation et le sacrifice d' un coupable... après l' apparition d' un événement traumatisant .

J' ai en mémoire la fameuse légende de la Bête du Gévaudan ( XVIIIE siècle - 1765 à 1768 ) où le Roi, contraint par la pression populaire fît probablement usage de cette technique pour mettre un terme au trouble causé par la mystification d' un prédateur sauvage . Le prince ne pouvait plus reculer. Il fallait trouver le "monstre" responsable pour faire taire les "médisants" qui risquaient à terme d' entacher la réputation de l' autorité !? Une battue trouvera de quoi satisfaire les esprits échauffés, montage et mise en scène à l' appui ! Le monstre de circonstance, figé et maquillé par un habile taxidermiste, afin de conforter la rumeur, fut exposée à la curiosité des badauds . ......... Ainsi fût clos le chapitre inexistant de la "bête", certainement fomenté par des adversaires du roi afin de déstabiliser la couronne .

Certaines affaires judiciaires médiatisées offrent une autre belle illustration de ce phénomène où un coupable doit absolument être fourni pour mettre un terme à l' hystérie collective . Il semble évident que certains faits divers puissent se transformer, non par hasard, en instrument de déstabilisation dans les mains d' une "opposition" dont le jeu consiste à profiter des moindres circonstances pour repartir à la conquête du pouvoir . Journaux et les livres d' histoire regorgent de poignants récits relatifs à cette problématique . Ces affaires démontrent qu' une réponse inadaptée peut coûter très cher à ces victimes désignées : Affaire de mœurs mêlant les autorités, troubles civils liés à une prétendue insécurité, affaires d' espionnages ou écoutes téléphoniques, pratiques courantes dans les milieux du pouvoir mais intéressant occasionnellement et opportunément les médias .

"Absence" ou "dédain" ne peuvent être considérés comme des réponses conformes aux troubles suscités . Vous voilà maintenant informés par quelques sommaires "illustrations" de la recette menant à ces manœuvres de contournement ...

Une des parades contre ces agissements consisterait pour le citoyen à se demander d' une part si le sujet fait intervenir un problème de fond à une question méritant tapage; d' autre part si l' ouvrage est mené avec les moyens nécessaires et si les solutions envisagées sont réalistes ou les plus adaptées .

Il s' agit surtout de se demander quels peuvent en être les auteurs, si de tels événements méritent une telle attention, et s' ils ne sont pas abusivement représentés (...donc instrumentalisés ) .

Plus précisément encore, il est opportun de s' interroger sur le système institutionnel et conceptuel intervenant dans le règlement de la question . Les "notions et éléments" proposés permettent-ils de concevoir une réponse adaptée ou faudrait-il aborder le sujet au travers d' autres paramètres et conceptions pour en faire surgir les véritables éléments ou solutions requises ? Si ce n' était pas le cas, à qui profite "le crime"d' une telle confusion ?

 

- Section III - Répondre à un besoin ou à une attente "insatisfaite"par les concurrents -

 

Pour entrer en relation avec autrui, il faut souvent procéder par des moyens aussi substantiels que détournés . Il est alors préférable, dans un premier temps, de conserver l' anonymat afin de faciliter le rapprochement . C' est un fait aussi que seul le besoin peut motiver les êtres à conserver un lien avec leurs contemporains et supplanter le puissant instinct parallèle qui les poussent à se retrancher dans la solitude et l' isolement . De quelle sorte "d' anonymat" parlons-nous!?

Ce n' est un secret pour personne que la méfiance nous fait globalement rejeter toutes les notions et institutions qui ne s' entourent pas de l' unanimité rassurante octroyée par de rares et précieux piliers scellant nos civilisations . Votre structure étant encore balbutiante, puisque récemment élaborée grâce aux recommandations de cette étude, comment dés lors pourrions nous immiscer la toile de notre organisation si ce n' est en se fondant sur ces quelques éléments rassurants ou par un anonymat protecteur ?! Après que soit tombé ce réflexe de répulsion et uniquement si cela s' avère nécessaire, le voile pourra être progressivement levé pour révéler l' affiliation avec l' organisme sous-jacent .

Les organes de prise de contact peuvent être de nature très différentes et tableront inévitablement sur les lacunes, faiblesses ou carences suscitées par les dispositifs adverses dont vous prétendrez assurer le relai, ... ce qui n' est pas forcément faux ! ( ...Voici par ailleurs une introduction à un sujet de réflexion ainsi que de recherche intéressant pour les philosophes -... en fait, cette "complémentarité" des actes individuels n' est ni anormale,... ni totalement le fruit du hasard : Même lorsque nous agissons pour répondre à un mobile ou à une pulsion strictement égoïste, ces actions ne peuvent s' inscrire qu' au sein d' un équilibre global en quête perpétuelle, échappant à tout contrôle de la main de l' homme, et dont nous ne représentons qu' un maillon aussi indifférent qu' infinitésimale - En répondant à un besoin, vous ne faite que vous immiscer dans un interstice naturel qu' un élément devra occuper tôt ou tard : Le besoin, la fonction "est", nous n'en sommes que des occupants transitoires - ) . Vous l' avez noté, cet équilibre passe désormais par deux intermédiaires qui sont les nourritures du corps et, depuis l' avènement de la civilisation et de l' intelligence externalisée, celle non moins importante de l' esprit .

 

79- § 1-Prendre le relai ouSatisfaire des besoins primaires, matériels et vitaux -( Le "gîte et le couvert") -

 

L' édifice social à toujours pour caractéristique principale de s' entourer d' exclus et de laissés pour compte . Se construisant autour d' une équipe restreinte et d' une fraction limitée de bénéficiaires, on dénombre évidemment et sans aucun doute plus d' insatisfaits des structures que de citoyens comblés . C' est dans ce gouffre social et politique béant que vous devrez agir pour recruter le noyau de vos sympathisants . Directement impliqué pour venir en aide aux démunis, la règle d' anonymat sera ici inversée et bien au contraire, il faudra clairement afficher le partenariat avec votre structure, politique ou de quelque nature qu' elle soit .

Pour mener à bien cette action, aucun aspect de "l' exclusion" ( sens large ) ne doit être épargné,... notez bien cependant que j' évoque ici l' hypothèse et la possibilité d' une récupération de ces procédés à des fins sournoises, mais ne prétends point que ce type de structure soit par définition ou par nature hypocrite ou lié à de tels agissements . Loin de moi cette idée extrémiste du complot généralisé . Nous énumérons bien un panel méthodologique théorique :

- Accueil de catégorie de personne en difficulté en raison d' un handicap .

- Structure de conseil, soutien matériel, orientation, formation, et reclassement des inactifs ( Emplois précaires, chômeurs ) .

- Structure d' accueil, d' hébergement et soutien alimentaire des sans abris et personnes en difficultés financières .

- Structure de démarrage et soutien aux entreprises naissantes ou en difficulté non soutenues par les structures adverses afin d' associer l' essor économique à votre organisation par une publicité circonstanciée .

- Association consistant à centraliser, structurer, soutenir et lancer des projets d' innovation technologiques délaissés ou marginalisés par vos concurrents .

- (... ; ...) Je vous laisse terminer cette liste ! Evidemment, il coûterait très cher de se lancer dans la totalité de ces entreprises, mais nous avons bien parler d' aide et de soutien, pas forcément de "financement" ni de règlement définitif de la question - Il n' est pas d' obligation de résultat ! Ne compte que l' intention et le fait d' être "vu" - La recherche de partenariat, fondé sur le "sponsor", avec des organismes bancaires permettront probablement de soutenir les projets les plus viables ( dont vous ferez profit en tissant un réseau relationnel s' accompagnant de divers avantages matériels ), pour les autres, il peut suffire de proposer un accompagnement ou un soutien indirect - technique ( conseillers, juristes, fournitures de matériels, orientation vers des organismes spécialisés ou structure de contact ),

Toutes les formes de contestation et revendications ( écologie, pollution,..., même les plus insensées ...) doivent être entendues et structurées car elles représentent pour leur demandeur un mobile légitime justifiant de se dresser contre les actuels détenteurs du pouvoir - Vous pourrez probablement et sans difficulté les unir à vos pétitions, mouvements populaires, mobilisations, manifestations et luttes . Si vous ne le faites pas, d' autres le feront inévitablement à votre place et vous risqueriez de perdre la déterminante bataille de "l' audimat" ! Plus encore, cet altruisme vous forgera une réputation de proximité et une sensibilité qui vous conférera dimension humaine .

Dans l' esprit citoyen, chose qui peut d'ailleurs sembler normal, quelqu' un qui aide les personnes en difficulté ne peut être totalement mauvais, ...ce qui ajoute à la confusion nécessaire dans les relations entre gouvernants et gouvernés . Le fait de se mobiliser çà et là, de manière ciblée contre la misère peut donner l' illusion que vous subissez avec effroi comme tout un chacun les malheurs de la vie, alors qu' au quotidien, parallèlement à ce combat, vous mènerez probablement vos actions politiques et activités économiques qui y concourent, indirectement ou directement . En réalité ces actions ponctuelles sont plus visibles qu' un engagement globale qui serait imperceptible et dont les projets et mécanismes se heurteraient rapidement à la structure hiérarchique et matérielle du modèle social, en contradiction de fait avec ces perspectives utopiques . Peu importe les faits, seules comptent les apparences, vous devez mener le combat avec les armes à disposition et selon les techniques employées par la majorité des protagonistes de cette triste réalité .

 

80- § 2 - Satisfaire les besoins secondaires : Répondre aux carences spirituelles et affectives de lasociété moderne -

 

Ce n' est pas une coïncidence si nous avons pris soin de spécifier dans les chapitres précédents ce besoin des êtres humains de croire en quelque chose ou de focaliser leur dévotion sur un personnage qu' ils s' efforcent à tout prix de considérer comme emblématique, voire fantasmatique .

Cette propension correspond certainement, ainsi que nous l' avons vu, à la structure même de fonctionnement de la psyché humaine et ne pourra pour cette raison certainement jamais être éludée en aucune manière que ce soit . Face à cette demande doit s' établir une offre suffisante qui sera capable de combler les attentes de chaque individu, groupe et collectivité . Dans ce domaine s' érigent forcément quelques lacunes, car vos concurrents ne voudront ni n' auront la capacité d' absorber la totalité des membres de la collectivité . Même s' ils en avaient l' ambition, les dogmes et croyances se heurtent inévitablement aux barrières tendues par le monde réel . Les esprits errants constitueront donc votre providentiel fond de commerce . L' appartenance au clan se synthétisant aujourd' hui dans les sociétés évoluées, outre l' appartenance ethnique ou groupusculaire, par l' intermédiaire des dogmes et croyances subjectives, il est fort à parier qu' une action puisse être développée sur ce terrain idéologique et affectif afin de rallier les masses autour de votre projet .

... Il existe deux stratégies d' approche spécifiques :

 

A - L' intégration des personnes "isolées" ( sens large ) dans une structure "socialisante" -

 

Il faut répondre à ce besoin légitime et naturel des individus de vouloir s' intégrer dans un groupe, d' occuper une place hiérarchique au sein d' une collectivité rassurante et structurante . L' isolement est toujours perçu comme une forme de punition et une honte pour ceux qui en sont les victimes; ces personnes saisiront dès lors le moindre prétexte coïncidant avec leur intérêt ou philosophie pour rejoindre un mouvement qui leur ouvre ses bras .

C' est sur ce terrain de prédilection que vos structures doivent agir pour recueillir les âmes en détresse ou abandonnées .

Les personnes concernées peuvent être des"exclus", les déçus du systéme,... oubliés et anciennes forces vives de la nation, les démunis et autres marginaux - parce qu' ils cherchent un pôle substitutif à celui responsable de leur marginalisation ; ...les jeunes, souvent en quête d' un idéal et de camaraderie; personnes isolées en raison de leur mode de vie ou de leur opinion philosophique-politique et non encore affiliées à des structures existantes; personnes âgées ou retraités, souvent rejetés par la société ainsi que des familles; etc ... . Tout regain d' intérêt dont seraient l' objet ces catégories sociales ne peut que les valoriser et les pousser à sortir de leur retranchement pour réintégrer ce qui est identifié comme étant une facette attrayante de cette "société" considérée intouchable . Occuper et gagner un place au sein d' un groupe, voeu pieux de toute personne normalement constituée, icône séculaire de l' ambition dans l' idéologie populaire, .... voici taillée sur mesure le biais par lequel nous pourrons toucher les masses !

Les groupes sectaires connaissent bien cette méthode d' approche et tablent majoritairement sur cette conception de la relation pour recruter de nouveaux membres . Il suffit de créer des "antennes" associatives thématiques tournées vers ces formes de détresses et d' attendre que les personnnes concernées se manifestent par eux-même - Dans un premier temps, le lien sera précisément établit sur l' aspect spécifique de cet échange ( ... Soutien matériel ou psychologique, groupe de revendication ou de réflexion ), puis par des pseudo-stages de formation, information ou d' initiation gratuits ( quel beau cadeau !?! ) à des sciences, disciplines ou médecines parallèles, la structure sera progressivement présentée puis introduite ... et comment refuser son aide ou un peu d'attention à ceux qui vous ont tendu une main généreuse en période de crise ? La toile hideuse s' est refermée autour de vous !... Vous êtes piégés dans la logique d' intégration d'une structure qui ne vous veut cependant pas forcément que du bien - ( Illusion psychologique, car cette obligation n'existe que dans les esprits,... il est toujours temps de refuser son implication dans une organisation pernicieuse ! .. )

 

B - Combler un vide spirituel ou politique -

 

Le doute est le propre de l' être pensant . Ces siècles passés comme le présent, période d' établissement des sciences critiques, d' introspection et d' ouverture de l' esprit, ont profondément marqué la conscience, ainsi que "l' inconscient collectif". Après les certitudes rassurantes de croyances religieuses s' ouvre aujourd' hui l' ère de la désillusion . Les convictions ne semblent plus désormais être que des principes transitoires à partir desquelles nous jonglons pour satisfaire les tendances versatiles de notre société de consommation . S 'est ouvert une sorte de marché des idées et des dogmes au sein duquel les citoyens peuvent aller puiser selon leur inspiration en fonction des intérêts et de l' humeur du moment ! La rationnalité, le réalisme ne sont certes pas toujours au rendez-vous mais peu importe, il  s'agit plus de créer un éventail idéologique que de couvrir le monde dans sa matérialité Il y a certes des bons côtés à cet état de fait, puisque cette philosophie tend à se rapprocher progressivement de la réalité multifacette et transitoire des choses matérielles ( aspect scientifique ) mais cette conception discutable et aléatoire possède aussi quelques aspects pervers si elle est utilisée, manipulée, comme c' est souvent le cas, pour installer la confusion dans les esprits les plus fragiles afin de les orienter, toujours à des fins intéressées : En effet, d' une part, nous arrivons à un stade de profusion où les profanes ne savent plus distinguer le principal de l' accessoire, ni le scientifiquement probable de l' hypothèse métaphysique gratuite (... comme l' est d' ailleurs l' ensemble de mes travaux ! ) . Mais ce n' est pas tout, d' un point de vue de l' équilibre entre les dogmes sur un niveau international, les débats soulevés par notre culture, la récupération qui en est faite sur le terrain politique semble en apparence poser des doutes sur la valeur même de nos "choix fondamentaux", comme de nos convictions, .... ce qui n' est pourtant pas le cas ! Le risque serait alors de causer la chute de l' ensemble de notre édifice conceptuel face aux "pseudo-certitudes" des cultures les plus anciennes, dépassées, mais campées sur des positions considérées comme étant inébranlables, séduisantes ... donc rassurantes pour les foules - Risquerions-nous ainsi de perdre cette "affrontement" pacifique pour les idéaux et laisserons-nous nos concurrents injustement gagner du terrain sur des acquis incontestables ? ... Au fond, soyez en sûr, cela ne serait pas si grave, puisque je considére que la progression correspond à un mécanisme imperturbable, même en cas de régression provisoire comme le laisse présager l' enchainement actuel des événements; ... mais nous devrions dans cette hypothèse perdre encore quelques "siècles" pour redémarrer le processus évolutif - Le danger serait alors de réitérer inutilement un scénario désormais connu et de commettre un jour le faux pas définitif, rédhibitoire pour l' espèce humaine - Or, nous l' avons précédemment souligné, le bon chemin serait le compromis concerté entre les nations ainsi qu' entre les différentes conceptions. Surtout qu' en définitive, pour revenir sur cette question d'un retour des conceptions vers les dogmes religieux, nous savons déjà que les cultures traditionnelles ne constituent pas en l' état la panacée permettant de prendre le relai ...! Il leur faut intégrer les derniers acquis admis par la science,... bref ! Oui à la spiritualité, non à l'intégrisme -

Quasiment toutes les religions se sont enfermées dans le "nombrilisme", le radicalisme et l' autosuffisance au fil du temps, en conséquence des facteurs de blocage inhérents aux dogmes et des contraintes de la hiérarchie sociale . Je préfère donc pour l' instant examiner ce débat d' idée sous son angle positif et local, intéressant nos perspectives de conquête du pouvoir - Ce "marché des idéaux" doit être considéré, sous un autre aspect, comme une porte ouverte sur les esprits ou une méthode d' approche des indécis ainsi que des opportunistes en tout genre . En effet, souvent déçus et dépités par la politique (... sens large ), les citoyens ont tendance à se mettre en recul par rapport aux mouvements classiques, mais cela n' a plus aucune espèce d' importance ! Cette conception élargie de la politique et des idéaux permet de créer une infinitude de mouvement aux projets dérivés ou parallèles, variés et spécialisés afin de redorer le blason terni par les outrages du temps : La spécialisation des projets permettrait ainsi de compenser une forme de mépris des électeurs - ( Dédain souvent suscité par des pseudo-révélations, servies par les médias partisans lors de l' affrontement des grands blocs idéologiques - Cette hypothèse survient généralement lorsque les programmes et agissements politiques ne suffisent plus à mobiliser les masses ... en conséquence du nivellement des dogmes dans une société qui arrive au sommet de son développement - phase plateau -).

Ces mouvements peuvent aussi naître naturellement et marginalement, d' une prise de conscience commune concernant des risques majeurs liés au fonctionnement de nos sociétés complexes - Dans ces divers cas, une copie conforme, ou "clone inoffensif", viendra tout naturellement s' ajouter au paysage politique, soit pour fractionner un électorat, soit pour le recomposer et vous rendre, par le jeu des alliances, une partie des suffrages provisoirement égarés, perdus ou retranchés sur de nouvelles convictions .

La technique consiste donc globalement à saisir l' opportunité d' un mouvement d' opinion spécifique et de le cristalliser à votre profit en mouvement politique latéral à celui d' origine (... prenons l' exemple simple d' une philosophie qui consisterait à rendre sa place à la nature et revenir en arrière sur l' exploitation outrancière des moyens de transport, vous n' auriez alors qu' à saisir cette opportunité pour créer un mouvement parallèle qui porterait sur cette considération ) . Vous puiserez évidemment la source de ces idéologies dérivatives dans les mouvements revendicatifs ou d' opposition issus des faiblesses de la structure comme du système conceptuel adverse .

 

Chapitre II : Imposer votre développement par la force "armée" ou par destechniques de dépendance -

 

Il existe une "trilogie classique"qui définit la place respective des trois éléments principaux que sont la "Politique - la Tactique et la Stratégie" . Cette trilogie s' adresse principalement dans mon propos aux puissances collectives souveraines et vise à définir leur position complémentaires dans le cadre de relations conflictuelles .

- La conception actuelle de la première notion place celle-ci en amont de la stratégie ( Primat de la politique ) avec son cortège diplomatique et fait de la guerre un substitut de la politique dés le déclenchement des hostilités .

- La stratégie définit et met en œuvre les moyens d' obtenir la victoire dans la guerre ( approche globale )- C' est la conception et la coordination des moyens dans une perspective d' ensemble .

- La tactique met en œuvre les moyens au combat en vue de la victoire dans la bataille - << C' est la conduite du combat, les manœuvres d' une armée sur le champ de bataille pour mener les troupes à l' attaque >> .

Seules les deux dernières disciplines entrent dans notre domaine d' étude pour ce chapitre, mais il nous faudra en ajouter une troisième qui concoure indirectement à établir le même lien de subordination : Ce sont les liens de "dépendance". Intéressons-nous à quelques aspects fondamentaux de chacune de ces notions ....

 

Section I - Principes tactiques -

 

81- Vous connaissez probablement quelques-unes des fables de Jean de la Fontaine ( …. Poète Français du XVIIE° siècle ) ? ? L' une des plus célèbre marqua la mémoire de nombreux écoliers par un récit extraordinaire, plein de féerie et de morale : C' est l' histoire de "La grenouille qui voulait être plus grosse que le bœuf ". Présomptueux petit batracien qui finalement, aux dires du poète, périt de sa vanité . Cette leçon mérite d' être réfléchie, car elle fixe en quelque sorte les limites de l' un de nos paragraphes avenirs sur "l' illusion de puissance" ... . Plus généralement, car certains principes ont cette vocation de s' élever sur un degré de généralité qui les rendent vrais en tous domaines, connaître ses limites vous permettra d' éviter bien des déboires en stoppant l' expansion de vos entreprises sur des dimensions appropriées . Le meilleur tacticien ou stratège sera voué à l' échec s' il perd cette qualité essentielle de savoir mesurer ses prétentions . Les sciences de la guerre ne sont donc rien à elles seules. Elles sont un complément de votre formation politique et citoyenne en vous permettant de faire valoir des ambitions légitimes ou vos droits, certes au besoin par la force, mais jamais pour le plaisir que procure la force ni pour en faire l' instrument exclusif d' une politique fondée sur ce seul aspect relationnel .

L' illustre auteur des fables ( douze livres parus de 1668 à 1694 ) nous fournit un travail intéressant à plus d' un titre . Le premier enseignement réside dans l' habile maquillage métaphorique de ses leçons qui visaient en fait à dénoncer les comportements, tromperies, intrigues et manipulations de ses contemporains . Le second nous révèle, de manière étroitement lié au précédent, le lien existant entre la forme de pouvoir et le mode de censure qui permet d' encadrer la critique, contenir le niveau de connaissance et la circulation des d' informations dans les limites exigées par la continuité du système institutionnel ou conceptuel en vigueur .

Afin d' échapper à la censure, La Fontaine choisit de transfigurer ses morales : Les animaux seront les acteurs de récits fantastiques et poétiques . La liberté de parole est parfois à ce prix dans les pays soumis à une quelconque forme de surveillance . Rassurez-vous ! .... ces images et métaphores ne sont pas l' apanage exclusif de nos aïeuls, la liberté de parole est un mythe que tout le monde défend, mais que bien peu de gens respectent dans les faits ... et nos auteurs contemporains savent faire preuve d' une troublante imagination pour habiller de "politiquement -ou moralement- correct" leurs allégations . Je vous laisse vous replonger un court instant dans quelques-unes de ces anecdotes avant de poursuivre ... .

Nous évoquions ci dessus les limites d' un procédé . Pour ne prendre qu' exemple, il ne faut effectivement pas trop espérer ni abuser des apports de ces techniques. "L' illusion ou l' intimidation", que nous allons examiner dans un instant, ne peuvent être le fondement d'aucun pouvoir .

Elles n' ont généralement de valeur que sur une courte durée pour "gagner du temps"ou sur un plan psychologique pour servir une politique "d' intoxication" des autorités et (ou) personnels subalternes adverses . De plus, un tel subterfuge n' est valable que dans le cas précis ou l' adversaire à "leurrer" ou "impressionner" ne peut avoir une connaissance précise de la "Composition" ni des "Structures" de votre organisation, faute de quoi le stratagème ne serait d' aucune efficacité . Chaque aspect tactique possède donc ses limites ainsi que ses pièges . Il vous faut apprendre à les connaître pour mesurer les cas précis où ils seront de bon aloi . Mon travaille consistera ici simplement de vous en énumérer les piliers, mais il ne relève pas de mon propos de vous en détailler les conditions, paramètres précis où les cas d' application . Vous devez trouver original et peut-être étonnant de tomber sur cet axiome militaire en partant du sujet politique principal . Pourtant, il existe de nombreux points communs dans l' esprit des deux notions .

Il en est de même pour toutes les sciences dont les mécanismes de réflexion font appel à des schémas identiques et utilisant des principes comparables au sommet ultime de leur expression . La stratégie, ainsi que la "tactique" est à l' art militaire ou à la politique ( sens large ) ce que la rhétorique est en quelque sorte à "l' art du discours" : Le cadre d' expression de certains mécanismes relationnels ou conflictuels pouvant s' appliquer à l' ensemble des activités et des rapports entre individus .

La connaissance, vous disais-je précédemment, est à mon sens "indivisible"et les différents aspects qu' elle revêt ne sont que des "adaptations circonstanciées" des mêmes règles générales et abstraites . Les principes que nous aborderons ici, polyvalents et pluridisciplinaires, pourront s' intégrer à la totalité des activités, occasionnelles ou quotidiennes, tant personnelles que professionnelles .

Ils fixeront et orienteront utilement toutes considérations en créant une méthode de traitement de il' information, adaptée selon les impératifs dictés par une discipline spécifique d' application . Il n' y a pas de frontière tangible entre ces différents savoirs, même si, pour vous les décrire, il m' a fallu les intégrer à des cas d' espèces et exemples caractéristiques qui ne peuvent que semer la confusion ... . J' en suis désolé, mais notre langage, comme notre logique, implique de procéder ainsi . Nombreuses règles dont vous avez pu prendre connaissance jusqu'ici dans cette réflexion sont extraites de sciences totalement étrangères au domaine de la politique : Biologie, philosophie, tactique du jeu d' échec, sociologie, technique de vente, astrophysique, ... cela vous choque t-il ?... Faites-en de même !

Débarrassez-vous des préjugés et des cloisons qui jalonnent votre esprit et vous quintuplerez vos connaissances et votre capacité créative . Quant à moi, je suis prêt à vous livrer deux ou trois enseignements issus de la tactique martiale .

 

Je simplifie ici mon approche . La tactique s' échafaude autour de trois idées pivots qui délimitent les phases cruciales de son passage à l' action :

 

82- § 1- Observer la position et quantifier les ressources adverses // leurrer l' adversaire sur vos propres éléments de forces -

 

Ce premier impératif conditionne étroitement l' échafaudage des stratégies dites d' espionnage, d' infiltration et de surveillance aérienne ou satellite pour définir la position et la teneur des forces adverses . Ces différentes techniques tentent d' appréhender la volonté et les objectifs de l' état-major ennemi pour anticiper ces mouvements, mais cette prospection peut avoir des effets inverses si l' ennemi démasque l' opération et vous entraine dans une opération "d' intoxication": Les renseignements doivent donc être corroborés par des indices matériels probants ( proportionnels, identifiables et convergents : Il ne s' agit pas de conclure la direction d' une offensive sur la seule présence de quelques pièces d' artillerie ou d'infanterie, ces mouvements doivent être confirmés par un faisceau d' éléments ) . Cette phase tactique donne toute son importance aux techniques d'espionnage afin de s'informer au maximum sur la dispostion d'ensemble des forces et sur les directions de mouvement du dispositif offensif.

L' aspect psychologique, préalable au combat, consiste à décupler le moral de vos troupes et à saper celui de l' adversaire en lui faisant parvenir des informations de nature à le mettre en doute sur le bien fondé de ses motivations ou sur le potentiel comme la férocité de ses forces armées comparé aux vôtres, ... informations qui seront de nature à susciter l' effroi et la paralysie, déterminantes au combat !

 

A -La démonstration de force usurpée ( démoraliser les troupes adverses par ...) :

Cette technique touche d' assez prés le concept contigu et typiquement militaire dit de "dissuasion". Notre hypothèse se donne l' ambition d' engendrer un résultat sensiblement équivalent en laissant planer le mythe d' une puissance aussi redoutable qu'efficace . La manœuvre consiste parfois en une pseudo- démonstration de force, qui aura valeur d' exemple, d' intimidation ou d' avertissement auprès d' une population ( sens statistique ) à mettre en garde ou impressionner . L' opération portera évidemment sur un "ennemi" choisi et prédéfini par vos conseillers en fonction d' un risque mesuré . L' issue de l' opération ne doit faire aucun doute .

C' est sur ce point que s' opère la distinction avec sa notion jumelle : La "pré définition" et le "calibrage" du risque face à un ennemi "construit" et choisit sur mesure, ... subjectivement présenté comme une puissance redoutable alors que ce n' est matériellement pas le cas . Les informations résultant de la joute, dont le résultat semble déterminé par avance, seront largement diffusées par vos médias pour leur donner plein essor . Bien menée, l' opération donne de bons résultats : Vous forger une réputation de meneur, et conquérant avec lequel il ne faut pas se mesurer sous la peine de subir d'importants dommages . Elle suscite l' admiration par la crainte, procure au vainqueur une image de force et solidité qui impose le respect .

Le procédé est cependant susceptible de travers dans l' hypothèse ou l' adversaire parviendrait à se faire une part de gloire malgré votre succès ( victimisation, statut de martyr, évocation de l' aspect héroïque de la lutte, révélation de la supercherie ), vous devez donc prévoir ces déviances par un cumul de stratégie ( contrôle de l' information - division - isolation - discrédit...) . L' affaire doit par conséquent être bien pesée car la moindre erreur sur un paramètre peut entrainer la débâcle médiatique, l' aspect psychologique ne devant pas être sous-estimé... il se trouve être la clef de la réussite des conflits modernes . Les tactiques globales mettent en jeu le caractère aléatoire de l' issu d' un combat . La logique militaire est effectivement probabiliste : Carl von Clausewitz ( général et théoricien militaire prussien - XIX° ) évoquait cette considération en ces termes : << ….Chacune des deux parties tâchera de prévoir l' action de l' autre en tirant ses conclusions du caractère, des institutions, de la situation et des conditions où se trouvent l' adversaire, et y accordera la sienne propre en se servant des lois du calcul des probabilités >> . L' histoire de la guerre est pleine d' exemples révélant des décisions fatales qui résultèrent d' une méconnaissance ou d' une mauvaise prévisions des intentions et des capacités de l' adversaire . Bien évidemment, l' hypothèse militaire peut tout à fait être adaptée au milieu politique, par exemple au travers d' une prétendue lutte avec un adversaire ambitieux de la même famille ou parti politique (... candidat évidemment sélectionné parmi les plus incompétents ou les moins dangereux ! ) qui convoiterait votre poste afin de lui infliger une sévère correction dans les règles de l' art et donner

l' illusion que vos prérogatives peuvent être disputées, mais sans succès, selon un mode ( pseudo-) démocratique . La débâcle de cet infortuné devrait amener les ambitieux à pondérer leur volonté de se mesurer à vous .

 

B -- Inciter un adversaire "caché" à sortir de l' ombre -

Il est particulièrement difficile de se battre contre un adversaire invisible ou caché menant des actions de type terroristes ou souterraines, sans laisser d' identité, de traces ni revendications . Pourtant cette situation délicate est loin d' être une hypothèse d' école, ce peut-être dans le cadre des relations internationales où des ennemis à votre cause se ligueraient secrètement pour peser et ainsi agir à votre encontre; mais encore dans l'hypothèse interne où une équipe concurrente mènerait des actions souterraines pour déstabiliser et mobiliser l' opinion publique contre vos structures .

Ce contexte est certainement le plus délicat pour l' autorité qui sera dans l' obligation de tendre un dispositif ou un quadrillage physique complexe réduisant par ailleurs les ressources disponibles et créant un climat "policier" défavorable à l' image de celui qui l' entreprend ( technique subversive adoptée par la résistance Française après la défaite des troupes conventionnelles lors de l'invasion Allemande ) .

- Il est donc nécessaire de mettre au point une stratégie de révélation qui consiste, pour l' autorité souveraine, par l' intermédiaire des "services spéciaux"( ? ), soit en de fausses actions, revendications, rumeurs, allégations ou accusations, qui obligeront le groupuscule à révéler ses caractéristiques et motivations pour ne pas être décrédibilisé, soit dans l' élaboration d' un piège ( avec un appât choisit sur mesure en fonction des dernières actions : le but consistera à cerner les critères des cibles visées par l' adversaire et d' en exagérer la portée de maniére à progressivement cerner, puis canaliser ces agissements . Vous n' aurez finalement plus qu'à l' attendre sur le terrain de ses prochains objectifs ), ou encore en diverses atteintes menées de la même façon sur les intérêts parallèles des suspects potentiels, désignés comme tel par des indices de recoupement, contraignant le véritable auteur à trahir son hostilité, car seul celui-ci pourra interpréter la réplique comme étant liée à ses propres "exactions".

- Par des moyens détournés, il est très envisageable de s' approcher, de cerner, puis de "ficher" les candidats à telle ou telle autre pratique en leur permettant d' exercer quasi-librement leur violon d' ingres au sein de structures établies proposant un accès indirect ou dérivé de l' activité compromettante . Ces institutions seront pour vous un lieu de renseignement et un moyen de contact .

- Pour faire sortir un ennemi tapi dans l' ombre ( ou qui ne montre pas son "vrai" visage ), il suffit parfois de recourir à la "provocation" ou à la "calomnie"( médiatique - conceptuelle - factuelle : De préférence par personne interposée ) - D' autres prêchent le "faux" pour savoir le "vrai" -

La méthode de la provocation est aussi imparable que systématique lorsqu' elle est "généralisée" : Elle devra donc prioritairement s' adresser et toucher les éléments ou adhérents de base du camps adverse; précisément ceux qui sont susceptibles de s' emporter parce qu' ils réagissent avec fougue et impétuosité . Menés dans les retranchements de ce qu' ils prétendent être ou incarné, en les sollicitant sur les points faibles ainsi que sur les contradictions inhérentes au dogme qu' ils défendent,

vos détracteurs ne tarderont pas à commettre l' incartade révélant leur "vrai" profil, celui dont vous ferez la publicité afin de les "décrédibiliser" .

- Un adversaire qui refuse d' entrer dans vos circuits institutionnels de dialogue ( ... donc ceux par lesquels vous seriez quasiment certain de parvenir à le "démentir" par le concours de l' ensemble de vos techniques relatives

à l' inflexion de l' information ) peut y être contraint en l' entraînant dans une phase "judiciaire" au cours de laquelle ( procédure, instruction, médiatisation et mode de régalement vous y aidant ) il devra répondre de ses actes et développer ses thèses - Cette technique suppose de disposer de services spécialisés afin de traquer les moindres faits et gestes de la cible et de saisir les autorités compétentes à la plus petite incartade . Ce préalable étant engagé, il ne restera plus qu' à le conduire dans votre spirale de l' information : Le voilà piégé !................. ( Cf - infra 165 - notion voisine - " L' incitation à recourir aux procédés institutionnels" ) .

 

- C - Les procédés "d' illusion" -

"L'illusion", comme la majorité des principes, peut tantôt être considérée sous un angle tactique, tantôt sous celui plus général de stratégie lorsque son procédé revêt une dimension globale et déterminante de l' engagement . Cette technique peut porter sur divers registres :

- Sur un Lieu - de réunion, de passage, d' attaque, de stockage ou production ...

- Un Instant ou un événement - Elle consiste alors à créer un doute à propos d' une date ou l' effectivité

d' un événement particulier, redouté mais attendu (... moment d' une attaque par exemple, à l' instar de

la campagne de désinformation relevant des services secrets des forces alliées précédant le débarquement en juin 1944).

- Un Personnage - confusion de personne ( sosies- ou multiplicité des convois ) afin de protéger des personnalités de premier plan ...

- Un Contenu - forces physiques humaines ou matérielles ( illusion de puissance ), notion

qui nous intéresse ici à l' exclusion de toutes les autres ...

* Illusion positive : Elle consiste à feindre de posséder une force ou un élément inexistant ou exagérer son potentiel pour impressionner l' adversaire; constatez que toutes les illustrations ne sont pas forcément militaires, loin s' en faut ...

. La manipulation comptable ou médiatique :

Les organisations militantes, politiques ou représentatives sont toujours en quête de légitimité par la démonstration de leur potentiel humain auprès des médias et de leurs adversaires . La difficulté majeure réside dans le fait d' une certaine démobilisation des masses concernant les luttes collectives . Qu' à cela ne tienne ! Les stratagèmes permettant de gonfler artificiellement les effectifs ne manquent pas :

Dans un premier temps, on peut commencer par fournir des chiffres surévalués mais invérifiables sur le nombre d' adhérents . Ainsi remarque t-on souvent le décalage significatif entre les chiffres officiels (qui ne sont pas forcément plus objectifs ) et les données transmises par les organismes représentatifs .

Par ailleurs, afin de donner une illusion de masse lors de manifestation, il est toujours possible de fédérer une multitude d' organisations autonomes et indépendantes sous une prétendu cause commune dont vous serez le principal porte-drapeau placé en tête de cortège - vous semblerez ainsi mener un groupe unique . En y réfléchissant bien, il est aussi concevable de transmettre à la presse quelques clichés photographiques judicieusement cadrés par une habile perspective donnant une trompeuse impression

d' abondance . Mais on peut de la même façon et dans le même ordre d' idée concevoir un circuit de manifestation fermé dont les passages cycliques laisse un sentiment d' affluence en tout point du parcours .

. Les forces physiques imaginaires - ( concept principalement militaire )

L' idée consiste à tromper l' adversaire ( ... et surtout de l' impressionner ! ) sur le potentiel de vos forces matériels ou à propos de vos ressources . L' astuce est vieux comme le monde ! Souvenez-vous de ce siège où les occupants d' un château jetèrent les derniers gibiers pour décourager les assaillants de poursuivre leur projet macabre ou de ces plages encombrées de pièces d' artillerie en plastique qui décourageront d' attaquer par la mer . Nous avons tous en mémoire ces reportages d' actualité dévoilant la supercherie de photos satellites où des État-majors procèdent au décompte du matériel blindé, canons ou installations ennemis qui sont en fait du matériel "gonflable" destinées à leurrer l' adversaire sur les lieux de stationnement, le potentiel, le mouvement des forces mécanisées ou la zone de convergence des troupes . Les défilés militaires en terrain occupé n' échappent pas cette règle que nous venons d' illustrer dans le paragraphe précédent : Des itinéraires en boucle donne l' illusion de profusion et décuple l' effet de masse, tout en laissant disponible le matériel opérationnel pour les opérations militaires s' effectuant sur le front .

* L' Illusion négative :

C' est exactement l' inverse de l' hypothèse précédente . La méthode équivaut à cacher l' existence d' une force, d'un allié d'importance qui fera la différence, feindre de ne pas disposer d' une efficacité ou d' un potentiel suffisant - Technique à dominante militaire- qui vise un effet de surprise, en espérant un relâchement de la concentration des troupes ou des positions adverses afin de prendre un avantage en déployant au meilleur endroit et au meilleur moment des forces dissimulées qui feront la différence. 

L ' art militaire utilise en effet un paradoxe surprenant, habilement décrit par Edward Luttwak << Une manifestation courante de l' ingéniosité tactique consiste à accorder une préférence paradoxale au moment le moins opportun et à l' itinéraire le moins favorable... aux voies d' accès les plus dangereuses ( probabilité de résistance ) et cela en vertu de l' essence même de la guerre >>. S' enchaine logiquement sur ce précepte l' idée de "sacrifice"et "diversion" auquel nous avons eu recours à mainte reprise dans les chapitres précédents . Les capacités du matériel à disposition représentent une donnée fondamentale à partir de laquelle les états-majors élaborent l' ensemble de la stratégie offensive et défensive ( portée , vitesse de progression,... ) . Il peut dès lors sembler crucial de cacher (ou leurrer) l' adversaire à propos des données relatives aux technologies mises à disposition sur le champ de bataille afin d' en utiliser le potentiel comme un instrument de surprise ou de surclassement . Dans le cadre de cette logique, il est possible d' échafauder une campagne d' intoxication préalable en montrant des matériels désuets ou archaïques face à l' ennemi dans une bataille sacrifiée, afin de lui procurer un sentiment trompeur de supériorité . Surprendre l' adversaire en portant votre estocade à l' endroit ou de manière inattendue n' est-elle pas une considération générale applicable à l' ensemble des rapports conflictuels ? !

Une illustration parfaite et parallèle de cette méthodologie peut être observée concernant la distribution des ressources lors des périodes électorales où les moyens financiers, forcément limités, sont alloués en fonction de l' observation des affectations adverses; une telle manœuvre de désinformation pourrait avoir la conséquence de démunir vos concurrents sur un terrain déterminant et de vous laisser le champ libre sur une circonscription qui ferait la différence dans les calculs de majorité ....

 

83- § 2 - Équilibrer les forces :

 

Seconde étape tactique, cette phase consiste, après avoir dressé un bilan rigoureux des possibilités et potentiels adverses, point par point, à strictement barrer la route ou être capable de répondre à l' offensive ennemie en terme qualitatif et quantitatif ( ... en fonction des capacités et du volume matériel ou humain concentré face à vous sur un espace géographique déterminé ) -

A - Principes généraux -

Même en dehors du champ de bataille, la notion d' équilibre des forces prend une dimension particulière depuis l' avènement des sociétés structurées : Plus que jamais [ ainsi que l' affirme Carl von clausewitz "... la guerre n' est en aucun cas un acte autonome et ( ... ) ne peut être séparée de la vie politique" -

" La guerre est une branche de l' activité politique"], nous nous apercevons que la guerre n' est qu' un moyen au service de l' action politique, ... partie intégrante du phénomène sociétaire .

Que ce soit en temps de paix afin de sauvegarder les centres vitaux d' une menace potentielle, en temps de crise dans l' intention de se préparer à l' affrontement, puis au moments des hostilités pour unir ainsi que coordonner les forces vers ce dessein ultime que représente la victoire, tous les éléments de la structure sociale sont mis à contribution . Le conflit implique bien de la part des belligérants la coordination de tous les moyens disponibles, ... et pas seulement des forces militaires !

En cas d' agression, il faut pouvoir répondre à la menace en temps et au lieu précis où se déroulera l' action . ( En fonction des informations obtenues en phase précédente - ) :

A la première phase succède donc son corollaire de "l' équilibration des forces". La technique ne vaut cependant que si la mise en parallèle n' a lieu avant l' engagement ( ... précédemment au rapport de force physique ) . C' est d' ailleurs une technique à part entière que de prendre un avantage avant cette phase

"d' installation" des forces, par la rapidité d' action ou par une désinformation obtenue au cours de la phase précédente . Ce principe chronologique ne vaut donc globalement que préalablement à la confrontation , mais conserve néanmoins une partie de son efficience pour les forces placées en arrière de la ligne de front et qui attendent, soit de monter à l' assaut, soit de renforcer les lignes ou encore de faire la différence en lançant une offensive majeure .

Lors des combats ( sur la ligne de front - fait ne correspondant qu' avec les conflits classiques ) le mouvement et l' enchainement des opérations fait parfaitement coïncider ces deux phases ( observation & équilibre ) qui tendront progressivement à se confondre, au point d' englober, dans le temps et l' espace, non seulement les premières mais les trois parties que je m' efforcé ici d' énumérer en paragraphes successifs .

Telle sera alors la difficulté pour l' État-major : Éviter l' anarchie menant à la débâcle et savoir méthodiquement restructurer les "lignes" pour maintenir la cohésion vitale du dispositif, ainsi que relancer les offensives successives et nécessaires à la désorganisation des forces adverses .

 

B - Notion de structures -

L' équilibre des forces m' inspire la notion "statique" de disposition des forces pour assurer un "face à face" efficace et dissuasif sur la future ligne de front .

D' une façon générale, l' organisation des différents éléments de votre armée, les voies et modes de communication, l' interconnexion entre ces composantes déterminent en majeure partie la puissance du dispositif offensif et défensif -

Je m' efforcerai aujourd' hui de vous en décrire sommairement ses aspects les plus fondamentaux :

1- Nous commencerons par un constat simple sur la "structure de réalisation" ( organisation des forces économiques - militaires - voies de communication ) : Elle définit l' efficacité du système et doit être prévue de façon continue, bien au delà de l' engagement militaire, dans le cadre d' un plan d' aménagement du territoire pour en faciliter la défense ainsi que celle des organes vitaux ( centre de décision, zone de production, lieu de stockage des matériels militaires, garnisons, etc .. ) .

Ce plan définira l' implantation des structures ( par "zone") en fonction des spécificités du terrain et des ressources - Chaque secteur doit être "autonome" et disposer de l' ensemble des structures nécessaires à sa sécurité ainsi que pour son fonctionnement ) .

2- "Armature du dispositif & Topostratégie": La configuration du terrain constitue le premier élément à partir duquel l' état-major doit élaborer et structurer, tant sa ligne de défense que sa future stratégie d' attaque .

En premier lieu, il est toujours prudent de réduire la zone de contact ( frontalière ) avec des ennemis potentiels - Lorsque la configuration des lieux ne permet pas de satisfaire cet objectif ( montagne - étendue et cours d' eau, forêts, etc ...), il sera possible de recourir à un "espace tampon" . Cette dernière option met en œuvre barrière artificielle, constitué de rempart fortifié ( ex de la ligne Maginot, tranchées ) ... ou matérialisé par une série de villes ( ou villages ) - La situation est idéale lorsque ceux-ci ne peuvent être "violés" par l' adversaire en raison d' une appartenance étrangère aux parties en conflit - qui ralentiront la progression de l' envahisseur ( .. à l' image de certains villages du moyen-âge qui prévoyaient des rues très étroites pour faciliter la défense des lieux, ...jusqu'à ces escaliers dont les colimaçons assuraient une facilité d'opération pour les gardes du palais ) .

3- stratification des structures - Quoi qu'il en soit, la structure du dispositif ne manque jamais d' être "stratifiée" : Les centres décisionnels, les zones productives ainsi que les bases stratégiques où sont entreposées les technologies militaires dites "de supériorité" doivent être profondément enfouis dans votre dispositif et prudemment être protégés par différents procédés ( graduels ) d' alerte et de défense visant à épuiser les intrusions avant qu' elles ne touchent le cœur de votre système ( notion de "poste avancé" et "d' avant garde" - de "force d' interposition et d' interception" ) .

- La "géostratégie" est d' abord une lutte pour les "bases" : La diplomatie doit permettre au prince, par l' intermédiaire de son état-major, de disposer de forces ( notion de "base avancée" ) au plus prés du terrain de crise, même et surtout lorsque celui-ci se trouve à l' extérieur - Ces structures avancées, placées hors de votre zone d' influence directe, incarnent le volet extérieur et nécessaire de votre action .

- La topologie du terrain fait qu' il se trouve toujours des points de passage ou des zones stratégiques :

L' état-major doit y apporter un soin tout particulier ( protection - jonction avec la structure environnante ) lorsqu' ils font déjà partie de sa zone d' influence ( ... et rapidement s' en rendre maître dans le cas inverse, puis construire son avancée sur ces noyaux structurels ) .

4- "Base" et "réserve" : Structures élémentaires du dispositif militaire conventionnel -

* Définition-

La "base" représente <... La zone où sont rassemblées les équipements et les services nécessaires à une action offensives ou défensive ( - dico hachette ) > - C' est la ligne sur laquelle s' appuie et se ravitaille une armée en campagne [ entretient et stationnement du matériel ] - Il existe différent type de base en fonction de son lieu d' implantation et de son affectation ( Base extérieure, relai, avancée, etc ... ) . La base peut être provisoire si elle répond à un besoin immédiat et ponctuelle, pour les besoins d' une opération particulière ( réunir du matériel et des personnels en vue d' une percée,

soutien logistique ) - Le terme s' adresse et reste valable concernant les trois corps d' armée ( Terre - Air -Mer ) .

Importance des "réserves": < ... Ce sont les forces disponibles que le commandement peut engager à tout moment dans la bataille ... ( hachette) > - La réserve à 2 fonctions : Prolonger et renouveler le combat - Servir en cas d' imprévu - Elles peuvent être déterminantes dans certains cas ! : Placées en retrait, derrière la ligne de front ( ... qui font obstacle à l' ennemi ), elles permettront de fournir

les effectifs de supériorité à l' endroit où le commandement décidera de faire converger sa force de frappe; lorsque les informations sur le déroulement de la bataille et l' emplacement des forces auront permis de constater ( de manière certaine - Attention aux opérations d' intoxication et aux pièges! ) un point faible dans la structure adverse .

* Implantation -

Où le commandement doit-il placer ces structures élémentaires en attendant l' engagement ? :

Les "réserves" seront implantées en fonction du théâtre d 'opération : Pour desservir rapidement, et en toute sécurité, la zone à ravitailler -( sans pour autant les exposer directement au feu ennemi - Elles seront donc placées "hors de portée" ) . Il en va de même des lieux de stationnement des troupes et du matériel qui doivent disposer d' une voie de repli, ne jamais être isolés ( du reste de la structure ), ni encerclés ou immobilisés par la menace ennemie .

5- Une répartition harmonieuse des structures - Principe de suffisance -

Les ressources ( militaires ) doivent être réparties selon les foyers de menace - Cependant, aucun point du territoire ne doit être exagérément "dégarni" - en évitant à l' opposé une trop grande "concentration" (.... Équilibre des forces, sous peine de devenir le point faible de la structure . Cette remarque sous-entend que le prince ait conscience de la puissance de son armée pour y adapter la taille de son empire, car la "dilution" des forces ne peut être qu' un point de départ pour la défaite -C' est le principe de "suffisance": En terme quantitatif et qualitatif, les forces physiques [ matériels et hommes ], les moyens de communication et de liaison, ainsi que la logistique doivent correspondre à l' objectif et à l' ambition fixée, en fonction de la résistance prévisible des forces ennemies ) -

6- L' infrastructure - Les éléments de la structure doivent être reliés entre eux par des "voies" de communication fiables, suffisantes et protégées, permettant la circulation des matériels, des personnels et des ravitaillements ( pour compléter les dispositifs, satisfaire aux besoins de ravitaillement et assurer le repli en cas de besoin ) - Les hauts dignitaires de la société romaine, au début de notre ère, furent les premiers à concevoir l' importance des voies de communication pour déplacer les troupes - Des services spécialisés eurent en charge de sans cesse développer et rénover le réseau de routes pavées . Le prestige et la gloire de cet empire démontre l' importance de ce paramètre infra structurel .

7- Dichotomie fonctionnelle - Il est intéressant pour l' état-major de se conformer autant que possible à la structure en "binôme"(... Elle correspond audédoublement de tous les éléments ainsi qu'à une mise en parallèle : Les éléments du dispositif se feront "face à face" et serviront à la fois de sentinelle et de protection l' un pour l' autre ) . Cette méthodologie peut concerner l' ensemble du système, de la base au sommet de la structure : Voies de communication, bases de stockage, dispositif structurel et "offensif", ... jusqu'au légendaire binôme de soldat progressant de front sur le champ de bataille - Le principe semble même faire son intrusion dans la conception des engins !...

N' est-il pas classique aujourd'hui pour les techniciens de l' aéronautique de dédoubler les moteurs et les commandes des appareils supersoniques ?

 

84- § 3 - "Créer une supériorité" / Créer ou profiter d'une "faiblesse" dans la structure adverse /... défaire une partie de ses positions et lui imposer votre progression .

Ce nouveau postulat s' impose encore au delà de toute démonstration, y compris à l' encontre de nos valeurs morales qui commandèrent pendant des siècles l' observation d' une certaine éthique dans la conduite des affrontements singuliers ( Duel au XIX° siècle ) ! Pourtant, lors des grands conflits, quelle que soit l' époque considérée, les généraux usèrent de toutes les ruses et perfidies pour mener leurs troupes à la victoire ! ... Les grands prédateurs ne font pas plus de cadeau aux troupeaux qu' ils traquent et n' hésitent jamais à s' en prendre aux bêtes les plus "faibles", celles malades ou les moins rapides ! ... Une attaque aérienne n' est décidé que si le commandement peut avoir la conviction de faire intrusion dans la couverture radar ennemie, précisément là où se profile son point faible : Entre ou derrière des montagnes, voire à basse altitude ! ... Mais ne vous imaginez pas à l' opposé que la "société civile" puisse échapper à ce même principe : Lorsque l' avocat défend son client, il s' appuiera sur les lacunes, imprécisions, faiblesses ou contradictions ( qui ne sont rien d' autre que des faiblesses ) des différents textes de lois régissant le sujet ! ... Les grands groupes idéologiques s' affrontent depuis toujours en soulevant les faiblesses du dogme adverse !! ... Les "groupuscules de pouvoir" qui attentèrent jadis aux libertés des citoyens usèrent des faiblesses du système démocratique en cherchant justement les limites des garanties constitutionnelles : Nous avons pu observer, et observerons à maintes occasions, que ces valeurs comportent de sérieuses lacunes (... voire des points faibles ? ) parce que les textes et organes qui en assurent le respect sont régis par des normes "inférieures"( moins protégées !), soit imprécises, soit faisant l ' objet d' une certaine inertie coutumière ou de fait que les textes peinent à appréhender . Bref ! .... Il importe surtout de comprendre le phénomène dans son ensemble .

Revenons sur le front - Pour satisfaire cet impératif d' engagement et faire la différence, divers registres tactiques sont à votre disposition :

 

A -- La diversion -

Elle à pour but de détourner l' attention de l' adversaire (ou concurrent) afin de l' occuper sur une action sans intérêt réel, et bénéficier de l' absence qui en découle sur le terrain que vous avez décidé : Là où se déroulera en réalité l' affrontement .

- Les fausses manœuvres, le sacrifice, « l' intox » - Ce sont les instruments principaux de cette problématique . Le centre d' intérêt doit être déplacé de sa substance réelle et être substitué par un contenu fictif ; l' ennemi doit être irrésistiblement attiré ( ...par de faux intérêts, en sacrifiant quelques pièces ou éléments subalternes dont on sait l'adversaire en quête ) et avoir la certitude que vos priorités ou objectifs se situent sur un "terrain" construit de toute pièce par une stratégie de désinformation ( faux documents et témoignages ) et d' indice matériels trompeurs - ( circulation de matériels et emplacements logistiques artificiels - Engagements sporadiques donnant l' illusion d' une préparation d' envergure sur une zone décalée de celle qui servira de point de passage principale de vos forces. Cette diversion se complète en obligeant l'adversaire à dénuder ses forces de certains points stratgéiques en exercant une pression sur plusieurs zones et intérêts sensibles contigues .

 

B - Appât - Guet-apens - Effet de surprise -

Les trois techniques sont souvent combinées pour mener une partie des forces adverses dans une embuscade afin de réduire le potentiel offensif global de ces forces sur un point donné et vous donner libre court sur tel autre . Pour ce faire, le commandement à tromper doit être motivé par des indices matériels ou de faux renseignements qui le motivera à chercher un bénéfice ou un avantage immédiat, en fait inexistant ( L' appât : ce peut être la capture de personnalités ou de renseignements déterminants, une victoire facile sur un objectif peu protégé, des ressources dont il se trouve être en pénurie, etc... ). Le piège tendu se refermera lorsque l' ennemi, emmené dans un étau fatidique ou une configuration défavorable, verra fondre sur lui une implacable puissance de feu .

L' effet de surprise peut encore se traduire par l' intervention inopinée d' une force supplémentaire ( numéraire ou technologique ), cachée jusqu' alors et qui vient faire la différence en submergeant les positions ennemies sur un point mal adapté ou en infériorité numérique . D' une façon générale, le principe commande de réfléchir aux actions auxquelles l' adversaire s' attend le moins et de s' engager dans cette brèche . L'illustration la plus significative de ce stratagème réside dans l'exemple antique du "cheval de Troie" : Les troyens, finalement imprudents, introduisirent ce colosse de bois, laissé par l'ennemi, dans leur murs en s'imaginant ramener un trophée de guerre faisant suite aux dix années de siège menées en vain par leur ennemi grec - Mais ce cadeau était en fait un abri cachant des guerriers qui profitèrent de la nuit et de l'effet de surprise pour ouvrir les portes de la cité, jusque-là imprenable . L' armée des envahisseurs emporta finalement la bataille et la ville finit en cendre -

 

C - Tactique fondée sur l' inadaptation de la disposition des forces adverses -

L' idée repose sur le fait de lancer une offensive sur des pièces dont la disposition ne se prête ni à

l' attaque ni à la défense . En effet l' art militaire repose principalement sur une méthodologie quasi bureaucratique déterminant des phases caractéristiques : Montée au front suivie d' un retour à l' arrière après déroulement des opérations; ordres de combat entrecoupés de disposition de déplacement, de mise en joue ou de repos . Ainsi, une puissante et indestructible colonne de chars prête à l' assaut se retrouve totalement inoffensive et démunie en phase de repos ou d' entretien ! Concrètement, la stratégie aboutit à des opérations qui se déroulent pendant le mouvement des colonnes ennemies, pendant la nuit, au cours d' un ravitaillement, etc ... .

 

D - La multiplication des fronts ( La tenaille - L' encerclement - Le contournement suivi d' une attaque à revers ) - désorganisation et harcèlement des arrières de l'adversaire -

Ce procédé tactique fut largement utilisé à toutes les époques et consiste à ouvrir un front direct et d' envergure obligeant l' ennemi à y concentrer, diviser une part importante de ses forces . Pendant ce temps, vous prendrez soin d' organiser un contournement de ce front, et par une seconde attaque ( la tenaille) opérée de préférence par des forces amies ou alliées, vous affligerez l' ennemi sur ces lignes "arrières", là où précisément la structure des forces se prête mal à ce genre d' agression . Il fut procédé ainsi pendant la seconde guerre mondiale contre l' Allemagne nazie en multipliant les fronts, obligeant Hitler à diviser les siennes entre l' Est et l' Ouest . La multiplication des lignes de feu permet souvent de prendre un ascendant dans le conflit . Les techniques d' observations aériennes actuelles ( par satellite ou avion espion ) ont cependant bouleversé les données élémentaires de cette méthodologie : La supériorité technologique du matériel d' action et d' information sont désormais une composante fondamentale à côté des facteurs de "masse" et de "géostratégie". Il peut aussi s' agir de déstabiliser les structures profondes ( logistiques - voies de communication - site de production ou de stockage des matériels - carburants , etc ...) afin de priver le front ennemi de sa substance : Les intrusions commandos, les troupes aéroportées, les bombardements aériens ou par missiles sont les instruments de prédilection pour la réalisation de ce genre d' opération . Un autre procédé peut consister à stopper ou ralentir l'adversaire dans sa progression en l'obligeant à faire marche arrière pour rejoindre un centre névralgique ou jugé d'importance ( ...dont la protection fut délaissé ou négligé dans la fougue de l'expansion ) menacé par vos soins à cet effet -

 

E - La percée - L' effet de masse & l' apport d' une supériorité matérielle o numéraire sur une zone localisée - //- Combat corps à corps ou tenir l' ennemi à distance -

Elle ne peut généralement se combiner qu' avec une tactique de désinformation, de diversion ou grâce à une discrète manœuvre d' approvisionnement et constitue souvent le point de départ de toute tactique offensive sur la ligne de front . Ce procédé élémentaire s' intègre cependant inévitablement dans une stratégie globale de déstabilisation de l' adversaire en associant diverses actions concomitantes ( portant sur ses arrières, les points de ravitaillement, les lieux de stockage du matériel, etc ) ... pour essouffler sa capacité de réaction sur le point où s' effectuera la percée . Mais encore, cette brèche ouverte dans les positions adverse devra-t-elle s' intégrer dans une perspective et sur un endroit mûrement réfléchi de manière à préparer ou favoriser la suite des opérations ( division des forces adverses, préparations d' une tenaille ou d' une attaque à revers, conquête d' une zone géostratégique pivot, etc ... ) . La manœuvre implique de sélectionner un endroit ( ...que vous aurez... ) fragilisé dans les positions ennemies ou de concentrer des forces offensives en surnombre pour ouvrir un passage conséquent dans la structure adverse .

Ce point de passage ouvrira peut-être un corridor sur la victoire . Parfois, l' avantage provient du transport sur les lieux de l' affrontement, de manière inattendue, non pas d' une supériorité numérique mais d' un matériel qui surclasse la capacité ennemie ( puissance de feu & portée supérieure ) .

- De votre matériel peut donc dépendre le type de stratégie à adopter pour mener l' offensive :

Si vous disposez d' une supériorité quant à la portée de feu, vous utiliserez cet avantage pour !@#$%^&*éner vos coups à l' abri d' une riposte adverse - Par contre, si vous deviez être en infériorité sur cette question, vous opterez pour une stratégie de "contact", voire "d' intrusion"- Vous imiterez ce boxeur aux abois qui empoigne son adversaire pour l' empêcher de taper, ... ou le poulpe qui, démasqué malgré la performance de son camouflage, se jette sur son assaillant dans un sursaut réflexe, animé par l' espoir ultime de sortir vainqueur de cette étreinte mortelle . Voyez encore la tactique Vietnamienne qui consista à terrer ses combattants dans de véritables réseaux souterrains et piéger la forêt, à défaut de rivaliser avec la technologie de ses ennemis occidentaux : La technique fut payante et les mènera à la victoire !.... . Il n' existe donc pas de fatalité, aucun combat n' est perdu d' avance ! ....

 

F - Une progression efficace et protégée -

Cet objectif comporte cinq aspects concomitants :

. Conserver le plus longtemps possible les secrets de votre plan d' attaque ( préparation discrète ) .

. Frapper à l' endroit et au moment le plus inattendu .

. Marteler, submerger l' adversaire ( Effet de masse : supériorité numérique et matérielle de l' équipement ) sur le point où aura lieu l' offensive.

. Porter un coup décisif dès les premiers mouvements ( L' attaque doit être opérée sur un point clé de la structure adverse, ce qui aura pour effet de déstabiliser la totalité de ses positions . Par exemple en désorganisant les arrières ;en bloquant le mouvement ou le déplacement de pièces stratégiques, voire en obligeant celui-ci à retirer des éléments importants pour les replacer sur des sites accessoires- Cette redistribution ne pouvant qu' engendrer une fragilité .)

. Procéder à une avancée harmonieuse et équilibrée - Sur ce point, je vous recommande d' observer la tactique du jeu d' échec et notamment la stratification des forces derrière la ligne de pion : En effet, ce n' est pas un hasard si la disposition initiale du jeu prévoit cette ligne composée de huit pièces assez peu mobile . Cette "avant-garde" ne représente ni un fardeau, ni un obstacle au mouvement des grosses pièces; ... bien au contraire : Elle concrétise le fer de lance, quitte à procéder au sacrifice, pour creuser une brèche dans la structure adversaire tout en protégeant les pièces fondamentales de votre jeu . Revenons à notre sujet - Lors de votre progression en terrain ennemi, il vous faudra consolider et fortifier les positions conquises, ... cette méthodologie vous imposera, entre autres nécessités, de ...

 

G - Protéger l' arrière et les flancs, assurer un ravitaillement suffisant des troupes et des matériels -

Cette règle impose d' une part de ne pas trop étirer la ligne de front afin de ne pas dissiper outre mesure la puissance et la résistance des forces en lice, mais encore de s' assurer de ne laisser aucune capacité de résistance derrière les positions les plus avancées ( sauf opération du type commando qui a vocation particulière de frapper et de se retirer consécutivement pour fragiliser les structure statiques ou opérationnelles de l' ennemi ), et pour finir de ne point constituer de brèches importantes entre les éléments de votre force

en progression car l' ennemi pourrait s' y loger .A mesure de l' avancée des troupes, de véritables réseaux logistiques doivent être constitués avec l' installation de point de ravitaillement réguliers et protégés pour satisfaire les nécessités matérielles .

C' est là une des faiblesses des progressions trop rapides ou des Empires trop grands ... de créer des espaces susceptibles d' être "corrompus" par les forces adverses . Impératif vital, c' est aussi une véritable tactique que d' éloigner l' adversaire de ses sources ou point de ravitaillement, en l' incitant à entrer profondément dans vos lignes ( appât ), afin de fragiliser ses structures logistiques pour enfin le juguler sa progression . Maintes armées puissantes et aguerries furent défaites par ce biais et il vous faudra garder en mémoire de ne jamais vous couper des lignes énergétiques .

 

H - "L' usure" - couper les voies de ravitaillement / de communications - L' état de siège -

C' est un procédé classique qui consiste à vider progressivement et inexorablement les forces de l' adversaire en lui infligeant une série interminable de toutes petites agressions, individuellement sans importance ( ... ce qui ne signifie pas pour autant qu' il faille s' attaquer à n' importe quoi, de proche en proche, les pertes infinitésimales doivent se transformer en véritable carence pour l' adversaire ) mais dont le cumul et la répétition finissent par occuper, saper ses forces, déstabiliser et mobiliser l' ensemble des ressources pour protéger la moindre de ses possessions .

C' était jadis, le rôle de la résistance Française pendant l' occupation Allemande et particulièrement en préparation du débarquement des forces alliées en juin 1944 . Cette tactique peut donc revêtir un aspect stratégique lorsque, globalisée, elle vise à systématiquement détruire les ressources, approvisionnements et les voies de communications adverses pour le priver de ses soutiens logistiques, comme de toute coordination et l' obliger à renoncer à la poursuite des combats, faute de moyens, d' ordre et d 'information des centre de décisions . L' usure peut aussi se concevoir comme technique d' épuisement d' une attaque adverse . C' est le procédé utilisé par le commandement soviétique pour contenir la déferlante des blindés allemands lors de la dernière guerre mondiale : Une succession de ligne furent dressées face à l' ennemi pour progressivement encaisser, ralentir puis finalement stopper sa progression . La technique, obligeant à une débauche de moyens, humains et matériels, pousse les protagonistes aux confins de leurs possibilités - Celui des deux qui ne peut y satisfaire finira par céder ! Dans notre exemple, l' acharnement, le sacrifice héroïque et le froid eurent raison de l' armée allemande .

Le siège consiste à priver l' ennemi de sa liberté de mouvement, lui interdire tout contact avec l' extérieur et obtenir son asphyxie en le coupant de ses approvisionnements . Mais cette victoire ne s'appréciera que si vous prenez garde que le temps qui passe peut aussi jouer en faveur de l'ennemi si celui-ci parvient à se faire rejoindre par un allié qui vous harcèlera ou s'il peut, de son îlot, vous réserver une mauvaise surprise : Observation et prudence seront de rigueur ! Vous obtenez le même résultat en privant, sans recourir au siège lorsque la zone d' influence ennemie est trop vaste, en détruisant systématiquement les points de ravitaillements ou les voies de communication adverses . Exsangue, l' ennemi n' aura plus qu' à négocier les conditions d' une capitulation .

 

I - La politique de progression et d' éviction par la "terreur" -

Le principe est vieux comme le monde, mais nos sociétés évolués peinent à le regarder et tendent à l' oublier tant il peut être choquant au regard de nos valeurs morales . Toutes les armées y ont pourtant eu recours ! L' idée consiste à fomenter les éléments d' une pression psychologique qui poussera l' adversaire à reculer ou se retirer par lui-même plutôt que de subir les désagréments de la proximité avec l' ennemi . Pour contribuer à cet effet, les conspirateurs mettront en œuvre une panoplie comportementale et relationnelle de nature à susciter l' effroi chez leurs voisins : Atrocité sur les victimes, mœurs barbares, accrochages récurrents, ambiance délétère lors des rencontres, climat de haine et de ségrégation, politique de destruction systématique par le "feu" sur les édifices et constructions ennemis pour grignoter le terrain, etc ... .

 J - Tactiques & Attaques fondées sur le facteur temps - ( Attaque commando / "guerre éclair"- principe à la fois tactique et stratégique - )

Manœuvrer une armée reste une opération lourde et fastidieuse même si le déplacement des colonnes et des divisions reste un aspect incontournable de la cristallisation des forces sur le terrain . L' efficacité offensive du matériel moderne ouvre la porte à de nouvelles stratégies fondées sur une agression localisée, aussi prompte que violentes, opérée subrepticement par des forces minimales, puissamment armées, autonomes et déconcentrées vis-à-vis de leur corps d' origine . Ces opérations visent globalement à intervenir rapidement pour annihiler ou s' emparer d' éléments vitaux placés au cœur de la structure adverse, préparant ainsi l' intervention des forces conventionnelles, mais toujours en faisant en sorte que la cible n' ait ni le temps de réagir ni le temps de transmettre l' alerte .

 

- Section II- Principes Stratégiques -

 

85- J' en ai retenu une quinzaine qui me semblent de portée universelle et applicables en toutes les circonstances conflictuelles, quelle que soit le domaine ou le registre du rapport de force considéré -

( Jeu, rapport humain, conflit collectif, stratégie militaire ou commerciale, etc ...) . Certains sont issus de la

théorie classique, d' autres sont le fruit de ma prospection dans les manuels d' histoire et de politique .

 

1- Observation et quantification des forces et des protagonistes - Analyse de la stratégie adverse :

Le premier impératif pour échafauder votre futur plan d' action commande de dénombrer les intervenants de la scène considérée, car elle n' est pas toujours militaire, d' identifier la part de ces acteurs qui vous sont opposés, les ententes qu' ils ont opéré, la fraction d' ennemis potentiels capables d' aligner une force suffisante, ainsi que menaçante face à la vôtre et surtout les intentions de chacun . Le but étant de ne pas être pris au dépourvu ( Ne pas perdre l' initiative ), et d' avoir le temps de développer vos divers stratégies avant que "l' offensive" soit engagée, afin de l' empêcher si vous êtes en situation de faiblesse et pour prendre les devants dans le cas contraire . Ce commandement sert donc de canevas à l' ensemble des contacts entrepris sur le plan des négociations politiques ou diplomatiques et justifie l' observation des partenaires, comme des protagonistes par des techniques officieuses relevant plus ou moins de l' espionnage ( sens large ) . Ainsi que nous venons de le voir dans la précédente section, le principe possède son pendant tactique qui consiste à mesurer sur le théâtre d' opération la force, la position et le mouvement des forces ennemies sur le front - Mais plus encore, cet ordre d'idée possède son affirmation dans le déroulement même de la trame guerrière car il est stratégie à part entière de retarder ou éviter l'affrontement physique jusqu'à ce que vos installations, matériels, forces humaines ou conditions politiques ne soient au paroxysme de leur puissance . Mais je trouverai sordide de n' envisager la chose que sur le registre conflictuel . Sur la scène internationale, ce même schéma relationnel est une préoccupation constante des nations pour éviter l' isolement et anticiper les crises . Il faut d' ailleurs constater en ce domaine une certaine stabilité des relations, doublée d' une évolution qui n' est toujours que trés lente : Les Etats alliés ou partenaires ne deviennent que rarement des ennemis jurés du jour au lendemain; les tensions ou conflits d' intérêts mûrissent lentement. Ceci dit, il faut être lucide sur le lien vous unissant à vos partenaires et être capable d' en jauger la force et la sincérité afin de ne pas subir un brusque revirement de situation qui pouvait se prévoir du seul fait de la nature de l' entente ou des relations ! Autre remarque d' importance : Nous venons d' observer dans la "conclusion" du chapitre précédent ( Diplomatie ) que ce siècle de progrès fut le siège d' un accroissement considérable du nombre d' acteurs sur la scène internationale - En conséquence, il faut bien constater la complexité du dialogue entre puissances souveraines et la nécessité de prendre conscience que les vieux modèles, nés de l' époque des relations "bipolaires" doivent être améliorés, voire corrigés, faute d' être sérieusement contestés par les puissances naissantes; ces institutions étant totalement en décalage avec les réalités du terrain, elles font peser un risque sur l' efficacité de leurs actions et décisions .

Le dernier aspect de ce principe, mais pas des moindres, nous fait observer à quel point il est important de suivre et comprendre les agissements de l' adversaire . Votre stratégie ne peut être statique ou figée mais doit s' adapter, voire même dans certains cas se calquer sur celle de l' ennemi - Dans sa configuration idéale, elle devrait parfaitement s' imbriquer sur ses défauts et imiter ses points forts afin de s' en servir contre lui ! A l'image de cette philosophie particulière exprimée au sein des arts martiaux Asiatiques où le combattants se sert de la force ou l'élan de son assaillant pour la récupérer dans son système de défense -

Je n' évoquerai que l' exemple de l' armée Romaine, menée par Scipion, qui utilisa contre Hannibal sa propre technique de combat pour finalement défaire l' armée carthaginoise à Zama ( Numibie - 202 av JC . Défaite qui marqua un revers déterminant dans l' épopée des guerres puniques et qui scella le sort funeste de Carthage .

 

2- L' activité : La réalité du terrain commande de ne pas rester passif et d' employer à fond ses moyens pour atteindre le plus vite possible les objectifs, ôter à l' ennemi sa liberté d' action par l'exercice d' une pression constante afin de l' empêcher de re-prendre l' initiative ou de se réorganiser après un revers .

L' inactivité entrainerait par ailleurs un relâchement du moral et de la discipline . Encore qu'il ne faille pas tomber dans le travers opposé d' un activisme désordonné et incohérent (... fondé sur de mauvaises informations, celui-ci peut être bien plus nuisible que l' inactivité ! ) . En conséquence, l'inactivité ( l' attente ) ne devient un avantage vous concernant que si vous savez l' ennemi engagé dans une action qui lui portera tort et à condition d' être en position de le recevoir "convenablement" .

 

3- Concentration / Effet de masse : Ce principe consiste à réunir le maximum de force sur une zone qui sera définie comme l' axe principal de la confrontation; de manière à disposer d' une masse de manœuvre ou de choc inégalable en ce point déterminant ...

 

4- Isoler l' adversaire : Corollaire du précédent, il prescrit d' une part de veiller et contribuer à

l' étalement des forces adverses mais encore de limiter les connivences et appuis qu' il pourrait trouver avec des puissances étrangères ou rivales à vos intérêts .

4- bis : Former une coalition (...de capacité supérieure à l' adversaire ) : Vous devez réunir autour de vous une coalition capable de supplanter les forces adverses, et si possible d' en assurer la direction -

L' isolationnisme est donc à proscrire, ce qui ne vous interdit pas de conserver des moyens de pression discrets ou indirects pour contenir les velléités dominatrices de vos futurs collaborateurs ( division, mise à disposition de forces ou matériel d' un potentiel inférieur; dépendance par les approvisionnementsou par l' intercession de vos structures en un point quelconque de la chaine matérielle ou décisionnelle ) . Ces ententes doivent coïncider avec une dimension géographique pour circonscrire l' extension territoriale des ennemis les plus directs et les plus dangereux . L' union peut être sceller sur des intérêts communs, par exemple sur un projet d' expansion partagé, ou plus rarement sur un chantage ( sur les éléments de moindre importance ) en brandissant la menace d' une perte ou pénalité pour les opposants les plus faibles .

 

5- Direction- objectif- Notion"centre de gravité": C' est une ligne imaginaire indiquant l' axe selon lequel doivent être menées les opérations pour obtenir une efficacité optimale . Itinéraire idéal reliant le point de départ et d' arrivée qui n' est pas forcément l' objectif en lui même, mais le trajet le plus indiqué pour atteindre cet but . Le "centre de gravité" détermine le point vers lequel doivent être dirigées les énergies en fonction des caractères dominants de la puissance de l' adversaire . Ils peuvent être matérialisés par les différents pôles de la vie sociale : Par exemple ... Centre politique ou décisionnel de façon à priver l' ennemi de sa "matière grise".

Approvisionnements extérieurs et alliés principaux lorsque l' ennemi est tributaire d' autrui .

Zone productive ou lieux de stationnement des garnisons lorsqu' il est possible de porter un coup décisif en privant l' ennemi d' une grande partie de sa force, concentrée par erreur ou par nécessité sur un lieu exigu .

 

6- L' économie des forces (... ou des moyens ) : Elle commande de rechercher l' usage maximal des forces - aucune fraction de celles-ci ne doit rester inactive ou employée en sur effectif, à mauvais escient pour conquérir des objectifs dérisoires : C' est la proportion des moyens face au but poursuivi .

Il est cependant admis d' affecter, de concentrer le gros des forces au but principal ( faire nombre au point décisif ) .

 

7- L' initiative - Importance du "facteur temps" - La Temporisation :

< ... La meilleure des défenses, c' est l' attaque !... >

Je considère ce paramètre comme étant probablement le plus important du répertoire stratégique s' il est judicieusement allié à son corollaire qui consiste à générer une pression permanente sur l' adversaire afin d' empêcher toute réaction ! Elle permet donc de prendre un avantage, d' anticiper sur lui de manière à lui ôter sa liberté d' action et à le contraindre à subir votre volonté . La saisie de l' initiative dépend de la vitesse de réunion des forces et de la méthode de lancement des opérations - Problème fondamentalement matériel et logistique : Il faut que vos moyens soient prêts dans un délai plus court que ceux de l' adversaire ou laisser supposer à l' adversaire que l' attaque n' est pas d' actualité . En règle générale l'initiative est liée à l'idée d' offensive - ( par définition, l' autre protagoniste subira votre action ) - Les principes cumulés d' initiative, de surprise et d' activité sont d' ailleurs d' ordre général et ont leur place dans tous les domaines et à tous les niveaux de conflits : Il est trés logique que celui qui prend l' initiative dans une combat singulier à poings levés pour étourdir son adversaire se dote d' une supériorité de fait, idem lors d' un conflit armé ... ou d' un duel de western en donnant un avantage certain à celui qui dégaine le premier ! Prenez encore l' exemple du prédateur qui guette sa proie et lance son attaque au moment le plus inattendu .

Notez encore cet exemple caractéristique de l' avantage que se donne l' initiateur d' une activité économique ( le chef d' entreprise ), en élaborant et détenant l' initiative des relations, processus comme les moyens de production, etc ... . Ces avantages correspondent certainement plus ou moins à des conséquences liées au phénomène "d' initiative" . Il semble évident qu'il y ait une prime à "l'action" dans un monde physique où tout ce qui "est"doit subir les conséquences des systèmes environnants en respect du principe évolutionniste - En précédant l' action naturelle, l' inspirateur oriente, ( s' accapare !) une partie des mécanismes qui influent sur le "devenir", et c' est à ce titre qu' il se dote d' un avantage sur celui qui subit ou attend le déroulement des faits .

En règle générale, nous pouvons avancer l' hypothèse selon laquelle toute stratégie militaire digne de ce nom doit déployer son action au travers du facteur temporel - Justement de manière à prendre l' ennemi de vitesse : Pour anticiper ses mouvements et l' attendre sur un terrain où il pensait vous doubler, l' empêcher de constituer des bases et arrières solides à mesure de sa progression, ... s' opposer à toute forme d' organisation pour constituer les lignes de front ou de les approvisionner - Bref ! Il s' agit de maintenir la pression pour empêcher l' adversaire de prendre ou reprendre l' initiative / Il vous incombera de choisir en fonction de votre disposition et de vos capacités matérielles ou offensives : ... guerre "éclair" pour qu'il n' ait pas le temps d' organiser sa défense, ... ou stratégie de long terme pour l' essouffler... et venir à bout de ses structures matérielles . Il semblerait que les stratégies modernes se retranchent progressivement derrière cette dernière conception en faisant bonne place à la lutte politique .

A l'opposé, il semble donc envisageable de citer la notion de TEMPORISATION comme le pendant politique et stratégique de ce premier volet intégrant un "timing" précis du déroulement offensif. En effet, le recours à une stratégie diplomatique de temporisation peut efficacement servir de méthode afin de s'assurer un temps nécessaire à la reconstruction d'une défense ou d'une armée efficiente. Certains stratége antique allèrent jusqu'à concéder des terres, signer de "faux" traités de paix, en replliant leur armée afin d'occuper et calmer les ardeurs offensives d'un assaillant en vue de préparer une reconquête. L'armée Russe, lors de l'offensive allemande ( seconde guerre mondiale ) eu recours à ce procédé de ralentissement à la progression en créant une succession de "barrage" qui usèrent et retardèrent la percée fasciste.

 

8- Définition et "occupation" des points névralgiques du terrain : ( notion stratégique ou tactique suivant l' échelle d' application ) . Cette politique impose de savoir définir sur les cartes d' État-major de grande échelle les positions géographiques stratégiques ( en fonction des ressources, point de passage obligatoire et des objectifs de conquête ) et d' y mener des forces suffisantes pour occuper la position et y interdire toute intrusion . Ce peut être un carrefour ( Gibraltar, suez ), un point haut ( plateau ) permettant de contrôler une zone par l' observation et d' y positionner des troupes afin de faire respecter votre politique, un point d' approvisionnement, un raccourci, un passage obligatoire pour rallier deux zones distinctes mais contiguës . D' une façon générale, ces points névralgiques vous assurent la maîtrise des alentours ( filtrage, observation, communication, implantation d' une force de frappe ) .

 

9- Occuper le terrain pour en exclure les adversaires - (organisation d' une stratégie d' occupation sur le moyen et long terme ) - Lors d' une entreprise de conquête, l' objectif principal consiste effectivement à s' emparer d' un territoire pour vous en rendre maître . Cette manœuvre sous entend inévitablement d' élaborer une politique d' occupation et de substitution par l' implantation de colonies fortifiées qui empêcheront les populations exclues de revenir sur le site.

 

86 - 10- La dissuasion -

Elle est aujourd' hui étroitement associée et fonde l' essentiel de son action sur une arme spécifique dotée d' une puissance sans équivalent - Poursuivant sa quête éternelle de l' arme ultime pour assouvir son fantasme d' une domination éternelle, totale et incontestable, l' homme pensait avoir trouvé réponse à ce défi avec la découverte scientifique qui marqua ce milieu de vingtième siècle : La fusion et L' arme de destruction massive . Mais il n' en fut rien ! La faculté d' adaptation de l' être humain réduit rapidement à néant cet espoir chimérique - Après une brève période d' effroi, les acteurs de la scène internationale trouvèrent le moyen de contourner la menace du feu nucléaire . L' arme de l' apocalypse n' empêcha finalement pas les conflits d' éclater partout dans le monde, même si une codification ainsi que des protocoles spécifiques se mirent progressivement en place pour satisfaire aux exigences de ce nouveau modèle relationnel et conflictuel . L' essence du rapport de force se veut par définition mouvant et la supériorité des civilisations, comme celle des espèces sur la scène animale, forcément transitoire, ne peut résider sur le seul fondement d' une pseudo panacée militaire . ... Balivernes me direz-vous ? Pour vous convaincre, il me fallait obtenir des avis d' experts se rapprochant plus ou moins de mes propres conclusions . Le concept fait l' objet de nombreuses études et je préfère vous renvoyer à ces ouvrages spécifiques pour prendre connaissance des notions qui y sont relatives . Je ne pourrai ici que vous en dresser des contours sommaires, subjectivement interprétés, sur les bases théoriques fournies par des professionnels de la question .

- Extrait bibliographique ( "TRAITE DE STRATÉGIE" par Hervé Coutau bégarie - 4° édition - Economica ) :

- cf : "Inversion du rapport, "utilisation de la force // Menace de la force" - Essence de la dissuasion -

<< ( ... ) . .... Une grande nouveauté de la stratégie contemporaine est imputable à l' arme nucléaire : Avec la bombe, le risque d' ascension aux extrêmes s' identifie désormais à la menace de l' apocalypse, rendant caduque la définition Clausewitzienne de la guerre comme continuation de la politique .

A l' ère atomique, le risque est toujours plus grand que l' enjeu dés lors que les intérêts vitaux de l' agressé peuvent être mis en cause et qu' il dispose d' un volume de forces nucléaire lui permettant de satisfaire au principe de suffisance . Dés lors, un conflit comportant le risque de recours à l' arme nucléaire doit être évité à tout prix, car même celui qui dispose d' une supériorité écrasante ne peut avoir la certitude d' échapper à la riposte adverse . l' impossibilité d' échapper aux représailles rend irrationnelle toute entreprise susceptible de déclencher le feu nucléaire . La dissuasion semble intrinsèquement liée aux caractéristiques de l' arme absolue, mais celle-ci n' est pas séparable des moyens conventionnels qui la complètent ... ( ... ) >> .

Cette dernière phrase me semble assez significative ... et c' est sur le fondement de celle-ci que j' approfondis mes recherches . Le vecteur nucléaire semble bel et bien avoir pris sa place dans un dispositif d' ensemble qui permet de lui donner sa pleine efficacité en agissant de prime abord sur le seul terrain capable de lui donner sa vrai dimension : L' imaginaire et le fantasme de l' apocalypse . L' élément psychologique demeure encore et toujours un aspect déterminant de l' action dissuasive :

La crédibilité dépend principalement de la conviction qu' auront les ennemis que le détenteur serait prêt à utiliser son potentiel de destruction . L' approche veut alors que le possesseur émette des signaux pour avertir du sérieux de la menace - On parle alors de "stratégie déclaratoire", (... souvent matérialisé par des "niveaux d' alerte") destinée à prévenir les adversaires sur une montée en puissance du dispositif selon un protocole connu des parties et dont l' issue finale se soldera par la réplique nucléaire .

Cette codification de l' alerte permet aux agresseurs éventuels de mesurer le niveau de danger sur lequel ils se placent en conséquence de leurs actes, leur permettant de faire marche arrière avant d' atteindre le seuil fatidique . L' ensemble des paramètres de l' arme ( puissance, contamination des sols, risque d' escalade et problème de la riposte immédiate ) lui donnait vocation à s' inscrire au sein de registres capables d' intégrer la plénitude de cette dimension : Prévenir les conflits en suscitant l' effroi chez celui qui prend le risque d' un affrontement .

Il est bien établi que, compte tenu des risques et des lourdes conséquences qu' elle fait encourir, cette forme d' engagement ne puisse intervenir que concernant des centres d' intérêts jugés vitaux .

Le risque d' escalade associé à la puissance de l' arme limitait de fait considérablement ses possibilités d'emploi . L' esprit même de la dissuasion étant de détourner quelqu' un de son projet en conséquence du risque lié à cet entreprise; le potentiel de l' arme la destinait donc par définition à ce type d' emploi : Susciter l' effroi - Au demeurant, en terme de crédibilité, il n' était pas question de brandir une telle menace à la moindre altercation, car les belligérants finiraient par se familiariser avec son spectre et de ne plus croire au sérieux des avertissements . On ne protège pas n' importe quel intérêt avec un potentiel si dévastateur et en général, seuls les plus directs ainsi que les plus proches ont droit à ce traitement de faveur, comme par exemple, en priorité, l' intégrité du territoire national ! Encore qu' à l' opposé, la ligne de démarcation ne doit pas être, ni trop étroite ni précise, car les ennemis pourraient penser qu' ils auront les mains libres au delà ( cf guerre froide / épisode de la Corée - chapitre de la diplomatie ) .

Contre toute attente, l' incroyable puissance de l' arme atomique n' allait pas pour autant transformer le jeu classique de la stratégie : D' une part, le modèle des relations internationales, dominé par la rivalité entre États depuis l' aube des temps, ne pouvait se métamorphoser subitement ou miraculeusement en un consensus irréfutable, et la situation ne put en réalité qu' engendrer un nouvel équilibre centré sur les impératifs de cette menace, en faisant intervenir de nouvelles conceptions du rapport de force, plus subtiles, mais sans pour autant bouleverser les données séculaires . Par ailleurs, le monopole Américain n' allait pas durer et l' ensemble des grandes puissances se dotèrent bientôt de l' arme de destruction massive . L' impératif de neutralisation des forces pour créer cet équilibre de la terreur ne fit que conduire au surarmement sans jamais résoudre le problème de fond : Personne ne pouvait se vanter de posséder le titre de noblesse que l' arme promettait, mais elle contribua certainement à l' établissement d' une stabilité,... encore que toute relative - Des conflits d' une nouvelle nature virent le jour . Cette période historique consistant en la recherche d' un équilibre fondé sur l' arme ultime s' accompagna de crises multiples supposées ne pas mettre en jeu lesdits "intérêts vitaux" protégés par ce vecteur d' arme :

Serait-il raisonnable de vous ressasser l' exemple caractéristique des conflits par pays interposés illustrant la guerre froide . C' est aussi un fait historique que les grandes puissances actuelles constituèrent l' essentiel de leur "Empire" précédemment à l' invention du vecteur nucléaire, et que ce matériel ne vînt que tardivement couronner un état de fait "préexistent" . Un État pauvre et immature ( politiquement et économiquement ) aurait-il d' ailleurs les moyens techniques, financiers, scientifiques et militaires d' élaborer et de mettre en œuvre un dispositif d' armement nucléaire ? .... Il y a peu de chance ! Et tant mieux, car dans ce cas, il y aurait certainement un risque accru de dérapage . Tout juste pourraient-ils se livrer à des actes terroristes en bidouillant une bombe "sale". J' en conclus à titre personnel que la menace de l' apocalypse entre les grandes puissances n' est qu' une chimère sans fondement réel, qui cependant nous fait encourir un risque de dérapage le jour où les superpuissances qui les détiennent se désagrégeront ... seuls vrais cas où il pourrait être fait utilisation déconsidérée de son potentiel ( ...hypothèse de la fin des empires - Exemple de l' URSS - : Accident de maintenance pour un État qui n' aurait plus les moyens financiers d' en assurer l' entretien - ...ou celui encore plus improbable mais dramatique de récupération par des groupes terroristes qui achèteraient quelques ogives à des hommes politiques corrompus ou se cherchant quelques protecteurs ) .

Le temps faisant son œuvre les hommes s' habituèrent à "l'impensable" et entreprirent de réintroduire envers et contre tout la logique stratégique de l' apocalypse dans le principe de réalité . Sur le plan politique, l' arme devînt le symbole de la puissance ( les nations possédant l' arme nucléaires constituèrent un "comité restreint" ); sur le plan militaire, la miniaturisation permis de mettre en œuvre des vecteurs, fort heureusement jamais utilisés, à l' échelle tactique du champ de bataille .

Pourtant, la notion de dissuasion, c' est là le sens et l' orientation de notre modeste discussion, ne s' entend pas que sur la question nucléaire; elle existait bel et bien antérieurement à ce vecteur d' arme comme le précise volontiers l' auteur du traité cité en référence - Pour ainsi dire, les êtres vivants semblent même en avoir fait leur cheval de bataille sous diverses formes depuis l' apparition des êtres complexes ...

<< (...)- extrait - ... Au XVIIIE° siècle déjà, le comte Schaumbourg Lippe esquisse une théorisation de l' effet psychologique à la guerre < Il faut bien distinguer dans la science des combats entre ce qui est efficace par soi même, mettant il' ennemi physiquement hors d' état de nuire, d' avec ce qui ne produit cet effet que par le sentiment de crainte et n' agit principalement que moralement >. Connaissant le principe de surévaluation de l' esprit humain <<... l' art consiste souvent à faire naître ces impressions exagérées et l' on réussit ainsi par imposition (... ) En 1940, le Président Roosevelt décide de transférer la flotte de la côte ouest des États-unis à Hawaï, c' est à dire de la rapprocher du Japon dans le but de dissuader celui-ci . Ce n' est qu' à l' ère nucléaire que la dissuasion devient une catégorie stratégique à part entière . Encore que la conception, qui semble aujourd' hui évidente, ne s' est pas imposée d' elle même !.... Peu après sa mise au point, l' arme était simplement considérée comme une bombe disposant d' une puissance accrue . Certes, le nombre limité d' armes dans l' arsenal Américain n' autorisait pas une grande diversité de scénarios : Jusqu'en 1953, on privilégie le concept d' emploi et non de dissuasion ! L' année 1957 est un tournant avec les deux livres d' Henry kissinger ( diplomate Américain - 1923 ) - (... ) ...>> - fin de l' extrait -

.... En effet, dans son acception générale, <<... la dissuasion contrebalance, équilibre un danger potentiel par la crainte suscitée chez l' adversaire de perdre des intérêts au moins équivalents sinon plus importants que les gains convoités, rendant la perspective de cette menace inutile ... >>.

Pour ma part, je voulais savoir si cette définition pouvait recouper en un point quelconque notre sujet sociologique et coïncider avec mon propos politique de lutte pour le pouvoir dans la société politique . La prospection fut de courte durée, quelques instants suffirent pour m' apercevoir qu' il est très concevable d' étendre et généraliser l' esprit de ce mode relationnel à l' échelle des groupements humains ( Partis politiques, lobbies, syndicat,... ) qui composent le tissu social ... comme d' ailleurs à l' essentiel des espèces pour peu que l' on se place sur un angle conflictuel et que l' on observe le génie des êtres vivants pour prévenir le dangereux, voire mortel conflit physique : Le chat dresse ses poils et se cambre pour intimider son agresseur, le hérisson se met en boule et présente ses pics, d' autres, comme le serpent, se dressent puis émettent des sons stridents, certains poissons se gonflent d' eau ( poisson Porc-épic - famille des diodontidés ), le chien grogne et montre ses dents acérées, l' être humain hurle et s' agite en adoptant une attitude menaçante . Tous espèrent néanmoins ne pas avoir à employer cette force et que cet artifice suffira pour DISSUADER l' adversaire d' attaquer, car tous espèrent ainsi éviter l' affrontement direct et ses irrémédiables conséquences !

La survie implique une lutte perpétuelle afin de se protéger ou prendre un ascendant sur ses congénères comme sur les autres espèces . Les protagonistes de ce conflit, tantôt prédateurs, tantôt victimes, s' entourent des artifices ou réalités qui leurpermettent d' échapper aux mauvais sorts et ainsi assurer la pérennité de leur lignée génétique . La dissuasion, après le camouflage qui aura pour mission de faire échec aux modes de perception adverses afin d' éviter le contact, s' identifie alors comme le premier élément de cette panoplie comportementale liée à la survie . Le rapport de force nucléaire n' a de spécificité réelle que dans le sens où il met en œuvre une dimension sociale au travers de techniques purement inventées par l' homme et probablement encore du fait que son utilisation mettrait en péril la vie sur terre dans son ensemble ... d' où le lourd handicap lié à son utilisation : A quoi servirait-il de libérer un territoire de ses occupants s' il n' est même pas possible de le récupérer par la suite ?

Le modèle comportemental observable dans nos sociétés humaines évoluées (... constituées en groupuscule selon le schéma actuel ) mette automatiquement et systématiquement en œuvre des mécanismes de régulation dérivés et équivalents de la dissuasion pour établir un équilibre entre les diverses composantes du tissu social . Comme dans la nature, le respect de cet équilibre passe inexorablement par l' émission et l' identification de signe de menace, réels voire parfois factice, ou de riposte potentiels en cas de remise en cause du statu quo; toujours afin de prévenir un choc majeur . Chaque élement de cet édifice composite se donne malgré tout, sciemment ou inconsciemment, pour fonction d' observer et identifier les signes de faiblesse de l' adversaire pour saisir la moindre opportunité d' une "attaque"à la plus petite défaillance, surtout à moindre "frais", lorsque le seuil de vulnérabilité sera atteint - Cette attitude semble profondément inscrite dans l' ordre des choses ! Les paramètres que nous évoquions ( surveillance de l' adversaire, camouflage, dissuasion ) ne sont donc que les éléments immanents et incontournables de cette réalisation, nous n' avons fait qu' adapter ces règles à nos protocoles réfléchis sans en changer les processus fondamentaux . Il est d' ailleurs probant de constater dans l' actualité politique les signes précurseurs de ce rappel à l' ordre, lancés par la partie sollicitée et censés faire la preuve de sa réactivité avant que l' assaillant n' entreprenne de poursuivre trop loin son offensive : Lorsque des affaires judiciaires relatives à une potentielle corruption des milieux politiques, retentissent et défrayent la chronique, nous pûmes observer avec quelle rapidité et réciprocité de traitement l'ensemble de l' horizon politique sera progressivement et systématiquement balayé par le même type de scandale en application du principe élémentaire "d' Action - Réaction - Neutralisation" : L'avertissement est simple de la part de celui qui subit la première sollicitation << ... Si tu m' attaques, je te rendrai coup pour coup et personne n' en sortira indemne ... >>... N' est-ce pas là un des principes fondateurs de la dissuasion ? Partout et dans tous les domaines d'application se retrouvent les mêmes principes fondateurs et constitutifs de la nature -

11 - Ne jamais subir les manœuvres dilatoires adverses -

Le déploiement et la progression de votre dispositif d' engagement doit, autant que possible, dans la limite du raisonnable, prévoir avant le passage à l' action les principales hypothèses de réponses adverses ( ... contre-attaque, mesure de représailles, report des forces, hypothèses de ripostes concevables sur la scène du conflit ) . Car l' ennemi n' aura de cesse de reconquérir l' initiative dont vous l' avez privé dans l' engagement du conflit, en vous entrainant dans divers subterfuges dont nous prenons connaissance ici même, ainsi qu' au travers de l' ensemble des données de cette étude . (.... cf diplomatie, principes tactiques, etc ... ) . Certains protagonistes vont jusqu' à conclure une trêve artificielle ( qui leur permet en fait de restructurer leurs lignes ), de faux traité de temporisation, une paix ou un repli factice ( prenez l' exemple du cheval de la ville de Troie ) pour prendre ou reprendre l' avantage perdu au cours de la bataille . Il existe donc des actes qui font "double emploi" et qui permettent, derrière une apparence trompeuse de "gratuité", de préparer une offensive majeure -

Je vous citerai deux exemples de "mouvement" tirés du jeu d' échec : La "double menace" qui permet d' obliger l' adversaire à sacrifier l' une des deux pièces visées par un même foyer de menace ; .... et le "dégagement" qui révèle subitement une ligne de menace, dissimulée jusqu' alors par une pièce de moindre importance qui s' efface .

 

12 - Le glacis de protection -

Tout dispositif comporte un noyau, des éléments vitaux, et d' autres, considérés comme accessoires ou satellites . Il est hors de question d' exposer les premiers éléments de cette hiérarchie au feu direct et de prendre le risque d' immédiatement les compromettre.

Vous aurez grand intérêt à protéger le noyau de votre dispositif par des "couches" successives qui encaisseront les coups les plus durs de l' assaut ennemi, vous laissant le temps d' organiser une réponse adéquate à la menace . A bien y réfléchir, ce procédé "d' éloignement" n' a rien d' inconnu dans le milieu naturel; à l' image de cet épineux qui se protège des herbivores (?) par un rempart de piquants . Vérifiez cette hypothèse en vous reportant au manuel d' histoire, les grands Empires modernes ne manquent jamais de constituer autour d' eux un espace "tampon", matérialisé par des puissances étrangères, mais alliées (... étroitement surveillées et encadrées pour satisfaire à cette mission ) . Ainsi protégé ( à moindre frais - puisque ce glacis se compose de puissances souveraines ), la nation "phare" verra-t-elle venir de loin toutes formes de menace .

13 - Garder de bonnes relations avec les ( concurrents ) puissants -

S' il ne faut pas tomber sous le joug de vos adversaires, cela ne veut pas dire pour autant qu' il faille s' en faire des ennemis jurés . Il est préférable de cibler ceux disposant du potentiel le plus redoutable et d' en faire des partenaires privilégiés avec lesquels vous userez de tacts et de moyens détournés pour les empêcher de constituer un front trop important face au votre . A votre charge de mettre en œuvre les éléments et les stratégies pour affaiblir ces adversaires, ... car il en feront certainement autant de leur côté ! La moindre des choses consisterait donc à entretenir des liens politico-diplomatiques .

 

14 - Conserver un bastion en territoire ennemi - Empêcher la création d' un bloc monolithique -

Ce pied à terre, si petit soit-il, est en fait indispensable d' une part pour assurer votre présence et un point d' observation, d' autre part pour servir de départ au redémarrage de votre action conquérante

( civile, militaire, ou idéologique ), mais surtout, et c' est l' aspect crucial de la technique, afin d' organiser une "contamination idéologique" de la zone ennemie . Ce cas de figure sous-entend l' hypothèse de deux blocs de force équivalente qui se tiennent en respect, mais surtout pour vous de disposer de la force nécessaire pour assurer l' indépendance et l' autonomie de cette entité en territoire adverse ( coût souvent élevé ) - La théorie commande donc d' éviter la constitution d' un bloc monolithique dans l' enceinte de territoires adverses regroupés sous l' égide d' un "leader" : Ce front commun pourrait s' avérer dangereux en absorbant, à l' image d' une vague déferlante, tout ce qui se trouve sur ses frontières . Le microcosme en terre ennemi, défendu par vos soins, agira comme un brise-lames à l' entrée d' un port . D' un autre côté, les puissances universelles n' existent point en ce monde de particularité : Il suffit de vous dire que si l' ennemi semble puissant, ainsi qu' omniprésent à tel endroit, c' est qu' il commet forcément quelques lacunes sur tel autre !... Et c' est précisément sur ces faiblesses que portera votre regard, pour déstabiliser ses arrières ou agir là où il ne peut maintenir ses troupes .

 

15 - Sur le terrain idéologique : Soulever les contradictions entre pratique et doctrine au sein des théories adverses -

Puisqu' il est un fait que les pouvoirs centraux se donnent depuis toujours une dimension idéologique, les actions menée sur le terrain devront inévitablement se doubler d' une stratégie interférant cette dimension afin de conforter votre position comme la hiérarchie sociale et rallier les vassaux ainsi que le peuple à la cause du prince . Nous avons pu souligner l' inévitable contradiction entre la doctrine et la praxis du jeu politique . Qu' à cela ne tienne ! Si vous êtes provisoirement exclu ou éloigné de la sphère du pouvoir, ce biais sera votre arme pour décrédibiliser la thèse adverse en mettant l' accent sur ses contradictions . Cette stratégie vous renvoie directement aux diverses notions abordées dans le chapitre de la "communication", la "justification du pouvoir" et à la "rhétorique";... nous les avons longuement discuté tout au long de ces paragraphes : La boucle se referme, ... ainsi que s' achève mon propos sur les principes guerriers .

 

 

Section III - Générer une situation ou un lien de "DÉPENDANCE" .

 

Vous remarquerez rapidement que cette section consacrée à la "dépendance" pouvait idéalement s' intégrer dans la troisième partie de cet ouvrage . D' ailleurs, au sens stricte, à l' instar de chacune des notions que je me plais à vous décrire dans cette réflexion, elle n' a pas vraiment de position privilégiée et j' espère en fait que nous aurons depuis longtemps dépassé cette polémique structurelle . Arbitrairement, j' ai préféré la considérer dans une dimension active et offensive plutôt que défensive, bien qu' elle puisse correspondre à une telle destination . Nous sommes ensemble pour construire, et non je l' espère pour subir, si bien que mon choix se porta instinctivement sur cette affectation de la mettre au service du "développement" de votre sphère d' influence .

Le fait auquel correspond cette situation est en apparence contre nature dans l' esprit de l' être humain dés qu' il atteint l' âge de l' adolescence avec l'éclosion du désir d' émancipation . Celui-ci ne désire t-il effectivement pas s' affranchir au plus tôt de la tutelle parentale ? L'esclave ne rêve-t-il pas de liberté ? L'ouvrier ne songe t-il pas au jour de la libération par cette fantastique utopie de la révolte prolétarienne ? Nous ne trancherons pas sur la pertinence de ce songe politique, je préfère vous emmener ailleurs, ... sur de nouveaux terrains conceptuels afin que nous entrions directement au cœur de la notion . ... Chut ! Je veux vous en révéler ses aspects les plus secrets ! ...

 

§1 - Notion - Problématique conceptuelle à l' échelle humaine -

 

Réfléchissant à la question, il m' est apparut de façon évidente que le terme englobe des réalités multiples ainsi qu' équivoques, mais surtout largement susceptible d'interprétation par l'esprit des hommes : Toujours en conséquence de ces mots dont nous peinons à cerner la signification exacte, tant dans la substance, que dans l' espace ou dans le temps - Parce que telle relation, considérée à tel moment peut-être sur la voie, malgré son apparence figée, de se transformer en autre chose que la signification des vocables alternatifs exclut de fait . Comment pourrai-je vous ranger à mon avis ? Il suffirait que nous regardions quelques instants ce que fais la nature et d' oublier nos "à priori". Contemplez les merveilles de notre écosystème, ... il concentre, à différentes échelles et sous divers aspects, les secrets de tout ce que l' univers peut entreprendre, ici ou ailleurs !

Quel spectacle ! Il ne manque nulle part d' illustration de ce phénomène d' interconnexion - Nous en viendrons presque à nous demander si ce vocable statique comporte une véritable signification, surtout lorsque nous aurons analysé le devenir de quelques-unes des "élaborations" du monde naturel .

Aussi devrai-je m' interroger de la même façon si nos stratégies visant à établir ce mode relationnel ne correspondent pas à une réalité qui dépasse notre entendement !?

 

A - Notions -

87 Puisqu'il est un fait que ces multiples modalités de contrôle d' autrui semblent côtoyer la réalité et s' avèrent être une pratique courante, pour ne pas dire majoritaire; il doit probablement exister quelques forces mystérieuses capables de contenir les velléités émancipatrices que nous venons d' évoquer ? Nous envisagerons ici les différentes formalités concourant à ce dessein . Veuillez d' ores et déjà prendre note que, sur un plan tactique, ce procédé est considérée à juste titre comme le plus élémentaire comme le plus efficace afin de contribuer à se rendre maître de toute chose, qu' il s' agisse d' une personne ou d' une communauté quelqu' en soit son échelle -

Au demeurant, vous concéderez volontiers que l' Autonomie, avec la dépendance croisée ( réciproque ), représentent les seules parades, délicates à mettre en œuvre contre le piège de cette situation .

La notion comporte deux aspects différents selon la perspective qui inspire son utilisation :

- Dans une stratégie offensive, elle permet de nouer des liens inégalitaires, faut-il espérer à votre profit exclusif, avec qui de droit pour contraindre ces tiers au respect de vos directives ou de votre volonté .

- Dans le cadre d' une stratégie défensive ou préventive ( pas forcément dans un contexte armé ) vous répondrez à une atteinte sur vos intérêts, si les circonstances de cette menace laissent présager de nouveaux assauts dans un futur proche, en indiquant à vos adversaires que vous disposez des moyens et du contrôle nécessaire pour leur infliger des pertes équivalentes . Nous sommes dans cette seconde conception à mi chemin avec la dissuasion, à ceci près que la dépendance fait intervenir un lien relationnel matériel .

Certes, parallèlement à cet instinct primordial de liberté, l' ensemble des êtres vivants subissent les contraintes liées à cette nécessité de vivre en communauté, ne serait-ce que pour des raisons élémentaires de survie, impératifs au sein desquels se trouvent mêlées les exigences liées à la reproduction, l' entraide et la force générée par le nombre .

C' est en conséquence probablement de ces nécessités vitales que naissent progressivement et inexorablement les liens menant à cet ultime état de fait .

La diversité biologique, au cours de l' évolution, à donné libre court à un large panel d ' expression intermédiaire entre ces registres en partant des collectivités sociales intrinsèques représentées par les fourmis, abeilles et termites ( ... ) pour aller vers la situation diamétralement opposée incarnée, entre autres, par certains grands mammifères solitaires par nature, comme les cervidés ou les plantigrades .

- Il semblerait même que l'état de dépendance puisse s' épanouir dans une sorte de stade ultime qui démunit le substantif de son sens étymologique au sein d' une relation souvent rencontrée dans le monde végétale : C 'est le cas de la symbiose où chaque partie profite de façon égalitaire de son partenaire et ne survit que par et grâceau lien les unissant .

- Inversement, cette circonstance n' est pas toujours le fruit d ' une entente délibérée : Le parasite est un être vivant qui puise les substances qui lui sont nécéssaires dans l' organisme d' un autre ( l' hote ), auquel il cause un dommage plus ou moins grand - ex : le ténia est un parasite du tube digestif des vertébrés . Une question semble s' imposer d' elle même : ... Cette dernière circonstance serait-elle la première étape et le préalable nécessaire engendrant progressivement la première, de sorte que la situation dite idéale ( la symbiose ) ne puisse naître que de la contrainte suscitée par l' annexion (... évidemment après modification génétique, au fil des générations soumises à cette entente : La relation finit alors par s' inscrire dans la séquence du génotype ), dans cet effort incessant d' union et d' interconnexion entre les divers créations de la matière vivante ?

Curieusement, ces deux niveaux opposés de communionobservés dans la nature, au sein desquels s' intercale une gamme complète d' entente intermédiaire, peuvent se retrouver schématiquement et parallèlement au sein des relations sociétaires humaines . Tantôt le lien serait le résultat de relation nécessaire et recherchée, construite au fil du temps, tantôt le fruit d' une annexion par la contrainte ... pouvant parfois, les choses n' étant pas figées, évoluer pour devenir une relation symbiotique ou d' intérêt partagé ! ... Difficile de concevoir un tel paradoxe ?!

Étonnante similitude que voilà entre nos sociétés et le monde animal, n' est-ce pas ?! Est -ce vraiment le fruit du hasard ou devrions-nous observer dans ce mécanisme, le schéma d' un processus universel, des relations s' établissant entre les diverses composantes de la matière vivante, auquel nous ne pouvons déroger ! ?

.................... La nature est-elle la seule force capable de créer des modes relationnels ? ....................

 

Le postulat semble incontestable mais fournit-il une explication suffisante et satisfaisante dans la seule observation de l' existence de liens pré formatés entre les différentes élaborations organiques .... Existe-t-il par ailleurs un panel théorique intellectuel, modelé par l' homme, contribuant à utiliser ou récupérer le principe de "dépendance" comme stratégie de pouvoir ?

 

B - Problématique conceptuelle à l' échelle humaine-

 

88- Seul le genre humain connait cette particularité de disposer de plusieurs options face à l' impératif de la collectivité . Le modèle grégaire reste incontournable mais la taille du groupe et la formule relationnelle des liens sociaux demeurent pour partie une question de choix . ( ... ! ?? )

Hum ! ... La question mérite d' être posée : Dans quelle mesure peut-on d' ailleurs parler de choix ? ... Nous voilà replongé dans la sempiternelle énigme du dogme et de la culture qui façonne nos civilisations depuis l' avènement des premières cités antiques . Ce choix sociétaire aboutit partout à des résultats concordants et rigoureusement similaires ! Celui d' une structure hiérarchique pyramidale dont les mécanismes reflètent, sous des aspects peu différenciés, un schéma commun qui se répand de proche en proche comme une onde au fil de l' eau !... La direction de la majorité par un groupuscule minoritaire . En dépit de quelques rares soubresauts de cette majorité, il semblerait pourtant que l' ensemble de la collectivité se satisfasse de cette situation déséquilibrée .

Cette observation m' inspire une première remarque, suivie de la question à laquelle il semble évident que nous devrons trouver réponse, ce préalable étant posée :

................La survie du groupe oblige les individus à s' unir au sein de structure politique de dimension croissante pour rivaliser avec celles des concurrents - L' instinct de l' homme le poussant à l' individualitéet la société politique ayant besoin de beaucoup plus que la force du dogme pour assurer le lien social, est-il possible que certaines pratiques (... stratégies de dépendance, étroitement associées à des concepts qui en sont les "corollaires idéologiques fictifs de justification" construites autour de la société politique ) soient des instruments par lesquelles les individus imposent de s' unirpour satisfaire cette continuité ?.... Si cela devait être le cas, les chimères politiques établis entre les hommes pour assurer cette permanence trahissent-ils quelque-part la trace de ce subterfuge ?... Sous quelles formes? Notre réflexion s'exerçant en terme littéraire, je choisirai une approche du même type pour satisfaire ma "démonstration" - Je concentrerai donc mon affût sur les vocables -

L'affirmation ci-dessus mérite cependant d' être immédiatement tempérée par une seconde que je qualifierai de complémentaire concernant les dogmes soutenant l'armature politique - En effet, ceux-là sont les premiers étais de la pyramide conceptuelle en la matière - Si un décalage peut s'observer, il ne peut que prendre racine immédiatement sur, ou dans les environs, de ses postulats :

..................Les croyances politiques, comme les mobiles fondateurs de l' union, sont ils exclusivement commandés par les faits, en conséquence d' une situation matérielle environnante au dessus des aspirations psychiques individuelles et collectives, ou bien les êtres possèdent-ils une certaine marge de manœuvre permettant d' influer les paramètres constitutifs de l' ordre naturel en fonction des projections intellectuelles qu' ils élaborent ? ...

Est-il possible de progresser plus pertinemment dans cette direction ! ? Nous touchons de toute évidence le thème récurrent des thèses socialistes & communistes, ainsi que celles issues de la période "révolutionnaire" qui ambitionnent de bouleverser la condition de l' homme grâce à de nouvelles perspectives . Celles-ci prétendent plus ou moins diriger, orienter et encadrer les tendances de l' être . Ce type d' intervention est-elle envisageable ? .... La piste s' avère intéressante et mérite quelques investigations même si j' aurai certainement du mal à faire mieux que mes prédécesseurs .

Cette étonnante "proposition" peut s' analyser différemment selon la discipline qui servirait à son approche, car une fois encore, il faut bien constater que la réalité passe par un ensemble de considérations convergentes ou parallèles selon l' outil servant à leur analyse :

Je vous ai précédemment exposé mon opinion selon lequel la connaissance est indivisible et que tous les sujets se rejoignent sur quelques sujets de fond inhérent à leur mode de perception, donc quelque part sur le répertoire linguistique - Aussi, je veux tenter une approche originale; elle ne passera donc pas par les outils traditionnels, et au risque d 'être accusé de faire du "hors sujet", je vous imposerai une fois encore un détour par quelques considérations parallèles ...

En termes généraux , s' il est concevable que certains dogmes afférents à la société politique ne reflètent qu'une partie de ce qu'ils pourraient être, cela reviendrait à dire que l'intelligence humaine ( .... dans le cas d' une erreur involontaire ;... ou devrions-nous dire "des groupes sociaux"- dans le cas où cette influence serait volontaire ), serait en mesure de concevoir ainsi que de diffuser un langage symbolique incorporant une infinité de notions ou concepts abstraits dont certains peuvent être considérés comme ...

des "coquilles vides" !!... ??

Prenant cette affirmation pour probable dans son sens le plus large, sans évoquer directement le sujet qui nous intéresse, car il s'agirait alors de reconsidérer l'ensemble de la question et de nous faire tourner en rond, la trace d' une telle confusion devrait pouvoir se retrouver dans les vocables à partir desquels nous apprenons à les définir et à les appréhender - par exemple... dans le dictionnaire ! Si une telle confusion pouvait se confirmer dans un domaine, il serait simplement possible que la même chose puisse l'être dans le notre, et il m'en faudrait pas plus pour faire naître le doute .

Peut-on trouver dans cet ouvrage de base, au 21° siècle, ère des sciences, des mots d' usage quotidien dont le sens intègre des notions dépassant ce que l'on peut objectivement savoir ou définir de la chose,... sans contenu palpable ni vérifiable. De telle sorte qu'il soit possible, partant de cette base sémantique, d'échafauder une stratégie de désinformation ou de manipulation de la pensée concordant à notre dimension de dépendance ? Assertion évidement non systématique, car il ne faudrait pas tenir cet ouvrage pour responsable des mots ou de ce que contiennent les mots

( ...Sa vocation première consiste simplement à retracer un contenu de langage existant -... Nota : Terrain glissant ! un pouvoir malveillant pourait inverser les rôles et injecter des notions en les faisant figurer dans un ouvrage ) - Par ailleurs, me rétorquerez-vous justement, ... il en est de même pour l'ensemble des mots ! ... Bien sur, mais la frontière se situe alors plus exactement sur l'écart mesurable : écart entre ce qu'est la chose, non pas dans sa quintessence absolue mais au travers des sciences du moment, avec ce que contient le vocable dans sa définition courante et communément admise .

J' entreprends sur le champs quelques investigations sur mon vieux dictionnaire ... . Il me vient à l' esprit quelques exemples éparses . Prenons les termes suivants :

( ... liste non exhaustive / Définition extraite du dictionnaire "hachette" ... ) .

 

< < MAGIE : "Science occulte qui permet d' obtenir des effets merveilleux à l' aide de moyens surnaturels". ... Siége privilégié de la manipulation des sens et surtout de la vue; elle permet d' y intégrer les nombreux phénomènes qui restent incompréhensibles par la logique rationnelle du citoyen lambda, mais le vocable dépasse largement la signification de ce que recéle la discipline; le magicien emploie des techniques rigoureuses, réfléchies et préméditées qui ne laissent rien au hasard ni au fantastique comme nous pourrions l' imaginer. Par ailleurs, ce procédé servit effectivement à produire, au temps des pharaons, un effet subjuguant lors des cérémonies d'apparat sur les foules afin de justifier l'autorité royale.

< < DIEU : "L'être suprême, créateur et conservateur de l' univers dans diverses religion monothéistes" . ... La signification est tellement vaste qu'elle pourrait finalement tout contenir sans y inclure quoi que ce soit de particulier, fiable ni certain . Le mot désigne certes quelque chose, .... mais quoi ?

Il semble être la synthèse terminologique d' un processus global d' éveil de la conscience humaine qui, dans un dernier sursaut inconscient et anthropomorphique au sortir de l' âge réflexe, chercha à désigner et matérialiser un interface capable de le relier à l'infini dont il se sait n' être qu'une composante et pour laquelle il se fait obsession de trouver sa place et (ou) son devenir . En tout de cause, on peut prétendre que ce vocable soit celui qui fait le plus débat sur sa matérialité, son contenu ainsi que sur ses conséquences -

 

< < DIABLE, DÉMON : "Génie bon ou mauvais, ange déchu voué au mal" . ... Incarnation fantasmatique et surnaturelle, sorti tout droit de l' imaginaire et de nos songes tourmentés, dans une enveloppe corporelle hideuse parée de cornes et sabots ... En avez-vous déjà croisé ? ... sglurp ! ... d' expérience humaine, personne n' a pu en capturer pour les exhiber dans un parc zoologique quelconque et ainsi prouver leur existence - Il semblerait même qu'il préfère bizarrement se "montrer" uniquement à des individus isolés ! Les lâches, eux qui seraient si puissants ... mettons les au défi de faire une apparition publique au "parc des princes" un jour de match..... Hum, ...j' attends !! Pourtant le mot figure bien sur les pages de nos dictionnaires !

 

< < ANGE : "Créature spirituelle, servant d' intermédiaire entre les hommes et dieu". Est-il besoin de faire des commentaires sur un tel vocable ? Si ce n' est dans les rêves, sur les vitraux des églises ou après quelques verres d' alcool, il serait très présomptueux ou vain d' espérer en croiser au coin de votre rue ! ... ?

 

< < VIDE : "Qui ne contient rien,... aucun élément". ... Or, les dernières acquisitions scientifiques tendent à démontrer que le "vide", comme absence de toute chose ... n' existe pas ! En aucune manière ni aucune part dans l' univers ! Mon intuition me fais partager cet avis . Le mot a-t-il pu nous influencer dans notre progression en dérivant de sa signification première désignant l' absence d' objet ( tangible ou perceptible par le sensde la vue ) ou d' être vivant sur un espace géographique déterminé ?

Cevocable ne revêt aucune signification puisqu'il serait contraire au continuum "espace-temps" .

 

< < TEMPS : "Celle des dimensions de l' univers selon laquelle semble s' ordonner la succession irréversible des phénomènes" . ... Etienne Klein, spécialiste de la mécanique quantique et philosophe avance l' hypothèse selon laquelle le temps serait dans l' esprit des hommes, l' objet d' une confusion <... Cette confusion vient de ce que nous attribuons au temps les propriétés de tous les processus dont il permet le déploiement - Il permet de dire tout à la fois le changement, l' évolution, le devenir, la répétition, l' usure.... > .

Le temps représente la chose la plus relative et la moins perceptible - Son cours serait influencé par une quantité considérable de paramètres dont principalement le milieu et les éléments dans lequel il ordonne et permet la succession des événements; ... à croire, presque, qu'il n' existe que là où les choses "sont" (si petite soient-elles ) pour lui donner substance : En conséquence, notamment, des nombreuses interactions existantes à l' échelle quantique ainsi que par un bombardement permanent par des particules à trés haute vélocité de même échelle ( quantique ). La physique quantique nous révèle de plus aujourd'hui que le monde de l' infiniment petit ne respecte pas forcément cette donnée fondamentale de la causalité . ... Mieux encore, un certain principe dit de "symétrie" voudrait que les principes de la physique serait les mêmes si le temps devait s' écouler ... à l' envers ! . Encore un mot qui prend un sens si large ou confus qu' il en perd toute signification lorsqu'on l' examine à la loupe . ........ D' autres expériences font vaciller les certitudes sur les contours et définitions figées de la ...

 

< <... MATIÈRE : " Substance constituant les corps". Voilà bien une donnée palpable et rassurante qui devrait mettre tout le monde d' accord ! N' est-ce -pas ?... Et pourtant ! ??? ... Frôlant avec le zéro absolu ( - 273,15 ° C ), celle-ci se comporterait selon certains attributs de la ... lumière !!! ? ( ........ Elle même composée d' un ensemble de particules élémentaires se déplaçant à très grandes vitesse et présentant les caractères d' une ... onde ),... phénomène proprement immatériel, aux dires de nombreux scientifiques jusqu'à une époque récente . Où se trouve donc la frontière entre le palpable et l' évanescent ? Au fond, bien des experts se demandent quelle est la marge et la différence réelle entre les différents éléments que nous avons arbitrairement scindé en catégories .... "terminologique" et "géographique" pour mieux les cerner ou localiser - Cet univers physique fait-il parti d' un ensemble indissociable et unique, composé de "particules" ( mot inadapté ! faudrait-il parler plus convenablement ... d' une toile de force ou d'information ! ) élémentaires , bien en deçà des "quarks" dont nous supposons l' existence . .... Féru, sans être expert, d' astrophysique et de cosmologie, j' ai souvent vu naître ce doute sur le contenu et la frontière des mots relatif à ce qui touche la connaissance des mondes lointains ( infiniment grand ou petit ) . ( aparté : ... Mes nombreuses lectures en ces matières m 'ont permis d' échafauder une théorie - folle en apparence- synthétisant, un certain nombre de données et conceptions à première vue contradictoires concernant la "structure et la naissance de l' univers",je vous les livrerai et nous examinerons la pertinence de ces hypothèses lors d' une prochaine "Réflexion" .)

 

< < ÉTERNITÉ : " Durée sans commencement ni fin ". ... Encore une notion qui perd son sens au regard des explications de notre logique cartésienne . L' utilisation qui en est faite dépasse souvent son contenu . La question serait de savoir à quoi peut-elle se rapporter ? Toute chose subit l' influence du "temps" par modification progressive qui dénature progressivement et inexorablement sa substance pour transiter vers un nouvel équilibre ... engendrant un nouvel élément, un tant soit peu différent de celui d' origine . Il n' y a que l' écoulement du "temps" qui puisse se qualifier ainsi, encore que cela n' aurait de sens que d' un point de vue littéraire ! On voit mal l' intérêt d' une telle dénomination si l' on cconsidère que beaucoup conteste la pertinence de la notion temporelle lorsque il n' est aucun élément pour cristalliser son écoulement :

Le "vide", qui donc n' existe pas, ne pourrait avoir de temps !? Rien (...de ce qui possède une substance physique ou charnelle ) n' est "éternel" au sens stricte, ...pas même la texture de notre peau qui semble rigoureusement identique d' une semaine à l' autre mais qui pourtant se régénère totalement sur un cycle régulier, pas moins notre planète ni l' univers ou même encore les atomes qui composent les particules élémentaires de la matière ! ... Quelle peut-être l 'utilité d' un mot qui permet de rien appréhender... si ce n' est la fable ou répondre à une attente spécifique dictée par des préoccupations étrangères à celles directement liées au vocable ? ...... Je n' irai pas plus loin mais je pense que nous rapprochons encore des sciences sociales servant à cautionner les pouvoirs politiques ! ....

Je vous demande donc d' avoir à l' esprit la chose suivante : Que ce soit par méconnaissance, en conséquence de science balbutiante, de convictions subjectives erronées, d' un vocabulaire désuet qui fait remonter ses premiers acquis au temps des croyances les plus archaïques, par manipulation de la vérité à des fins quelconques, il est un constat que l' éventail terminologique de notre langage comportent un nombre incalculables d' erreurs, d'à priori et de lacunes .

En avons-nous suffisamment conscience ? Hélas, les sciences n' ont fait que révéler l'ampleur de ces lacunes (... et incertitudes ) et n' ont apporté que peu de réponses absolues à l' ensemble de nos interrogations fondamentales - Les applications technologiques ne révèlent encore aujourd' hui que très peu de secrets relatifs aux propriétés intrinsèques de ce que nous appelons la "matière" .

Ces découvertes nous permettent, tout au plus , de faire quelques applications sur le fondement de ce qui se vérifie concrètement lors d' expériences en laboratoire . Je n' ai volontairement choisi comme exemple que des mots dont le consensus s' est établi pour dénoncer l' extrême subjectivité . Ils sont pour la plupart issus des pratiques et croyances spirituelles ou religieuses ancestrales, notions aujourd' hui en perte de vitesse dans nos sociétés cartésiennes - Les erreurs ou malfaçons linguistiques à dénoncer en ces matières étant inquantifiables, je n' ai prudemment évoqué que les plus criantes .

J' aurai souhaité étendre la portée de ce doute terminologique pour y inclure certains concepts "subjectifs" des forces socio-politiques contemporaines dont la définition et le contenu font polémique entre les acteurs du débat; mais le jeu social incluant encore ces données, il serait délicat de les entacher sans risquer la foudre des uns ou des autres; je vous laisse soin d' y procéder par vous-même dans le même état d' esprit .

 

89- "La fracture des mots" ....... Quel peut- être l' origine de cette fracture entre les mots ... et leur contenu ? Ici encore, les pistes foisonnent, je ne citerai que celles recoupant mon sujet et coïncidant avec mon enchainement thématique !

Premier constat : Les "relations humaines" sont, vous vous en doutez, entachées d' une connotation affective relevant de mécanismes plus ou moins inconscients nous interdisant de les appréhender en totalité, analyser avec rigueur et objectivité . C' est probablement dans ce domaine que nous pourrions observer le résultat de nombreuses de ces "illusions" . Voilà un thème au sein duquel il est possible d' observer une distance relative entre ce qui "est" et ce que nous saisissons ... ou croyons percevoir . Quoi de plus confus que les sentiments ?! Amour, amitié, haine, confiance, crainte, peur, respect, mépris, jalousie, les uns laissent souvent place aux autres par une magie substitutive inexplicable dans notre logique conventionnelle . La première difficulté tenant à l' apprentissage; car nous devons tous, dès le plus jeune âge où ces sentiments sont justement confus, apprendre à reconnaitre, identifier et classer des émotions psychiques, les jauger afin d' y rattacher un vocable symbolique, abstrait, toujours incomplet dans ses limites ! ?? D' abord, le sens du mot exprimant telle émotion reste trop souvent "exhaustif", ... alors que celle-ci semble en réalité souvent de nature composites et malléables . Rêvons un peu : Pour être plus précis il devrait être procédé à un panel terminologique mêlant des proportions variables de chaque ressenti . Essayez donc, à titre d' exemple, d' identifier la frontière entre le "respect" et la "crainte" qui en est souvent le fondement -

De la même façon, est-il concevable pour un individu d' établir avec précision une frontière entre la commisération et la compassion ? ... et de ne point se laisser méprendre sur l' attachement qui peut naître de ces émois !... . Seule une connaissance poussée des mécanismes du psyché, dans une approche psychanalytique, permettrait d' élucider les rapports, l' ordonnancement, la proportion ainsi que la "hiérarchie" éventuelle de ces impulsions en fonction des données instinctives d' origines animales, elles même en corrélation étroite avec cet ineffable processus de protection qualifié sous le vocable de "censure".

Une analyse à procéder à tout instant pour identifier l' origine de nos émotions !

Voilà la seconde difficulté ... tenant à notre capacité de discernement - Elle consiste en l' espoir que nos velléitaires et schématiques tentatives d' explications conceptuelles ou terminologiques relatives à ces mécanismes correspondent ne serait-ce qu' à une infime partie de la réalité qu' elle tente d' appréhender . C' est probablement loin d' être le cas étant donné la complexité du phénomène et l' imperfection de nos outils d' analyse .( ...y compris un langage qui ne permet d' inclure dans ses enchainements, qu'une minorité de paramètres sur une même proposition . ) ... C' est peine perdue d' avance ! Notre niveau de perception semble inadéquat à ce type de prospection intérieur .

Nous ne pouvons qu' irrémédiablement subir ces multiples influx nerveux, censurés ou déformés par l' intellect profond et ses dimensions environnantes .

En langage intelligible pour les amateurs de science que nous sommes vous et moi, serait-il donc possible d' expliquer ce "fossé" par les mécanismes précités menant au résultat du « refoulement » ( par la barrière du pré conscient ) ? Ce filtre se donnant pour fonction principale de nous protéger d' une part des données psychiques qui pourraient susciter un traumatisme ( enfoui ou potentiel ), d' autre part des pulsions ou émotions interdites par le "surmoi". Les théoriciens le supposent; et il semble logique que, si "barrière" il y a, elle ne puisse venir que de notre esprit, seul interface entre la réalité, l' enveloppe charnelle et ce que nous pouvons en discerner par nos modes réfléchis et les sens . Est- il est réaliste de concevoir que nos actions, discours et émotions ne reflètent qu'imparfaitement, en ces matières, et parfois même nullement la réalité des impulsions psychiques profondes qui en était le fondement ? - Je l' ai expérimenté et observé dans mon entourage, parfois sur moi même, faites-en de même pour constater que les mots définissent, parfois correctement, souvent imparfaitement la situation émotionnelle .

La difficulté de cette expérimentation vous imposera en premier lieu, de procéder à ce diagnostique sur votre propre personne; cet apprentissage prendra certainement du temps et probablement de nombreuses lectures pour élucider l' origine de vos propres blocages ! (... par exemple... Introduction à la psychanalyse de Freud ) . Bon courage ! Curieusement, et ce peut-être une piste pour votre approche analytique, la matiére de prédilection de cette entreprise se rapporte aux "maux" (... les sujets qui suscitent douleur, les blessures du passé, les complexes, les tabous ) à propos desquels les "mots"perdent leur signification exacte pour se substituer et revêtir une signification détournée, symbolique ou métaphorique ( aussi bien dans le langage conscient, la parole , que dans celui des rêves : Encore un aspect qui touche de trés prés "l' affect", le domaine des relations humaines, familiales ou sociales ) . Il faudra vous mettre à l' écoute de vos proches et tenter de faire des liens entre les sujets tabous, les traumatismes familiaux passés, la position relative des individus dans le groupe ( familial ou autre...), polémiques ou objet de querelles ... et des "termes ou sous-entendus" que vous croyez avoir lâchés par "hasard"au cours de la discussion . Ils ne le sont point ! Ces lapsus, si vous étiez capable de les repérer et interpréter sur l' instant de leur prononciation, vous donneraient une idée précise sur l' arrière-pensée exprimée par vous même et votre interlocuteur . Notre langage à donc d' ores et déjà une "double" ( voire plus ? ) signification échappant à notre analyse consciente . J' en suis ravi ! . Mais ne vous y fiez pas ! Je suis intimement persuadé que cette analyse, même si elle vous échappe, à tout de même lieu de manière inconsciente et que chacun d' entre nous possède un recoin de l' esprit où s' effectue ces déductions instinctives avec leur petit cortège de réactions involontaires ou psychosomatiques - Je prends le risque (?) de supposer qu' il existe en chacun de nous un processus parallèle et "inconscient" de réflexion et d' analyse qui dépasse de loin les capacités de ce mode externalisé par un langage . Non seulement ce processus serait capable de trouver les réponses qui semblent impalpables, voire intouchables de manière consciente; mais encore, je parie que nous sommes capables de transmettre de proche en proche, de personne à personne, par un mode subconscient, le résultat et les tenants de ces prospections intérieures . Ce n' est probablement pas par hasard si mon instinct me pousse à parler ... "d' inconscient collectif". Le jugement auquel procède notre langage externalisé aurait pour unique mission de faire remonter à la surface et de manière intelligible une infime partie des données enfouies dans ce mécanisme de gestion du psyché .

90- Il peut donc sembler déductible que les concepts ( idéologiques ou autres ...) et entreprises impliquant l' intervention de ces "leurres intellectuels", construits autour des émotions ou lesdits thèmes fictifs abstraits ...quel que soit les domaines dans lesquels ils peuvent intervenir, ne peuvent être en mesure d' investir, comprendre ni influencer efficacement les "mécanismes physiques environnants" auxquels ils se rapportent" ? Se peut-il que certaines barrières conceptuelles cachent une partie de la réalité des liens sou-jacents à ces mécanismes ? ... En est-il de même concernant notre sujet et qu' une partie de ces illusions soient des paravents dont le rôle consisterait à masquer une situation "d' interdépendance" échappant à notre entendement réducteur ? ... Il y aurait alors un ensemble de considérations menant à la rupture des mots avec la réalité; voilà qui fragilise et complexifie notre approche !.... Cela n'est pas forcément handicapant puisque le résultat semble identique -

Serait-ce le cas, par extension, de certains dogmes ou institutions politiques ayant pour objet les relations et la place respective des individus dans le groupe ( notions au moins en partie affective ) et à propos desquels nous serions, pour l' ensemble des raisons évoquées, incapables d' en discerner la face cachée . (... précisément en raison des concepts erronés servant à les définir ? )

C' est concevable ! Mais invérifiable ! Je reste dans le domaine de l' hypothèse . Indéniablement, les critères du statut social se résument dans le monde animal à la constitution physique et au rapport de force, mais nos sociétés humaines font entrer en considération de nouveaux éléments intriqués, représentés par des forces psychiques dont l' importance à été décuplée à mesure de leur développement, ainsi que des vecteurs matériels ou institutionnels spécialisés incarnant certains de ces aspects : Il s' agit globalement des processus politiques et économiques institutionnels . On peut notamment y ajouter les difficultés liées à l' instruction ainsi que l' habileté intellectuelle générée par la phase initiale d' assimilation ( l' école ) dont la qualité de l' apprentissage fait dépendre la dextérité du bon usage des vecteurs de préhension ... / Constatez que ce n' est probablement pas par hasard si l' on voit les "cadres supérieurs" de la nation sortir des écoles les plus réputées pour la qualité de leur enseignement - Celles-ci, mieux que les autres, souvent réservées aux classes les plus aisées, sont les seules en mesure de prodiguer un enseignement le plus proche de cette "quasi-réalité" parce qu' elles font intervenir des professeurs les plus experts qui en sont les acteurs ou d' anciens protagonistes, ouvrant ainsi aux étudiants qui en suivent le cursus les portes du milieu dans lesquels ils seront intégrés . Nous ( ... les indigents ) n' avons droit qu' aux formateurs "de seconde zone",... ceux qui peinent à comprendre l' objet ainsi que le sens de leur propre enseignement ... . Vous parliez d' égalité des chances ?? ... . Sous cet angle du discours, ma vision des choses revient à se demander si l' importance croissante, voire exponentielle du facteur psychique n' a pas démesuré par la même occasion la portée du critèreaffectifet des mécanismes inconscients qui l' accompagnent par une juxtaposition progressive des erreurs, ou des confusions de chacun des répertoires considérés ? Cet indice intéressera probablement notre recherche philologique sur le cumul des contradictions au sein du langage menant à l' évolution et au paroxysme contradictoire des modes de perception .

Hypothèse pouvant aussi expliquer la résistance dont fut l'objet notre engeance au regard de ses origines animales, notamment dans les conceptions religieuses et encore aujourd'hui à propos de nos pulsions profondes, décrites, entre autre, par les sciences psychanalytiques . C' est une évidence que cette censure contribua à l' élaboration d' un empire intellectuel imaginaire pour substituerla réalité d' un monde obscur et cruel, comme celle de nos plus "vils" instincts dont l' irrépressible réalisation susciterait un sentiment de répulsion, de culpabilité ou d' effroi .

Ou alors, autre hypothèse pouvant être combinée avec la précédente, et qui nous ramène au sujet politique de la manipulation, est-il possible que cette confusion n' existe plus désormais que dans l' esprit d' une catégorie de population, celle des masses populaires "incultes",contrôlées, manipulées par ces artefacts . Ces vestiges culturels, outils déformant de la réalité n' ayant traversé le temps que dans le but unique et inavoué de perpétuer le joug des classes dirigeantes, ... les mieux informées ! Ces dernières auraient connaissance de ce décalage et apprendraient à en faire usage dans cette perspective audacieuse de conserver leur position sociale . Mais cela n' entame guère ma conviction première, puisque le processus serait fondé sur les données fondamentales et inhérentes au psyché humain ainsi que sur les mécanismes naturels ci-évoqués, pré-existants à toute stratégie. Stratégie et exercice des réalités se combinent bien difficilement sur les tenants du sujet -

En outre, nombreuses lectures m' ont permis de conforter cette conjecture par des notions voisines contenant la même inspiration en filigrane . Tout semble concordant et indiquer la présence permanente d' un décalage entre ce que nous percevons et la réalité de ce qui "est," en raison de la combinaison de nos savoirs "imparfaits", cloisonnés ou volontairement orientés, particulièrement en conséquence dufiltrede l' inconscient intervenant dans l' élaboration de la pensée et de la personnalité :

- Dés l' antiquité, il apparut évident à l' esprit des doctes que notre esprit nous jouait des tours .

Socrate ( philosophe grec - V° siècle av J.C ) fut l' un des premiers à soupçonner ces mécanismes et élabora une analyse intégrant la résistance inconsciente du sujet . Ses disciples, Xénophon, Aristophane, et surtout Platon nous ont fait connaitre la personnalité de cet illustre et sa méthode de réflexion :

<< fondée sur la discussion, sa "maïeutique" ( art d' accoucher les esprits / Définition dictionnaire- hachette ) amène l' interlocuteur à découvrir la vérité qu' il porte en lui ; elle s' accompagne d' ironie, c-à-d de fausse naïveté : Le philosophe feint d' ignorer les contradictions dans lesquelles s' enferme

celui auquel il s' adresse pour mieux lui permettre de prendre conscience de ses erreurs de jugement .

Chacun peut ainsi atteindre à une meilleure connaissance de soi et se rapprocher d' une science qui se confond avec la vertu . >>

- Presque deux mille années plus tard, il y a aujourd'hui deux siècles, naissent des sciences qui étudieront les arcanes des mécanismes inconscients - Les apports de la "psychologie- psychanalyse" permettent de définir avec une rigueur quasi scientifique... " L'objet, les raisons et les mécanismes de déviance de la personnalité ( Rôle et prédominance de l' inconscient ); le processus de fonctionnement, d' évolution et de développement du psyché d' un individu" et, grâce au soutien récent des disciplines médicales qui rejoignent ses efforts, nous pourrons bientôt remonter les pistes qui façonnèrent les spécificités physiologiques, morphologiques de l' intelligence et de la conscience du cerveau humain -

( - cf les travaux du physiologiste Giacomo rizzolatti en 1992 de l' université de Parme sur l' aire de Broca et les "neurones miroirs" pouvant nous éclairer sur les fondements cognitifs du langage- science et vie n° 227 de Juin 2004 -).

Ces constats progressifs et pluridisciplinaires des auteurs mettent en lumière, dans un courant convergent, dès le XVIIIE ° siècle, le fondement dérisoire de nos idéologies reposant sur des constructions chimériques et sans autre fondement que la nécessite d' assurer la continuité des flux psychiques dans le prolongement et la continuité des dogmes sur lesquels repose l' équilibre de la société politique .

En effet, étroitement lié à ce premier impératif de la progression des flux , s' imbrique celui non moins important de la continuité de la société civile et politique qui ne tolère, elle non plus, aucune interruption . Cette désillusion des dogmes politiques se cristallise progressivement et donne naissance au courant d' idée nommé "Nihilisme" ( ... Terme inauguré en 1799 par la polémique de Jacobi contre Fichte qui se termina par l' accusation, adressée à la philosophie transcendantale née de Kant, de réduire la monde à de l' apparence, à lui enlever toute consistance ), incarné par la personne emblématique de "Friedrich Nietzsche", philosophe Allemand ( 1844- 1900 ) . Cette Philosophie tente de conceptualiser les étapes relevant de cette désillusion, passant par le "pessimisme", puis par un nihilisme qualifié "d' incomplet", enfin par le nihilisme passif, et pour finir par un hypothétique "nihilisme actif", fruit d' une minorité selon l' auteur ( ? ); ultime étape dont l' objet serait de précipiter cette décadence idéologique-conceptuelle pour éveiller les forces qui en prendraient le relai .

91- Le Nihilisme ( « scepticisme absolu, négation totale de toute hiérarchie des valeurs . L'élan vers la vérité et l' affinement de la conscience se transforment dans la reconnaissance amère de l' absence de toute vérité . Selon Nietzsche, les valeurs supérieures se déprécient . Les fins manquent, il n' y a pas de réponse à cette question " à quoi bon ?"- Les sciences qui voulaient remplacer la religion ne donnent aucune raison de vivre, leur culte de la vérité n' est qu'un culte de mort ... ») peut alors s' analyser, dans mon idéologie, comme l' une des premières révélations sur cette incohérence, le symbole et la concrétisation de cette désillusion idéologique, avec les courants "révolutionnaires"; le point d' éruption des contradictions régissant les concepts et pseudo-certitudes de l' homme moderne . C' est par ailleurs la seule place que j' accorderai à cette doctrine parce qu' elle conduit, non seulement à stigmatiser une période transitoire uniquement sous son angle négatif, mettant inutilement l' accent sur les versants strictement pessimistes du processus, ... mais encore à la perte des instincts de vie ( et donc de "l' espoir" en général ) - Vision que je considère incompatible avec l' action des forces naturelles : Avec la fraction nihiliste des forces psychiques s' exerce forcément et conjointement une autre fraction qui lui donne substance et qui aura vocation d' en assurer le relai . Je préfère mettre l' accent sur le versant positif et donner une autre perspective à cette prise de conscience, même si Nietzsche évoque clairement un processus inachevé devant nous conduire à transcender cette épreuve par la naissance du "surhomme", né d' une éducation de la volonté de puissance affirmative dont il attend qu' elle forge les armes du nihilisme "extatique" .

Cette évolution peut être rapprochée de mon point de vue, mais nous n' avons pu épiloguer sur ce sujet que sous des angles afférents à ma réflexion politique : Ce sont mes propositions relatives à une culture mondiale et la réforme institutionnelle du "collectif citoyen" .

... Il faut bien admettre que le psyché de l' homo-sapiens semble aujourd'hui capable de modeler une force parallèle aux composantes naturelles ( tendances instinctives dictées par l' environnement ) pour établir des modes relationnels réfléchis . Nous pouvons seulement regretter que les applications résultants de ces interactions ( instinct / intellect ) ne soient encore pas en mesure d' échapper aux règles immanentes d' un équilibre global régit par les forces préexistantes de l' univers physique . Précisons que ce conflit de force est le siège d' une ré-équilibration permanente et en perpétuelle évolution . Il n' est donc théoriquement pas impossible de se soustraire un jour lointain et indéfinissable aux "lois"établies par des millions d' années d' évolution de l' univers matériel !!? … Mais nos tentatives de conceptualisation et d' organisation par la pensée ne seraient-elles pas encore, à ce jour, que de subtiles paravents de consolation sans plus de consistance qu'une illusion psychique ?

Je crois pour ma part en la pertinence relative de cette affirmation et la question mérite au moins d' être posée au plus profond de l' âme de chaque être pensant !? Ce n' est qu'au fil du temps que cet équilibre vacillera progressivement en la faveur des forces de l' esprit, à mesure que nos modes de perception s' affranchiront des carcans et errements parasitaires nécessaires à son émergence .

Il est cependant un autre moyen pernicieux de contourner cet équilibre global, évoqué à l' instant, méthodologie vers laquelle nous nous sommes progressivement et in-volontairement ( ? ) orientés : ... Détruire, supprimer ou substituer cet environnement qui voulait, "voudrait" dicter sa loi ... ( détruire la nature ! ) Pour le coup, seuls rescapés de cet holocauste planétaire, nous sortirions forcément vainqueur ! Mais à quel prix ? Sommes-nous capables de recréer la totalité d' un nouvel équilibre écologique artificiel ?... Pas encore ! Une victoire amère et de courte durée qui signerait donc notre propre perte consécutivement à la réalisation d' un projet que je qualifierai de "suicidaire" ! Non ! là n' est pas la solution ! ... Mais pourtant encore notre pratique quotidienne ( industrialisation et urbanisme outrancier - surexploitation du milieu naturel ) du moins c' est l' idée que je me fais à la vue des chroniques répétées de notre actualité ...

92-LA MARGE DE MANŒUVRE-

Reste, d' autre part, à se demander quelle serait notre marge de manœuvre vis-à-vis des contraintes dictées par ce canevas matériel et multi-factoriel ?

Je l' imagine à ce stade de notre évolution assurément faible, ce qui ne veut pas dire nul, et n' ayant certainement pour objet que des processus intermédiaires et ( où ) indifférents n' affectant nullement ou que très faiblement le cours réel et déterministe des choses imposé par cet équilibre environnemental.Dans tous les cas, cette "marge d' action" doit strictement être encadrée et ne pourrait excéder la place et la fonction spécifique dictée par l' écosystème encore majoritaire . D' autre part, si elle devait exister concernant les sciences sociales, elle dépendrait directement de notre faculté à domestiquer les tendances instinctives par "l' intellect", ce qui semble encore être une gageure au regard de ce que nous venons de voir - Il existe malgré tout des barrières que nous ne pouvons faire reculer :

Nous ne pouvons réfuter qu' il existe des grandes orientations incontournables fixées par les données initiales du "vivant" - Considérons la chose sur son fondement : Les paramètres d'élaboration des protéines furent élaborés il y a plusieurs milliards d' années, ... l' être humain ne peut y déroger! L'intercession de la reproduction sexuée ( pour satisfaire le principe de sélection par l' efficacité dicté par le milieu naturel, les organismes les plus perfectionnés optèrent pour la combinaison des génotypes ) et le rôle vital des principaux constituants de l' atmosphère terrestre ( Azote, oxygène ) ne peuvent être niés dans la construction de l' équilibre "animal / végétal / Inerte" : Pour des raisons encore mal définies, la sélection naturelle poussa les premiers organismes microscopiques vivants à recourir à ces choix, dont notamment l' utilisation primordiale de l' oxygène pour assurer leur survie - Cette orientation emporta de nombreux retentissements dont nous vivons encore les irrémédiables et incontournables conséquences :

L'oxydation des cellules qu'engendre ces principes métaboliques vitaux décidèrent de l'avenir des êtres ainsi constitués : La reproduction, le vieillissement et la "mort" des organismes vivants ! ...Y échappons-nous ? ... Point du tout ! La <vie éternelle> n' est à ce titre qu' une construction de l' esprit, servie par quelques illuminés en quête de défier l'univers - La matière vivante, considérée dans son ensemble, comme processus de transformation et de résolution des paradoxes de la matière, est immortelle, certainement pas les individualités qui la compose de manière transitoire et qui ne font que concourir à ce processus global .

Il est fort probable qu'il en soit ainsi jusqu'à la fin "des temps", à moins que de nouveaux choix soient opérés lors d' une prochaine tentative du vivant, évidemment sur un cycle totalement différent, qui relancerait l' ensemble du processus, donc après annihilation totale des espèces issues de la tentative infructueuse, si celle-ci s'avère comme telle . Malgré l'arrogance intellectuelle spécifique des hommes, celui-ci se conforme strictement aux impératifs dictées à l' origine par l'empire du vivant : la naissance – survie et adaptation par diverses stratégies liées au microcosme de son environnement - reproduction ; consommation d'oxygène et de nourriture, puis une mort inéluctable dont la substance des corps enrichie le sol pour perpétuer ce cycle fondamental . Vous disposez d' un choix relatif sur votre métier, lieu d' habitation et votre partenaire, mais cela importe t-il vraiment sur le principal ?

................................................................ Que nenni ! ...........................!

Mais encore, de récentes recherches démontrèrent de nouveaux points communs liant les divers entreprises du vivant, mis en évidence grâce au concours des sciences paléontologiques et biologiques; notamment au niveau de la structure et de l' organisation des différentes ensembles fonctionnels des êtres-vivants : La mouche, l' araignée, le poisson comme le lion ou l' être humain respectent un certain ordonnancement constitutif commun que nous pouvons observer dans les apparences : Une tête, siège des sens et du système nerveux central - un tronc portant des organes locomoteurs, lequel se divise ensuite en deux zones spécialisées - Des voies respiratoires et une partie basse réservée à la digestion . Cette structure commune indiquerai une source génétiquecommune décidée il y à plusieurs milliards d' années par l' émergence d' un redoutable chasseur sous-marin dont descendent la plupart des lignées génétiques actuelles. Tous frères ?...?

Notez que mon propos se donne pour unique mission de cerner la place et la fonction de prétendues "données initiales"; cela ne signifie pas pour autant qu' il y ai irréversibilité : Ma conception de l' Univers matériel (... comprenez le terme en tant qu' ensemble de tout ce qui existe dans le temps et dans l' espace ) concède la possibilité de modifier ou influencer le scénario d' évolution de la matière par un agent de "contamination" ( sens large ) - Peut-être est ce notre privilége de pouvoir agir en tant que tel, un jour prochain, sur un déterminisme naturel à la mesure des facultés psychiques révélées par des millénaires de progression ? ... Mais peut-être ce bouleversement dépasse t-il nos facultés réfléchies et qu' il puisse en advenir ainsi par un scénario indépendant de l' intelligence externalisée ? A l' opposé, je ne sous entend pas un déterminisme absolu ! Concernant le destin quotidien de l' homo- sapiens, il y a place pour les conceptions "Déterministes"comme pour celles du "Libre-arbitre". Tout dépend du niveau sur lequel se situe votre observation; et surtout de l' époque considérée; car nous ne représentons certainement pas l'aboutissement de l' entreprise du vivant !... - Mais ce n' est pas le sujet du jour -

Je limiterai mon propos à quelques considérations politiques actuelles, en mettant l' accent sur la place des mécanismes liés à l' évolution de constructions intellectuelles, qui semblent vouloir "prendre le relai" sur les phénomènes naturels dans la détermination d' un équilibre spécifique à la race humaine, dernier maillon de cet écosystème . Nous ne sommes pas encore parvenu à ce stade ultime de l' évolution où nous pourrions dicter nos "lois" sur un équilibre fragile - N' en seront dignes et capables que les êtres qui auront compris leur fonction et la logique de cet équilibre infini ; ce qui implique d' acquérir préalablement une sagesse dont nous ne savons encore faire preuve !

Notre intervention est à ce jour encore trop intéressée, guidée par des préoccupations totalement étrangères à la logique de cet équilibre fonctionnel ... et en tout état de cause, largement trop restreinte pour pouvoir influencer de manière déterminante le cours des choses .

Soyons modeste ! Pensez-vous vraiment que l' être-humain puisse défier les grandes lois de l' univers ou bouleverser le monde physique après quelques siècles d' apprentissage technologique ?

Une ère géologique peut durer quelques dizaine de millions d' années, les espèces s' éteignent pour la plupart en une poignée - ( ...Quelques millénaires suffirent pour totalement recouvrir les monuments - faits de pierres bruts – et gommer les traces des plus grandes civilisations dont certaines cités étaient au moins aussi grandes que nos villes actuelles ) ! Que restera-t-il de nos mégapoles et civilisations dans un million d' années ?... .... Pas grand chose, n' est-ce pas ? !

Nous annihilerions la vie sous le feu nucléaire ? Certainement pas ! Le processus de la "vie" est un mécanisme physique "systématique" ayant cours dans l'ensemble de l'univers lorsque sont réunies les conditions ou nombreuses équations parallèles permettant son éclosion, quelle que soit la forme de cette concrétisation- ( Ainsi que l' atteste ces briques élémentaires de la vie prisonnières depuis des millions d' années dans la roche et ramenées à la vie; ....à l' instar de cette macromolécule d' ostéocalcine, découvertes par l' équipe du chercheur britannique Matthew Collins, qui auraient traversé les âges sans se décomposer ) . Il semble aujourd'hui admis auprès de la communauté scientifique, de manière quasi-officielle, que ces conditions ne soient pas unique et qu'il puisse exister, ailleurs ... sur des niveaux périphériques plus éloignés de notre univers visible, des mécanismes totalement différents de ceux ayant cours sur notre planète terre .

L'extinction massive des espèces est un rouage cyclique qui à déjà eu cours à plusieurs reprise sur la planète bleue ( Au permien, il y a 250 millions d' années, une immense éruption volcanique a causé la disparition de 90 % des espèces vivantes - Fin du règne des dinosaures par une météorite, il y a environ 65 millions d' années ) , anéantissant parfois plus de 98 % des ressources biologiques dans le passé ... . Même après un tel holocauste nucléaire, la vie reprendrai ses droits - Nous ne ferions que répéter un scénario déjà connu et retarder l'aboutissement inconnu de cette trame que je considère "enroulée" .

En fait, nous avons simplement construit une pseudo "bulle protectrice", le microcosme de la "cité", qui se donne certes l' apparence de tout absorber et de contraindre l' équilibre global ; une enceinte qui nous protège de l' environnement naturel et qui se double d' un empire imaginaire de rationalisation, dont une porte seulement permet de s' ouvrir sur la réalité : La science - mais cet espace de liberté chimérique ne possède pas encore les moyens ni la faculté de mettre en œuvre les ambitions qu' il voulait conquérir. La société politique, quant-à-elle, serait le terrain novateur, par nature mouvant, parce qu' il est le résultat d' une lutte mêlant l' ensemble des registres à disposition, sur lesquels se confrontent l' ensemble des idéaux subjectifs issus de l' introspection . Cette toile de fond, institutionnelle et culturelle, repose néanmoins sur une réalité statique des besoins matériels, qui s' accompagne de contraintes relationnelles et hiérarchiques liées au groupe .

C' est pourquoi, malgré notre arrogante volonté de bouleverser l' ordre des choses par nos concepts idéalistes, nous constatons en réalité tous les jours être les prisonniers d' une inertie matérielle qui s' impose au dessus des concepts immatériels ( intellectuels ) et qui va bien souvent à l' encontre de nos piètres volontés de réforme : Une machine de survie, progressivement devenue machine de confort, se transformant elle-même en piège et ne pouvant plus s' arrêter sous peine de livrer sa vérité cachée : L' interdépendance de chaque élément avec ses paramètres environnants, doublé d' une trés faible marge de manœuvre pour procéder à une quelconque réorientation . Cela ne veut pas dire qu' il y a blocage, mais qu' un changement de direction impose de revoir l' ensemble de l' édifice inter-connecté afin de ne pas involontairement déséquilibrer les fondements d' une structure vacillante .

L'équilibre politique & économique ( puisqu' en fait, les deux versants de cette même réalité se rejoignent pour définir les modes de "décision-production-répartition" des ressources et richesses ), construit sur des liens complexes entre les divers élements qui composent le tissu social, ainsi que nous l' avons vu dans le chapitre précédent, se double d' un aspect hiérarchique qui en modèle la structure relationnelle . Or, il s' avère que pour satisfaire cette impératif hiérarchique, les acteurs de cette joute font appel à l' empire de l' intellect régit par les schémas directeurs et les dogmes subjectifs, ainsi qu'aux chimères construites par les théoriciens reconnus par la collectivité -( ... ce qui n' est toutefois le cas que si ces derniers confortent ledit statu quo, la démarche et la progression de l' ensemble des croyances et connaissances ; c 'est à dire en respect des illusions, fictions et chimères construites par leurs prédécesseurs - ce qui sous-entend donc que ces "diseurs de vérité" ne sont pas plus prêt que les autres de la vérité mais simplement que leur propos vont dans le sens exigé par "l' éstablishment" ou qu'ils confortent et flattent les deux principes suivants :

-1- Respect de la hiérarchie sociale et des modes institutionnels -2- respect des dogmes assurant cet équilibre ) . Ainsi, vérifiez que de tous temps se retrouvent bel et bien dans le débat public, même chez les érudits, les aberrations dont nous pouvons constater l' exemple dans la terminologie évoquée ci-dessus, et que ces illogismes s' intègrent encore comme fondement de l' action politique . Il ne fait aucun doute que les contre-sens et fictions, contenues dans les dogmes, sont bien issus de cette cohabitation entre trois éléments ( - 1-le principe de réalité matérielle // -2 - la joute politique au sein du groupe social considéré pour prendre le pouvoir //-3- les dogmes, protocoles et croyances subjectives servies par les acteurs du débat politique pour justifier leur "monopole" -) qui se côtoient par nécessité et dont les hommes apprennent à faire usage pour parvenir à une entente contre nature étant donnée le décalage entre les réalités afférentes au deux premiers éléments et les stratégies de "désinformation-manipulation" contenues dans le troisième .

93- UNE MARGE LIMITÉE - La stratégie de dépendance n' intervient donc pas dans le modèle d' ensemble des sociétés humaines puisque celle-ci s' impose au dessus des volontés individuelles ... par l' intermédiaire des contraintes physiques, de la structure et du modèle économique & social qui en est la conséquence pour assurer la survie et la continuité de cet équilibre "construit" .

Bien que l' interdépendance des éléments du microcosme conditionne étroitement la substance, l'orientation et les registres du statu quo s' instaurant au sein du groupe, il serait en fait inapproprié de parler de stratégie globale, car nous cherchons à définir plus précisément la place que peut avoir cette tactique spécifique pour créer une relation de sujétion directement et exclusivement à l' initiative du prince . Bien entendu, établir une classification précise entre ces différentes catégories serait embarrassant, étant donné que l'homme, sortant de son état de nature, n' a cessé de s' entourer de contraintes subjectives entravant sa liberté d'action comme celle d' esprit . Ces nouvelles chaînes, idéologiques-matérialistes, se sont progressivement transformées en carcans que nous estimons tantôt "obligatoires", parfois incontournables à mesure que ces acquis s' intègrent dans nos habitudes culturelles . Les éléments en sont devenus inextricables au point que chacun d' entre eux puisse s' identifier à l' une comme à l' autre de ces conceptions suivant les critères entrant dans sa définition ... . En fait, la question ne peut plus aujourd'hui se poser en ces termes précis . Dans une société complexe et évoluée, il n' est possible que de donner une nouvelle définition de la problématique en tablant sur les marges de manœuvre autorisées par le système considéré; et à condition seulement d' encadrer la recherche sur "un instant donné", ce qui implique de faire abstraction des données les plus anciennes qui ne sont plus l' objet de conflit, polémique ou contestation; sorte d' héritages indéfectibles qui modèlent la nature du lien social ou du mode de vie, nous obligeant en conséquence de les considérer comme hors de propos .

Étonnant ! Le parallèle peut alors être fait avec l' un des mécanismes d' association naturel abordé en début de paragraphe :

A l' instar de ces "symbioses" qui se construisent au fil du temps dans les élaborations naturelles, par exemple chez les fourmis, nous avons élaboré de nouvelles relations qui conditionnent étroitement notre mode de vie ; au point que, si nous voulions en sortir, nous remettrions en question un équilibre nous ramenant au "moyen âge" dans le meilleur des cas, et dans le pire ... à "l' âge de pierre"!

Dans l' ensemble, les liens sociaux génèrent une situation de dépendance dont les places sont permutables d' un individu à l' autre, mais dont les fonctions sont devenues incontournables en raison de la place qu'elles occupent et à défaut desquels la "survie" du groupe est en jeu - A l' image, le disais-je précédemment, des sociétés de fourmis qui se dotèrent d' une structure sociale qui conditionnent étroitement aujourd'hui leur mode de vie et assure la prospérité des colonies . Ainsi, plus personne ne songerait à revenir sur les apports que permettent la "roue", "l' écriture" ou le modèle "citadin" de nos collectivité . Or, ces seuls éléments déterminent et façonnent à eux seuls un ensemble de considérations qui ne sont pas sans importance sur les relations dans le groupe et son devenir . Comme cette onde à la surface de l' eau, les choix les plus efficaces ont cette propriété de s' étendre dans l' espace social planétaire; cet équilibre final dont nous faisons aujourd'hui le constat s' impose par le fait d' une inertie dépassant la volonté de chaque collectivité vivant jusqu'alors de manière isolée . La résultante de cette équation sociale semble actuellement déterminée par une moyenne campée sur l' ensemble des microcosmes reliés entre eux par des voies de communication .

L' inertie à rompre ou corriger, si telle était notre ambition, s' en trouve décuplée au point que toute initiative, politique ou économique, doive désormais s' entreprendre sur une échelle globale à défaut de courir à l' échec en conséquence de la pression exercée par les milieux sociaux environnants .

L' équilibre alentour nous oblige donc en toute matière et à tous les niveaux ! Cela n' est pas sans conséquence sur notre projet de réforme par le "collectif citoyen". Gardons ceci en mémoire pour nos futurs travaux -

 

94- UNE MARGE NÉGOCIABLE -

Ceci dit, le principe de sujétion par les techniques de dépendance conserve une place théorique à part entière dans les relations humaines. Ce modèle relationnel se surajoutent donc à l' équilibre global naturel pour créer de nouveaux liens, artificiels, élaborés dans l'unique perspective d' améliorer la condition égoïste de leurs auteurs . De ces agissements animés par la volonté, jamais innocents, naîtront des liens superfétatoires ... mais devenus indispensables dans l' esprit de ceux qui y sont soumis ou partis .

La dépendance, issue d' une stratégie politique constitue donc, au moins au départ, un sentiment relatif ! ...

L' apport et la perspective, initialement prétendue bénéfique, de ce lien cordial créera progressivement, dans l' esprit des victimes, le sentiment d' une nécessité absolue. Ce corollaire s'avère donc être l'un des piliers du lien de dépendance construit par la société politique / ... C' est parfois la force physique ( la violence ) mais plus souvent l' engagement ( oral // écrit ) qui tisse le lien subjectifs qui deviendra servitude . Je vois bien ici que quelque chose vous chagrine - Et je vous donne raison !... Cette vision des choses consacre la quasi marginalité du phénomène de dépendance . Pourtant, on peut au contraire aujourd' hui constater un phénomène quasi généralisé de ce mode relationnel ; y compris dans les relations internationales où la souveraineté, principe consacré dans les textes constitutifs de toutes les Nations, devait garantir l' autonomie de chaque pays ? ... C' est probablement parce que vous avez mal compris la hiérarchie de cette imbroglio relationnel;.... je vous répondrai donc en vous imposant un nouveau détour par quelques-unes des implications de cette intrication ...

- De proche en proche, l' enchevêtrement des interactions individuelles ( échangecommerciaux, coopération, entraide, entente politiques et diplomatiques isolées ),librement consenties ou plus rarement obtenues par la force - ( militaire ou subtile : rapport juridique ), étant donné le modèle "juridique,hiérarchique &institutionnel"des sociétés humaines, qui plus est à l'heure actuelle, est arrivé à un niveau de saturation paralysant l' ensemble des sujets ( de droit ) . Un nombre infini de servitudes subjectives et d' obligations diverses, convenues pour le confort, la création de richesse ou l' amélioration des conditions de vie, sont progressivement venus se superposer, se surajouter les unes aux autres et s' imposer aux héritiers de l' obligataire initial, par delà celles strictement nécessaires pour "la survie de l' individu", sans que ces derniers ne puissent en revoir ou critiquer la logique, les conditions ni les fondements . Tant et si bien que, par ricochet, nous en sommes à un stade où l' irrespect des obligations d' un co-participant à cette entente saugrenue fait peser des risques incroyables sur l' ensemble de la chaîne relationnelle née de ce cumul exponentiel, construit au fil du temps - ...Au point que la violence nous semblerait presque logique pour obliger les acteurs de cet équilibre et assurer la continuité de ce jeu croisé, ... devenu débile : < ... Un puits de pétrole qui s' embrase au moyen orient, et voilà que ce sont les cours du pétrole Américain et Européen qui s' enflamment, et tous les prix des produits de consommation d' être revus à la hausse en conséquence de la répercutions sur les coûts de transport, sans compter les mouvements sociaux des travailleurs qui exigeront une augmentation de salaire pour compenser la perte du pouvoir d' achat et l' action des gouvernements pour répondre à ces sollicitations >. ... Bizarre, vous avez dit bizarre ! ? Cette nébuleuse contractuelle et relationnelle, qui détermine certainement notre niveau et mode de vie, fait de plus peser un risque dramatique à l' origine de nombreuses inégalités; car les accords et contrats écrits ne prévoient que "très rarement"les clauses d' adaptation des obligations réciproques, fondées sur des principes généraux reconnus équitables par l' ensemble des communautés . Or, quoi qu' on en dise, les conditions de l' entente ont inévitablement vocation à évoluer en fonction des paramètres alentours, eux mêmes mouvants, si bien que l' obligation deviendra, avec le temps, de plus en plus difficile à respecter pour l' une ou l' autre des parties engagées . Tenue par son obligation, celle désavantagée devra t-elle encore honorer sa part de contrat alors qu' elle n' y trouve plus aucun intérêt ? Nous en sommes arrivés là !

... De nombreuses obligations, équitable à l' origine, finissent par devenir de véritables et insoutenables servitudes - Situation complexe et inique que nous pouvons observer quotidiennement dans la rue ou lors du journal télévisé : Ces dérives entrainent souvent la pauvreté . Le droit positif, national et international devrait-il prévoir et obliger les parties à définir ( pour tous les types de contrats - travail, commerce, service, production, ... - d' une durée supérieure à une année, avant signature ) une marge de tolérance à partir de laquelle les cocontractants peuvent, l' un comme l' autre, systématiquement (...de droit) faire appel aux tribunaux, soit pour redéfinir des termes équitables, soit arranger une sortie de contrat en redistribuant équitablement les valeurs issues, résultant de l' engagement ?? ... certes probablement en fonction des positions initiales de chacun ( ... avec des indemnités de préjudice si il y a lieu ) - Mais cela supposerait d' une part que les tribunaux statuent en "équité" et non plus en droit, ce qui n' est pas à l' ordre du jour et d' autre part, que nous puissions définir les termes généraux de ce qu' est "l' équité" -

( ... Voilà qui par contre m' intéresse !... . Rêvons un peu ! Et si les citoyens (en fonction de ces règles générales et abstraites ) avaient la possibilité de saisir, de droit, un tribunal international pour que soient corrigés les vices et abus de position dominante; perversion à l' origine de tous les maux de notre humanité ?!... Cette réforme des valeurs est-elle réaliste ?,... Est-il concevable, par cet intermédiaire, de faire marche arrière sur cet imbroglio juridique planétaire engageant des milliards de personnes ? )

-Mais encore, le fait qu' un phénomène soit par nature le fruit d' une entente étroite et superfétatoire ( volontaire et isolée ) n' empêche pas que ce lien soit multipliable par les mêmes mécanismes à autant de personnes qui se soumettent à son principe, ... le transformant progressivement en une pratique majoritaire de plus en plus difficile à contester ( principe d' inertie ) !

Si j' accepte d' aliéner ma ferme de gueux et mon indépendance à un "prince" qui promettra en échange "protection et subsistance", rien ne vous obligera à suivre mon mode de vie servile . Pourtant, si vous succombez vous aussi à ces charmes par crainte ou par facilité, rien n' empêchera plus notre maître, devant sa réussite, de réitérer son œuvre malfaisante . Ce sont souvent les victimes, et leur docilité face au péril, qui décident bien souvent de la carrière des bourreaux . Mais cela ne signifie pas pour autant que ce lien soit incontournable, il ne l' est que dans notre esprit pusillanime .

S' il n' est plus de classification possible ( dans notre société moderne ) entre les liens qui engendrent une dépendance naturelle et ceux qui sont issus d' une volonté accessoire, car tout porte à croire que nous sommes les prisonniers de nos petits conforts et de nos conceptions de la civilisation, il vous faudra admettre ce principe général qui commande d' observer les pièges tendus par les propositions "contractuelle"en mesurant le degré de liberté dans lequel vous font entrer ces relations et si elles prévoient une faculté de rebours pour se dégager du lien sans dommage pernicieux - La question se pose ainsi : .... Mon engagement est-il réversible et en quels terme ?

95- Un tel examen des différentes élaborations humaines affecte notre conscience citoyenne parce qu' il nous laisse un sentiment d' impuissance, d' iniquité et d' incompréhension . Je doute encore que ces assertions superficielles suffisent à étancher votre soif de connaissance sur un sujet d' une telle gravité . Je connais aussi la douleur engendrée par de telles révélations dans l' affect des moins solides, à l' instar des thèses psychanalytiques au début du vingtième siècle envers lesquelles se dressèrent un tollé quasi unanime : Ces découvertes n' entrainent souvent que résistance, réfutation ou colère chez ceux qui réaliseront le caractère illusoire et l' extrême vulnérabilité des croyances qui guidèrent leur pas ou firent leur malheur, une vie durant, au service d' une puissance occulte, d' un chef ou d' une cause qui leur semblait noble et juste . Nous sommes hélas tous confrontés un jour à ce type de déception ! En vous sortant aujourd' hui de votre chrysalide, je vous évite le désarroi de la faire en fin de parcours lorsqu' il ne restera que le fiel pour exprimer cette rancœur !

Ces digressions ne doivent pas non plus occulter ni éluder notre problématique conceptuelle de "dépendance" dans la société politique, quel que soit le degré de futilité que comporte le sujet à l' égard du problème de fond ! L' hypothèse de la manipulation politique m' impose de concevoir une certaine liberté de manœuvre, ne serait-ce que sur le fameux registre "indifférent" :

Les liens sociaux s' exerçant depuis la création du langage sur le terrain des "constructions de l' esprit" ( dogme politique, caution et justification du pouvoir, lien de subordination par la loi et les règles sociales.... ), il semble évident que ces dernières puissent subir l' influence d' une "élite" quelconque pour servir la cause du pouvoir en déplaçant le cadre d' expression du rapport de force de son terrain d' origine sur celui de la "matière grise". L 'histoire des sociétés révèle un phénomène d' alternance composé de phases d' expansions ( construction "d' Empire" sous l' égide d' un "leader" charismatique qui incarne la force d' union ) suivies de période de désagrégation politique . Aucune force institutionnelle ou psychique ne possède à ce jour assez d' inertie pour maintenir au delà de quelques générations les liens d' une union en dehors des frontières de la "cité". ( ...échelle qualifiée aujourd'hui sous le vocable "communales" ou la proximité physique du lieu d' habitation oblige à la conservation d' un lien "politique" ) .

Il semblerait que seul le phénomène religieux puisse étendre son emprise sans limite de "temps" ni d' espace (... mais peut-on décemment le considérer comme un concept politique classique . Les particularités métaphysiques qui en sont le fondement s' opposent à une telle classification même s' il est un fait que le dogme à pu concourir à légitimer certaine forme de pouvoir et croiser les concepts politiques en de nombreux points-) .

Le caractère provisoire des entités politiques, les luttes intestines et les dissidences incessantes au sein des sociétés humaines m' imposent de considérer le fait de "l ' union" dans la société politique, contemporaine ou passée,comme le résultat d' une entente, au moins en partie, déséquilibrée et ( ou ) imposée . Mon sujet prescrira désormais d' envisager la notion selon l' ensemble des techniques qui permettent de contribuer au maintient et à la pérennité de cette situation au bénéfice de celui qui en est l' instigateur . En effet, la volonté d' émancipation étant un phénomène naturel, ainsi que récurrent, le "Prince"doit maîtriser les mécanismes accompagnant le processus d ' agrégation-désagrégation politique pour en prévenir les multiples risques par des procédés théoriques que nous énumérerons successivement .

Cet apprentissage n' est pas des plus communs ! Pourtant, les manuels d' histoire nous fournissent, au travers des récits relatifs aux invasions, un terrain de prédilection permettant d ' identifier nombreux facteurs contribuant à la réussite comme à l' échec de cette entreprise . Désormais, vous n' aurez plus l' excuse qui consiste à évoquer une prétendue "science secrète", hors de portée des gens ordinaires . Vous en connaîtrez désormais quelques rudiments .

La tutelle est indubitablement ressentie comme une position insupportable; aussi génère-t-elle de façon quasi-systématique la création d' un mouvement de type "séparatiste". La continuité de la configuration centralisatrice ne peut être assurée que par le concourt simultané de diverses méthodes parmi lesquelles :

1- La "Force militaire ou policière"( occupation du terrain par les structures : administration, police, armée, aide, secours sanitaire- chapitre déjà abordée ) ; ...

2- L' obtention d' un "Consensus" relatif à la condition tutélaire (... par conditionnement, conversion psychologique progressive des populations pour les mener à se considérer comme une partie intégrante de votre collectivité - cf chapitre de l' information ) ; ....

3- "L' Intégration- Assimilation" dans la "masse" de vos structures : Cette technique consiste à fractionner les entités adverses au sein de vos circuits, organismes et "populations"; ...

4- La "Nécessité" qui se concrétise par des stratégies menant à la ... "dépendance". C' est l' angle sous lequel nous aborderons la question dans ce chapitre ...

 

§2 - "Identifier" ou "créer" un lien de dépendance .

 

A- Identifier une dépendance -

96- Cette recherche, qui doit être systématique et complète, équivaut à cerner les points faibles du systéme à rendre dépendant en identifiant ses carences, besoins, lacunes matérielles ( approvisionnements insuffisants ou inexistants ) ou contradictions conceptuels par lesquels il sera possible de s' immiscer . Pour ce faire, il n' est qu' une seule stratégie : Observer, retranscrire et étudier de façon très précise les processus fonctionnels et les contradictions idéologiques du système dans lequel il s' agit de trouver une brèche, plus précisément une demande ( matérielle ) ou un désir insatisfait ( métaphysique, conceptuel ) . La méthode doit inévitablement aboutir à quelques résultats et faire apparaître dans le meilleur des cas une place spécifique dans le système à "intégrer"( en le complétant ou en proposant un dispositif qui le supplante ) ... et au pire des cas une insuffisance ( … ne serait-ce quantitative ? ) exploitable : Que ce soit par l ' analyse des interactions avec le milieu extérieur ou par un examen des carences inhérentes par exemple à une position géopolitique défavorable ( enclavement, accès à la mer inexistant, absence ou insuffisance des voies de communication ...), ou à la répartition des ressources naturelles ( minières, approvisionnement en matériels de production ou technologie ) . Dans la sphère idéologie-conceptuelle, il n' est pas d' ensemble parfait ou de dogme sans aberrations, aucune société ne peut se vanter de satisfaire tous les membres de sa collectivité . C' est ici encore sur le terrain fragile du consensus que votre action déstabilisatrice portera ses fruits pour trouver audience ( cf intitulé "sélectionner un auditoire indulgent" ) et faire intrusion dans les lignes "ennemies" . La fraction de population séduite servira ensuite de base à l' implantation puis à la diffusion de vos structures ou produits commerciaux - Il n' est effectivement plus possible de fermer la porte à quelqu' un qui fait audience . Cette situation de départ mènera progressivement à l'état de fait recherchée .

 

97- B - Créer une dépendance -

L' échec sur le premier registre vous imposera de recourir à une méthode plus sournoise .

A défaut d' utiliser une nécessité pré-existante, il est tout à fait concevable de synthétiser un besoin subjectif et artificiel, sur mesure et en fonction des axes principaux de votre propre système .

Besoin dont l' inertie constituera progressivement un instrument indirect de servitude en votre faveur .

Par conséquent, ce type intrusion devra être précédée par une phase préliminaire au cours de laquelle vous introduirez gracieusement les vecteurs intellectuels et matériels contribuant à générer le mécanisme futur de dépendance . Effectivement, la difficulté réside dans le fait de construire un lien ou besoin qui n' existe pas et cela ne peut se faire qu' à condition d' en faciliter l' accès et de ne créer, au départ, aucune forme de contrainte qui freinerait le désir ou l' attrait naissant . Cette technique est principalement employée dans le secteur commercial par la technique du "cadeau"ou des "prix sacrifié de lancement". La création du lien implique donc souvent de sacrifier un temps la rentabilité, voir même les critères d' usage par l' emploi "d' appât irrésistible" . Corollaire et préalable indispensable à ce procédé : Vous devrez probablement mettre en œuvre une sorte de conditionnement psychologique afin de disposer les "consommateurs" à l' usage de vos produits - Cela consiste indirectement à créer une mode ou à une habitude . Pour trouver son terrain d' expression, le produit devra s' adresser dans un premier temps à la fraction de population la plus susceptible d' être influencée : Vous devez donc prendre soin de sélectionner la "cible" idéale auquel s' adresse votre "produit" ( infra 157 & 160 ) .

Le vecteur d' approche, pour être efficace, devra en outre se donner l' apparence d' un produit anodin, "utile" et attractif et ne devra impérativement pas porter de traces flagrantes sur son origine .

Les chasseurs provençaux connaissent bien un équivalent de ce procédé ! ... : Afin d' habituer le gibier à revenir sur un point de passage précis, où les tireurs seront postés et prêt à faire "feu", ils n' hésitent pas à confectionner quelques points d' eau artificiels, ...manne providentielle dans nos garrigues desséchées où l élément liquide s' avère être une denrée rare et précieuse . Il s' avère parfois nécessaire, dans la création du mécanisme psychologique de dépendance, d' aller jusqu'à la dissimulation du lien avec vos structures ( anonymat ) : Cette exigence impose alors la plupart du temps l' intervention d' un intermédiaire qui aura la charge, pour votre compte, des "transactions" avec la population à séduire . Le procédé peut aussi passer par l' intégration d' un de vos vecteurs dans les mécanismes productifs

ou de réalisation adverses afin de progressivement transformer ce maillon en un intermédiaire incontournable du processus, alors devenu dépendant . Faîtes donc comme cet employé qui sacrifie un temps ses exigences salariales afin de s' introduire dans les rouages de l' activité ciblée - Placé sur le trajet de l' information, par exemple dans le service afférent à la prospection de nouvelles clientèles, ce dernier aura alors pour mission de se constituer un "portefeuille- client" qui se transformera rapidement en véritable "capital d' activité"- Il n' y aura plus alors qu' à détacher ce service en créant une société de service autonome dont l' objet serait d' être l' intermédiaire entre le fournisseur, ex-employeur, et la clientèle qui viendra désormais directement s' approvisionner chez vous .

 

98- C - Pérennisation, Institutionnalisation du procédé .

Le lien créé ne peut se satisfaire d' une situation précaire, réversible à tout moment en cas de révélation sur l' origine de votre action ou sur les mobiles qui en fondent la dynamique . Pour cette raison, le processus de dépendance doit de préférence, dès son initiation, s' intégrer dans une logique "institutionnelle" ( ...Ce procédé est en effet le seul capable de conférer à l' acte sa dimension intemporelle ainsi qu' impersonnelle afin de l' inscrire dans la "durée" -

Il ne pourra plus être directement associé à une personne ou à une autorité: L' institution incarnera dorénavant l' acte lui même ) :

Les atours institutionnels offrent effectivement un aspect psychologique rassurant pour ses utilisateurs; ils établissent sur l' acte ou l' objet une dimension "supérieure" une officialisation qui conforte la logique et l' idée de puissance . De plus, le support matériel qui en est le vecteur associera étroitement l' acte ou l' objet comme un élément incontournable de l' opération sous-jacente et c' est uniquement au travers de ce réflexe conditionné que s' inscriront efficacement et durablement les gestes de la dépendance . Le support matériel dont il est question de créer les registres devra non seulement être placé sur le circuit du processus de réalisation, mais il devra en sus, par son aspect et divers renvois symboliques, absolument rappeler ses fonctions à son utilisateur . Il devra en outre comporter un maillon par lequel vous intercéderez et contrôlerez la chaîne de ce processus en y intégrant un de vos vecteurs structurels ( ... direct ou de préférence indirect : Organisme d' édition, ... d' accréditation,... d' authentification ou d' enregistrement - Nous aborderons ces procédés dans la troisième partie ) .

Dans cette conception des choses et sous un certain angle, l 'exemple le plus éloquent et caractéristique de ce schéma fonctionnel est incarné par le concept "monétaire" . La banque en constitue alors l'institution de contrôle . Depuis fort longtemps, la monnaie fut considéré comme l' attribut principal de la puissance sur le fief . Les seigneurs de l' ancien régime ne reculèrent devant aucun sacrifice politique ni guerrier pour conquérir son monopole . Lui conférer un caractère obligatoire comportait de nombreux avantages, le premier et principal consistait dans la possibilité de contrôler la richesse des acteurs évoluant sur le domaine; mais surtout, elle permettait de s' ériger en arbitre et de disposer d' un instrument de coercition ou "corruption" en cas de conspiration contre le pouvoir .

NOTA : Il n' est toutefois pas très exhaustif ni impartial de considérer ces seuls paramètres de "contrôle" dans le processus d' apparition de la monnaie ! Par ailleurs, l' étalon de valeur s' est aujourd'hui globalement externalisé de cette vocation d' origine - ... Sans y être pour autant totalement étranger ! .... Cela n' empêche donc pas que le vecteur monétaire demeure probablement l' illustration parfaite de cette "faculté" de récupération d' une institution à des fins politiques .

 

99- D - classification des dépendances .

Cette classification correspond aux procédés les plus classiques et les plus usités pour imposer ce modèle relationnel . Ne vous étonnez point d' y reconnaitre les principales composantes des sujets d' histoire et d' actualité : Ces stratégies s' érigent encore, pour la plupart d' entre elles, en fondement de nombreuses actions politiques .

.... Les principaux modes de sujétions sont au nombre de quatre :

 

1 - Sécuritaire-

Il s' agit d' offrir la protection contre une menace "physique" grâce au concours de vos structures : intercession militaire, policière ou par une milice . ( La cible de cette stratégie doit ressentir, aux frontières de sa sphère d' influence, une menace d' invasion ou une agression en préparation : Que cette menace soit réelle ou potentielle, étrangère à vos actions ou élaborée de toute piéce par une conspiration afin de satisfaire cette ambition ) . Dans cette hypothèse, la source du danger ne devra pas être définitivement balayée mais tenue à distance afin de conserver l' instrument de pression nécessaire à l'exercice de votre tutelle . L'histoire est ainsi parsemée de ces exemples de micro-états qui deviennent les vassaux de grandes puissances parce qu'ils sont dans l'incapacité d'assurer leur propre sécurité face à un ennemi juré – Certes, la réalité est bien plus complexe puisque cette situation est souvent calculée et entretenue par les grandes puissances alentours mais je conclus simplement qu'il est un mauvais calcul et trahison pour ces petits monarques patentés de vouloir profiter d'un pseudo eldorado en créant ces entités fragiles pour s'assurer un confort matériel sur le compte de leur concitoyens – Il est alors tentant pour quelque puissance que ce soit de créer ces conditions d'insécurité tout en maintenant face à lui une multitude de composantes fractionnées afin de jouer le gendarme et protecteur – Cette situation lui permet de sélectionner ses interlocuteurs, de faire jouer une concurence entre les composantes divisées et de détruire sans bouger un protagoniste récalcitrant ou trop exigeant -

 

2 - Matérielle .

Le registre matériel s' avère être celui qui offre le plus grand champ de manœuvre pour la réalisation de notre objectif . Prenons pour exemple des pays frontaliers dont l' économie est de type libérale .L'action peut s'exercer sur la livraison ou la libre circulation des produits alimentaires, la propriété des terres, les ressources énergétiques. Cette dépendance peut servir de procédé de contrôle en limitant volontairement l'accés à ces ressources ou leur débit dans le but d'affaiblir des composantes subalternes ou de les contraindre dans l'application d'une politique déterminée.

Les échanges entre des zones ( les États ) qui ne sont pas forcément soumises aux mêmes règles, créent un problème dit de "balance commerciale" ( équilibre entre les importations et les exportations ) . La question prendra une tournure stratégique si l' on aborde le thème de la dépendance des circuits économiques aux marchés étrangers et le danger pour les emplois nationaux des États qui sont dits les moins compétitifs; risque fort heureusement en régression avec la construction du marché commun et de règles communes, comme par exemple en Europe avec l' élaboration d' une monnaie commune et

l' harmonisation des réglementations, que tout le monde espère "progressiste" - ( ce qui n' est pas encore le cas dans de nombreux domaines ! ... ) .

En effet, à défaut d' une entente économique &-politique sérieuse entre toutes les composantes géographiques, il se crée inévitablement des zones de non-droit ou exorbitante du droit commun qui déstabilisent les enceintes voisines : Une économie ouverte de type libéral soumise à ce déséquilibre s' oriente inéluctablement, pour les pays au coût les plus élevés, vers une délocalisation partielle du secteur industriel jusqu'à obtention d' un équilibre entre ces paramètres . Mais le malaise économique peut s' accompagner de retentissements diplomatiques - Les nations accueillant les entreprises délocalisées pourraient ainsi exercer des pressions politiques sur les partenaires de cette entente en se servant d' un droit de sélection des hôtes comme argument de force afin d' influencer les débats politiques . La liste des exemples de dépendance matérielle semble inépuisable - Ce n' est un secret pour personne, à titre d' exemple, que la dépendance énergétique s' érige encore à ce jour comme un instrument de lutte et un enjeu stratégique entre les acteurs de la scène internationale .

Le programme des centrales électriques nucléaires confère aujourd'hui au pays Européen une certaine autonomie dans ce domaine, mais les occidentaux demeurent largement tributaire de l' importation dans le secteur des énergies fossiles; dépendance contrebalancée par une suprématie technologique, industrielle et militaire; mais les exigences du commerce menacent cette suprématie par la vente inconsidérée de nos derniers bastions . L'équilibre va-t-il s' inverser ? ....

De la même façon, les échanges de matières premières ( ressources fossiles ), denrées alimentaires, ressources minières, les approvisionnements en eau des pays se trouvant en aval des fleuves du monde entier - puisque le réchauffement climatique fait peser un risque de sécheresse et donc la possibilité pour les pays en amont d'imposer un véto sur ces ressources, les transferts de technologies font peser le même risque de dépendance pour l'agent économique en situation de dépendance lorsque celui-ci, toujours pour les mêmes raisons de défaillance technologique, de délocalisation ou d' absence totale de ressource dans le domaine du secteur d' activité concerné, ne possède plus son autonomie sur les approvisionnements ou la diversité quant aux prestataires de service capables d' assumer les charges d' entretien & de maintenance concernant le service ou le renfort matériel dont il est dépendant .

A défaut de relations sincéres et constructives entre les communautés, cette problématique peut engendrer diverses situations pernicieuses, voire des conflits armés pour rétablir l' équilibre . Pour finir notre exemple d'actualité sur la dépendance concernant les ressources alimentaires et manufacturières, je vous demande comment pourrait se finir l'épisode des délocalisations en Europe le jour où, pour une raison encore indéterminée, les pays fournisseurs ne voudront ou ne pourront plus subvenir à nos besoins titanesques ? ( catastrophes naturelles, fin des ressources pétrolières, pandémie avec un cloisonnement des frontières, crises politique grave ou conflit ) - N'étant plus en mesure d'assurer la continuité des circuits d'approvisionnement, comment allons nous remplir les étales de nos magasins et nourrir nos populations ? Quels sera le résulat de cette situation ? La famine et la guerre civile – Cette situation délétère existe d'ores et déjà dans quelques régions du monde en des circonstances particulières ! N'avez-vous jamais entendu parler du terme “embargo” ? Certains états ou communautés du monde, parce qu”ils ou elles sont jugés plus mauvais que les autres, font l'objet d'un embargo matériel et alimentaire le plus drastique afin de les faire plier sous les conditions de leur détracteurs plus puissants – Je ne citerai ici que celui emblématique dont fait l'objet cuba parce qu'il est certainement l'un des plus long de ces siècles derniers ( depuis 1962 à nos jours ) - Mais cet arme coercitive est employée bien plus qu'il n'y parait et cet état de fait prouve bien que les communautés humaines, organisées en groupuscules d'intérêts utilisent toutes les armes et moyens à disposition pour infléchir sur la liberté de leur concurrents – La dépendance matérielle constitue l'une de ces armes -

 

3 -Financière ou structurelle .

Prêts de capitaux, aides financières, allocations et subventions, lorsqu'ils constituent le mode de financement habituel ou cyclique de votre activité ou de vos achats; les structures de gestion externes à vos services, circuits commerciaux vous obligeant à recourir à un intermédiaire pour écouler vos productions, les infrastructures de transport et communication appartenant à un tiers dont dépendent vos échanges, peuvent représenter des sources de dangers par lesquelles il serait possible

de vous contraindre ou menacer votre liberté d' action . Rassurez-vous, le procédé ne s' adresse pas exclusivement aux relations entre grandes puissances : Les organisations de défense des travailleurs ont très tôt pris conscience de la faiblesse du statut salarié et des pressions potentielles dont les personnes de cette condition peuvent faire l' objet sur leur unique source de revenu . L'union au sein d' entité collective ( les syndicats ) et l' institution d' une indemnité substitutive ( allocation chômage ) parant cet éventualité sont venues en partie rétablir l' équilibre entre les acteurs sociaux - A ce propos, veillons à la conservation de ces institutions de progrès ! ... ou peut-être serait-il grand temps de proposer des institutions substitutives ainsi que moins catégorielles ?

 

4 - Technologique & scientifique .

Le "savoir" est l' un des rares éléments immatériels jalousement gardé et protégé . La propriété intellectuelle, considérée comme instrument juridique, constitue le dernier volet, le plus moderne, par lequel les groupes humains se disputent la suprématie . Mais ne vous trompez pas, l' acquisition des techniques et du savoir sont le noyau d' âpres querelles depuis la nuit des temps . Rosny aîné nous le dépeint avec talent dans sa fresque épique des "temps farouches" où la lutte mené pour retrouver le bien le plus précieux en ces temps reculés est qualifié de "guerre du feu". La puissance technologique, notamment et principalement avec ses applications militaires, est toujours venue départager les civilisations pour donner "bon droit" à ceux qui savaient faire preuve d' innovation et surtout d' initiative pour améliorer, voire dépasser les idées du concurrent . Notre époque est plus que jamais le résultat de ces confrontations; les droits nationaux et internationaux sont venus encadrer de manières très précises les règles s' appliquant à ces prérogatives dans des codes dits "de la propriété intellectuelle". C' est probablement sur ces thèmes centraux que s' inscrivent les plus célèbres histoires d' espionnage pour s' emparer des brevets stratégiques ou attirer les cerveaux étrangers des puissances en déroute . ( Exemple de la quête des scientifiques nazis dispercés partout en Europe aprés la seconde guerre mondiale - Espionnage entre l' Est et l' Ouest pendant la guerre froide concernant la position, le nombre et les secrets techniques dépoyés concernant les armes de destruction massive ) . Le sujet peut trouver application dans l' ensemble des domaines et à tous les niveaux des relations humaines : Le secret professionnel en matérialise le volet privé ( ... le boulanger protège et garde jalousement le secret de son pain "spécial", le chimiste brevètera la formule de son parfum, le technicien prendra soin de protéger ses découvertes en utilisant des outils, code et techniques de montage qui lui garantissent le monopole ) ; le Secret d' État couvre certains aspects vitaux de cette puissance technologique et concerne les relations entre puissances souveraines dont le souci majeur consiste à préserver par tous moyens les secrets assurant leur supériorité technologique, scientifique ou militaire : Et même si l' on vend au concurrent des produit issus de cette technique, ... c' est toujours avec la garantie que confèrent d' autres procédés de neutralisation dont on détient le secret !

Je lisais ces denriers jours dans un article tiers d'opposition politique que les espaces sauvages et naturels sont les cibles à détruire pour de prétendus “conspirateurs” ( les multinationales financières ) qui souhaitent esclavagiser les masses laborieuses au titre que la nature peut éveiller l'esprit critique en suggérant la liberté et le détachement matériel – Je ne partage pas vraiment cet avis car la réalité me semble plus complexe mais l'idée contient quelques éléments pertinents . La science fiction sert souvent de portail d'entrée pour aborder des sujets épineux de l'actualité . Dans le film américain de Paul verhoeven sorti en 1990 “total recall” nous apparait une idée intéressante du même ordre : Sur Mars, planète hostile, les gens vivent repliés sur eux dans d'immenses bulles de survie où sévit le despotisme le plus terrible : Les opposants sont pourchassés, isolés puis asphyxiés . Science fiction ?...Imaginez un jour futur et hypothétique où la planète terre, complétement polluée, dévastée et ruinée par les guerres fratricides, obligera les être humains à vivre à l'abri, retranchés derrière d'épaisses cloisons étanches où la technologie assurera le renouvellement de l'air, des substances alimentaires et de l'eau – Imaginez alors les abus politiques qui sont posibles sur la base d'une telle situation de dépendance des citoyens à l'égard de la structure comme le figure le film d'anticipation précité ? Le prince pourrait faire peser une menace terrible à l'égard des opposants et récalcitrants du système en les privant des ressources vitales sous son contrôle . Nous ne sommes pourtant pas trés loin, dans le monde réel, de cette situation ….- La technique est sur le point de faire de nous des machines totalement dépendantes, notamment ...car la liste n'est pas exhaustive, dans le domaine de l'alimentaire, de la médecine et de la reproduction :

De grandes multinationales de l'agro-alimentaires brevètent et visent à construire des monopoles sur des génômes vivants ( denrées alimentaires de base ) – Les populations urbaines dépendent totalement de la production de ces industries. Cette concentration, ce phénomène consistant à breveter le vivant représente un sérieux danger contre lequel nous devons nous opposer. Il est possible d'éviter ces dérives en donnant aux citoyens les moyens de regagner la terre et le monde rural au sein de structure citoyenne de dimension familiale – Dans le cadre du 'collectif citoyen', ce retour est prévu au sein d'une procédure institutionnelle et s'appelle le “droit de retrait” - Le système prévoit ainsi de désengorger progressivement les centres urbains des masses de populations et d'éviter la famine au jour de l'effondrement des circuits énergétiques & économiques.

A ce jour de telles entreprises sont écartés par le jeu des impositions ainsi que par la contrainte de rendement. Par ailleurs, la durée de validité des brevets doit être limitée dans le temps, dans les domaines stratégiques, à une décennie au lieu de trente ans à condition d'assurer en parallèle par un mécanisme institutionnel la multiplicité des pôles de force.

Dans le domaine médical, la surenchère médicale et les lobbies pharmaceutiques font indirectement et involontairement peser un nouveau risque sur la santé des populations en laissant s'installer une compétition trompeuse sur la longévité. Nous sommes ainsi en train de créer une tranche de population et d'âge totalement dépendante des prescriptions médicales ( pharmaceutiques ). Sur le long terme pèse un risque génétique doublé d'une dépendance s'inscrivant dans l'état d'esprit de ce qui est avancé ci-dessus -

D'un point de vue générationnel, la médicalisation outrancielle des naisssances, la procréation médicalement assistée font peser le même type de risque en créant un intermédiaire qui peut potentiellement devenir incontournable au fil des siècles . Un gouvernement corrompu pourrait alors un jour prochain mettre en oeuvre un politique eugénique ou imposer des critères arbitraires limitant les naissances, privilégiant ou pénalisant certaines catégories de populations – Nous sommes aujourd'hui, d'ores et déjà, dans une quasi-fiction puisque l 'état, par l'intermédiaire d'une politique fiscale et de soutien financier ( allocation), la culture en édictant des régles de filtrage comme de protocole ou de bienséance aux alliances ...ainsi que la médecine par l'intermédiaire de son assistance systèmatique ou des fichiers médicaux informatiques centralisés créent les éléments potentiels d'une future servitude -

100- E - Résultat de la dépendance .

 

Elle crée inévitablement dans les faits un lien de subordination explicite, bien que souvent sous-entendu et implicite, afin de ne point heurter la victime de cet état de fait . La dépendance impose le respect et permet d' exercer un contrôle plus ou moins important, mais jamais négligeable, sur les personnes ou les organisations subordonnées . Un adversaire de puissance équivalente ou supérieure peut ainsi être irrémédiablement affaibli par un lien qui le place à votre merci .

C' est un instrument de pression imparable et sans équivalent car la perte, la réduction ou la suppression de votre intervention fait encourir au tributaire de ce besoin un dommage qui mettrait en péril sa personne, ses acquis, son œuvre ou ses intérêt vitaux . Le dépendant doit non seulement aboutir à pondérer les prétentions mais aussi mesurer la teneur des propos critiques, à peine d' encourir le courroux de son "bienfaiteur". Les techniques de dépendance s' intègrent donc aujourd' hui dans une stratégie d' ensemble pour maintenir l' illusion d' une relative "paix sociale" - Attention ! Non pas que le modèle sociétaire sous-jacent soit par nature inique, mais, plus souvent l' objet d' une sollicitation abusive de la part de certains acteurs qui, par leur position privilégiée, profitent d' une situation à leur faveur et en oublie les liens qui les unissent au reste de la communauté . Les sociétés qui sont victimes de cet état de fait se donnent donc l' apparence du consensus mais demeurent parcourues par une révolte feutrée et un grondement souterrain,... point d' émergence des aberrations du système .

Nous l' avons évoqué précédemment, il peut sembler contradictoire d' évoquer la notion de "dépendance"et de stratégie de coercition passant par cet artifice dans un monde où tout semble étroitement intriqué, à fortiori au sein de nos sociétés de production-consommation . C' est évident, la nature n' offre que des exemples de "dépendance" que l' on devrait plus justement qualifier d' interconnexions nécessaires et vitales entre les espèces animales : C' est d' ailleurs pourquoi le terme ne semble pas correspondre à toutes les situations - Les herbivores ne sont-ils pas tributaires des verts pâturages desquels dépend la santé du troupeau ? Les prédateurs ne dépendent-ils pas eux-aussi de ces circonstances puisqu' ils ne survivent que du tribut prélevé sur cette providence animale; dont la traque ne serait optimale qu' au milieu des verdoyantes herbes hautes de la savane Africaine, à condition donc que des précipitations suffisantes aient gorgé les sols arides du plateau continental .

L' eau : Élément vital de la jungle et fondement de la vie .

A côté de ces éléments naturels viennent s' ajouter dans nos sociétés humaines des cycles sociologiques et économiques que des stratégies intellectuelles permettent de structurer, appréhender et influer en fonction de paramètres subjectifs ( Les forces financières et productives ) . Mais ceux-ci se dressent parallèlement et relativement à d' autres éléments physiques dotés d' une inertie de fait; il ne peut donc manquer d' exister une certaine limite à ces modèles théoriques ou comptables d' orientation ... .

 

101- ... C' est précisément sur ces limites que je voudrai maintenant attirer votre attention car ces obstacles pèseront indéfectiblement sur l' élaboration de votre stratégie de pouvoir :

En fait, l' interconnexion des composantes dans un système complexe peut être considérée, si nous devions prendre un exemple, comme un jeu mêlant une multitude de dés en équilibre sur l' instant, mais en perpétuelle révision par les lancés successifs . Chaque arrêt correspond à un équilibre transitoire qui n' a pas vocation de durer . Pour autant, les observateurs auront le temps de repérer et totaliser les scores respectifs des joueurs se disputant la partie . La succession des phases déterminera une hiérarchie mouvante entre les protagonistes ( fondée dans notre exemple sur l' obtention des scores les plus importants ) . Il en est de même concernant l' ensemble des sujets faisant intervenir des composantes matérielles complexes . Les paramètres interagissent pour arriver à une succession d' équilibres transitoires compte tenu de la place relative occupée par chaque facteur, ...

Il n' est souvent possible d' intervenir qu' en agissant par "contrainte" sur les paramètres les plus directs, mais rarement pour inverser l' état de "ce qui est", plutôt pour le faire légèrement vaciller, osciller ou empêcher un mouvement brutal qui s' amorçait en conséquence d' une modification des données naturelles . Dans notre exemple, vous auriez du mal à intercepter et "truquer" l' atterrissage de l' ensemble des dés, au maximum pourrez-vous en faire basculer un ou deux avant leur arrêt !...? ...

N' est-ce pas ? Cette action, que nous avons ici qualifié "dépendance", n' aboutira donc qu' à déplacer doucettement le curseur du rapport de force dans votre direction, et c' est probablement dans cette unique perspective que les stratégies de dépendance, comme les autres, seront efficientes -

Exiger plus relèverait de l' impertinence; la cabale se retournerait inévitablement contre vous, car où

l' action est possible dans un sens, elle l' est dans l' autre, et parfois avec encore plus de vigueur, si vos sollicitations perturbent trop d' éléments de l' équilibre alentour . Gardez en mémoire ce second exemple caractéristique du ressort dont la contrainte se restitue avec d' autant plus de violence

selon la force que vous aurez exercé sur les spires pour tenter de le comprimer . Concernant notre exemple de dés, à trop vouloir les manipuler, vous finiriez par être démasqué par les autres joueurs et subir le sort des tricheurs ! La modestie s' impose aux hommes comme aux constructions de la nature . Toute victoire n' est qu' éphémère et ne peut décemment s' apprécier que sur un court instant . C' est pourquoi nous avons raison de créer des règles et d' admettre un certain savoir vivre, profitable à tous,

afin d' atténuer la rigueur des alternances sauvages : Un proverbe dit justement que < ... Les derniers seront un jour premiers... > . Les vainqueurs devront certainement à leur tour, mais plus tard, faire l' objet de la même abnégation pour assurer la continuité d' un équilibre global qui ne semble pas avoir d' autre logique que la transformation et l' évolution .

102 - La prévention -

Cependant, il n' y a pas de tyran sans bons esclaves . Des citoyens informés et dotés d' instrument politique permettant de prévenir ces perversions ne peuvent tomber dans la servitude ou subir les mêmes abus que des voisins mal préparés à ces sollicitations .

Le premier de ces instruments consiste donc dans une solide formation politique : Elle fait encore cruellement défaut ! Preuve en est de mon "exploit" à vous compter les mille manières de parvenir à la perversion des institutions, quelle que fut sa nature . Vous n' en connaissiez peut-être pas autant ? !

Le second pourrait être le discernement . Cette faculté, souvent intuitive et fruit de l' expérience, permet aux individus témoins de ces luttes perpétuelles, de simplement être en mesure de jauger, identifier et différencier les interventions qui sont inévitables, résultats des processus naturels, de celles issues d' une stratégie de dépendance qui n' ont d' autre objet que de servir les ambitions machiavéliques des groupes de pouvoir . Les secondes tentent d' imiter les mécanismes naturels des faits sociaux, mais s' en écartent évidemment sur les paramètres de fond :

-Rapidité du processus d' enclenchement, la "conspiration" comprime le temps pour accélérer les phénomènes

naturels, ... il faut aller vite pour profiter de la confusion -

-Absence d' unanimité, elles sont le fait d' une minorité manipulatrice et s' appuie sur une foule peu nombreuse bien

que trés active, ... radicalisée par l' endoctrinement -

-Les mobiles substitutifs qui en fondent l' action semblent peu "consistants" - Ils sont superficiels -

Et pour cause, les vrais ne concernent et ne profitent qu' une minorité de personnes se livrant à l' action -

-Absence d' auto-critique et de volonté de chercher un compromis, c' est toujours le voisin qui a commencé, il

est monstrueux, barbare, tandis que les nôtres n' ont fait que subir une agression injuste ...pourtant, ainsi que le veut le proverbe, <<il n' y a jamais de fumée sans feu>> ... aucune situation ne posséde ses antécédents ni son pendant ! -

-Un cycle de violence structuré, prémédité et hiérarchisé, ( Par opposition, des peuples innocents, s' affrontant pour la survie ou pour des mobiles spontanés ne le font que de façon très brève et sporadique; les autres formes de conflits sont principalement des luttes subjectives entre des juntes de pouvoir . ) -

-Abus de la situation qui née de ce conflit ...( Cristallisation d' un déséquilibre entre les entités en conflit au profit de celle qui a pris l' ascendant ) .

Du moins, est-ce mon avis sur la question - Inutile de vous dire que les conflits modernes, civils et militaires, nationaux ou internationaux ne se classent, pour la majorité, que dans la seconde catégorie -

Constatez logiquement que nos luttes intestines ajoutent des niveaux superflus aux conflits naturels voulus par l' ordre des choses . Les composantes multifactorielles de nos sociétés évoluées, fondées sur un principe de répartition des taches et des fonctions, sont par essence interdépendantes; mais encore faudrait-il observer à quel degré il était nécessaire d' établir une telle complexité structurelle et probablement de critiquer l' excès qui transforma un jour l' accessoire en principal; faisant de l' homme un instrument au service d' une machine qui s' emballe et qui passe régulièrement de la "chose publique" à "l' objet de quelques-uns" . Quels sont les signes de cette récupération ?

Les déviances commencent souvent par une phase de radicalisation, nécessaire à l' établissement des positions de chaque partie autour desquels les individus devront choisir leur camps - On vous demande de choisir et non pas de réfléchir ou de faire un compromis . Cette étape est immanquablement le signe d' une récupération, rarement innocente, en passant de l' acception classique et conventionnelle à son niveau supérieur et condamnable de la servitude - Et l' on constate effectivement dés lors que les thèses obligent ceux qui s' y soumettent à entrer dans un dispositif structuré et hiérarchisé qui contraint ses adhérents à une discipline d' équipe - Il faut choisir son idéologie avec tout ce qu'elle implique, tant dans l'acte que dans la pensée ou dans le verbe ! ... Le processus de lutte est alors irrémédiablement enclenché ! Ne soyons pas non plus innocent ! Le monde s' est dans l' ensemble construit sur ce modèle et "les armes" ne pourront être déposées sans avoir pris conscience de cet état de fait ni sans avoir construit les vecteurs de dialogue et de contre-pouvoir indispensables à la création d' un nouvel équilibre ... ce qui impose certainement de revoir la totalité de nos conceptions et modèles relationnels ( politique ou autre...) . ................ êtes-vous, ... sommes-nous prêts à ces bouleversements ? ....

103- Revenons un instant au sujet qui nous préoccupe - Nos sociétés comportent-elles des centres stratégiques qui permettent de piloter ou influencer l' ensemble ou une bonne partie de son édifice ? Etablir une règle de portée générale me semble déplacé, mais il est un fait qu' il existe par exemple des points, ou secteurs névralgiques ( Énergie, voie de communication, industrie lourde, monnaie et secteur bancaire, administration de l' État ... ) qui confèrent à leur détenteur la possibilité

d' orienter ou influer la majorité des autres éléments de la structure collective par un lien de dépendance . Le contrôle de ces composantes par un groupe de pouvoir pourrait avoir la conséquence de créer les termes pernicieux d' une telle stratégie et surtout un déséquilibre dans les relations sociales au profit exclusif de la partie qui les confisque .

En conclusion, permettez moi d' avancer une théorie spéculative définissant le seuil d' abus des stratégies de dépendance en affirmant... "qu' elles deviennent des instruments de "sujétion" condamnable lorsque le lien entre les parties, déséquilibré et au profit progressivement exclusif de l' une d' entre elles, est mis en œuvre ou utilisé dans l' unique ( ...ou principale ) perspective de constituer un moyen de pression ou afin de restreindre délibérément la liberté de décision ainsi que d' action de la personne, du groupe ou de l' entité qui y est soumise" .

Outre la prévention obtenue par la mise à disposition de choix ( dont celui de la Neutralité ) et d' informations pluriels; une morale juridique pourrait prévenir certaines dérives par la consécration d' un principe légal de mise en garde obligatoire, inscrit de préférence à un échelon juridique "constitutionnel Européen" afin de veiller à son caractère inviolable (... évidemment cumulé avec son corollaire évoqué ci dessus - Relatif aux clauses automatiques de "définition-révision" en cas de modification trop importante des paramètres environnants) .

 

104- Ce postulat se donne vocation de rétablir un certain équilibre, restreindre les abus et donc les contestations, en obligeant les parties contractantes à dévoiler le piège éventuel de la relation qui se construit :

.................... << Faute d' être caduque pour l' avenir dans toutes ses conséquences, toute vente, transaction écrite ou orale, disposition juridique ou obligation contractuelle, pouvant mener à une situation de dépendance doit obligatoirement comporter les mentions suivantes,(quel que soit l' objet de cette dépendance : principal ou accessoire - directe ou par ricochet ), de manière précise et en toute lettre dans le contrat initial, ainsi que dans ses dérivés :

1 - La mention et l' objet précis sur lequel porte cette spécificité ( ... Indication du lien de dépendance ) -

2 - Les modes, institutions, solutions techniques substitutives et supports d' information où la partie "affaiblie" par cette spécificité pourra trouver secours et assistance pour sortir de ce lien (...dignement et sans dommages pervers )>> .

........ Étant entendu que ledit contrat ne pourra exister et prendre effet uniquement si les prescriptions relative à cette protection présentent des alternatives réelles, concrètes et efficaces >>. .....................

A vrai dire, ce nouveau principe ne changerait rien en l'état des choses, mais il aurait le mérite de clarifier la situation sur les contradictions du système - Seule chose qui nous importe – Un long travail de réflexion, mené par les “collectifs” mettra ensuite les choses au clair afin de redéfinir le type de relation à mettre en oeuvre -

 

 

Titre III : - Protéger, consolider la sphère d' influence -

 

Vous êtes aujourd' hui, du moins je l' espère, à la tête d' un empire forgé à votre image par une volonté pugnace . Mais toute cette hargne ne suffira certainement pas à vous maintenir au sommet de la structure plus de temps qu 'il n' en faudra à vos concurrents pour préparer une machination séditieuse .

Dés l' intronisation, vous devenez le prédateur d' une majorité de population, mais aussi la proie d' adversaires avides et sans scrupules, aussi minoritaires que redoutables . Si vous n' êtes pas parvenus à ces sommets ou que vos perspectives ne coïncide pas avec de telles d' ambitions, sagesse qui mérite autant d' honneur et de force de caractère car il est toujours mille façons honorables d' exprimer son talent, le savoir qui suit pourra néanmoins vous permettre de mieux comprendre les pages déroutantes de notre histoire, ainsi que celles en écriture, mais encore d' orienter vos recherches et lectures pour les mois à venir, ce qui n' est déjà pas négligeable au regard des masses bibliographiques impénétrables mis à disposition des foules et au sein desquelles il reste impossible d' opérer une sélection hasardeuse . Pour les constructeurs d' Empires, comme pour les intellectuels curieux que je salues, il me reste à vous familiariser avec quelques notions qui vous permettront de conserver ce pouvoir envoûtant et fraîchement conquis ... .

Cet enseignement théorique se déroulera en trois phases successives :

1 - Maîtriser les données de l' information .

2 - Savoir entretenir la division des composantes subalternes .

3 - Canaliser les actions, prévenir les soulèvements spontanés des composantes subalternes par des stratégies dérivatives et divers exutoires .

 

Chapitre I : Influence et maîtrise des données de "L ' INFORMATION" .

 

105- La circulation de l' information est une donnée fondamentale des sociétés politiques .

Dés l' apparition de l' imprimerie et son perfectionnement par les techniques de "Gutenberg" au 15° siècle , le pouvoir politique s 'est très tôt soucié de ces vecteurs de diffusion, menace potentielle à l' encontre de l' autorité, et la conclusion devait rapidement s' imposer qu' il fallait étroitement surveiller tous nouveaux modes de communication . Pour vous en convaincre, faîtes appel à quelques réminiscences scolaires Observez la véhémence et parfois même la violence des autorités religieuses pour contrôler et contenir en Europe les nouveaux savoirs menaçant les dogmes "sacrés". Que ce soit pour l' instruction des masses ou pour informer les populations sur les divers actualités se déroulant au sein de la communauté, les médias constituent dés leur apparition un facteur de contre-pouvoir et un enjeu politique d' envergure . Le vingtième siècle fait apparaître la notion moderne de "propagande" par laquelle des protagonistes en conflit , imposèrent un contrôle étroit de l' information, essayant par ces techniques de rallier les populations à leur cause et de démobiliser, démoraliser les contingents adverses .

Pourtant, me direz-vous ...tout ceci n' aurait pas dû arriver !!?... Effectivement ! Revenons au dix-huitième siècle en France : les Révolutionnaires, conscients de ces enjeux , établissent dés le renversement de l' ancien régime en 1789 des garanties "constitutionnelles" assurant une protection des droits relatifs à l' exercice de "l' écriture", la "libre expression" et à la "liberté de pensée" : La consécration de cette protection trouve un support juridique dans la célèbre :" Déclaration Universelle des Droits de l 'Homme et du Citoyen " !!

Il existe donc des principes théoriques ... et la pratique qui semble inefficace à mettre en œuvre les garanties concédées! Une fois n' est pas coutume, nous pouvons déjà faire le constat que la seule réponse efficace pour le citoyen face à ce type d' agissement réside dans une bonne compréhension et interprétation de la situation "physique"et"matérielle", à défaut de pouvoir s' en remettre à quelques garanties "textuelles". Le bon réflexe se situe au niveau citoyen par le refus des populations à suivre la "folie" destructrice de mégalomane patenté . Nous voilà déjà dans le vif du sujet ! ... Comment serait-ce possible sans la liberté de circulation des informations ?... . Peut-on réellement s' opposer dans les faits à la volonté armée d' un dictateur ? ... Décidément nous tournons en rond ! Et pourtant cette philosophie unificatrice comme ladite nécessité d' information constituent justement la pierre angulaire des réformes institutionnelles dont nous aborderons plus loin le sujet sous le terme évocateur du "collectif citoyen". Ajoutons que la réaction doit être prompte pour se donner une quelconque efficience ! Faute de quoi la spirale du destin imposera son implacable inertie .

N 'oublions pas que la "censure" et la "manipulation", par définition ne s' annoncent pas ! Il est d' autant plus important de les voir venir que lorsque vous pourrez constater avoir déjà "basculé" tardivement dans le pernicieux processus, les efforts pour en sortir demanderont une grande peine et se paient, comme dans le passé, par le "sacrifice suprême" . Il serait une erreur de croire que le vingt-unième siècle sera sans contrainte ni menace pour nos acquis politique ou sociaux - La vigilance est de rigueur en toutes circonstances lorsque votre destin dépend de la volonté d' autrui !

106 Considérons notre enjeu du côté du prince . Le registre "d' influence de l' information" est caractérisé par deux attributs complémentaires que je résume volontiers par l'expression "... "d'une nécessité d'action se cumulant avec son corolaire dePerpétuelle reconduction" (... de son œuvre ) . Il ne s' agit effectivement pas d' amorcer un travail qui y est relatif puis de le laisser indéfiniment suivre son cours par une hypothétique inertie qui poursuivrait automatiquement son œuvre, ni de renoncer pendant quelque temps à répondre aux contraintes environnantes et manœuvres déstabilisatrices des thèses ou courants adverses ! Insistons dés maintenant sur le fait que ce domaine de l' information ne peut souffrir d' aucune interruption ni lacune, ... ses effets cessant ou décroissant dés la suspension de son activité par l' autorité, pour évidemment prendre la direction des actions concurrentes les plus actives ou celle du cours naturel imprimé par l' évolution de la pensée humaine qui, en tout état de cause, ne manque jamais d' exercer son influence conséquente dans la trajectoire des "flux psychiques". L' ascendant psychologique & idéologique constitue par conséquent une action de tous les instants, permanente, voire perpétuelle, une stratégie qui devra se lier, précéder et suivre tous les aspects connexes de vos stratégies de subordination . D' un point de vue pratique, son influence sera strictement exercée, facilitée et surtout confortée par la parole experte des érudits ou des personnalités charismatiques soumises à la cause qui prêcheront religieusement vos versets . Transparait d' ores et déjà en filigrane de cette introduction l' utilité d' une structure médias bien élaborée pour tisser les mailles les plus étroites et ne jamais s' en remettre au hasard . La réussite de ce dessein tient aussi indiscutablement son origine au fait de populations majoritairement en carence de savoir ... et donc de personnalité . Ne mâchons pas nos mots : Crédules et indécises, la majeure partie des incultes remettent toujours leur destin, comme leur avis, aux mains de ceux qu' ils croient porteur des qualités qui leur font défaut . Ce manque d' assurance, lié à celui de la culture, fait son office chez ces personnes au point que ceux qui ne s' en remettent pas communément au jugement de leur proche cherchent en son lieu et place une autorisation explicite ou un aval implicite, dans les textes faisant référence ( ... soit dans l' entourage ou encore au sein du dogme reconnu par le groupe ) pour valider une décision qu' ils jugeraient par eux-même trop effrontée, novatrice,... sinon audacieuse . Cette pauvreté d' esprit servira votre cause de pouvoir, car ... la maîtrise de cette majorité timorée, soumise à l' influence des moindres courants, qu'il convient de bien "arroser" en attendant la saison des récoltes, vous fera emporter l' ensemble des débats controversés grâce à son implacable inertie numérique . Cet affligeant constat nous permet surtout de mettre l' accent sur l' un des plus préoccupants point faible du précepte démocratique qui transforme le principe du consensus en arme fatale de la manipulation lorsqu'il échappe à son corollaire d' une "formation politique & information" à la fois suffisante, claire, ... mais surtout objective . Personne ne peut nier que la plupart des citoyens qui détiennent le droit de vote s'avèrent insuffisamment informés sur les données théoriques politiques, institutionnelles ou économiques qui permettent de trancher les débats et que ce mutisme intéresse plus d'un ! . Il n' est pas question d' accabler les plus faibles, mais justement d' interpeller ceux qui savent mais qui préférent flatter leur maître par le silence plutôt que d' éduquer leur frère d' infortune .

Ainsi, ce chapitre consistera-t-il principalement à énoncer les stratégies qui permettent de maîtriser, mais encore de subtilement filtrer les informations mises à disposition des personnes subordonnées en facilitant la diffusion de celles favorables à l' action des dirigeants et d' écarter celles qui pourraient affaiblir l' autorité ou constituer un facteur d' émancipation trop important pour les populations . Voici donc, pour vous aussi, amis citoyens, quelques remarques générales qui vous permettront d' examiner avec plus de clarté et lucidité les paramètres "d' objectivité" des informations servies par les médias .

 

Section I - Traitement de l' information par ses modes où lieux d' expression -

 

§ 1- Éparpiller, éloigner les sources d' information - En conditionner / Limiter l' accès -

- ségrégation du langage par codification -

107 - A - Sectoriser les supports :

Il s' agit ici, concernant un premier aspect, plutôt que d' interdire l' accès à l' information, de multiplier par "sectorisation" les supports qui en sont les vecteurs, de les mettre "hors du champ visuel" afin d' en rendre difficile la synthèse ou l' analyse pratique ou d' établir des conditions pour y accéder .

Allons droit au but ! Il ne faut certainement pas s' imaginer que le fait de disposer d' un accès à l' information signifie systématiquement que celle-ci soit correctement exploitable ou suffisamment claire, exhaustive pour en tirer le partie auquel vous êtes en droit d' attendre . Une telle prospection, rendue volontairement difficile et confuse, obligerait effectivement les candidats à passer par différentes étapes et lieux, volontairement séparés les uns des autres, qui rendent l' exploitation délicate, voire aléatoire . Fragmenté, incomplet et donc inévitablement moins abordable, le "savoir" s' entourera d' une connotation suffisamment dissuasive vouant la plupart de ses applications à un fort taux d' échec . La restriction des échanges d' informations d' ordre privés entre individus de la collectivité peut contribuer à substituer cette première forme de censure à une autre plus sournoise en limitant la diffusion des opinions subjectifs ou des critiques entre les éléments de la communauté - (... c' est l' Interdiction ou la limitation des connexions et réunions d' ordre privées entre les citoyens : Internet, ainsi que la liberté d' association constituent donc un réel progrès sur ce point- Nous ne l' exploitons pas assez et ne prenons pas assez garde de le protéger ! ) . Ces habiles techniques de contrôle des "données" permet d' instaurer une forme détournée de "Désinformation". N' oubliez pas que moins nous serions "informés", moins nous aurions accès aux textes et savoirs, plus il serait facile de nous imposer la volonté d' un pouvoir qui ne chercherai plus seulement à répondre aux attentes du peuple, mais à profiter de ces lacunes et de son isolement !... . Personne ne pourrait néanmoins prétendre dans ces hypothèses que l' information est muselée, pourtant elle fait l' objet d' une "manipulation" judicieuse ( la fragmentation ! ) .

Prenez l' exemple fictif d' un cabanon acheté en "kit"pour aménager votre jardin, construction dont le manuel de montage serait en partie énoncé en langue étrangère et vous renvoyant à diverses adresses ou fiches techniques non fournies pour les phases d' assemblage les plus complexes ... combien de temps et d 'énergie dépenserez-vous pour interpréter les fichiers et réaliser votre projet ?? ... Maintenant, imaginez le même cas de figure plus grave ou ces difficultés auraient pour objet le "contenu" de vos droits ou concernant les informations relatives à la vie publique et économique ?? De tels agissements auraient de lourdes répercutions sur la gestion de la société politique dont vous seriez exclus de fait ! La République et la Démocratie seraient dans ces conditions la propriété exclusive d' une élite intellectuelle disposant d' un savoir confisqué de fait !

 

108- B - Éloigner la source:

D' autres préfèrent éloigner ou cacher la source d' information en éloignant ses destinataires de la source à protéger . Les textes relatifs aux modes de fonctionnement ou les règles de droit définissant les statuts et relations au sein de l' organe à gérer sont tout bonnement et subtilement éludés, considérés comme inexistants . Tout est alors mis en œuvre pour n' en faire aucune référence, en aucun endroit, de manière à placer les sujets de droit dans un contexte établi et indiscutable en apparence .

J' ai personnellement vécu ce cas de figure dans le milieu associatif sportif ou nulle part ne figurait comment les adhérents pouvaient influer ou participer à la vie de l' association ( ... Aucune information !? Pas vraiment !...Dans notre cas d' espèce, il fallait quand même compter une carte de membre généreusement concédée aux sociétaires, renvoyant explicitement à un règlement intérieur qui se limite d' énoncer des interdits en encadrant les diverses pratiques et conférant aux membres du bureau certains pouvoirs de "police" comme de décision . Mais à aucun moment il n' était fait référence sur ce support de l' existence, du droit de regard et de participation des membres de l'association à l' assemblée générale - Étrange document que voilà, n' est-ce pas?! Cela peut bien vous arriver si vous n' y prenez garde - D' ailleurs, il serait de bon aloi de la part du législateur, y compris dans les milieux associatifs, d' obliger l' affichage ainsi que la transmission de l' intégralité des statutsdés adhésion, avec sanctions à l' appui).

Il en va de même pour la société politique ou le monde du travail : Les droits et informations relatives aux droits du travail ne sont que très rarement communiqués par l' entreprise aux salariés, et les employeurs peu scrupuleux de vous en dire le moins possible : Une référence explicite de ces droits ne devrait-elle pas être obligatoirement formulée et affichée, sanctionnée en cas de défaut, dans le contrat de travail ainsi que dans les vestiaires ou salle de repos avec les mentions des articles principaux et les adresses utiles ( hygiène, inspection du travail, conventions collective, etc ... ) : Transparence encore balbutiante à ce jour étant donné l' absence de sanction réelle, de contrôle efficace, d' uniformité du droit du travail, et de faculté pour l' employé lésé de saisir une autorité spécialisée et disponible en cette matière . J' ai su faire preuve d' une imagination débordante relativement au sujet de la censure par silence ou non dit, et je m' aperçois n' avoir pas assez de place pour tout vous communiquer - Sans interdire l' accès à une information, j' ai imaginé une hypothèse ou la connaissance à soustraire pourrait simplement être "en recul" par rapport à un "flot" d' informations concurrentes, qui, elles, seraient placées bien à la vue de tous pour attirer l' attention : Prenez une bibliothèque et présentez un rayonnages complets de livres intéressants, mais peu compromettants, alors que des ouvrages "sensibles" pourraient être placés à l' abri, ... en magasin ( évidemment pour les "protéger" !?), et qu' il suffirait certes de spécifiquement les demander pour les obtenir ... . L' information serait transparente, mais pourtant, en les protégeant de la vue, seuls ceux qui en ont connaissance à priori pourraient y accéder . Répertoriés dans des lexiques de recherche au sein de registres peu attractifs, rarement avec des données suffisantes qui pourraient susciter l' intérêt sur les sujets traités, on peut se demander si ce mode d' organisation ne serait pas susceptible de cacher( , un jour lointain ?, ) une subtile censure de l' information .

Ce procédé s' illustre parfaitement sur les étales de certains commerces ou figurent placés en avant les produits qui dégagent les marges les plus confortables, et sur de petits espaces, en recul ou en hauteur ( difficilement accessibles ), ceux dégageant les moins de bénéfices . Voyez encore ces journaux ou certaines informations embarassantes se glissent sur trois lignes au milieu des faits divers rocambolesques ou de publicités racoleuses; ..... constatez encore ces énoncés descriptifs de droit elliptiques, en micro-écriture, qui obligent à parcourir mille lieues et maints ouvrages pour les compléter, etc, ... etc ... . ....... bienvenu dans "la matrice" ! ...

 

109- C - Noyer l' information -

Il existe aussi une méthodologie voisine, très classique, visant à réduire la place occupée par cette information ou à noyer le renseignement, les données au milieud' une "quantité significative d' informations indissociables" parallèles ou traitant le sujet sur des angles et acceptions voisines de manière à n' en faire qu' une composante éparse dans un domaine éclectique et varié . Un peu comme si je vous proposais le secret de la pierre philosophale mais l' exposerai sur quelques lignes et dans un livre ésotérique qui mélange des recettes de cuisine avec d' autres de magies sous prétexte d' une méthodologie commune portant sur le mode de préparation . Sauriez vous retrouver l' information ? ... . Toujours présenté au milieu d' un ensemble pléthorique, il serait difficile, ou surement trés long, d' en tirer la substance .

110 - D - L' accés conditionné-

Dernière méthode qui me vienne à l' esprit, on pourrait aussi bien établir des conditions subjectives pour accéder aux contenus de l' information en limitant le nombre de support mis à disposition des masses ou en exigeant un critère financier ( ...je pense notamment à l' établissement de "taxes ou impôts" prohibitifs ) ou "statutaire" (titre professionnel ou diplôme de certaines écoles... ou autre ? ) pour l' obtention d' informations vitales dont la communication ou l' accès devrait en théorie être libre, systématique et surtout gratuite étant donné l' importance de leur contenu vis-à-vis du fonctionnement des institutions comme du respect des principes fondamentaux défendus

par la collectivité . IL faut clairement opérer une distinction entre différents registres qui rendent le constat de ce type de manœuvres délicat à opérer .

En premier lieu du fait qu' aucun classement ne peut être définitivement élaboré en ces divers domaines . Le vecteur de la "censure" peut se déplacer, varier et évoluer très rapidement selon les besoins et l' attention dont il fait l' objet pour quitter la source révélée et s' intégrer dans une autre plus discrète .

Cette considération résume en quelque sorte l'histoire et le pilier central des méthodes de pouvoir : Faire en sorte de disposer d' une supériorité ( ...par rapport à la moyenne mis à disposition des populations ) sur le registre de l' information, des  connaissances technologiques ou du "savoir" de manière générale ! Les illustrations actuellement à l' abri de cette pratique, ne doivent pas être considérées comme définitivement "écartées"du "champ de la manipulation . Toute aberration peut dénoter une déviance qui ne doit pas être prise avec légèreté . Il n' est donc pas exclu que les thèmes encore épargnés, pourraient être les nouveaux instruments où se logerait cette forme habile de "contrôle de l' information".

En second lieu, trois phénomènes naturels ne doivent pas être, à priori, assimilés aux agissements dénoncés :

- La segmentation du savoir : Chaque discipline mérite, en raison de ses spécificités et de notre méthodologie d' enseignement, une approche séparée de celles qui lui sont étrangères . Le fait que les Mathématiques s' apprennent indépendamment du français et des Sciences naturelles ne constitue pas une illustration du phénomène évoqué d' éparpillement des informations .

Ce début de siècle sera à l' image des siècles passés : Une ère de recherche scientifique mais aussi de prospection philosophique et métaphysique . Ce nouveau millénaire voit "chaque jour" éclore de nouvelles disciplines , l' abondance et la diversité des sources d' informations sont une force à condition cependant que cette accumulation ne creuse pas davantage le "fossé"entre les spécialistes scientifiques et la base citoyenne . La fin des études ne doit signifier la sortie définitive des individus du cycle d' apprentissage théorique, aussi bien concernant l' ensemble du savoir que vis à vis des techniques et du développement intéressant le domaine professionnel ! La spécialisation qu' exige notre société productiviste ne doit pas faire de nous des êtres "imbéciles". Dans ce domaine les "bibliothèques" jouent un rôle important à condition que la société accorde du temps à cette tache spécifique d' actualisation du " savoir global" et des méthodes d' accès car il reste impossible de se guider seul dans les nombreux couloirs surpeuplés d' une bibliothèque .

- La "scission" due aux spécificités du savoir : Le savoir comporte une technicité qui ne peut être éludée .

Le fait qu' il existe des méthodes d' investigations, une terminologie et des concepts spécifiques à chaque domaine d' étude ne signifie pas non plus forcément la volonté de dissimuler ce savoir . L 'obligation éthique pour les représentants de cette science réside plutôt dans la nécessité de faire preuve de transparence en élaborant quelques ouvrages de "vulgarisation", faute de quoi il serai effectivement responsable de la rupture du dialogue avec les seuls vrais destinataires et bénéficiaire du savoir : Le peuple . Cette carence serait dommageable et les citoyens doivent y être attentifs, des mécanismes "institutionnels" devraient observer ces phénomènes afin d'y remédier . (...par exemple en créant un Organisme - "un comité d' harmonisation du savoir" - chargé d' observer le décalage s' instaurant entre le savoir à son niveau le plus élevé et le niveau moyen des populations . Le corollaire de cette institution serait la création d' un "concours avec prix " récompensant les ouvrages de vulgarisation sur des domaines en carence ). Vous l' avez compris, le langage lui même peut aussi faire l' objet d' une emprise qui le transformerait en outil d' exclusivité d' un savoir et donc en instrument indirect de subordination : Dialecte ou science"élitiste", Vocabulaire ou terminologie spécifique complexe opérant par renvois, Codification d' un

vecteur de communication, ... les techniques qui permettent de créer la scission ne manquent pas, l' histoire des civilisations démontre que le procédé fut employé à maintes reprises par des autorités religieuses ( Égypte ancienne ) pour faire de certains dialectes, ainsi que nous l' avons souligné plus haut, des codes réservés aux classes dirigeantes . Il serait contraire à l' inspiration républicaine de permettre un tel égarement .

- L 'impératif du système commercial : Les nécessités du commerce dans notre société libérale font que certains services informatifs ( avocat, expertises ...), quelques activités ou productions ( inventions brevetées....) sont l' objet d' une propriété privée qui les exclus en partie ou provisoirement du libre accès . Ce "monopole" peut sembler regrettable mais il correspond à un choix de société possédant ses avantages de dynamique et des inconvénients que nous ne pouvons débattre faute de trop nous éloigner du sujet . Fort heureusement, du moins en théorie, le champ limité des protections permet d' accéder au contenu de ces exclusivités par des voies détournées et un certain équilibre demeure encore . La vigilance doit justement porter sur la frontière séparant le "domaine exclusif" de la propriété "publique". Il doit toujours demeurer possible d' accéder ou exploiter librement d' une manière simple et efficace les registres faisant l' objet d' une protection (...La protection de l' exclusivité doit impérativement obéir à des principes restrictifs - Durée... par ailleurs actuellement trop longue et Domaine protégé - permettant au moins l' accés à des équivalents ou procédés parallèles ), faute de quoi l' exclusivité prendrai une importance qui ferait sortir cette forme de société des principes républicains . Encore qu' il est toujours possible pour les acteurs économiques disposant d' une solide puissance financière d' ériger des barrières de fait par la sur dimension des structures matérielles ( cf infra 174 ) . Il n' existe donc pas de garantie absolue contre les détournements de l' institution, les secteurs vitaux de l' économie d' un pays sont souvent l' objet d' une confiscation de fait par établissement d' une séries de conditions exorbitantes pour un citoyen lambda . La bataille d' exclusivité entre les agents économiques transforme de la même façon cette lutte pour la nouveauté en un conflit de ruse où chacun essaie de racheter les brevets en vigueur, productifs ou concurrentiels, afin de les garder dans son giron ou de les juguler à la source : Ces actes devraient être clairement condamnés par le législateur en interdisant, dans ce cas d' espèce, le rachat de licence à des fins de "contrôle du marché .

En France, autre exemple, afin de donner vie aux principes constitutionnels "d 'égalité devant la loi et des droits de la défense", le Législateur accorde aux plus démunis le droit à l' assistance gratuite d' un avocat par l' établissement d' une "aide juridictionnelle" .

L' intention est louable, mais il serait pertinent de se demander si cette solution d' assistance est la plus adéquat ou si elle ne serait pas qu' un vain palliatif : Les avocats "commis d' office" sont rarement les meilleurs. Ils sont souvent débutants, inexpérimentés et peu motivés, tant par eux -même que par les rémunérations offertes (... les meilleurs se désintéressant totalement de l' institution, sauf si l' affaire risque d' être médiatique ) on peut se demander l' utilité de cette aide si ce n' est d' offrir un "accompagnement" ?!

Bref, en tout état de cause, il est difficile de faire autrement dans le contexte d' ensemble, et c' est à l' encontre de celui-ci que nous devons plutôt tourner nos regards ! Le problème de fond se pose en fait dans les termes suivants :

Le niveau de complexité, de technicité, d' intrication, de profusion des lois (...souvent inutile) ne fait- il pas sortir le droit de sa fonction initiale "d' information"et "imitatrice" ? Légiférer devient, à en juger par la pratique, un exercice de style incontournable et aujourd' hui insensé de l' activité gouvernementale et parlementaire - (... Un peu comme si Le principe du mandat imposait aux parlementaires de justifier leur investiture par la rédaction de textes, comme cet ouvrier manufacturier qui se doit de fournir, cadence oblige, cent pièces par jour pour mériter son salaire ) . Le principe de base voulait que tout ce qui n' était pas "interdit" serait "permis". Pour finir, en cette fin de siècle et millénaire, afin d' encadrer les juges et les différents pouvoirs issus du régime féodal dans lesquels s' étaient glissés des élites conservatrices, l' ensemble des actes et des sujets de la vie sociale ont fait l' objet d' un texte de loi, si bien que le principe s'est quelque peu transformé pour devenir dans les faits ... " Tous les actes de la vie doivent être réglementés pour en définir, circonscrire les procédés de réalisation et les limites sociales raisonnables "... . Cette aberration dénote bien une dérive du système qui a oublié sa fonction . Il a de fait perdu sa vocation originelle de dialogue entre l' autorité et la base sociale pour devenir une "science élitiste" n' intéressant que des "spécialistes" - vous et moi en sommes exclus : Il est quasiment impossible pour un citoyen ordinaire de chercher seul à s' informer sur tel ou tel sujet qui l' intéresse .. cela n' est pas normal ! Cette situation correspond-elle vraiment à ce que l' on appelle "principe Républicain", "Loi républicaine" ? ... . Pardon, je m' emporte encore !

111- Concernant notre sujet , on peut ajouter que cette "complexité nébuleuse" pourrait à l' occasion servir de base à des techniques de "corruptions" ou "manipulations" en dissimulant(... à titre d' exemple !) dans un ensemble législatif volontairement complexe quelques textes établissant par exemple des droits exorbitants, dérogatoires ou des "privilèges" bien à l' abri du regard mais applicables au sein d' institutions spécifiques .

C' est une évidence : La "prolifération" et la complexité législative ne représente pas la meilleure garantie pour les citoyens . Les représentants du peuple doivent engager notre "droit" dans une démarche de simplification en exigeant par exemple la création d' un "Organe parlementaire" qui aurait vocation de lister les lois qui ont un même objet afin d' en supprimer les "doublons" ainsi que les textes désuets ( consultation obligatoire avant promulgation ) . En sus, cet organe

La libre circulation des informations s' avère être un des piliers de la démocratie . La rétention ainsi que la confiscation des données qui y sont relatives à un échelon quelconque de la transmission vers les populations ( quel que soit le contexte : professionnel, civil, politique, scientifique ou militaire ) permettrait aux "structures hiérarchiques" de conforter leur pouvoir en devenant les éléments incontournables de cette réalisation . Ces intermédiaires institutionnalisés de l' information doivent être surveillés par des organes citoyens qui doivent avoir la faculté d' émettre directement auprès des populations un rapport critique sur la qualité de cette information . Je veux terminer ce paragraphe par une remarque de portée générale -

La "désinformation" induite par les procédés théoriques dont je vous fait la description porte "principalement" sur des domaines relatifs au droit positif et à l' actualité ( économique, social, politique, syndicale , etc ...) :

A ce titre, je regrette par exemple que chaque citoyen ne soit pas mieux informé sur le panel juridique des normes fondamentales ( Constitutionnels, civiques, politiques, professionnels...) et j' en appelle à la création puis à la transmission systématique, par les institutions scolaires ( à chaque individu dés la "majorité" ) d' un "livret citoyen" qui ferait la compilation exhaustive et le classement des normes positives s' érigeant en pilier de notre droit . Un tableau d'entrée ferait la liste thématique des matières pour qu'il soit possible de s'y orienter en fonction de question élémentaires formulées en des mots accessibles -

112 § 2 - Acquisition d' un média - Prise de contrôle des médias concurrents par infiltration - …..............................................................Rachat des supports.

Pour se faire une bonne publicité , rien n' a d' équivalent que de posséder son propre vecteur médiatique ou de disposer d' amis bien "placés" dans un célèbre média d' information ! J' espère ne rien ne vous apprendre en annonçant que l' ensemble des organisations politiques , syndicales , lobbies etc....s' adressant aux "masses" disposent, évidemment à des échelles différentes selon leur puissance ( financière ou politique ), de leurs propres organes de communication pour défendre leur idéologie et les intérêts qu' ils incarnent . Cette lutte chimérique des "audiences" engendre une dualité des aspects inhérent à notre problématique : ...

D' une part, on trouve des considérations "Économiques"car la continuité de l'action médiatique implique de générer des bénéfices pour assurer la survie de l' entité . Cet impératif commande alors de créer des instruments ou techniques suscitant l' intérêt des lecteurs . Mais ces moyens risquent à court terme, par escalade dans un contexte de concurrence et compétition, de révéler les contradictions dont le secret garantissait la survie du système. D' autre part, chacun ne peut nier sa volonté d' établir un "monopole de la communication" afin de s' octroyer une influence la plus importante au sein de "l' audimat" et de jouer un rôle décisif dans l' orientation des "idées"... alors que les garanties idéologiques du système d' information obligent théoriquement à assurer le pluripartisme et la diversité : Le système médiatique s' entoure donc lui-même de contradictions inhérentes à son mode de fonctionnement dans une économies de marché associée à un contexte politique faisant appel au pluralisme : Il faut en avoir conscience afin de pouvoir maintenir l' équilibre précaire entre ces divers impératifs; par la loi ou par quelques correctifs citoyens capables de percevoir les dérives, potentielles ou en suspens !

C' est parallèlement sur ce dernier registre "de l' acquisition du monopole" que s' exerce à certaines époques les déviances pour transformer le vecteur médiatique en "outils" de propagande : Lorsque l' État interdit ou absorbe, parfois de manière officieuse les opposants et concurrents à sa cause .

Quoi qu' il en soit, on peut prétendre avec une marge d' erreur assez faible que la plupart des médias ne sont pas strictement ni totalement objectif dans la vision qu' ils offrent d' un fait ou d' une actualité . Cela semble même une évidence incontournable quelle que soit la plume et l' époque ! Le fait s 'impose par nature .

Il est donc utile de connaitre les soutiens financiers ou politiques de nos lectures et de veiller à la pluralité .

Ces "protections" ou "affiliation" sont parfois évidentes et connues , mais faute d' établir leur appartenance de la manière la plus clair et dans la transparence ( par le titre), il faut donc parfois déployer mille astuces pour en révéler les connivences : Ce sont alors les thèmes abordés, la philosophie des textes et les méthodes de traitement, le ton, les statuts, le passé ou l' appartenance idéologique des journalistes y travaillant qui vous donneront une idée assez claire sur ce "profil" : Une identification professionnelle toujours délicate à réaliser ! ... Décidément, nous ne sommes pas au bout de nos peine - ... Et si chaque support se donnait le devoir déontologique ( ou la loi de les y contraindre ? ) de livrer à ses lecteurs, en encadré, le "curriculum vitae" journalistique de ses rédacteurs ... ainsi que ses créateurs et mode de financement !??

Nous sommes bien d' accord : L' intérêt du citoyen se situe bien sur dans la pluralité des supports, mais à condition que celle-ci ne soit pas strictement de façade ! Le nombre de méthodes pour arriver au résultat de la subordination du pôle médiatique ne manqueront jamais de vous étonner !

113- J' ai imaginé qu' il était concevable, toujours par exemple, en parallèle de la possession d' un vecteur média personnel, de s' approprier de manière directe ou indirecte les vecteurs de production des vecteurs d' information pour en contrôler le débit, soit encore la distribution ainsi que le contenu par une censure indirecte ( ... posséder sa propre "Maison d' Édition" - L' imprimerie ou l' usine de production des supports facilite bien une sorte de filtrage des informations à priori ... ?! Un écrit vous gainerait-il ? Personne n' étant incorruptible, payez en un bon prix à son auteur, il oubliera très vite ses allégations!... achetez-en l' exclusivité et gardez le bien au chaud en mimant de le diffuser ça et là après quelques modifications pour faire taire les plus méfiants... ) . Info ou intox ? le procédé à pu être utilisé en des périodes obscures de notre histoire mais le principe reste valable et peut ressurgir à tout moment .

C' est sur le terrain des garanties relatives à la pluralité d' expression que la République avance son principal "atout" : Le pluralisme - Encore que cet acquis soit réversible et qu'il faille suspecter, même dans cette hypothèse, les consensus "bouleversants" ou une inconditionnelle et troublante unanimité . Elle n' est jamais bon signe et peut révéler un "contrôle" en amont des médias . Mais ici encore, se pose le problème des "sources" . Si nous prenons l' exemple de l' actualité internationale, les références sont souvent issues d' un seul et même organe qui limite de fait les versions et les appréciations . J' ai imaginé une solution rigolote : Afin d' assurer la diversité concernant ce domaine spécifique de l' actualité, pourquoi ne pas imaginer la traduction ou la diffusion des journaux étrangers sur notre territoire nationale, y compris ceux directement impliqués contre nos intérêts, ... après tout ?... si nous sommes "les gentils", ... sachons apprécier ce qui fait d' eux les "méchants" ! ? - afin de soumettre ces aberrations au jugement des lecteurs ou observateurs ? Dans ces conditions faudrait-il admettre en contre-partie une relative réciprocité et que les nations qui bénéficient de cette faculté conviennent d' en faire autant !? Ce n'est pas demain la veille -

Un " jugement critique", ( non partisan ) ainsi qu' un certain "détachement" s' avèrent en conséquence indispensable afin de correctement mesurer ces différentes considérations sur l' objectivité des vecteurs médias et la pertinence de l' information . Pourtant, veuillez noter que certaines restrictions peuvent se comprendre et être justifiées ...

La communication est chargée d' un connotation morale qui justifie parfois une certaine forme de censure à l' égard des plus jeunes afin de structurer et respecter les cycles d' éveil, d' apprentissage et l' accès à des niveaux de conscience supérieurs !!...? Nos instincts les plus vils ou les plus répréhensibles n' ont effectivement pas besoin de beaucoup pour s' exprimer au travers d' atrocités . L' histoire en témoigne . Des esprits fragiles, mal ou incomplètement informés et donc influençables pourraient servir la cause d' ambitieux démagogues en quête de postérité qui détourneraient les savoirs ou l' information pour conditionner les masses . Le respect des phases d' apprentissages ( On ne peut accéder à certaines connaissances avant d' en connaitre les fondements de la même façon que l' homme à dû apprendre à voleter sur des planeurs en bois avant de construire des fusée extra-atmosphériques ) constitue donc une difficulté majeure et probablement la limite de cette liberté ... mais seulement concernant les plus jeunes . Cela n' empêche nullement d' observer les paramètres généraux d' une information objective concourant à une détermination libre et éclairée : L'exhaustivité et la liberté d' expression des thèses en présence ainsi qu'une bonne maîtrise intellectuelle du traitement ( critique) des données, de la "Logique" et du raisonnement par des cycles d' apprentissage scolaire centrés trés tôt sur cet objectif : ... Ce qui n' est plus le cas puisque les disciplines qui y sont relatives ont totalement ou partiellement disparues des cursus scolaires .

 

§ 3 - Localiser l ' Information .

 

114- Toutes les informations ne posséderaient pas le même caractère, certaines méritent par exemple une diffusion locale alors que d' autres semblent dignes par nature d' être diffuser sur un niveau national !? Cette dichotomie de l' actualité peut choquer en elle même, ... beaucoup de gens estiment les deux aspects de l' information sont indissociables, comme le propose quelques chaînes audiovisuelles de grande audience . Certaines actualités ne présentent que peu d ' intérêt pour la collectivité entière, telle que l' ouverture d' un magasin alimentaire en libre-service, alors qu'une autre qui semble encore plus anodine, simplement du fait de sa répétition, généralisation, ou portée globale, quand bien même elles paraîtraient sans importance de manière isolée, présentent les caractères d' une information susceptible d' intéresser l' ensemble de la communauté . Qui en décide ? Le journaliste ! Et c' est là le problème !... Ceci constitue d' ailleurs le point faible du système informatif . Je ne lui reconnais pas un tel pouvoir, c' est au citoyen de juger du "caractère" de tel événement ou de telle autre information, pour la simple raison que le professionnel peut faire l' objet d' erreur, de pression ou de manipulation; mais il faut bien considérer que le système actuel, commandé par la nécessité de séduire les lecteurs par les titres ( la fameuse première page et ses gros titres !... ), s' oppose à ce que les journaux deviennent de banal recueil ou compilation d' informations : Impératif commercial et attrait du support oblige !... Pourtant, comme le juge est tenu par l' obligation de juger, le journaliste devrait être tenu par l' obligation de transmettre avec Exhaustivité les informations qui se tiennent à sa portée ! - c' est pourquoi je me rattache au principe obligatoire d' une présentation à double volet - un premier local et un second national - principe qui doit rester valable sur l' ensemble des supports sans qu' il soit possible d' en éluder arbitrairement un des deux - avec son corollaire de transmettre tous les faits d' actualité se déroulant sur la "scène publique" lorsque ces faits sont relayés par un quelconque organe de ladite scène ( association, institution, groupement de citoyen, police, etc... ) -

Je prétend ci dessus que la division de l' actualité en deux volets distincts ( National & local ) comporte divers implications et enjeux qu' il faut bien souligner, ... jugez plutôt : Un simple "vol à l' arraché" peut vous paraître comme étant un acte de délinquance assez banal à priori ( ? ), mais la généralisation de cet acte sur l' ensemble du territoire comme une nouvelle technique de "brigandage" mérite d' être connu de tous afin de mettre en œuvre une stratégie de protection ou de riposte d'ensemble par les services de police ! En effet, si tel journal, au prétexte qu' il dispose d' un choix sur ses sujets, décidait d' éluder ce type information, nous aboutirions rapidement à une forme sournoise de désinformation -

L 'utilisation de nouveaux procédés d' escroquerie par carte bancaire ne présente pas non plus d' intérêt particulier, pourtant la portée et les conséquences de ces agissements sur le système bancaire en général fait encourir un risque sur les transactions qui doit être connu par la communauté entière . Les citoyens doivent en être informés ! ... . Par ailleurs, on peut estimer et il devrait être admis que certains domaines de l' actualité sont par définition de portée globale :

Finances, économie et services publiques, corruption, crime organisé & généralisation d' un mode opératoire de la petite délinquance, l' actualité politique et sociale interne (... comme externe ) méritent donc d' avoir une répercussion nationale . Aucun détail relatif à ces questions ne devrait théoriquement être occulté, faute de confisquer des informations utiles à la détermination " libre et éclairée" des électeurs lors des consultations démocratiques ultérieures . Voilà donc un problème de définition à mettre en œuvre au niveau de la loi pour aller vers une information suffisante !

C' est justement sur ce terrain que peut s 'immiscer une forme sournoise de censure par la "localisation" de certaines informations; ce qui aurait pour conséquence d' en réduire la portée et la gravité en limitant son "audience" à une population en nombre limité, alors qu' elle mériteraient une plus large diffusion qui risquerait d' alerter les masses - ( Nationale-) . Le relai de l' information doit faire l' objet d' une réglementation, mais uniquement dans le sens de l' exhaustivité, pour aller vers une sorte d' obligation de "tout" retranscrire .

Aussi dois-je me répéter : Une parade simple contre ces éventuelles confiscations de l' information pourrait consister par exemple à créer des organes citoyens, sous forme d' association au niveau "Régional" ( ? ), qui permettraient d' échanger des informations, les titres de l' actualité et de corriger, certes après coup, cette carence par une nouvelle pagination-diffusion centrée sur les intérêts citoyens, sur des supports locaux et indépendants - voir sur internet ? - Cette solution institutionnelle n' est pas vraiment le fruit du hasard ni une mesure isolée, mais correspond justement au pilier d' une réforme dont je souhaite me faire l'écho . Patience, nous y reviendrons !

 

 

Section II -Rétention de l' information par modification de son contenu ou de ses paramètres -

 

§ 1 - Le conditionnement psychique - Association d' idée & réflexe conditionné -

 

115- Ne croyez pas que mon intention soit de particulièrement vous faire peur ou que je souhaite fustiger la totalité des actions entourant notre vie "citoyenne". Je souhaiterai plus simplement prendre le temps d' évoquer les méthodes à disposition afin de les prévenir - Je reconnais qu' un telle discussion peut donner le vertige .

Il serait à l' opposé injuste de s' imaginer que l' actualité, la circulation des informations ou la vie politique d' un État se résume à ce rôle de "conditionnement", ce n' est pas le message que j' entends véhiculer, même si tout porte à le croire en apparence ! Mais le risque étant là, nous aurions intérêt à l' examiner pour mieux y être préparés et ressentir l' installation de ces mécanismes .

Tentons une première approche : A première vue, le conditionnementconsisterait dans un ensemble de procédés d' influencequi visent à orienter, forcer, modifier vos convictions ou conceptions, votre façon de réfléchir ou de raisonner, dans un sens ou selon un cheminement différent, voire contraire de celui que vous auriez de votre libre arbitre par une recherche ou réflexion personnelle,sans l' intervention dudit procédé . Mais alors, me direz-vous justement,... tout procédé d' information peut être assimilé à du conditionnement !? La définition du dictionnaire présente-t-elle de nouveaux éléments qui permettent de se faire une idée plus précise sur la notion : ..."Établissement d' un comportement déclenché par un stimulus artificiel ". Mince, nous ne sommes guère avancés si ce n'est d'introduire la notion de « stimulus artificiel » ! Il faut être prudent sur les paramètres inclus dans ces définitions car son texte permet d' y inclure trop d' éléments, ... des restrictions semblent s' imposer pour correspondre plus précisément avec le sujet que nous traitons .

En fait, tout le monde s' accordera sur des critères simples : La différence la plus simple que l' on puisse opérer entre l' information et le conditionnement réside dans le degré d' ouverture et d' objectivité du débat . Tout est question de degréd' objectivité, de rigueur à cerner ainsi qu'à révéler l' ensemble des données du sujet traité ( exhaustivité ), d 'impartialité, d' honnêteté morale et intellectuelle dans l'exposé des informations, de contradiction des débats ( ...réelle, car il existe même un panel méthodologique visant à donner l' illusion de la contradiction !) comme le but poursuivi par ledit procédé de transmission de l' information : Permettre une détermination libre et éclairée par l' apport des paramètres du sujet ou favoriser l' impression dans votre esprit, par des méthodes plus ou moins subliminales d' une réponse déterminée sans réelles alternatives substitutives ? ?! ... La vérité doit certainement se situer à mi chemin entre ces pôles extrêmes . Ces critères simples permettent d' établir une frontière assez précise, bien que fragile, entre "l' information" et ce que l' on nomme vulgairement le " bourrage de crâne" ou propagande .

Les techniques pour parvenir aux résultats de "l' influence" sont innombrables, en passant en premier lieu par les vecteurs éducatifs lors des phases d' apprentissage ou en l' occurrence par les vecteurs médiatiques, bibliographiques, ... ou que sais-je encore ? Il n' est pas superflu de consacrer quelques lignes sur un sujet crucial que nous côtoyons en toutes circonstances, quotidiennement sans nous en rendre compte . Sachons discerner à laquelle de ces "informations" nous sommes confrontés . En effet, le sujet ou l' objet le plus simple comme le plus anodin peuvent être l' objet d' un conditionnement : Un goût, une odeur, la réaction à la vue d' un objet ou d' une personne, un simple mot peuvent générer ou être la conséquence d' un réflexe issu de l' apprentissage . A force de répétition, le comportement à adopter face au stimuli qui enclenche son mécanisme deviendra un réflexe dit "conditionné".

Le procédé tire incontestablement sa substance des processus naturels de transmission-assimilation des informations lors des phases d' apprentissage; le phénomène semble donc applicable à toutes les espèces animales, évolués ou primitives et connait de nombreux parallèles , dérivés et "applications":

Il faudra se méfier du risque de confusion sans minimiser ses possibilités . Une simple impression, émotions ou encore un sentiment confus face à une situation ou une circonstance particulière peuvent être le fruit d' une influence déterminée par des réactions inconscientes, imprimés par un processus de "conditionnement" dont vous ne vous êtes aperçus avoir fait l' objet ... par exemple, dans votre enfance ... par vos parents ! Il en est ainsi des associations d' idées basiques auxquelles nous procédons sur ce qui est "bien ou mal", "permis" ou interdit,"décent" comme "indécent", dans la prime enfance, par l ' intermédiaire de nos "éducateurs" . Mais dans ces cas, le mot est-il vraiment adapté ?

Le système comportant de sérieuses analogies, le rapprochement serait pratique, pourtant il ne faut pas tout mélanger . Il reste que nombres de ces processus ont cette propriété de s' opérer à l' insu des personnes traitées et qu' ils peuvent s' inscrire très profondément dans nos esprits la vie durant .

Les réflexes conditionnés par l' action de mécanismes psychanalytiques ou exercés par nos ascendants à l' occasion des phases d' apprentissages élémentaires ne nous intéressent pas ! Seuls ceux résultant de l' action des forces humaines collectives ou sociales mériteront notre attention, bien que ces dernières aient justement des répercutions sur les premières et qu'il serait en fait possible d' influencer les individus dés la petite enfance par un conditionnement confié à l' autorité parentale sous la forme de conventions sociales ou culturelles ( coutumes et règles sociales ), notre débat deviendrait trop complexe, vous en perdriez votre latin ... et moi aussi !

.................................. Vous vous en doutez, les forces politiques eurent très tôt conscience de l' enjeu de cette discipline et mirent tout en œuvre pour en faire un auxiliaire utile et soumis à leur cause :

Celle du pouvoir . Considéré sous un angle "politique", le conditionnement se donne pour mission de conquérir et dompter les masses, annihiler l' esprit critique des citoyens et de les soumettre sans condition à la ligne idéologique du groupuscule de pouvoir, cultiver le dogme d' adoration envers les représentants ou dirigeants du clan et entretenir le rejet ou la haine des parties et doctrines adverses afin de prévenir la fuite des "captifs" vers les idéologies concurrentes . L' endoctrinement passe alors inévitablement par un circuit, une structure d' information capable de véhiculer le plus largement possible les dogmes auprès des populations à toucher . Seules les structures collectives me semblent donc compétentes pour fournir le cadre et la dimension nécessaire à cette perspective .

Chaque idéologie se dotera inévitablement des moyens personnels ( experts en communication, théoriciens politique ) et matériels ( support : livres, journaux, radios, chaines télévisuelles ) afin de former et enseigner aux masses sa conception de l'ordre ou des choses au travers de sa théorie .

C' est probablement pour cette raison que dans nombreux pays, les postes de direction des grands médias d 'information publics, comme ceux politiques ( A l' étranger ... bien sur !!? ) font souvent l' objet de remaniement lors des alternances électorales . Partant de ces constats, il faut bien noter que plus aucun acte ne peut être considéré comme innocent, l' ensemble des applications devront refléter les dogmes, la philosophie et les cheminements de l' idéologie à transmettre . Le thème, l' objet des jeux ou des émissions scientifiques, de divertissements fluctuent de la même façon en suivant plus ou moins l' idéologie en place ! Bien sur, par un phénomène recherché de répétition, cet état de fait influence progressivement une partie de vos convictions et facilite une vague de réforme qui iraient dans le sens de cette philosophie, ... en avez-vous conscience ? . Il serait difficile, par exemple, d' engager des réformes en annonçant directement aux populations au lendemain des élections la suppression des édifices sociaux péniblement acquis au sortir de plusieurs décennies de "collectivisme". Il faut d' abord travailler le sujet en démontant les préjugés sur l' entraide sociale .

.............................  Avez-vous déjà entendu parler du réflexe de "Pavlov" ( Ivan Petrovitch Pavlov né à Riazan - Moscou-en 1849 ) . Ce célèbre Médecin et physiologiste exposa de célèbres théories sur le "réflexe conditionné"... par la répétition . De la même façon que l' on programme un ordinateur, il est sans doute possible de "conditionner" un être, humain ou autre, par des cycles d' apprentissage progressif . Pour aller au plus simple, on pourrait dire qu' il est possible de "formater" un comportement, et surtout un raisonnement - par conséquent les conclusions qui en sont les conséquences (?) - moyennant la démonstration- répétition des "mécanismes" que l' on souhaite "imprimer"dans les esprits . Ainsi, il serait possible à titre principal de calibrer les enchainements logiques de manière à évincer certains comportements et à favoriser ceux qui serviraient la cause du pouvoir .Les considérations de preuves et d' argumentation "scientifiques" à l' appui de ces démonstrations ne sont même plus un obstacle en raison de l' extraordinaire multiplicité, de la diversité des sources et des résultats d' études dont il est possible de se prévaloir . Les cautions scientifiques, morales ou autres ne manquent plus, et n' ont d' ailleurs jamais manqué sur l' ensemble des sujets ! Admettez qu' aucune idéologie, même les plus meurtrières ou les plus perverses, n' ont jamais été à cours d' idées ni de considérations de preuve pour conforter leur théories; ... et si tout ces débats n' étaient finalement que poudre aux yeux ?!...

A noter encore que le procédé de conditionnement s' appuie toujours sur des prémisses, une base d' informations irréfutables en apparence, mais seulement à première vue, puisque le mécanisme commande en fait de prendre pour référence des données sur lesquelles s' établit le consensus majoritaire, transformé et érigé pour la circonstance en véritable fondement moral ou caution pseudo-scientifique . Quitte ensuite (... et parfois même "préalablement" ! ) à progressivement, volontairement réorienter ces données au fil du temps dans une "campagne"d' intoxication procédant par divers agissements ou démonstrations réorganisant subjectivement la structure des idées comme celle des réalités qui les entourent .

Faisant suite à la synthèse des prémisses, procédant par un système d' association d' idée fallacieux, le processus d' endoctrinement présentera ses solutions ou conclusions comme la réponse logique, unique et incontournable grâce à un phénomène de répétition illustrant et "démontrant" ses théories dans l' ensemble des domaines où il peut trouver application, ... en fait partout ! D' où l' extrême complexité d' en démonter et démontrer les multiples formes d' expression, car son besoin d' efficacité recommande de l' atteler, au moins en théorie, partout pour étaler son emprise ! ( Dogmes politiques, apprentissage scolaire, dictons, conception religieuse, jeux, musique et divertissement, etc ... ) . Il procède donc par étape déductive et procède par des enchainements pseudo-logiques qui iront dans le sens exclusif de ces assertions . Mais alors, me direz-vous, peut-on considérer que tout enseignement procède quelque part d' une forme équivalente ou atténuée de ce que j' ai appelé "conditionnement" . Probablement ! sauf que le conditionnement politique, celui que nous traquons et dénonçons depuis le début de cette œuvre,s' entoure de quelques attributs spécifiques critiquables alors que l' enseignement simple, exhaustif et contradictoire, peut se contredire librement pour parvenir en théorie à exprimer les meilleurs compromis ainsi que les solutions ou conclusions les plus avancées au sein des registres soumis au débat . Le "conditionnement" des réflexes animaux, en vigueur chez dame nature et largement mis en sommeil nous concernant, utilisé pour transmettre les informations et réflexes strictement nécessaires à la survie, procède de manière irréfléchie sur les seules acquis élémentaires et ne peut en tout état de cause plus s' envisager ni être comparé à la dimension culturelle codifiée par nos concepts élargis . Celui-ci reste, comme nous l' avons précédemment dit, hors propos . Même si, malheureusement, les fameux mécanismes inconscients dont nous avons supposé l' existence, inhérents au fonctionnement du psyché humain interdisent souvent d' approcher lesdites solutions optimales en raison des diverses barrières conceptuelles collectives dressées par le filtre de nos cultures, elles-mêmes souvent le fruit, le reflet et la conséquence des impératifs liés au mode de fonctionnement de nos individualités ( censure, refoulement, névroses, impératif hiérarchique, etc...) . Il est donc des formes de censure liées, non pas aux forces politiques, mais au mode fonctionnel de notre intellect - Curieusement, elles aussi s' enseignent et se transmettent ("par mimétisme"), mais demeurent néanmoins hors de notre propos relatif au conditionnement politique : Elles touchent majoritairement les relations familiales dans les sociétés "traditionnelles" . Nos sociétés sont fort heureusement parvenus à se soustraire de la plupart (... pas toutes ) de ces considérations secondaires .

Admettons cependant que le conditionnement psychique reste un procédé naturel et quasiment normal de tous les procédés didactiques, il est classique d' y avoir recours et personne ne peut prétendre être en mesure de totalement les exclure, à fortiori dans une société complexe et évoluée où nous avons en permanence recours aux cycles d' apprentissage pour la transmission de la culture et des "savoirs" : Assimiler une information ou un comportement subjectif nécessite de le voir ainsi que de copier ou reproduire cet acte un certain nombre de fois . A bien y regarder, le seul fait d' apprendre un langage et une culture "maternelle" à l' école, regarder la télévision ou écouter la radio constitue déjà une certaine forme de conditionnement, du moins peuvent-ils surtout devenir les vecteurs privilégiés de cette manipulation politique ou se accessoirement à de telles ambitions lorsque ne sont plus réunis le paramètres de l' objectivité :Les derniers éléments de cette énumération ( programme de divertissement ) devant être considérés à priori comme "positif" tant qu'il vise principalement l' agrément, le divertissement (... encore qu' il sera toujours loisible de conjuguer les deux et qu' il faille pour chaque distraction déterminer la part relative entre les deux aspects! ), le premier étant bénéfique uniquement au titre d' instrument initiatique préparant les individus à la vie en communauté et surtout comme structure mentale de réflexion, de critique et de perfectionnement des données existantes.

A noter au passage que la possibilité, que dis-je "le devoir de critique" ne peut cependant être accordé aux individus pendant les phases d'initiation, donc aux plus jeunes, dans la mesure où lesdits "apprentis- citoyens" ne sont capables d' aligner suffisamment de données pour le faire, et qu' il faille évidemment réserver cette faculté aux individus parvenus à maturité ( majorité ) . Encore que la confusion puisse commencer par cet intermédiaire et qu' il faille raisonnablement mesurer la part respective de ces considérations en déterminant à quel point les cultures, surtout les plus anciennes, pourraient contribuer à préparer ou faciliter le terrain du conditionnement ... en établissant un moule conceptuel prédisposant ( ... dans le sens où leur parcours millénaire n' a pu que les encombrer des aléas parasitaires dont se charge les matrices originelles ) . Les derniers paramètres permettant de différencier une phase didactique classique d' un procédé d' endoctrinement se situe précisément, selon moi, sur le terrain de "l' objectivité-exhaustivité" concernant la présentation des données, sur le degré d' ouverture à la critique et au dialogue portant sur les piliers théoriques fondamentaux qualifiés "d' incontestables" ( ... par une pseudo élite intellectuelle de la communauté ) ainsi que sur la force de coercition, directe ou subtile ( par des barrières conceptuelles ), déployée par les structures sociétaires dominantes afin de proroger la conception sur laquelle se fonde l' équilibre politique. D' ailleurs, à bien y regarder, le seul fait de considérer quelque chose comme étant "incontestable" se lit déjà comme un procédé pervers procédant du conditionnement :

On peut très bien exiger la réunion de conditions spécifiques et particulières pour débattre des piliers théoriques sur lesquels se fonde la structure sociale ( saisine, périodicité et enclenchement du processus, procédure d' élargissement du dialogue, encadrement et structuration du débat pour éviter une "explosion" collective de colère ou d' hystérie collective survenant lors des constats de blocage - ) sans fermer pour autant la porte à toute forme de critique en complexifiant à outrance le déroulement des processus évolutifs de la pensée ( Nota : Ceux-ci devront tôt ou tard s' inscrire, à mon sens, dans une perspective "institutionnelle" dans laquelle le "collectif citoyen"- cf dernière partie -ne sera probablement pas étranger) . A retenir que les dogmes, régimes ou collectivités totalitaires ayant recours à "l' endoctrinement" s' entourent immanquablement de barrières conceptuelles ou institutionnelles hermétiques sur le terrain du consensus ou des croyances à protéger ... .

116 - C' est le cas des dérives sectaires, favorisées entre autres, toujours selon moi, par le phénomène du concept des croyances religieuses inculquées dés le plus jeune âge au sein de nombreuses communautés traditionnelles,... en fait la quasi totalité des cultures reposant sur des textes religieux ! Ensemble dont la société Européenne s' avère aussi partie prenante !

Il est aujourd'hui reconnu et démontré par de nombreux auteurs et expériences que le psyché humain se prête particulièrement à l' élaboration des mécanismes de la foi . Ce sujet fait d' ailleurs l' objet d' un livre intitulé " Pourquoi dieu ne disparaîtra pas " par les docteurs Anrdew Newberg et Eugéne Aquili, pionniers d' une nouvelle discipline dite "Neurothéologie"- Le cerveau, selon ces spécialistes, serait biologiquement "programmé"ou plutôt "conçu" pour exprimer des états de transcendance, certes souvent facilités et rendu exponentiel par des produits stupéfiants qui dopent la production des substances concourant à ce mécanisme ! Encore faudrait-il poursuivre ce travail en déterminant la part respective et le lien qui pourrait exister entre cette théorie face et autre qui veut donner un caractère prépondérant et "prédisposant" à certains moules conceptuels (... comprenez : "Ensemble indissociable formé par le langage maternel, les croyances ou convictions idéologiques ainsi que l' ensemble des procédés de déduction inhérent à ces modes de perception; ... ce premier ensemble combiné aux connaissances pseudo-rationnelles qui en sont les fondements : Bref, nous retombons globalement sur ce que j' ai dénommé ..."La MATRICE ") . Ainsi, poursuivrai-je mon analogie informatique en prétendant arbitrairement que l' ensemble des données relatives à ces "matrices" peuvent se concevoir comme une "combinaison de registre" (... avec

un tableau paramétré et limitatif "d' ENTRÉE ... et de SORTIE" ) définissant exhaustivement et à priori le champ d' investigation des individus; sorte de "Prison Conceptuelle", qui se donne notamment pour mission d' entretenir l' équilibre politique sur lequel repose la structure social .

Prison dont on ne s' extrait souvent qu' individuellement et aux prix d' un travail long, pénible et déstabilisant, non sans le soutien de personnes extérieures, justement parce que cet examen critique remet en cause des constructions et réflexes inconscients qui ont défini les éléments sur lesquels s' est construite la personnalité .

C' est donc une des spécificités du cerveau humain et le point de rupture avec l' analogie informatique, de pouvoir critiquer les données de son propre programme - à condition cependant que l' emprise sociale extérieure ne soit pas trop contraignante - C' est l' hypothèse de la peine de mort infligées aux hérétiques ! "L' instruction" pourrait alors s' analyser comme l' intégration de programmes supplémentaires créant de nouveaux registres des combinaisons, des liens entre les réalités et les concepts . D' où l' importance d' ouvrir l' esprit des individus par l' enseignements des disciplines d' auto-critique .

Admettez par ailleurs que les différents répertoires éducatifs ( L'école elle même ! puisqu'il est possible d'utiliser son intermédiaire afin d'inculquer divers postulats peu objectifs ), ludiques, cinématographiques, musicaux, etc ... offrent aujourd' hui une panoplie complète de registres par lesquels il serait possible d' influencer et orienter les mentalités, l' état d' esprit et la philosophie des masses populaires sur un sujet donné . Prenez le jeu le plus simple, comme le "monopoly", personne ne pourra nier que derrière ses attraits éducatifs et distrayants incontestables se cache une belle initiation aux mécanismes capitalistes d' acquisition et de cumul des richesses doublé d' une familiarisation avec le concept monétaire !... Un jeu vraiment innocent ? Derrière l' histoire cinématographique la plus anodine peut encore se cacher en filigrane, même involontairement, une idéologie ou une philosophie partisane dont il peut être fait la récupération par des services de communication spécialisés afin de susciter un lien "inconscient" avec des faits d' actualités pour lesquels on voudrait influencer votre jugement ou vos conceptions futures (... dans la direction des issues politiques, philosophiques ou comportementales sélectionnées par les autorités : Le mode d'action ou de réflexion d'un héro cinématographique peut trés bien être érigé en modèle pour une classe ... d'âge ou sociale ) . Deux populations, jadis opposées, peuvent concevoir d' éduquer leurs enfants sur un nouveau modèle relationnel par un film – mais encore au travers d'une bande dessinée- qui montrent les aventures héroïques d' un groupe d' adolescent, composé de membres issus des deux communautés . Mais encore, afin de faciliter l' intégration, il se pourrait en proposer un autre montrant le quotidien d' une famille étrangère parfaitement intégrée et heureuse dans son pays d' accueil . Encore que ces hypothèses sont plutôt positives, puisqu' elle vise l' harmonie, ... mais il en est d' autres moins reluisantes :

Par exemple, on pourrait proposer des films faisant l' éloge de l' héroïsme guerrier d' antan pour favoriser l' enrôlement militaire ou de faire une programmation de films policiers relatifs à des prises d' otages rocambolesques pour influencer l' opinion publique concernant des projets d' actions militaires dans des pays hostiles utilisant ces méthodes de pression ?! Le recoupement et la répétition de thèmes habilement choisis permettraient en effet de synthétiser des éléments absents ou enfouis dans l' inconscient . ... Quel est votre avis sur la question ? Notre état d' esprit serait-il modifié par une telle proposition des faits ?

117 Le procédé de conditionnement deviendrait donc un outil pervers au profit des autorités lorsqu' il a pour but d' orienter ou de dissimuler sciemment, ne serait-ce qu' une partie de la sphère des connaissances ou des faits sur un sujet polémique, derrière des constructions volontairement erronées ou incomplètes, dans le but de servir des intérêts strictement liés aux considérations de pouvoir ...

par conséquent en contradiction évidente avec "l' intérêt collectif" que poursuit, par vocation, notre conception idéale de la politique, … celle la plus "évoluée" : Le mandat représentatif .

Ceci dit, il semble logique et compréhensible, de la part d' un pouvoir légitime, de veiller à ce que ces débats ne soient pas emportés ou exclusivement dirigés par des forces régressives ! - Rôle de structuration ( ... Pour limiter les errances marginales du flux psychique lors des périodes de transition ainsi que de blocage conceptuel ... moments où les forces conservatrices, toujours en action, essaient de rabattre la marche dans un dernier sursaut réflexe et désespéré ) - A condition que cet encadrement ne prenne pas des allures de "paternalisme" ni ne soit motivé par des considérations annexes - ( ... Contrainte des flux pour assurer la continuité du joug ) . Malheureusement, dans le système socio-politique d' actualité, dépourvu de moyen contrôle et de préhension, il n' est aucun moyen de savoir lesquelles de ces forces se trouvent à la tête de L' État ! D' où ma critique et la proposition que je fais en fin de texte ( ...cf infra sur les "CC" ) dont la mission principale consisterait à exprimer ces divers paramètres .

Encore que "l' intérêt général ou collectif" dont il est question de promouvoir la recherche doit revêtir, de manière idéale, une dimension "humaine", car tout est question de définition, et ne doit en aucun cas mener le groupe à la perdition ou imposer aux individus qui le compose des sacrifices sans rapport ou proportion avec le dessein initial de la vie en collectivité . Les conflits armés sont de ce point de vu, sauf cas de légitime défense ( !? ), une aberration qui va à l' encontre de l' intérêt général voulu par les citoyens . Certes, il n' est pas forcément convenable de poursuivre trop loin dans cette direction !... : Quitte à passer pour un donneur de leçons, ce dont je suis en fait indigne, même du haut de mon mètre quatre vingt-cinq et de mes trente trois jeunes années, ce raisonnement pourrait nous entrainer trop loin et simplement révéler que le chemin tracé par nos "machines collectives", ou même plus globalement par

l' humanité s' est laissé fourvoyer dans une pléthore de constructions intellectuelles imaginaires, fondées entre autres sur des "instincts animaux" qui ne sont pas à la hauteur de notre ambition définissant les hommes comme des êtres "évolués".

Mais à notre décharge, j' avancerai l' argument paradoxal selon lequel ce destin était inéluctable ! Il ne pouvait certainement pas en être autrement ! Cherchant à s' extraire du néant, issu de sa condition animale, le groupe des êtres humains dut élaborer et construire progressivement ses propres "outils" intellectuels de préhension ! Nous ne pouvions de ce fait aboutir à une perfection intangible dont nous ne soupçonnions pas même l ' existence .

Il est cependant regrettable que ces influences continuent d' exercer leur action néfaste sur nos comportements à l' aube de ce vingt-et-unième siècle ! Les mêmes causes entrainant les mêmes effets, nous revivons aujourd'hui les soubresauts et péripéties évolutives de la pensée humaine dans ce que l'on pourrait qualifier comme étant le "bégaiement de l' histoire", en l' occurrence matérialisé par un phénomène cyclique "d ' agrégation / désagrégation" des états et l' ascension / régression des civilisations . Notre culpabilité consisterait alors plutôt dans le fait de persister dans ces travers dont nous connaissons aujourd'hui les mécanismes et les processus .

Peu importe aussi, dans cette quête éternelle du parcours idéal et de l' intérêt commun, des "fictions théoriques" qui régissent de manière trop rigide le contenu ou le fonctionnement du système économique ou social comme c' est trop souvent le cas aujourd'hui, au mépris des individus, pour la sauvegarde de prétendus équilibres "comptables" . Je regrette l' absence, notamment en matière économique, des mécanismes de compensation qui permettraient d' échapper au rigueur mathématique de systèmes dont on connait pourtant bien les défauts majeurs . Modèles théoriques qui ne croisent la réalité qu'en trop peu de points et s' en écartent en de trop nombreux pour exiger de s' y conformer à la lettre . L'obstination à faire priorité aux concepts abstraits révèle de nombreuses faiblesses du psyché humain,d' autant plus que ces prétendues barrières, sciences, dogmes et constructions intellectuelles subjectives ne font nullement et n' ont jamais constitué un obstacle insurmontable à l' expression de nos plus vils instincts qu' ils sont censés corriger ou canaliser.

La seule garantie qui reste totalement objective consisterait dans le domaine de l'information au soin apporté dans la méthodologie de l'exposé . Les débats devraient faire l' objet d' une contradiction objective et rigoureuse par l' ensemble des avis opposés sur le sujet traité ... Ce qui est plutôt rare ! ...

Ne serait-ce que pour des raisons pratiques ... : On voit mal comment opposer une assemblée de théoriciens lors d' un débat télévisuel à une heure de "grande écoute": C' est qu'il faudrait en fait organiser le débat démocratique tout autrement : Par exemple, mais j' exagère encore probablement, en expédiant régulièrement par "voie postale", systématiquement auprès de l' ensemble des citoyens ( peut-être sur le principe d' un calendrier cyclique balayant progressivement la totalité des sujets polémiques ) un "périodique citoyen" où chaque tendance idéologique aurait droit de s' exprimer librement et d' avancer ses théories et renvois bibliographiques sur le thème en débat . Cette méthode coûterait-elle cher ? Probablement pas plus qu' aujourd'hui si l'on observe le coût exorbitant du processus démocratique en rapport de l'information qu'il procure ! ... Nous recevons régulièrement un masse conséquente de périodiques officielles inutiles et "vide" d' informations en provenance des collectivités locales ou de l'État,...le tout pour nous faire l'éloge de spectacles et diverses réalisations architecturales ! ... en tout état de cause, la démocratie à un coût ! Je vous renvoie alors la question théorique : Le système actuel est-il si efficace qu' il n' y parait pour exprimer l' ensemble des idées, débats ou tendances ?

............................... Je voudrai insiter un instant sur l'un des aspects tenant au conditionnement - Le sujet nous renvoie directement au phénomène de l'image subliminale : Est-il possible d'influencer vos idées par un simple concours d'images, de symboles ou de sons judicieusement choisies ? Oui ! ... et je vous en donne un exemple caractéristique immédiatement - Lors d'une émission télévisuelle ( par ailleurs de qualité !) animée par Mr dechavanne (06-2009) aux heures de grande écoute, un magicien, se prétendant télépathe, imagina un tour où il devait transmettre avec la force de son esprit, une figure géométrique, sans jamais directement la désigner, à l'ensemble des téléspectateurs en audience ! Pari gagné ! Aprés quelques manipulations astucieuses devant un présentoir où trônait cinq figures géométriques ( une étoile- un carré- une croix- triangle- rond ), le télépathe désigna sur papier, à l'abri des regards et sous contrôle d'un huissier, celle qui devait être transmise par voie mentale - Un sondage attesta de son succés : 50% des téléspectateurs furent influencés dans le sens voulu par le magicien ! Comment avait-il fait ? Simplement en la suggérant par une habile mise en scène marquée en plusieurs étapes : Lors de son numéro de présentation, le pseudo télépathe mima la figure par divers gestes suggestifs de ses mains, la reproduisant discrétement dans l'espace, marquant par ailleurs discrétement divers arrêts du regard sur la figure à induire - Progressivement, il dirigea notre esprit en faisant converger un ensemble de pistes subliminales ( gestuelle - paroles & regards ) - CQFD - Imaginez l'application de techniques équivalentes au service de la politique -

118 Un dernier rempart efficace réside certainement aussi dans l' observation et la "traque"

(...par un organe d' information spécialisé - parlementaire ou indépendant - rédigeant un rapport semestriel ),des phénomènes de "répétitions" et des mécanismes "récurrents" de l' information qui peuvent aboutir à ces résultats . Les manœuvres d' endoctrinement seraient alors dénoncées par un rapport parlementaire annuel public établissant des statistiques sur la redondance et la méthodologie de traitement de certains sujets . Nous l' avons souligné plus haut : C' est dans "l 'objectivité" des débats ainsi que par la "liberté d' expression"des thèses et paramètres du sujet que peut se démasquer le passage de l' information au phénomène de "Conditionnement". Un jugement critique et la pluralité des supports peuvent apporter d' autres éléments de réponse .

Si vous avez le sentiment d' avoir fait l' objet d' un conditionnement, remontez par déduction ( ou induction ) à l' origine de ces réflexes en cherchant les tendances idéologiques qui peuvent s' abriter derrière cette influence et quels intérêts de groupuscules peuvent s' y dissimuler : Qui sont les bénéficiaires de cette logique ? ... intérêts financiers ? Pouvoir d' un leader charismatique prônant une doctrine le consacrant comme "l' être élu" ? Constatez que ce sont dans ces hypothèses bien souvent des ambitions de sujetion des personnes qui sont à l' origine du phénomène . Savoir déceler et ressentir les procédés de conditionnement est une science qui s' apprend - Je déplore l' absence de cette discipline ( ... au moins une initiation ) dans les programmes scolaires auprès de nos jeunes concitoyens ...

Une piste à approfondir pour nos politiques ? ! Est-il concevable que vous deveniez après cette lecture providentielle un "Citoyen LIBRE" de toutes influences dans notre monde de "l' hyper-(dés-)information" ??!

 

§ 2 - Manipulation des données comptables ou statistiques par catégorisation

 

119- Certains auteurs accusent nos Démocraties de basculer dans divers travers politiques pour n' être plus que des "sondocraties". Cette critique, exagérée, peut toutefois retenir notre attention ....

Les sondages prennent effectivement de nos jours une force et une place qui n' est ni utile ni souhaitable en servant trop souvent de caution ou de fondement dans le débat Démocratique . "Surévaluée", la place accordée au sondage n' est pas raisonnable car elle à pour conséquence d' influencer les opinions et de réduire la place des élections au profit des statistiques, qui n' ont pour objet "matériel" qu' une tranche infinitésimale de la population; étudiée selon des méthodes statistiques subjectives ( ...qui ne valent qu' à titre indicatif ) contrairement aux consultations électorales qui utilise des méthodes plus "objectives"et concernent "l' ensemble" des acteurs du débat politique . D' autre part, Les approches mathématiques et catégorielles qui sont l'objet de telles études ( ... ayant pour objet d' obtenir un "portrait figé "dit "représentatif "de la société civile ) sont toujours susceptibles d' orientation et de manipulation, volontaires ou involontaires, de la part des personnels qui en ont la charge . C' est en effet la moindre des tentations lorsqu'on considère l 'audience actuelle suscitée par ces nouvelles formes d' investigations . Ne considérant la question que dans son éventualité, vous constaterez comme moi que le problème mérite quelques investigations afin de déterminer quels pourraient en être les détournements .

Vous comprendrez par ailleurs bien évidemment l' utilité d' une telle manœuvre manipulatrice en ce qu' elle permettrait d' orienter les opinions, voire d' occulter une partie des réalités sociales, économiques ou politiques qui seraient défavorables au bilan de l' action d' un gouvernement ... permettant d' autre part d' en "enjoliver" les bénéfices . Pour ce faire, le procédé situe son action sur le terrain de la "DÉFINITION" du sujet comme des paramètres de l' étude . Cela peut donner le vertige ! Calmez vous et prenons un exemple dont le comique et l' exagération peuvent démontrer la subjectivité du domaine : Si nous devions compter la part des "blonds" et des "bruns" au sein d' une population, afin de donner l' illusion que les blonds seraient majoritaires, ce qui est faux sur notre pourtour Méditerranéen, il suffirait de donner la définition suivante aux uns et aux autres dans les prémisses de l' étude -

- sont "bruns" les individus de sexe masculin ou féminin dont la couleur de cheveux est comprise entre le marron foncé et le noir à l' exclusion de cette dernière couleur, sans compter les chauves, les dégarnis, les colorés et les cheveux longs ou trop courts .

- sont considérés comme "blonds" tous les autres individus . Évidemment que cette définition donnera un avantage déterminant et plutôt exagéré aux chevelures claires . Constatez de manière évidente que la définition des paramètres "statistiques" peut donner aux vocables un contenu qui les éloignent de

leur définition "dictionnaire" .

Mais encore, la définition de l' objet du sondage, l' angle d' approche, la teneur des questions comme l' échantillon de population qui participe au sondage sont autant de facteurs dont il me faut préciser l' importance : Un sujet peut se concevoir selon différentes modalités qui ne lui donnent pas la même signification ni le même sens critique, laissant l' illusion que la problématique est traitée alors qu'elle n' a été que caressée : Opérant une étude statistique sur une institution critiquée et de maniére à orienter le résultat final qui pourrait révéler certaines faiblesses relative à l' utilité de sa mission, il suffirait par exemple de procéder une substitution de l' objet à la question paralléle de la qualité du service rendu par l' institution . Il faudrait donc, préalablement au sondage, correctement définir la problématique et je vois distinctement se profiler les paramètres de cet exercice au travers de quelques interrogations :

<< 1 - L' étude reflète-elle le noyau du problème considéré ? L'enquêteur Soulève t'il la bonne problématique ? >>

<< 2 - La formulation de l'étude développe-t-elle bien l'enjeu principal ainsi que l'ensemble des paramètres inhérents à cette problématique ? >>

<< 3 - La problématique est-elle formulée de façon objective ( pluralité des angles de vue ) ou selon une approche partisane ? >>

Ajoutez à cela une problématique de l' échantillon de population sondée : En effet, rendez-vous compte de l' importance du lieu et du moment où se déroule un sondage !... Suite à une grève d' un service public, interrogez donc les utilisateurs de ce service pour connaitre leur avis sur ces agissements - Emportée et radicalisée par les événements, la foule prétendra massivement qu' elle est opposée à la grève blocus, et les projets de service minimum du service public trouveraient ainsi facilement un fondement en avançant un taux élevé de mécontentement // Une grande chaîne de supermarché souhaite obtenir une caution morale statistique établissant la supériorité de la qualité de ses services par rapport aux concurrents ... . La direction n' aurait qu' à organiser préalablement au sondage une opération promotionnelle, baisser exceptionnellement les prix d' articles très prisés par les consommateurs, offrir quelques cadeaux et n' interroger que les populations riveraines : Cela influera inévitablement les résultats en la faveur des mandataires du sondage .

N' oublions pas non plus l' objectivité nécessaire à la réalisation de tel projet comptable - Quelques personnels corrompus, incompétents ou indélicats suffiraient à entacher gravement la fidélité du portrait dressé par l' étude, puisque chaque sondeur prend en charge une fraction non négligeable de l' échantillon à sonder . (... je le dis pour avoir vécu cette expérience ! )-

Considérez en sus la notion très subjective des "catégories résiduelles" qui présentent souvent des contours trompeurs en leur permettant d' englober trop d' éléments (... par absorption des fractions hors définition : c'est dans notre exemple le cas de la catégorie "blond"); imaginez encore la déformation engendrées par l' intégration de "moyenne" dans l' ensemble des répertoires statistiques (... méthode incontournable qui, hélas, écarte de fait les données situées aux extrémités de l' étude ... Alors que celles-ci peuvent dénoter bon nombre d' informations cruciales ),vous aurez alors une idée assez claire des "tromperies" ( le mot est exagéré !) qui peuvent sournoisement ou involontairement s' immiscer et falsifier ce genre d' étude .

Imaginez dés lors l' impact d' éventuelles manipulations si l' on considére que notre activité économique et politique repose aujourd' hui souvent sur l' appui de ces chiffres fallacieux . Que ce soit dans le domaine économique ( chômage , pauvreté, revenu moyen, accés au logement, croissance... ), sur le registre des statistiques sociologiques ( recencement des populations, immigration.... ) ou en politique ( insécurité, découpage des circonscriptions administratives ou électorales ...), la totalité de nos activités humaines font l' objet de ce type de comptabilité .

120 - Manipulation des scrutins -

La vie démocratique de nos Républiques passe par ce même impératif ( ... de la création de registre conceptuel comme de méthode de comptabilité ) dans le domaine des élections, ... qui nécessite l' élaboration et la Définition d' un "mode de scrutin" ( ...Majoritaire , proportionnelle, uninominal, de liste....) et un DÉCOUPAGEdu territoire en "Circonscription"qui ne sont pas sans importance sur l' influence du résultat final des consultations . Le saviez-vous ? Je rejoins ici la problèmatique relative au décompte des voix dans un système démocratique, domaine où peut s'imiscer une quantité signifiante d'intoxication -

J' attire votre attention sur cette remarque car elle représente un enjeu majeur du domaine "électoral", et ce n' est pas un hasard si les protagonistes s' y intéressent de si prés régulièrement ni que les débats les concernant fassent l' objet de tant de discorde . Ainsi d' une manière théorique, on peut avancer l' hypothèse démente qu' il serait possible de gagner des élections... bien qu' ayant un contingent d' électeurs inférieur aux adversaires, en faisant le choix stratégique d' établir un découpage et un scrutin judicieux !

Prenons un exemple tenant au phénomène de la circonscription électorale : Un territoire peuplé de vingt millions d' habitants décident d' élire dixreprésentants pour remplir une assemblée démocratique qui aura la charge de gérer ce pays neuf . Au nord de cet État se trouve treize millions d' électeurs qui prennent majoritairement la décision de voter "orange"; au Sud nous avons sept millions de personne qui voteront "violet".

Les "premiers", les "orange", devraient gagner ... n' est-ce pas !!!? Ce n' est pas si évident ! Voyons comment : Découpons le Nord en quatre "circonscriptions" et le sud en "Six" circonscriptions et vous obtenez à l' assemblée une majorité de six représentants "violets" et seulement quatre oranges - Les électeurs majoritaires ont été floués !!! L' exemple est caricatural mais permet de saisir la portée du principe. Les trucages dans ce domaine sont innombrables, tenter de tous les décrire serait totalement illusoires....

Prenons un autre exemple : j'ai entendu parler d' affaire judiciaire où l'on faisait "voter des morts" dans certaines petites localités !!? Le principe de base du suffrage, quel que soit le domaine ou son niveau d'application, voudrait que l'on compte les voix "en masse" ... sans aucun découpage ni artifice de calcul ! En effet, le simple fait de créer un mode de scrutin, par exemple “majoritaire à deux” tours ou “proportionnel” créé une différence notable de représentation avec une variation évidente des implications politiques- Pour illustration, en France, la cinquième république privilégie la stabilité politique à défaut de la représentation : Les petits partis et surtout l'électorat sont lésés – La classe politique privilégie la création d'une majorité politique au parlement plutôt que de créer un mécanisme de contre pouvoir insérant les opposants dans divers systèmes de contrôle . Voici quelques notions succinctes sur le sujet -

 Le mode de scrutin permet le passage du décompte des voix à la désignation des élus. Le système électoral recouvre, lui, l’ensemble des déterminants de l’élection et des conséquences des modes de scrutin (effets sur l’organisation des partis, les alternances, etc.). Alors que, après de longues luttes pour l’établissement de ses règles et l’extension de son champ, le principe de l’élection au fait aujourd’hui l’unanimité dans les démocraties représentatives, il n’en va pas de même pour le choix du mode de scrutin. Ce dernier apparaît comme un savant mélange où interviennent notamment l’histoire politique nationale, les besoins de représentativité, l’opinion des partis. Les modes de scrutin peuvent aussi varier dans le temps. Depuis 1871, la France a ainsi connu une dizaine de changements importants de mode de scrutin législatif, alors que le Royaume-Uni utilise le même depuis le XVIIIe siècle.

1. Les sutiscrutins majoritaires

Ils constituent le mode le plus ancien de désignation des élus. Il s’agit d’attribuer un (scrutin uninominal) ou plusieurs (scrutin plurinominal) sièges à celui ou ceux qui ont obtenu le plus de voix.

Dans le scrutin uninominal à un tour (ex : en Grande-Bretagne), celui qui obtient le plus de voix emporte le siège. Cela a l’avantage de la simplicité. Au plan global, il résulte souvent pour le parti arrivé en deuxième position une sous-représentation par rapport à son total de voix. Quant aux autres partis, ils n’obtiennent presque aucun élu. Par ailleurs, la représentation géographique des partis influence beaucoup le résultat final dans la mesure où un petit parti très bien implanté peut être représenté, mais aussi où le parti ayant obtenu le plus de voix au plan national peut se voir privé de sa victoire car ses suffrages sont trop dispersés.

Dans le scrutin uninominal à deux tours (ex : en France), la réussite au premier tour est conditionnée par l’obtention d’une des voix, avec parfois l’obligation de réunir un nombre minimal d’électeurs inscrits. Faute d’avoir atteint ce seuil, un second tour est organisé. Son accès est réglementé : les deux candidats les mieux placés au premier tour (scrutin présidentiel français) ; nombre minimum de voix ou pourcentage des inscrits (scrutin législatif français). Par rapport au scrutin à un tour, la possibilité de conclure des alliances pour le second tour lisse les distorsions : les petits partis peuvent s’entendre avec d’autres pour obtenir des élus là où ils sont forts, en échange d’un report de voix ailleurs. En revanche, ceux qui ne souscrivent pas d’alliance sont souvent privés de toute représentation.

Les scrutins de liste, à un ou deux tours, attribuent à la liste arrivée en tête tous les sièges (désignation des grands électeurs pour la présidentielle américaine). L’amplification de la victoire est alors très forte, même si des injustices peuvent exister (majorité des sièges mais minorité des voix). Si le des listes est autorisé, sont élus ceux qui obtiennent le plus de voix (municipales françaises en dessous de 3 500 habitants, avant l’éventuelle adoption du projet de réforme des collectivités locales en 2010 qui fait baisser ce seuil à 500 habitants).

2. Les scrsscrutins proportionnels

Le mode de scrutin proportionnel est simple dans son principe- les sièges sont attribués selon le nombre de voix- mais compliqué dans sa mise en oeuvre. Il s’est développé avec le rôle des partis politiques : il s’agit moins de voter pour un homme que pour un parti ou un programme.

Plusieurs méthodes existent pour répartir les voix. La méthode du quotient fixe le nombre de voix à obtenir pour avoir un siège (quotient électoral). Le nombre de sièges attribués à chaque liste est ensuite défini en divisant le total des voix obtenu par chaque liste par le quotient électoral. La première répartition effectuée, les restes sont répartis, soit selon la méthode du plus fort reste qui favorise les petits partis (une fois déduites les voix ayant permis la première attribution, les listes ayant le plus de restes l’emportent), soit selon celle de la plus forte moyenne qui favorise les grands (rapport entre les voix restantes et le nombre de sièges restant à pourvoir). Cette dernière est utilisée pour les sénatoriales françaises dans les départements élisant au moins quatre sénateurs.

Il existe d’autres méthodes de répartition des restes, comme les systèmes de compensation utilisés en Allemagne. Les sièges sont répartis au sein de la liste selon l’ordre de présentation le plus souvent, mais aussi parfois selon l’indication de préférences donnée par les électeurs.

Dans les scrutins proportionnels, le seuil fixé pour obtenir le droit à la répartition des sièges et la taille de la circonscription constituent des variables déterminantes. Plus le seuil est élevé et plus le nombre de circonscriptions important, plus l’accès des petits partis aux sièges est difficile. Certains pays (ex : Israël pour les législatives) font le choix de n’avoir qu’une seule circonscription au niveau du pays. Le niveau du seuil dépend des caractéristiques de chaque pays : fixé à 5 % comme en Allemagne ou en France, il écarte peu de partis nationaux, alors que dans des jeunes démocraties avec de très nombreux partis, il pourrait priver de représentation une frange importante de la population.

3. Les scrsscrutins mixtes

Enfin, les scrutins mixtes empruntent des éléments aux systèmes majoritaire et proportionnel. Ils combinent donc, mais avec une grande diversité, les deux mécanismes. Il s’agit de cumuler les avantages des deux méthodes et d’en limiter les inconvénients.

Par exemple, le mode de scrutin utilisé en France pour les élections municipales dans les communes de plus de 3 500 habitants a pour but d’assurer une majorité au vainqueur, de permettre des alliances entre les deux tours et de donner une représentation aux minoritaires . Ainsi, à l’issue du deuxième tour, la liste en tête obtient la moitié des sièges, l’autre moitié étant répartie à la proportionnelle entre toutes les listes ayant rassemblé au moins 5% des suffrages. Un projet de réforme des collectivités locales, en cours d’examen au en 2010, prévoit d’abaisser ce seuil de 3 500 à 500 habitants pour l’application de ce mode de scrutin.

4. Quels sont les avantages et les inconvénients de chacun de ces systèmes ?

Les débats autour des modes de scrutin s’expliquent souvent par la difficulté de concilier plusieurs buts et par des contingences politiques (ex : 1986 en France) . Pour les proportionnalistes, un système électoral doit donner une image fidèle de la situation politique et du corps électoral ; pour les majoritaires, il vise à désigner une majorité d’élus capable de gouverner . Au-delà de la répartition des sièges, le choix du mode de scrutin correspond à une conception de la vie politique, qu’il influence forcément.

Les scrutins proportionnels conduisent souvent à un dysfonctionnement du système politique ; ils favorisent le multipartisme et donnent un rôle important aux petits partis charnières, souvent partenaires indispensables des majorités (cas de la IVe République en France ou de l’Italie). Le scrutin majoritaire à un tour favorise, lui, les alternances, mais entre seulement deux partis (au Royaume-Uni par exemple). Le scrutin majoritaire à deux tours, celui de la Ve République, a la souplesse de l’alternance et incite plus de partis à conclure des alliances pour le second tour.

Les scrutins proportionnels rendent difficile l’émergence d’une majorité stable et cohérente, faisant primer une logique de coopération des partis (les partis se partagent le pouvoir comme les sièges ). À l’inverse, les scrutins majoritaires conduisent le plus souvent à l’apparition de majorités stables, fondées sur un affrontement avec l’opposition (la coalition qui l’emporte gouverne seule) et au prix d’une injustice dans la représentation

Un autre sujet délicat me semble être les votes “blancs”- il n'ont en effet dans beaucoup de système politique, y compris le nôtre, en France, aucune incidence sur l'issue du scrutin … alors qu'il devrait, au delà d'un certain pourcentage, avoir un rôle primordial en venant soit annuler le scrutin dans son ensemble, soit les candidats désavoués par ce procédé – Nous touchons au travers de ce paramètre un paramètre substantiel de la question démocratique puisque les électeurs, à l'heure actuelle, ne savent plus comment sanctionner leurs élus pour leur faire comprendre qu'ils attendent mieux ou autre chose de leurs campagnes ou du mandat représentatif.

Dernier point à soulever : Le vote électronique – Les dangers liés à ce type de machine est incalculable – Elles sont une aberration supplémentaire de notre système politico-économique en perdition – un marché intéressant pour des sociétés privées qui vendent des machines à des prix prohibitifs aux organismes d'état - Autant entre de bonnes mains, le procédé peut s'avérer pratique et sûre mais rien de plus facile pour un pouvoir corrompu de progressivement le falsifier sans laisser de traces et de décider à l'avance des résultats en insérant un programme “pirate”- Mon postulat de base voulant que les sociétés s'orientent inéxorablement vers les travers de la corruption ou pire encore,... je conseille donc aux citoyens de boycotter ce procédé – L'électronique ne permet pas d'offrir toutes les garanties de sécurités et on voit réguliérement des programmes professionnels complexes envahis par des virus malgré les promesses des anti-virus et autres protections – Même en tant que procédé marginal, ce système peut servir à créer un réservoir de voies permettant de faire basculer une élection – Rien ne vaut les contrôles croisés des partis en compétition avec un décompte devant les électeurs au sein du bureau de vote -

Choisir un adversaire sur mesure :….......... Même en l'absence de trucage flagrant, il me semble possible d'influer sur l'issue d'une consultation électorale en agissant sur la scéne médiatique concernant les candidats en présence :

Les sondages permettent souvent aux états majors politiques de connaitre les marges de manoeuvre ainsi que le potentiel électoral de leur candidat. Il serait ainsi concevable, en cas de marge étroite entre deux candidats favoris dont vous faites parti, de créer un courant médiatique indirect favorable à un tiers opposant qui s'imiscera provisoirement dans la querelle pour évincer votre concurrent principal et contre lequel vous êtes sûr de gagner au final étant donnée son impopularité ! Vous ne serez en fait intervenu médiatiquement que pour influencer les électeurs dans le choix de votre infortuné “pseudo-adversaire” -

...........................

Notre mission Citoyenne consiste donc, concernant les modes de scrutin, à scrupuleusement surveiller les bureaux de vote et les débats relatifs à ce sujet afin d' en DÉNONCER les dérives pernicieuses auprès des populations. La polémique sur le système électoral ne se borne pas à cette seule observation, nous y reviendrons plus loin sur un autre angle d' approche plus global et intéressant la contestation du système institutionnel par l' électorat . Ne croyez pas à l' opposé que j' en ai fini avec les diverses méthodes de corruption théorique du suffrage : Les protagonistes ne manquent jamais d' imagination sur le sujet :

Car si le vote "secret du vote" se donne plus d' un avantages, il n' en possède pas moins une série de faiblesses qu' il vous faut connaitre - Considérez son principe en ces termes : L' électorat constitue un nombre déterminé de personnes inscrites sur ce que l' on appelle des "listes électorales"; s' il est impossible de faire voter plus de personne que d' inscrit, il serait théoriquement possible de gonfler ce nombre par de faux inscrit pour se doter d' un contingent de voix "fictives" nous permettant de faire la différence sur quelques circonscriptions habilement choisies - celles qui sont tangentes ! Ce travail sera évidemment facilité par le fait que ce sont les organes administratifs centraux qui ont la charge de gérer ces institutions (... certes sous contrôle de l' ensemble des protagonistes ) . Comment procéderait-on pour que la combine soit indétectable ?

L' intrusion peut se faire en de nombreux point du système, mais à l' unique condition de disposer de complices -( ... quelques personnels corrompus ) :

- Par l' intermédiaire d' attribution de fausses "procuration de vote".

- En inscrivant sur les listes des électeurs supplémentaires : Personnes décédés, fausses domiciliations - Ces dernières permettent de voter dans plusieurs bureaux avec différentes "cartes".

L'étendu du territoire est de ce point de vue une faiblesse incommensurable du fait qu'il semble impossible d' en contrôler les zones les plus lointaines ou en recul, ... peu regardées . Il serait facile de créer dans une contrée reculée, des villages "fantômes" n' abritant évidemment que des "partisans". Le contrôle des scrutins doit être perfectionné, renforcé par des "commissions de supervision" venant de l' étranger et procédant à des visites inopinés - sur les listes électorales, dans les bureaux de vote, etc ... (... Après tout, ne sommes nous pas engagés dans un processus Européen ? ). Mais encore, à l' instar de la procédure de sélection des jurés devant les Cours d' assises, ne serait-il pas judicieux de désigner une partie de ses membres par tirage au sort ? Tout cela doit vous paraître idéaliste ! Les faits parlent pourtant d'eux mêmes : Pas une élection sans que soit soulever le problème de la fraude, marginale ou parfois massive … mais je parle évidemment de contrées lointaines !

Nous n'en avons pas tout à fait terminé avec notre principe général de manipulation des suffrages ! L'actualité de ces dernières décennies me fait mettre à jour un autre aspect méthodologique tenant à l'institution électorale :

Outre les classiques manipulations pré-électorales visant à contrôler les votants ( Découpage électoral – mode de scrutin - condition restrictives s'appliquant aux électeurs : suffrage censitaire, identitaire ) comme les candidats ( procés menant à l'inégibilité – campagne de décrédibilisation ) je souhaite attirer votre attention sur celles plus sournoises intervenant pendant la campagne. Cette science ne date pas d'aujourd'hui- Un livre intitulé “la persuasion clandestine” de vance packard – datant de 1957 fait figure de précurseur en la matière pour illustrer les méthodes d'influence subtiles utilisées par les états majors politiques Américains lors des périodes électorales – Tous les procédés informatifs et relationnels sont mis à contribution pour influer les indécis : influence sur les sujets et résultats des sondages ou concernant les thèmes des médias d'information // Cadeaux, tractations ou à l'inverse selon les circonstances mise en oeuvre de pression ou menace indirectes à l'encontre d'une partie de l'électorat afin d'obtenir leur faveur // Manipulation des symboles, des sujets de divertissements ou cinématographiques par l'affect pour ouvrir l'accés des thémes politiques par des voies dérivées afin de toucher le plus grand nombre – Il m'est impossible de dresser ici une liste exhaustive du sujet puisqu'il s'agit justement d'insérer les filigranes de la pensée politique en toute chose … . Il est parfois possible

§ 3 - Encadrement et structuration judicieuse des débats publics - Le jeu des temps de parole -

 

121- La loi Républicaine établit sur ce sujet certains principes qui s' articulent essentiellement autour des valeurs qui en sont la devise : Liberté- Égalité- Fraternité . Concernant "l' égalité des chances",dans le domaine des élections, la publicité par les médias nationaux de l' ensemble des programmes en confrontation impose un accès égal au "temps de parole"- mais en fait, la règle est un peu assouplie !... Les concurrents disposent le plus souvent d' un "droit" proportionnel à leur représentation d' actualité dans l' organe à pourvoir . Cette protection du "droit d' expression" garantissait théoriquement la pluralité, l' objectivité et la contradiction des débats et la libre détermination des électeurs devant l' ensemble des propositions .

La répartition des temps de parole peut évidemment avoir une influence primordiale sur l' opinion et le choix des électeurs, plus particulièrement sur les nombreux "indécis" durant la période "confuse" que représente une campagne électorale .

L 'égalité théorique conférée par les lois Républicaines ne protègent cependant pas le système contre toutes les manœuvres frauduleuses ou déviationnistes . La règle peut trouver sur son chemin quelques sournoises difficultés . Il est toujours possible par exemple de s' octroyer quelques privilèges en jouant sur les limites réglementaire du système : En accordant les meilleurs audiences à ses "partisans" et ne laisser que les plus mauvais supports ou "créneaux horaires" aux contradicteurs .

Ainsi , penseriez-vous avoir le même impact si vous deviez faire une allocution télévisuelle de trois minutes au journal de treize heure ou si vous disposiez de trente minutes au journal de minuit ??! Une minute à treize heure représente "X" fois plus que le même temps accordé le soir très tard, pourtant , il peut être considéré qu'il y a égalité ... en apparence seulement !

Cette technique judicieuse de manipulation de la parole et de l' audience peut connaitre des équivalents dans l' ensemble des modes d' expression : Attributions des "lieux" de rencontre (... "meeting", manifestations...), les supports médiatiques écrits ( Journaux : grand tirage ou petite parution ? ...) ou par onde ( radio) peuvent faire l' objet de ces pratiques qui constituent une grave entorse aux principes Républicains . Les parties lésées devraient fermement dénoncer ces manœuvres par une action en justice spécifique et immédiate (... procédure dite en "référé" dont le verdict serait systématiquement porté à la connaissance des citoyens par les médias et par affichage public ) . Cet ultime droit à la publicité des actions frauduleuses lors des campagnes électorales constitue le dernier rempart contre la manipulation et l' arbitraire, ... à défaut les états qui ne s' y soumettraient pas ne peuvent réellement se réclamer comme étant des Démocraties .

................................... Cette lutte des audiences et du "dernier mot" peut prendre les tournures les plus inattendues :

Lors d' une consultation du type "référendum", il est couramment admis que soit communiqué l' exposé des motifs, la question en suspend ainsi que les positions de chaque concurrent - y compris sur ce terrain, il peut être procédé à une judicieuse présentation des concepts de manière à influencer l' électeur dés la lecture des "motifs", en déterminant par avance les issues alternatives que vous aurez sur le sujets . Ainsi, répondriez-vous de la même manière si je vous demande votre avis sur la création d' un service d' entretien des lieux communs dans votre immeuble d'habitation selon les modalités textuelles suivantes :

- 1ére formulation - Acceptez-vous la création d' un poste d' entretien coutant 50 euros par locataire et par mois prélévé au titre des charges, révisable à la hausse chaque année ?... Réponse par "oui" ou par "non" -

- 2eme formulation - étant donné la dégradation progressive des lieux communs par des actes de vandalisme et le risque microbiens pour les enfants et les personnes âgées, le syndic de copropriété consulte les locataires pour la création d' un poste d' entretien à mi temps ? ... "oui" ou "non"-

... Le problème est le même mais son intitulé, la formulation appelle au "non" dans le premier cas et au "oui" dans le second ! J 'ai eu l' occasion de réfléchir à une autre méthode de contrôle des participants applicable lors de rencontres médiatiques ( Débats télévisuels ) pour masquer une censure ou l' orientation d' une information comme d' un fait . Le procédé global consiste d' une part à intégrer les personnes à canaliser dans un ensemble d' intervenant dont le temps de parole sera nécessairement limité afin de prétendument permettre à chacun de s' exprimer ( Les parties en connivence pourront fédérer leur propos en les faisant converger par l' intermédiaire des intervenants successifs, l' enchainement des temps de parole permettant de recomposer un dialogue cohérent et suivi, alors que l' adversaire, isolé, ne pourra disposer d' un temps suffisant à lui seul pour exposer son programme ou ses théories ) et d' autre part en une structuration précise mais non innocente du débat (... planifié de manière à enchainer et orienter les sujets dans votre sens argumentaire et à défaut de tout autre ), ...pour finir en circonscrivant les interventions en fonction des "injonctions ou questions trés précises" du journaliste . Une parodie de ces confrontations se trouva cristallisée dans un sketch humoristique réalisé par un imitateur des années 70 opposant georges Marchais à des journalistes peu conciliants souhaitant l' emmener sur divers terrains "polémiques" au sujet du passé de son parti ... .

L'imitateur imagina la célèbre réplique du leader communiste incarné par un marionnette peu dupe sur cette problématique : <<...AHH ! Ben , c' est comme ça ! ... Ils viennent avec leurs questions, ... et moi je viens avec mes réponses ! ...>>. En effet, n'ayant la parole que pour se défendre sur des questions connexes aux sujets de fond, le trublion, défendeur de la cause populaire, prévoyait d'inclure un volet de son propos en prenant pour point de départ l'injonction du journaliste -

La critique des uns et des autres peut donc de la même façon être calibrée par des journalistes "triés sur le volet" feignant une relative objectivité : Seront prévues quelques légères et mesurées critiques pour les "amis", ponctuées d' exposés introduisant le programme à décrire, tandis que d' acerbes attaques s' adresseront aux opposants les obligeant à s'expliquer sur diverses mauvaises affaires ou sur de multiples accessoires aux questions de fond .

Il suffit parfois de bien moins pour perturber le jeu médiatique et les temps d'audience : Puisqu'il suffit d'un fait médiatique pour créer l'événement et faire parler de soi, certains choisissent de le créer de toute pièce ou de se greffer artificiellement sur une actualité qui ne leur appartient pas - Ainsi voit-on, sur le premier registre, des acteurs de la scéne publique fustiger violemment leurs adversaires devant la caméra, intenter diverses procédures judiciaires, lancer quelques actions caritatives ou institutionnelles dans l'unique dessein de faire la une des journaux du lendemain - Sur le second registre en commentant, promettant quelques actions correctives ou en se rendant par exemple au chevet du malheur d'autrui -

 

§ 4 - Manipulation à priori des informations mises en circulation :

Formater les données avant leur mise en circulation - L'injection des paramètres en débat -

 

122- La maîtrise de l' information, nous l' avons souligné plus haut, est un travail de tous les instants . Cela signifie que vos adversaires saisiront la moindre erreur de fait ou de verbe pour insérer les données de leur philosophie - ( Cette dernière étant le corollaire de leur pouvoir comme le votre est associé à la diffusion majoritaire de votre idéologie ) . Le traitement de l' information ne peut tolérer aucune interruption ( ... à peine de "recul" pour votre camp ) et impose en fait de filtrer ainsi que de formater l' ensemble des données afin de les orienter ou d' habilement les censurer avant de retransmettre aux masses populaires le résultat de ce travail par les vecteurs sous contrôle . La réalisation de cette objectif passe par divers étapes de traitement dont nous aborderons les différents aspects au cours de cette lecture . ( Rhétorique, diplomatie, justification, etc ... ) .

Pour ce qui concerne le présent paragraphe, il nous faut souligner l' importance de la structure, des composantes constitutives, de la méthode d' approche ou du répertoire idéologique par lequel est abordé un sujet - En effet, vous devez avoir conscience que ces éléments induisent précisément la manière dont sera construite la philosophie du "discours" et les conclusions qui peuvent s' en dégager - Chaque discipline implique en effet un traitement de l'information avec ses répertoires et catégories de réflexion . Sachant que tout est relatif,... question de point de vue ou d' angle d' observation, il serait effectivement loisible d' influer ou formater la sortie d' un échange en fonction de l' orientation des données initiales, .... subjectivement dirigées par le "maître de cérémonie" : Le journaliste dans le cas d'un débat télévisuel - En éludant certains aspects défavorables et appuyant sur d' autres qui induisent les conclusions à défendre, en adoptant une approche calibrée ( vocabulaire, méthode d' enchainement des données, science et discipline servant à le définir ) pouvant coïncider avec cette structuration, l' orateur peut se donner les "armes"de nature à influencer vos conclusions et construire (... à votre place ! ) la manière dont vous traiterez dorénavant le sujet si vous ne prenez pas garde d' opérer un examen critique sur l' ensemble des éléments servis lors de cet exposé . Cette forme de conditionnement peut passer par une habile sélection du registre par lequel est abordé le sujet; en optant par exemple pour une approche religieuse pour faire dominer des fondements moraux, ... sinon en se plaçant sur un registre "offensif", aprés avoir subi un dommage ou un préjudice, pour récupérer l' inertie de cette force vindicative et se constituer un comité de soutien,... ou défensif après une agression pour faire admettre la nécessité d' une réplique autoritaire en fait justifiée par d' autres considérations . Parfois, c' est le cadre relationnel qui sert de justification pour formater des issues comportementales ou théoriques .

Par exemple, les règles d' un jeu ou l'autorité morale conférée par des normes sociales permettent souvent d' influer les comportements, comme les mentalités, à la faveur d' une partie et au détriment de l' autre alors qu'en absence de ce "canevas directeur", la relation aurait pu prendre une toute autre issue .

123 Plus fou encore ! Constatez à quel point les "mots" peuvent établir une forme dérivée de censure ou de "pré-formatage" en délimitant non seulement les contours conceptuels exhaustifs et exclusifs des composantes du problème mais encore la philosophie avec laquelle s' abordera dorénavant le sujet : ... Par la classification inhérente au vocable . En effet, tout est question de définition, de répertoire conceptuel et des cheminements logiques ( donc des liens conceptuels ) autorisés sur ces données initiales . Cette limitation peut s' opérer par l' intégration du concept à évincer ( ... si telle est votre objectif lors d'une confrontation verbale ) dans une discipline que l'on peut qualifier " voie de garage", si ce n' est dans une catégorie de connotation péjorative ( stigmatisation ) ou au sein de laquelle les notions seront substituées par d' autres contiguës coïncidant au discours employé par le locuteur . Ne cherchez pas d' illustration dans l'immédiat, vous aurez bien l' occasion de les observer dés que vous fermerez ce livre, par exemple lorsqu' il s' agit de fustiger quelqu' un ou quelque chose, voire quelques politiques en les enfermant sous diverses qualifications rétrogrades ou dégradantes . Simple d'usage, cette méthode utilise le domaine confus des émotions avec recours aux mobiles instinctifs peu valorisant qui les inspirent, ce qui forcément, peut susciter la gène et un recul par effroi ! Vous devrez alors bien distinguer la part de réalité de cette qualification, en la distinguant scrupuleusement de l' effet recherchés et surajoutés par l' orateur souhaitant peut-être vous influencer par un artifice verbal .

Plus évident encore, apercevez-vous que l' absence de mot nuit à la préhension des choses,... qu'un phénomène ( ou plus souvent une sensation ) qui ne possède pas de mot pour l' appréhender demeure évanescente avant de tomber très rapidement dans l' oubli - Un peu comme ces émotions ou idées qui peuvent nous gêner et sur lesquelles l' intellect bute avant de les refouler pour ne pas heurter notre "sensibilité" . Cela ne vous parle guère ?

Il en est souvent ainsi de nos sens et de certaines capacités cérébrales,.. instinctives, constamment en alerte, mais délaissées ou censurées à juste titre par plusieurs millénaires de civilisation .

Objets et ressentis impalpables que nous préférons ( non sans influence extérieure ) classer dans le "paranormal" ( hum !... un répertoire aujourd' hui intégré dans une connotation plus ou moins péjorative ) à défaut de posséder ni de se voir proposer des répertoires adéquats faisant appel à des sciences nouvelles comme à une terminologie plus réfléchie ... Si ce n' est celle abandonnée aux illuminés qui n' hésitent jamais à se réfugier sur ces "terrains vacants" de la sphère psychique pour se livrer à leur sordide manipulation et escroquerie financière ... .

Nous côtoyons dés la petite enfance une forme approximative de cette censure, quand nos parents nous interdisent de toucher ou aller quelque part en disant ..."caca" ! Vous rigolez, mais je pourrai enchaîner sur bien d' autres exemples : Placez un concept dans les tabous et interdits culturels, coercition subtile ( indirect ou direct ) à l' appui, et vous l' excluez de fait de votre réflexion ! ... Fut un temps où la religion procédait ainsi pour éluder des sujets gênants ? Prenez un autre concept, entourez le d' une définition péjorative ou comique, et plus personne n' en parlera, du moins sérieusement de peur de tomber dans le ridicule ! On ne l' abordera bien gentiment que pour en rire et ce sujet deviendra objet de rigolade . ... Il est de fait exclu du champ d' investigation !

Le principe inverse peut consister à intégrer la réalité dans une structure conceptuelle "à la mode" de manière à la rationaliser dans l' esprit des citoyens . Créez une notion institutionnelle en la synthétisant autour des structures conceptuelles, matérielles et sociales imitant les dernières sources de légitimité, donnez lui une dimension politique ainsi qu' une définition qui intègre les composantes du moment, quitte à les surdimensionner pour toucher l'affect et l' imaginaire, vous obtiendrez comme par magie un concept totalement novateur prêt à s'intégrer dans la réalité; ... le "dernier cris" légitimant votre règne,... car ce système s'avérera aussi être le maillon par lequel vous glisserez vos organes de pouvoir . Bien sur, j' exagère ! ...mais l'idée est là !

Examinons un autre aspect de la qualification des choses -

Nous péchons aussi parfois par méconnaissance : Nous parlons par exemple de "maladie génétique" pour qualifier les êtres dont le génome se trouve être sensiblement différent du notre ( trisomie, maladie rare...), nous ne devrions probablement pas ! Car il faudrait raisonnablement se demander si la nature ne procède pas ainsi ... par des "ESSAIS", certes souvent infructueux, afin d' adapter et parachever son œuvre . Une sorte de "roulement" opéré aléatoirement ou cycliquement sur certains morceaux du génome - Ne sommes-nous pas un animal dégénéré, issu d' une lignée simiesque ? ... - Chacune de ces "maladies", qui n' en sont peut-être pas, étant alors strictement nécessaire au déroulement de cette mise en scène évolutive de la matière vivante, comme l' est notre expérimentation manuelle en laboratoire. Celles-ci se soldent, elle aussi, par de nombreux échec ou tentatives infructueuses . Probablement que les espèces vivantes évoluent par le biais de ces expérimentations génétiques, procédé certainement non exclusif, dont le milieu naturel se charge ensuite, et lui seul, de faire la sélection - C' est tout le problème de notre perception déontologique : Nous ne laissons plus la nature effectuer sa mission première - Observez néanmoins l' idée que nous pouvons avoir de ce phénomène, aléatoire et naturel, en conséquence d' une terminologie inadéquat !.... Faîtes en l'expérience lors de vos prochaines investigations : Les mots, comme les catégories conceptuelles ( La discipline d' approche ) peuvent masquer, influencer ou orienter vos pensées ainsi que vos conclusions . Ainsi me semble-t-il salutaire de multiplier les angles d' approche relativement à chaque problématique afin d' en regrouper la moindre vérité ! ... Je garde précieusement ce principe d' analyse dans un coin de mon escarcelle, ... je l' espère profitable un jour ou l' autre -

Pour terminer, ne négligez pas non plus le fait que le langage ( oral et surtout écrit ) à lui même pu constituer un instrument de pouvoir au sein de "castes" primitives qui en gardèrent jalousement le secret . Ce savoir, véritable "code de communication entre élite de pouvoir" permettait de garder la maîtrise sur des rituels et informations ( scientifiques ou religieuses ), synonymes de supériorité sur les membres de la collectivité .

 

Section III - Rétention de l' information dans le temps - Boycott de l' information -

 

§1 -Actualité de "Diversion", faux prétexte et Procédure dilatoire -

123- B- Il s' agit dans cette hypothèse "d' instrumentaliser" certaines informations pour en faire des "outils" de détournement de l' attention . Cela reviendrait à cacher une actualité par une autre ( Exemple 1- ci-dessous ) ou à concentrer l' attention sur un détail de celle-ci ( Exemple 2 ) pour en cacher la portée réelle ou les conséquences plus graves ou générales . Le procédé possède une portée globale et peut donc être employé dans tous les domaines relevant de la communication . Son terrain de prédilection reste évidemment la politique où il est pratique quotidienne de masquer les sujets gênants ou les polémiques par un substituts quand il ne s'agit pas de justifier une orientation par de faux semblants administratifs ou judiciaire. .

Un bel exemple peut vous être présenté concernant les faux prétextes mis en oeuvre dans les mécanismes politiques actuels au sein de nos démocratie modernes. Les équipes gouvernementales n'ayant plus le courage d'endosser la responsabilité de leurs décisions ou plutôt de leur impuissance face à la situation économique, on remarque à quel point il leur est aujourd'hui facile, dans un passé récent ( année 2012 : hausse du tarif du gaz), de s'abriter derrière la pseudo décision d'un organisme judiciaire tiers afin de revenir sur tout ou partie de leurs engagements - Conseil d'Etat dans notre exemple, etc...- Certes, l'administration doit-elle respecter l'état de droit mais on peut légitimement se demander que devient son rôle d'arbitrage, son pouvoir de décision, son utilité, sa marge de manoeuvre et d'orientation sur la machine collective si ses décisions sont soumises à la sanction des voies judiciaires classiques. Les gouvernements, sur de si petits sujets, doivent pouvoir fixer un cap sans avoir à craindre la correction de leur copie.... à moins que ce procédé soit recherché afin de se soustraire ainsi de sa responsabilité  En effet, bien d'autres décisions pourraient alors être contredites alors qu'elles ne le sont pas : Notammant concernant cette autre loi portant sur l'encadrement de l'inflation des loyers qui au final ne portera que sur 43 agglomérations. Pourquoi donc ? Et les autres citoyens ? On pourrait prétendre que cette loi porte atteinte à l'égalité entre les citoyens des autres communes de la métropole ! Personne ne s'en inquiète ? Admettons que certains éléments manquent à mon investigation - La mise en avant d'un contentieux judiciaire pour justifier un recul politique me semble être un acte au moins théroquement concevable et il semble donc réaliste de le lister dans mon manuel comme technique éventuelle, potentielle de manipulation de l'information. Nous devons être vigilant sur ce genre de considérations mettant en avant un pseudo organe d'opposition qui est en réalité un élément interne et sous tutelle de l'organisation du Prince.

De la même façon, il est toujours possible, à défaut de pouvoir changer une situation dont on connait le caractère irrévocable de retarder sa diffusion en utilisant le panel méthodologique et juridique de temporisation permettant tantôt d' obliger les adversaires au "silence"; tantôt d' engager une procédure de temporisation ( Exemple 3 ) qui éloigne les conclusions en les subordonnant à des vérifications, examens, voie de droit ou expertises . Mais il est encore concevable de procéder à une substitution pure et simple d' un fait par un autre ( voisin ou parallèle ) qui aura vocation de supplanter ou masquer celui vous embarrassant en désignant arbitrairement le second comme un paramètre prépondérant, ce qui n' est en fait pas le cas . Le but de cette manœuvre tant alors d' occulter temporairement, voire parfois définitivement une partie des faits nuisibles à l' image, l' action, au bilan des parties en cause, soit par une scrupuleuse application des principes corollaires à ces actions ( : Respect des droits de la défense, secret de l' instruction, etc ... ), soit par la désignation d' un "bouc-émissaire" qui encaissera la vindicte populaire en lieu et place du "vrai" responsable . Prenons quelques exemples fictifs simples et imagés....

( Ex.1 ) Messire Lion vient de dévorer "papa Gnou" pour se nourrir . La famille du bovidé Africain pourrait s 'émouvoir de cette exécution sanguinaire, mais le chasseur décide d' user de ruse pour dissimuler son acte odieux . Il réunit les habitants de la savane et leur annonce l' arrivée prochaine d' un fléau, un nuage dévastateur de sauterelle, l' émotion suscitée par cette dernière information occupera tout le monde pendant les quelques jours nécessaires à l' exode, le temps pour notre meurtrier, ou la nature elle même, de maquiller "l' infamie"et probablement de l' attribuer aux nuisibles insectes .

( Ex .2 ) Le principe est sensiblement le même mais s 'attache à un détail pour masquer l' ensemble- Pour dissimuler des incompétences volontaires ou involontaires ou l' échec d' une action infructueuses, il suffirait d' en attribuer la responsabilité à une composante annexe accessoire quelconque du processus de réalisation : Dans un atelier de Montage automobile par exemple, l' ouvrier responsable d' une baisse de productivité par nonchalance" pourrait se défendre en prétendant que son poste est mal aménagé ou que les outils sont inadéquats mais encore, il pourrait avancer l'hypothèse que son collègue en amont de la chaîne de production n'a pas assez de "voix" pour lui transmettre correctement les instructions dans le vacarme infernal des machines .

( Ex .3 ) Ce procédé est bien connu de certains avocats peu scrupuleux, le droit qualifie ces procédures, qui peuvent être sanctionnées, de "manœuvres dilatoires". Il est important de noter que c' est dans "l' intention" et le "mobile" justifiant leur recours que peut se déduire la volonté "frauduleuse". Les "voies de droit" du système judiciaire et les "exigences de preuve" sont des régles indispensables, incontournables d' une justice impartiale et objective . Cependant, la morale imposerait de rétablir la bienséance : Les bénéfices, statuts protecteurs et avantages matériels ou financiers conquis par l' usage de manœuvres dilatoires pour retarder ou échapper aux sanctions de la justice doivent être annulés, confisqués (Avec effet rétroactif ) et faire l' objet de publicité pour que cesse ledit procédé . De tels mécanismes n' existent pas dans le droit positif actuel et cet état de fait permet à nombreux "malfrats", qui sont rarement les plus petits, de conserver leurs acquis grâce à de tels agissements . Pourquoi ?? Au bénéfice de qui ? L' égalité est-elle de rigueur pour tous les citoyens dans l'utilisation de cette méthodologie ? ... Le débat est ouvert ....

Les états Démocratiques ne peuvent plus prétendre à une "vrai" Justice sans opter définitivement pour les dispositifs liant la moralité et le droit . Les procédés de "diversion" étant une pratique courante, nous devons apprendre en l' occurrence à classer celle-ci de manière autonome sans tenir compte de

l' agencement proposé par les médias dans la "première page" . Les "gros titres" doivent être constatés par le lecteur et non par les journaux ! Cette classification des "faits" ne peut être figée et impose de comparer les "thèmes" avant de les aborder . Le CALENDRIER "politique" et "social" peut nous éclairer sur La priorité que NOUS devons établir sur les faits d' actualité . Ces manœuvres pourraient tendre à occulter certains sujets en focalisant l' attention sur d 'autres moins importants mais plus spectaculaires . Une période de réforme politique ne doit pas être déconsidérée par d' autres faits de

"l 'actualité spectacle"; il en va de même pour les périodes électorales qui ne doivent pas être placées en second plan derrière des faits divers plus ou moins sensationnels . Les exemples sont nombreux, vous avez tout loisir de les poursuivre au gré de votre imagination ...et de vos lectures dans la presse quotidienne ! La création d' une confusion, la surabondance des titres sont rarement le fait du hasard .

J' identifie deux règles de portée générale afin de veiller à la sauvegarde de nos intérêts et assurant la protection contre "l' intox" ou la désinformation :

- Gardons en mémoire le paramètre important de la conservation, la défense de nos droits, acquis fondamentaux, quels que soient les prétextes et les circonstances annoncées pour les remettre en cause.

- Pour bien juger et hiérarchiser les faits d' actualité, il faut observer et s' en tenir uniquement aux "faits" et strictement aux "faits importants" ( tangibles et matériels ) en faisant abstraction de..."ce qui en est dit" et des "analyses comme des interprétations" littéraires, pseudo-scientifiques ou journalistiques .

§2 - Création et entretient d' un décalage technologique - Rétention d'un chainon de transmission de l'information.

 

124- C' est en regardant un film Américain que m' est venu l' idée saugrenue d' un paramètre supplémentaire intervenant dans la relation "gouvernants-gouvernés". Les éléments de cette logique sont certainement devenus incontournables, voire justifiés dans notre conception actuelle de l'État, pourtant, ils apparaissent clairement comme une forme de rétention des informations techniques qui pourrait se transformer en stratagème de subordination . C' est prévention de ce mal que d' en évoquer les pièges ainsi que les rouages .

Dans ce film rocambolesque, il est question d' un avocat malchanceux qui entre en possession d' informations compromettantes pour un dirigeant des services de renseignements des États-unis .

Afin de prévenir toute diffusion des données et l' éclosion d' un scandale, ce cadre supérieur de l' administration américaine met en œuvre un impressionnant dispositif d' espionnage et de placement sous contrôle de l' individu à museler par un ensemble de techniques informatiques qui feraient rêver la majorité des amateurs d' électronique que nous sommes, tant ces procédés possèdent de l' avance par rapport aux matériels dont nous pouvons disposer dans le commerce comme citoyen lambda . Vous sortirez certainement choqués à la suite de ce spectacle, mais il est préférable d' en être informé !

Ce décalage est une constante dont il faut avoir conscience car il n' est pas le fruit du hasard ! Il est vrai que l' appareil d' État, quel que soit la nation ou l' époque considérée, se dote et conserve toujours une avance technique, quel que soit les domaines d' applications afin de conforter sa position d' encadrement . ( communication : transmission cryptées, miniaturisation, relai satellite - Procédé d' impression pour les billets ainsi que concernant les documents officiels - Technique d' armement pour s' assurer la suprématie militaire comme celle des services du maintient de l' ordre par rapport aux composantes sociales ) . Comme l' indique en filigrane ce film rocambolesque, le dérapage est toujours possible et le risque d' une utilisation à mauvais escient ne peut jamais être totalement écarté . L' entrée en service de dispositif automatisé et centralisé d' écoute, de synthèse ou de recoupement des informations concernant le passé, la vie quotidienne, professionnelle ou la santé des citoyens, leurs déplacements ainsi que leurs lectures devient une réalité et présente évidemment un risque d' utilisation à des fins politiques à moyen ou long terme . A l' opposé, il ne faut pas céder à la psychose . Rien ne peut empêcher ni retarder cette marche des technologies ni le décalage qui peut en découler entre l' autorité et les administrés, il serait absurde de s' y opposer étant donnée l' unanimité constaté concernant les modèles sociaux et son corollaire actuel de "concurrence" aussi bien entre les communautés, considérée au sens noble du terme, que celle établie entre les nations, obligeant chaque État à poursuivre l' ascension pour être en mesure de rivaliser avec ses voisins... Hélas . En revanche, le débat devra porter plus sérieusement sur les moyens de s' assurer des applications légitimes de ces techniques par un organe d' observation impartiale qui aura la charge d' informer les citoyens sur les dérives pratiquées par les équipes en poste si cette hypothèse devait voir le jour; afin que les citoyens puissent les censurer lors des futures échéances électorales . Il s' avère que le système institutionnel actuel, à mon sens, pour des raisons de dépendance des personnels, des finances et des structures, ne permet que très mal de parvenir à ce résultat malgré des intitulés prometteurs .

Nous ne sommes encore nullement à l' abri ! Rêvons un peu, car c' est mon objectif aujourd'hui de vous emmener plus loin ... : Il se trouve que le transfert de ces compétences d' observation et d' information auprès des citoyens ( ... et uniquement d' observation, il ne s' agit pas d' un contrôle ! ) pourrait coïncider avec ma proposition de réforme du "Collectif citoyen" que nous envisagerons en fin de texte .

Plus couramment, dans le même registre de rétention de l'information, je vous donnerai cet exemple vécu d'un service administratif où certains cadres, disposant de compétences techniques, relationnelles ou méthodologiques particulières se servent de cette particularité ou connaissances, en entourant de secret tout ce qui fait la réussite de ce procédé, pour tenir le monopole de commandement et ainsi devenir un maillon incontournable de réalisation -

 

124 - b- §3 - Boycott de l' information -

 

Il est parfois plus efficace de boycotter l' information que de chercher à la nier, discuter ou de perdre des énergies inutiles en essayant de la corriger - Toutes les informations ne nécessitent pas de mettre en branle la lourdeur de votre machine médiatique au risque d' un emballement ou d' une récupération par vos adversaires . Les polémiques sont parfois inutiles, voire pernicieuses lorsque les éléments de ces informations sont les bribes éparses d' une machination globale qui servira, soit à démentir vos actions ou votre politique, soit à démanteler les fondements de votre dogme . Voilà mon avis sur cette question et les réponses que j' y apporterai :

Ce combat de l' information doit être mené avec le plus grand soin en sélectionnant habilement les données comme les parmètres qui méritent d' être exposés - Il implique de disposer d' une part des vecteurs servant à diffuser ( médias - faute de quoi toute intervention serait impossible, handicap majeur vous signalant que vos structures sont encore insuffisantes pour intervenir à un tel niveau du jeu social ) ou museler l' information ( juristes, personnels, structures et relations intégrées dans les organismes où transitent les informations), d' autre part des services spécialisés ainsi que des personnels compétents qui disséqueront et analyseront les données pour faire ce tri, afin de ne faire remonter et riposter qu' à celles dont il est strictement nécessaire de répondre . On peut d' ailleurs prétendre que ces paramètres d' influence déterminent la réponse à apporter aux sollicitations : plus votre maîtrise est grande, moins est grand

le besoin de répliquer ou de se justifier par des explications toujours délicates - Notre hypothèse démocratique de partage des pouvoirs et des structures nous améne en fait à considérer la situation avec plus de nuance : Le boycott n' est plus qu' une réponse circonstanciée des techniques de communication . Il est en fait trois types d' information & sollicitation :

1 - Celles entrant strictement dans les termes ou sur la ligne idéologique de votre dogme - Ce sont les tenants idéologiques & conceptuels de votre empire - Ce versant ne peut vous échapper et ne peut être ignoré : Mais il doit impérativement recevoir et tolérer ce genre de critiques que l'on peut qualifier d' indifférentes-Vous devez cependant en assurer la maîtrise parfaite par des moyens adaptés, notamment par l' occupation ( saturation ) des supports, des audiences ainsi que des débats -

Cette action est donc essentiellement préventive . (- hypothèse de boycott général : Concernant les sollicitations mineures et isolées, comme celles relevant de la calomnie, de la caricature, de la parodie ou du ridicule contre lesquels vous pourrez, soit faire preuve de mépris et les ignorer, soit - conjointement - intenter une discrète action : judiciaire, disciplinaire, mesure de pression administrative, isolement et visant à décrédibiliser ... ).

2 - Celles se situant à la limite de votre sphère idéologique & conceptuelle - Ces critiques comme les informations qui y sont relatives tendent à révéler les faiblesses de votre dogme en s' attachant à ces fondements .

Ces sollicitations posent un réel problème dans la mesure où, à terme, elles ouvrent la voie vers des propositions substitutives aux théories assurant votre joug . Le silence serait un aveu de faiblesse, le boycott s' avère une opération délicate . A l' opposé, une action de force révélerait inutilement ou maladroitement votre intermédiaire . Votre action, plutôt que de chercher à entrer directement dans la polémique par une intervention portant sur l' objet précis de l' attaque, doit alors consister en un "cadrage" du débat par des procédés de "conditionnement" ainsi que "dérivatifs": Techniques qui auront pour but de ramener les concepts sur votre ligne idéologique et qui seront associées à un "effet miroir" qui établira le même diagnostique de faiblesse sur la thèse défendue par l' adversaire .

3 - Celles proposant un nouvel agencement ou un ordonnancement différent de la réalité -

Ces atteintes peuvent sembler les plus graves, mais le prince n' est pas sans arme face à ce genre de sollicitation . ( Veuillez noter que nous sommes déjà dans la combinaison de techniques et que le règlement du problème fait intervenir un ensemble de stratégies puisées dans différents chapitre de cet ouvrage ) . Il doit dans un premier temps, à la fois mesurer l' impact de ces idéologies dans l' esprit des masses, afin d' adapter strictement son action à la menace, puis resserrer les alliances ( consolidation des structures physiques d' encadrement ainsi que celles portant sur la sphère psychique - utilisation du vecteur de dépendance ) autour des foyers séditieux, ainsi qu'en juguler l' épanchement par un cumul de stratégies relevant des hypothèses précédentes . Dans un second temps, afin d' épuiser les courants qui pourraient perdurer ou s' étendre, l' autorité mettra en œuvre différents procédés "exutoires"( section II / chapitre III du titre III ) ou de "clonage"( cf infra 127 ) qui, combinés, vous permettront de reprendre l' initiative . Elles puiseront leur inspiration dans l' idéologie adverse pour en extraire quelques substances éparses et de les récupérer en votre faveur au sein d' un nouvel édifice contrôlé par vos structures .

 Nous en avons terminé avec ce premier aspect du contrôle de l' information, il nous faut maintenant envisager une problématique non moins fondamentale, relative à une limitation des forces et de la puissance des composantes subalternes . J' ai regroupé cet impératif sous le terme générique de ..... "DIVISION" .

 

Chapitre II :

 

LA DIVISION des composantes subalternes - ( ... Diviser / Affaiblir/ Isoler/ Éliminer ).

 

125- "Diviser pour mieux régner ". Cette expression doit certainement être une des plus célèbres de la science dont j' entreprends votre initiation . Les adages sont plus nombreux qu' on le supposerait sur le sujet, trahissant nombreux de ces piliers fondateurs ... vous seriez par ailleurs étonnés de constater que le principe contraire tient dans un autre proverbe, non moins célèbre ! !?...

"L' union fait la force"... . Le pouvoir est toujours le fait d'une minorité sur le nombre; pourtant ceux -ci parviennent à imposer leur volonté et à maintenir le contrôle sur ceux là ! Que ce soit par la"suggestion" ou par la "force", le fait est qu' il est possible d' entretenir un phénomène d' isolation qui affaiblit et sépare les entités d' un groupe ou du corps social afin de concourir à ce résultat . Face à une puissance "concentrée", il est donc question de susciter la division pour ne laisser subsister que les entités dont la force et les possibilités de réaction sont inférieures à la "puissance principale"... en l' occurrence la VOTRE . Le postulat ne serait pas forcement rédhibitoire si toutes les composantes de l' union considérée reconnaissent dans cette "force supérieure" l' utilité qui justifie la concession; surtout si le contrôle exercé est de nature à satisfaire l' intérêt de chacun en permettant aux "gouvernés" de garder une certaine maîtrise de "l' entité collective" pour éviter les abus.

C' est le contenu minimum et le fondement moral du "contrat social" ( cher à Rousseau ) exercé, à titre principal, par l' intermédiaire des représentants, donc par les élections . Mais qu' adviendrait-il si ce n' était plus le cas et que la totalité des formes d' expression populaires soit confisquée par divers subterfuges ? Cette société perdrait le fondement moral de cette "confiscation" pour devenir une dictature "masquée"! ? On ne pourrait plus alors parler "d' actes de gouvernement" mais d' entreprise de subordination .

La frontière entre les deux hypothèses est assez mince, surtout en temps de crise économique ou sociale comme le veulent les mécanismes récurrents de nos sociétés cycliques ! Au risque de m' écarter du sujet, je dois ici faire quelques remarques préalables .

La difficulté de ce débat peut justement consister à définir des signes, objectifs et fiables, établissant avec certitude la perte de contrôle de la "machine collective" par les administrés . Hélas, ce n' est la plupart du temps qu' à postériori que nous avons, en tant que citoyen, la possibilité d' effectuer les constats menant à cette certitude . C' est précisément l' un des objectifs auquel je destine le présent ouvrage : permettre aux citoyens d' identifier les dérives et les mécanismes théoriques de la déviance . Parallèlement, je fais cette proposition de réforme dite du "Collectif Citoyen" qui devrait permettre de rétablir l' équilibre des forces par un système parallèle au profit des populations . Vous pourrez désormais mesurer l' importance du rôle qui nous est dévolu, et le tort de ne point ou mal y satisfaire .

Nous ne pouvons nous conforter de cette situation de passivité ni ignorer plus longtemps les modes de gestion de la collectivité ! C 'est bien "nous"qui devrons être et sommes le moteur ; le "garde fou"de cette machine qui, à tout instant, peut devenir infernale .

L' implication des individus doit être totale, y compris et surtout dans une démocratie représentative .

Notre tâche n' est pas sans importance : ... Celle d' observer l' activité de ceux qui ont la charge de nous représenter et de réagir en tirant la "sonnette d' alarme", en dénonçant les abus lorsqu'un dérapage voit le jour, ... cela avant que "l' appareil" ne tombe de manière irréversible dans une spirale qui extrait ses rouages des buts initialement prévus . Les acteurs sociaux doivent mettre en œuvre des mécanismes parallèles aux institutions afin de maintenir une forme d' union citoyenne . Cette action passe par son volet minima représenté par "l' information" et la "communication".

Ce lien aurait justement pour fonction d' assurer l' échange des informations relatives à ce risque de dysfonctionnement, parallèlement aux supports classiques de l' information et de mettre en action des procédures de "récupération" . C' est en quelque sorte l' esprit comme la fonction initialement dévolue aux "syndicats", "associations" et autres vecteurs palliatifs ou revendicatifs aujourd' hui sclérosés . Selon mon avis, à trop se spécialiser et devenir des instruments catégoriels à la tête desquels se placèrent quelques privilégiés, ils finirent par perdre toute efficacité et même probablement leur crédibilité ( ... En s' affichant comme des acteurs passifs ne pouvant agir qu' au travers un contexte dicté - le régime capitaliste - et souvent qu' après sollicitation, pour défendre une partie lésée, et non comme une partie prenante et motrice du débat social ) . Vous comprendrez bientôt où je souhaite vous emmener, je me dois préalablement de vous exposer les paramètres qui suscitent ma “proposition- conclusion” -

En conclusion de ce que nous venons de dire, j' ajouterai à titre personnel que vous devez garder à l' esprit la chose suivante : Les institutions doivent avoir pour vocation principale de servir les citoyens, ... la seul raison d' être de cette puissance collective consiste à assurer pour tous des conditions de vie descentes par la création d' une structure de compensation et d' équilibration des forces : A défaut, il n' est plus de pacte social ni de république . La théorie "de perversion progressive et inéluctable" des institutions reste controversée, même souvent niée par nombreux acteurs de la scène politique, jusqu'à ce que le système mis en cause et contesté soit finalement totalement balayé, puis fustigé par le suivant qui fondera sa légitimité sur les précautions qu' il prendra à l' encontre des perversions commises par lesdits prédécesseurs indélicats .

Il n' y a guère qu'en Europe et particulièrement la France où l' on puisse occasionnellement assister au "mea culpa"de la classe politique, au travers d' un rituel hypocrite et institutionnalisé passant souvent par l' intermédiaire d' une loi d' amnistie et du sacrifice organisé de quelques "boucs émissaire"( ... prenez l'exemple sordide de "l' affaire" du financement occulte des partis politiques ) .Considérerons cette hypothèse comme une simple éventualité ! Dans ce cas, effectivement, il est fort à craindre qu'un pouvoir "corrompu" chercherait à isoler, diviser ou affaiblir les individus ou les composantes de la collectivité de manière à en garder le contrôle . L' existence de ce risque, qui n' est donc qu' une hypothèse de travail, nous impose de tenir une information sur les différentes techniques dont le concours permettraient d' arriver à ce résultat . Me voici donc de l' autre côté de la barrière : Je vous le dis par avance, futurs monarques et conspirateurs en tout genre, la capacité de maintient de votre organisation de pouvoir dépendra directement de votre ingéniosité à mettre en œuvre ainsi que de conjuguer le plus efficacement possible ce facteur de division avec celui de l' isolement des entités subalternes : Vous concernant, Je place donc cet impératif à la tête de tous les autres pratiques .

... A égalité, sous cette priorité, il ne faudra cependant jamais négliger les notions de contrôlee de l' informations et la conformité de votre légitimité aux tendances idéologiques-philosophiques du moment.

Le présent chapitre devra probablement être étudié et mis en parallèle avec celui intitulé plus loin sous le vocable de "Dépendance", ce dernier préparant plus ou moins de façon direct le premier en facilitant sa genèse . Les plus curieux d' entre vous soulèverons une pertinente interrogation : Dans quelles hypothèses le dirigeant d' une organisation doit-il se livrer au travail de division ??

Je répondrai simplement en prétendant que cette stratégie doit principalement intégrer deux cas distincts et diamétralement opposés :

- Mesure "prophylactique" interne, elle doit prévenir l' agrégation des composantes subordonnées afin d' éviter qu' elles ne constituent un front majeur et un danger à l' encontre de l' entité maîtresse .

- Mesure "offensive", en externe de votre organisation, elle vise à segmenter les entités, les structures adverses devenuestrop puissantes lorsque ces fractions présentent à terme un risque pour votre propre existence ( danger d' absorption de vos fractions les plus fragiles et directement exposées aux convoitises adverses ) .

Son principal point fort consiste, dans le cadre d' une confrontation verbale ou lors d' une prise de décision, à vous permettre de négliger un certain nombre d' interlocuteur, opposés à votre cause ( ... délibérément mis en minorité grâce à ce phénomène ) pour ne majoritairement considérer que les éléments complices que vous aurez sélectionné et qui seront nécessaires à votre plan .

Il me faut encore poser un paramètre préalable à la réalisation de ce type de stratégie et garantissant leur efficience : L' élaboration du travail de division implique pour son instigateur de détenir EXCLUSIVEMENT quelques-uns des vecteurs matériels de contrôle ( organe, objet relai, code, étalon de valeur, personnel, savoir, etc ... constituant le ou les intermédiaires de cette relation ) régissant le domaine à investir ou ( et ) d' avoir accès aux processus d' influence psychologique ( Dispositif collectif de "circulation-création" de l' information ), faute de quoi il serait impossible de s' imposer comme interlocuteur obligé et arbitre de la relation à construire - Ces éléments constituent d' ailleurs le signe de reconnaissance par excellence de la mise en œuvre de ce type de stratégie .

Revenons sur quelques généralités - D' un point de vue humain, le procédé passe souvent et très simplement par l' éveil de velléités sécessionnistes au sein des groupements adverses; dans le but cumulatif de réduire leur force par rapport à la vôtre mais encore de récupérer d' éventuelles parties de la sphère libérée au sein de votre giron protecteur . Ces deux impératifs marquent la condition sine qua non de l'établissement de votre suprématie mais se double de son préalable impliquant l' observation permanente des forces concurrentes pour mettre en œuvre son action au moment et à l' endroit opportun, car il n' est pas de repos dans la lutte du pouvoir ... une bastion libérée sera immédiatement reconquis par les autres plus actifs . Comme dans un combat singulier, l' adversaire ne peut être que rarement mis "knockout" au premier coup; il faudra l' user, le fatiguer avant de porter l' estocade - Cet objectif d' affaiblissement constituera notre première section .

Dans un second temps, nous allons nous apercevoir que cette pratique comporte aussi quelques actions paradoxales : La division peut revêtir diverses acceptions dont certaines se matérialisent in fine par des actions contraires au but initial ! Comment est-il concevable de parvenir au résultat de la division en passant par un processus inverse "d' agrégation" ? Je crois que nous sommes déjà dans le vif du sujet ... C' est la question à laquelle il nous faudra répondre dans la deuxième section de ce chapitre -

Mais il n' est pas toujours possible de livrer de telles batailles, par manque de moyens ou en conséquence de circonstances défavorables, nous examinerions alors à défaut une dernière éventualité qui consiste à isoler cet adversaire, le mettre à l' écart ou ... le neutraliser .

 

126-Section I  ) Affaiblir - ( Texte : manuel du pouvoir par Eucharilxtonw - site : http://enim-cerno.com )

 

§1 -Le Grignotage - les stratégies d' épuisement :

 

Lors d' un partage, si l' on devait supprimer votre "ration" de nourriture comme d' autre chose, pour augmenter celle d' un tiers, quelqu' un d' habile ne le ferai pas en une seule et unique opération, ...cela serait fort risqué !

C' est chose logique : En tant que victime, vous pourriez faire preuve d' une réaction imprévisible ou brutale pour vous opposer à ce bouleversement . Il faudrait logiquement procéder avec tact et diplomatie . Faisons preuve d' imagination : Sous couvert d' un prétexte juste et incontestable en apparence, car nous avons vu que les prétextes ne manquent jamais ( ex : "mauvais approvisionnement" ou une quelconque autre justification puisée dans l' actualité ) je commencerai par exemple en vous demandant de faire un petit sacrifice qualifié de "provisoire"mais qui tendrait dans les faits à se prolonger car la situation n'a pu s'améliorer ( ...et pour cause !), de "bout en bout", de semaine en semaine, je réduirai progressivement votre dû pour le réduire quasiment à néant ou à la dimension d' une ration de survie . J' aurai finalement gain de cause sans susciter votre résistance ! ...

Que ce soit concernant des revenus, des droits, un territoire, l' orientation d' un rapport de force ou à propos d' un programme politique, les démarches "progressives"(...ou graduelles ) doivent être considérées avec circonspection par les citoyens qui en subissent les méfaits . Contrepartie à payer pour que s' exerce la libre détermination du rapport de force entre les composantes sociales, elle peuvent occasionnellement devenir un piège dont la manœuvre tendrait à faire passer, de manière inaperçue, une réforme supprimant des "acquis". Le résultat final engendrant l' affaiblissement des catégories "spoliées" . Mais encore, concernant le "prix" des articles deconsommation et les salaires,

le procédé est très classique : Il assure directement la mobilité des coefficients de partage entre les différents acteurs économiques selon les lois du marché mais permet encore indirectement, sous l' angle sociologique, de "rogner" progressivement la part des revenus concurrents ou celle des partenaires sociaux . Pour finir, ce stratagème peut s' ériger en technique de coercition subtile à l' encontre de la masse laborieuse puisque la stagnation, comme la baisse du salaire, en réduisant le pouvoir d' achat, oblige les agents subalternes à concéder plus de temps au labeur pour compenser ladite perte monétaire . Vous connaissez sûrement l' une des conséquence matérielle indirecte de ce rapport de force qui se joue mécaniquement et perpétuellement sous nos yeux : ... "L' inflation" / ... qui ne serait pas équitablement compensée par une revalorisation des salaires dans une logique de partage des richesses … même si ce type de logique semble simpliste à priori car c'est bien l'ensemble du système qui est responsable de cet état de fait .

Il est encore mille façons pour parvenir à l'essoufflement de vos adversaires - Que ce soit par de trompeuses incitation à exercer des activités ( économiques, politiques, etc ...) à risque ou dangereuses, qui épuiseront ses moyens, ou par la multiplication outrancière des postes sur une activité de base déterminée, vous n' aurez de cesse de multiplier, diversifier les composantes de l' action et des besoins adverses pour le mener au résultat escompté . Afin d' obtenir des informations complémentaires sur ce sujet, je vous renvoie à l' infra n° 84 sur "L' usure..."et la... "multiplication des fronts", ainsi qu'à celle n° 134 traitant " le contrôle des paramètres entourant les activités adverses", ou l' infra 148 portant sur la "précarité" . L' esprit s' intégrant en filigrane de ces procédés constitue des illustrations parfaites du résultat auquel nous aspirons : Affaiblir l' adversaire . Je vous propose d' ailleurs d' examiner quelques unes de ces notions sur un angle voisin ...

 

§2 - L' Asphyxie - Imposer un adversaire de substitution :

Souvent employée comme technique militaire, "l' asphyxie" à pour but principal d' affaiblir l' adversaire par la conduite simultanée d ' une multitude de petitesagressions afin de dépasser ses capacités de réaction . Cette "usure" devra s' opérer sur une multitude de points sensibles, peu ou mal protégés (... du fait que la dispersion et la marginalité des intérêts que représentent chacun d'entre eux isolément ne justifie pas de protection particulière . EX : point de ravitaillement, lieu de stockage, passage, ligne de transmission des informations ) . Le cumul répété de ces atteintes fait cependant encourir un risque sur l' ensemble . Cette manœuvre d 'origine militaire peut être transposée en théorie générale d' affaiblissement et s' appliquer à la société civile qui représente la juxtaposition d' une multitude d' intérêts "privés" ou "catégoriels". Par exemple, une "petite menace" pesant sur quelques-uns d' entre eux donnerait suffisamment de soucis à l' ensemble des acteurs sociaux pour laisser le "champ libre" à un gouvernement mal -intentionné .

Autre technique principalement d' origine militaire ou commerciale, dérivée des procédés de "délégation", vous aurez de préférence recours à des intermédiaires pour exercer une pression permanente sur vos adversaires . Vous n' aurez donc de cesse de rechercher des collaborateurs qui se chargerons pour vous de cette mission d' harcèlement, car celle-ci ne devra pas vous détourner de vos principaux centres d' intérêts . Votre action peut alors plus simplement se limitera à créer, rechercher et amplifier les incidents ou dissidences qui pourraient dégrader les relations entre vos adversaires .

 

§3 - La Réglementation d'obstruction - Le Boulet :

Lorsqu'on ne peut empêcher un adversaire ou un concurrent de mener son action, rien n' empêche de

l' affliger d' un "poids" qui ralentira ou limitera sa progression . Ce "poids" peut être "réglementaire", "légale" ( par exemple une réglementation qui limite, encadre ou conditionne l' accès ou l' exercice d' une activité ), physique ( une charge, des personnes incompétentes ou inutiles en la matière qui seront un handicap à "remorquer"), contextuel ou de circonstance ( un conflit ou une instabilité régionale peuvent également constituer par exemple des handicaps dont le règlement occupe beaucoup d' énergie qui ne pourra pas être employée par ailleurs ) . voyez plutôt comment cet étonnant constat me vint à l' esprit : ... Dans la circulation routière un jour d' embouteillage où je n' avais vraiment pas de temps à perdre ! Pris dans les bouchons, je dus pourtant prendre mon mal en patience et suivre la cadence des véhicules placés devant moi ! ... . Souhaitez-vous freiner un adversaire ? Imposez lui simplement un environnement encombrant ou pesant (... une catégorie légale ou un contexte physique comprenant une multitude d' éléments, de personnes, ne correspondant pas avec ses caractéristiques ou disposant implicitement d' attributs systématiquement opposés ) . Ainsi, constatez que l' effet de masse, l' inertie statique du groupe suffit souvent à contenir les mouvements les plus virulents - L' adversaire en sortira rapidement essoufflé . La nonchalance de la catégorie dans laquelle il a été intégré suffira, à elle seule, pour produire cet effet .

 

§4 - Créer le doute dans les convictions adverses - Casser le moral - Création d' un climat délétère :

Il s' agit dans ce cas de semer le doute et de jeter la discorde dans les rangs adverses en agissant sur le terrain psychologique du lien qui les unis . C' est une action portant tout simplement sur le terrain psychologique et idéologique pour détruire le lien ou la motivation de l' adversaire - C'est un préalable à une autre action de récupération comme de détournement afin de sceller la division . Loin d' être inutile ou accessoire, cette opération peut être menée à bien en agissant directement sur les convictions idéologiques qui animent vos concurrents, mais cette option de longue haleine nécessite une intrusion profonde dans les rangs adverses .

Le travail doctrinal consistera à rigoureusement étudier et démonter les prémisses, conclusions, effets et conséquences de la théorie adverse en mettant à jour (... évidemment à grand renfort de publicité et d' actions marquantes et percutantes : Le but étant de diffuser des informations compromettantes ) ses contradictions, inconvénients ainsi que ses divers points faibles . D' un point de vue militaire, il est trés concevable d' agir sur le moral des "troupes ennemies" en procédant à une publicité railleuse de leurs défaites, échecs et reculs par opposition à vos ( prétendues ! ? ) avancées . Tout est question de propagande et de la place que vous pouvez occuper dans l' audimat .

La politique de la "terreur" à souvent été employée en temps de guerre pour occasionner "l' effroi" et

la "fuite" devant l' avancée des troupes . Ce procédé rejoint bien évidemment les techniques de la propagande et passe par la déformation de ce que nous désignons communément comme étant la "vérité"ou les "faits"... ( Notez que ces mots deviennent totalement subjectifs et leur définition de plus en plus flou dans de tels débats !....) .

Pour finir, technique largement utilisée en temps de conflit, le doute et un climat de méfiance générale peuvent être instauré par la diffusion d' informations relatives à la corruption, l' infiltration de "taupes"," informateurs" ou de "traitres" dans les plus hautes sphères décisionnelles des équipes adverses - Un résultat équivalent, voire parfois plus opérant, peut être obtenu par un phénomène identique concernant les membres de "base" de cette structure . Il peut en résulter un désengagement des masses et un essoufflement du mouvement, causé par un sentiment de relative insécurité .

 

Section II ) La division des entités adverses .

 

127 Il s' agit maintenant d' aborder ce que l' on peut qualifier de "noyau dur" de la notion puisque ce paragraphe traitera la question en terme Numéraire, afin d' empêcher les différentes entités du système adverse de constituer un front de résistance dont le poids physique serait insupportable pour le pouvoir en place : A l' encontre de votre propre organisation . Effectivement, il est évident qu' il ne saurait être question de considérer le fait de l' union comme une menace si les institutions poursuivent des buts coïncidant réellement avec l' intérêt général comme c' est globalement le cas aujourd'hui en Europe !!...? En revanche, dans l' hypothèse de corruption, qui seule m' intéresse, il est évident que l' autorité se donnera pour mission principale de scinder le corps social en plusieurs entités opposés dont les actions contradictoires permettront d' annuler les efforts de chacune . Au premier contact la notion peut sembler des plus complexes, ou difficile à mettre en œuvre, pourtant son principe de fond est toujours le même et tient dans la proposition suivante :

<< ... Pour obtenir son résultat, il suffit de rassembler, face à une puissance centralisatrice, même si cette dernière peut se donner une fausse apparence composite, un nombre suffisant d' éléments contradictoires (... qui seront artificiellement et statutairement considérés comme partenaires - bien qu' en réalité opposés par des intérêts concurrents [attributs, prérogatives, fonctions] ) au sein d' un un espace [...Territorial : partage des zones d' influence //...Institutionnel :incarnant le processus institutionnel exclusif de dialogue entre les parties ] collégial, commun ou globalisant, les menant à la paralysie par un contrôle réciproque, et les obligeant au compromis par le biais d' une stratégie procédurale dont vous serez l' arbitre et qui sera censée répartir ainsi que garantir les intérêts de chacun -... >>.

La prudence m' oblige à tempérer cette hypothèse parce que tous les processus de dialogue ou de compromis ressemble quelque peu à notre proposition, et il ne faudrait pas systématiquement les dénoncer comme tel . Il est incontestable que les dialogues entre groupes humains concurrents ne peuvent trouver de solutions idéales, ni de réponses rationnelles dés lors que les êtres qui composent ces groupes se montrent sectaires et intransigeants . Chacun doit comprendre que l'origine du conflit tient justement dans la frontière subjective qu'ils établissent dans le phénomène d' appartenance et entre leurs volontés . Dans cette hypothèse, les institutions seront bien incapables de compenser la mauvaise volonté et ne peuvent effacer l' affrontement ni les rapports de force physique, tout au plus pourront-ils les masquer, les pondérer ou leur donner bonne apparence pour les étourdis .

Il vous appartiendra en revanche de discerner les indices complémentaires qui confortent le processus de division par une observation rigoureuse des éléments connexes : Unité et omnipotence de la force se dressant face à l' organe divisé - Prépondérance des partenaires complices de l' autorité - Inégalité de fait entre les parties (... contredite par un dogme théorique proclamant une situation en décalage avec la réalité ) - confiscation ou contrôle exclusif par l' entité dominante des vecteurs matériels entourant le jeu social dont le processus vise à garantir l' harmonie - inefficacité de l' organe - Impossibilité manifeste de règlement dans les registres limitatifs proposés, etc .... . ( N' oublions pas que les stratégies modernes, complexes, entrecroisent et éloignent les maillles du filets pour les rendre imperceptibles au premier coup d' oeil - SSPF oblige ! ... )

La pratique historique des nations ainsi que certains épisodes de l' actualité internationale des derniéres décennies fournissent une excellente "matière première" à l' étude de cette notion :

 

§1 - Création d' intérêts concurrentiels ( ....... identitaire - statutaire -catégoriel - hiérarchique - ...politique, etc ...)- Scinder le groupe par l' octroi de faveurs -

 

Il n' y a pas meilleur instrument de division que la création de spécificités statutaires, catégorielles, identitaires, hiérarchiques, etc ... . Ce phénomène, correspondant à une tendance naturelle, n' a pas besoin de beaucoup d' effort, vous le constaterez, pour concourir au dessein de la division . La spécificité devant entrainer la scission existe souvent de manière latente et n' aura alors qu' à être soulignée ou développée : Prenez la tendance identitaire des peuples et celle non-moins naturelle de la recherche d' un Leader au sein du groupe . Cette propension humaine constitue le terrain de prédilection à la réalisationn de notre exercice si vous prenez soin d' aider ou favoriser cette émergence par un discret soutien ( financier, matériel, en personnel de milice, armes... ) ou par la mise enœuvre de mesures favorisant l' émergence ou l' éclosion d' une discorde entre les groupuscules à opposer .

La mesure la plus élémentaire pour diviser un front séditieux monté à votre encontre, au sein d' un groupe dont vous disposer d' un contrôle global par les vecteurs matériels et institutionnels, consiste à proposer un règlement catégoriel, inégalitaire (... par une sorte "d' appel d' offre" qui tendra la perche et révélera les éléments du groupe les plus corruptibles sur lesquels s' appuiera votre sortie de crise ) afin de mettre les protagonistes en "compétition-concurrence" et les inciter d' une part à saisir ce qu' il prendront séparément pour une chance, d' autre part à lâcher la coalition en leur faisant supposer que leurs amis sont un frein à leur avancement et qu' il pourraient les doubler . La proposition tendue, il n' est plus qu' à attendre que le poison fasse effet dans les rangs adverses -

La méfiance va s' installer à la table des négociations; chaque partie devra prudemment considérer ses positions par crainte de voir le voisin occuper une place qu' il convoite secrètement . Vous n' aurez plus qu' à mener des transactions, plus ou moins secrètes, avec les divers éléments qui se présenteront pour répartir les récompenses, avantages ou petits privilèges scellant le pacte - Vous vous servirez en sus des plus proches collaborateurs de cette entente (... sûrement les plus forts afin de constituer une coalition contre les

autres parties ) pour intervenir et casser le reste du front; derniers récalcitrants sur lesquels vous ferez discrètement planer le spectre d' une régression, peut-être d' une pénalité afin de totalement dissoudre les réclamations . A noter que la technique peut parfaitement s' adapter à toutes les échelles d' application - La recette, connue de tous les princes, est vieille comme le monde mais ne donne des résultats satisfaisants que si son instigateur dispose d' une maîtrise suffisante sur les structures et paramètres entourant les parties liguées contre vous .

Les stratégies de division peuvent aussi être considérées en amont de l' apparition d' une crise :

Ce peut être par la création d' une rivalité ( d' intérêts économiques ou autre ), d' une opposition idéologiqueou d' une compétition ( sportive ou économique )centrée sur l' identité ( sens large ). Toutes les activités peuvent concourir à la création de ce sentiment catégoriel .Vous obtiendrez rapidement par ce biais la division des masses en groupuscules concurrents . Le corps social ainsi fractionné et isolée sera progressivement animé par la contradiction des intérêts ou la compétition . L' hostilité ambiante, même relative, ne pourra que servir votre cause .

Un groupe qui prendrait trop d' importance peut autrement être freiné ou affaibli par l' installation au cœur de son "territoire"d' un autre groupe ( cf infra -"menace latente et interposée"- cf infra 127 § 3- ) aux intérêts adverses ou contradictoires .

La spécificité peut par ailleurs résulter d' une création "réglementaire ou législative" instituant des catégories distinctes ( Création d' une hiérarchie / Attributions opposées ou contradictoires / clause statutaire de Compétition ou de contrôles croisés ) dont certains éléments devront être privilégiés, voire de leur attribuer

un statut dérogatoire en fonction du concours qu' il prêteront à l' exercice du pouvoir . Cette source de division trouve idéalement son application au sein d' une communauté dont l' essor risque à terme de menacer l' autorité en divisant immanquablement cette composante en plusieurs entités qui seront désormais opposés de fait, par leur fonction ou attributions . Cette structure devenue catégorielle nourrit automatiquement sa substance et multiplie de manière inhérente les critères de son efficacité : Elle permet à la fois de dresser les entités les unes contre les autres, de favoriser la compétition, mais de plus vous permettra de conserver un registre de contrôle grâce à cette prérogative dont vous jouissez de manière exclusive ... sur l' attribution des différentes places et statuts au sein du groupe - clé de votre pouvoir -

Cette option pourrait se matérialiser par un découpage administratif de l' entité à morceler, en diverses entités locales qui scinderont les masses en les regroupant au sein de nouveaux facteurs d' union (... calibrés par vos soins et selon vos critères en fonction dudit impératif de division ) etdont la teneur obligera désormais à prendre en considération un nombre restreint et limité d' éléments à l' exclusion de ceux proscrits par la définition des statuts rédigés par vos soins .

Une série de paramètres ne doivent cependant pas échapper à votre contrôle relativement à ces agissements, car le processus, organisé de façon inopérante est susceptible de s' emballer . ...

.... Trois paramètres méritent d' être soulignés :

La masse démographique et la puissance individuelle des différentes entités - Aucune composantes sociale ne doit dépasser l' autorité, à moins que le dénuement ou le retard technique, culturel les empêchent de constituer une force suffisante - Même dans ce cas, le facteur humain ne doit pas être sous-évalué . Le nombre d' entité réunies au sein de votre zone d' influence- Il semblerait qu' un nombre insuffisant d' élément ne donne à chacun d' entre eux une force trop importante et que la surabondance ne suscite à l' opposé la perte de contrôle et des luttes incessantes ou incontrôlables - Le processus d' émiettement pourrait s'emballer et contaminer vos propres rangs, ce qu' il faut à tout prix éviter : Il faut y mettre un terme lorsqu'il est possible de constater que chaque force est en deçà de la votre et que leurs capacités de développement à moyen terme ne peut prendre assez d' élan pour vous rejoindre . Les même règles et phénomènes s'appliquent à tous les niveaux liés aux groupuscules, en passant par le processus des groupes parlementaires dans une assemblée démocratique pour finir jusqu'au rapport internationaux entre groupement de puissance -

Cette maîtrise passe nécessairement, soulignons le, par l' entente ainsi que la coopération avec certaines de ces entités ( les plus "influentes"ou"puissantes") afin de les instrumentaliser dans le jeu du pouvoir (... pour assujettir indirectement les autres "factions") .

Il s' agit ici d' une manière idéale d' obtenir un équilibre menant à la" neutralisation" des forces entre les différents groupes ( ...par l' intermédiaire d' une pseudo défense des "intérêts respectifs", concédé par l' autorité de tutelle puis logiquement revendiqué par chacun de ses membres ) . Vous l'aurez compris, le concept de division ne possède donc aucune limite concernant son échelle d' application : Il peut s' exercer aussi bien dans une "micro"cellule économique ( l' entreprise ) que dans un village, comme dans un pays ou sur une zone internationale : On peut par exemple très bien imaginer la création d' un État soutenu par quelques puissances étrangères uniquement pour faire obstacle à des velléités expansionnistes d' une autre grande puissance rivale régionale .

Une parade satisfaisante peut cependant être obtenue malgré l' efficacité de ce procédé . D' une part, il est possible de retourner la tactique à l' identique envers l' instigateur de la manœuvre en créant un phénomène parallèle de division dans ces propres rangs - invariablement sur les éléments les plus faibles de ces structures . D 'autre part, le seul fait de "dévoiler" le stratagème, faire ressurgir l' aspect caché des agissements auprès des parties en cause ou lésés installe un nouvel équilibre dans les discussions .

Restons bien lucide ! La nature ne prévoit pas d' égalité stricte dans aucunes de ses réalisations, les intérêts catégoriels sont souvent le reflet matériel de ces différences . Mais, sur la base de ce principe, ne devraient exister que les catégories qui sont strictement le reflet d' un impératif dicté par les nécessités naturelles ou matérielles .

La nature n' en établit certainement pas tant que ceux que nous pouvons constater dans les faits .

C' est sur cette frontière de la stricte nécessité que l' on peut aisément distinguer la rupture entre la notion subjective afférente aux techniques de subordination et celle plus conforme à la réalité de "différenciation".

 

§2 -Générer, entretenir la discorde entre factions, groupuscules ou ethnies // Créer un climat délètère de peur qui isole les populations //- Actions des services spéciaux -

Cet impératif est étroitement lié au précédent car il en conditionne l' efficacité et la pérennité .

Pour entretenir la discorde, chaque faction doit se considérer plus ou moins sur la défensive ou en opposition avec de pseudo velléités destructrices ou dominatrices des autres parties contre lesquelles il semblera nécessaire de se protéger . Cette objectif sera des plus simples à mettre en œuvre en commençant parfois simplement par des rumeurs ou bruits de couloir portant sur la présence de traître dans la collectivité (... quitte à ce que cette menace devienne une réalité ou dénonce une situation dont vous êtes indirectement l' auteur ). Dans un conseil d' administration par exemple, faîtes courir dans l' assistance le bruit qu' un élément essaie de discrètement doubler les autres et vous obtenez un climat malsain nuisible à l' unité du groupe,... y compris dans un groupe sincère et soudé jusqu' alors .

Le même résultat peut s'obtenir  en installant un climat de peur permanent, un climat d'oppression psychologique qui isole les citoyens. Ce climat s'obtient par une bonne gestion de l'information. Je vous renvoie sur un site tiers pour une information salutaire.   http://www.syti.net/Manipulations.html

Vous obtiendrez un résultat voisin en intégrant un espion, soit un élément subversif à votre solde et suivant vos instructions qui aura pour mission de briser l' harmonie dans les rangs adverses en jetant le trouble dans les esprits de chacun sur les objectifs de leur partenaire . Si cette immixtion s' avère impossible, ... il peut suffire encore de donner l' illusion que l' un d' entre eux s' est laissé corrompre, en offrant un cadeau ou un quelconque avantage ( sans contre-partie ) à l' un des membres de l' assistance (... le plus "fragile" de l' assistance : Ambitieux réfréné, partie minoritaire ou rejetée qui rêve secrètement de vengeance ) : Vous susciterez alors irrémédiablement le doute et la jalousie dans l' esprit des autres protagonistes . Cette conception peut être élargie au domaine communautaire, voire de s'appliquer aux relations internationales par des procédés analogues. On se demande souvent pourquoi des peuples voisins, dont les intérêts semblent convergents, se querellent sans fin au lieu de s'allier contre un adversaire commun ? Prenons le cas du continent Africain. Certains politologues estiment ,comme moi ( hypothèse personnelle sans fondement), que les frontières de beaucoup de ces pays sont le fait de puissances extérieures qui dessinèrent les contours d'un partage du monde en leur faveur. En placant à la tête de ces états quelques dictateurs patenté dont l'ambition égoïste effrénée correspond avec leur intérets, de grandes puissances s'assurèrent les approvisionnements stratégiques dont ils dépendent largement. L'entretien de cette division ou rivalité entre Etats voisins permet aux unions adverses de maintenir une certaine stabilité sur l'ensemble de l'échiquier politique régional. Le fait de cette division en Etat princier doublée d'un climat de compétition favorise le maintient d'une hiérarchie difficilement établie par des luttes armées si ce n'est par des décennies d'action souterraine à l'origine des grandes puissances. Par ailleurs, lorsqu'on sait son propre camp rongé par le problème de la division et des luttes intestines, il est logique d'entretenir ou contaminer les adversaires par le même trouble. On peut effectivement imaginer, comme le sous entendent quelques films d'espionnage, l'action malveillante d'agents des services secrets pour organiser une discorde civile, créer un clivage politique divisant un pays ou un soulevement populaire révolutionnaire s'appuyant sur la misère ou le mécontentement des classes populaires. Organisés, utilisés et récupérés par des organisations spécialisées, certains mouvements spontanés des populations peuvent parfois servir ( directement ou par contamination progressive et extansion de la zone de conflit ) à supprimer un pouvoir génant qui se dresse contre son “grand frère protecteur” - A réfléchir -

 

§3 - La menace latente & interposée .

Le phénomène d' isolation des entités doit être entretenu par différents vecteurs de "rappel à l' ordre". Nous venons d' en citer quelques illustrations ci-dessus mais il convient de compléter cette liste par un dernier élément qu' il est justifié de séparer des notions précédentes afin d' en révéler l' importance ainsi que toute la subtilité .

Les forces d' union représentent une force au moins équivalente à celle dont il est possible de recourir par la ruse afin de susciter la division; il est donc primordial de générer et entretenir une force de dislocation autonome et indépendante entre les groupes existants : Les lois établissant des catégories hiérarchisées contribuent à cet effet comme nous venons de le voir, mais une faiblesse même passagère de vos structures rendraient ce dispositif caduque . Il convient donc de compléter ce système par l' interposition d' un "isolant naturel" entre les éléments à diviser ou séparer . Ce résultat est notamment obtenu grâce à la topographie des lieux ( fractionnement naturel du terrain : étendue maritime ou montagne ) soit par l' établissement d' un groupe étranger au sein de la communauté dont il s' agit de renforcer le contrôle .

Le nouvel arrivant ne devra pas être directement identifié comme étant hostile ... mais simplement titulaire d' intérêts légitimes concurrents . Ce climat de compétition obligera les entités à une certaine réserve et limitera automatiquement leurs prétentions en conséquence des positions revendiquées par les "voisins" . Cette "menace"doit donc présenter certains attributs : Elle doit être subjectivement ressentie à la fois comme étant potentiellement "réelle" et "conséquente"-, ( Il sera donc nécessaire de donner vie à cette menace par une implantation matérielle sur le terrain ), mais encore cette présence devra-t-elle être perçue réciproquement par chaque groupe comme une menace dont le déclenchement reste "éventuelle" mais sur un avenir indéterminé" ( quant à son déclenchement : ... afin de vous servir de ce paramètre pour volontairement accroître la "pression" sur l' entité subordonnée et obtenir une dévaluation de ces prétentions lors de circonstances périlleuses menaçant vos intérêts ) .

Dans ces conditions, il vous sera possible d' utiliser ce spectre pour freiner les prétentions et les velléités d' expansion de l' ensemble des acteurs . Ce facteur peut ainsi être arboré de différentes manière selon le domaine d' application - Il s' agit dans tous les cas pour vous de faire la publicité des forces et exploits respectifs pour entretenir le climat de peur et de concurrence .

Dans l' hypothèse de la division en groupuscule, ce résultat est obtenu grâce aux vecteurs d' information au travers de faits divers ( ... extension géographique, altercations, conquête de marchés... ); précédemment à des élections par la cristallisation des revendications de chaque groupuscule au travers de candidats radicaux, etc.. .

Cette pratique présente cependant un risque lié à l' emballement du système pouvant aller jusqu'au conflit civil interne, c' est pourquoi il est nécessaire de disposer dans l' application de cette stratégie de solides facteurs de contrôle sur chaque composante ( ... Entente politique avec certains leaders, contrôle matériel et financier des centres névralgiques, force d' interposition, respect des domaines ou territoires d' influence ) . Je tiens cependant à spécifier que ces agissements volontairement provoqués ne doivent pas être confondus avec les heurts accidentels survenant parfois entre des populations d' origine ou de culture différentes dont la proximité géographique naturelle cause à l' occasion quelques soucis relationnels . La chronologie des faits ainsi que la révélation des centres décisionnels qui créent et dirigent l' actualité sont des éléments clés qui vous éclaireront sur leur explication . D' une façon générale : Sommes-nous suffisamment informés sur ces points précis pour nous livrer à ce type d' interprétation ? Nos vaines tentatives en ces matières seraient alors la preuve qu'il reste du travail dans le domaine de l'information pour obtenir la "transparence"nécessaire à une bonne interprétation des faits d' actualités .

 

§4 - Le "clone" inoffensif - l' infiltration des organes adverses – Notion de « Sociétés secrètes » ;

L' objectif consiste à réduire l' importance des structures adverses en les substituant aux vôtres par un procédé simple de mimétisme, applicable en tous domaines ( institutionnel, secteur privé, etc, ... il me semble même théoriquement concevable de l' appliquer dans le domaine idéologique ) . Le résultat final permet de substituer le clone à sa source naturelle, évidemment supposée dans les mains d' un adversaire gênant, afin de rendre caduque son processus et ainsi récupérer sous votre obédience' ensemble de ces "prérogatives" (... embarrassantes pour vos intérêts lorsqu'elles étaient exercées de manière autonome pour le compte de vos adversaires ) . Cette substitution peut aussi avoir lieu par une seconde méthode : En intégrant vos personnels dans l' organisme dont vous souhaitez prendre le contrôle . Pour être efficace, le "clone" devra dans un premier temps parfaitement donner l'illusion de remplir les mêmes fonctions avec les mêmes garanties et probablement avec une capacité ainsi qu'une efficacité supérieure à celle de l' organe à phagocyter - Mais il exercera alors sa fougue sur des intérêts concurrents ( institutions adverses ) et évitera soigneusement ceux à protéger en jouant par exemple sur l'implantation géographique ou sur la définition des priorités de son action ( ... Cela jusqu'à ce que la copie soit définitivement balayée - suite à quoi l'organe ralentira son activité en fonction de l'attention dont il fait l'objet par les entités adverses;... quitte encore à engager une procédure médiatique ou judiciaire pour en détourner les regards- ) .

Ce type de manœuvre peut trouver application dans l' ensemble des activités humaines et à tous les niveaux de la société civile, économique et politique :

Elle pourrait avoir lieu par exemple dans le domaine revendicatif pour garder la main mise sur les doctrines et mouvements liés à la contestation,essentiellement pour diviser la masses des "opposants" en sous catégories indépendantes - Prenez l' exemple du schéma social en vigueur, soucieux d' éviter un pôle unique de contestation menant à la paralysie de l' économie, les milieux financiers et industriels doivent se réjouir devant le spectacle de l' actuel kaléidoscope syndical . On peut de la même façon retrouver cette technique de sujétion au sein d' institutions représentatives disposant d' attributions de contrôle afin de les mettre hors capacité d'exercer ces fonctions.

Ainsi le procédé peut admettre des applications dans les domaines les plus inattendus comme par exemple dans celui des élections par la copie ... d' un candidat - ou un parti qui sera plagié afin de diviserson potentiel électoral et même améliorer votre propre score, par l' union à postériori des listes "complices" . Cette tactique, déloyale, très simple à mettre en œuvre, ne connait pratiquement que des avantages si elle est entourée des mesures qui visent à la maîtrise de son expression et de ses effets afin de ne pas tomber dans l' ensemble des obligations que la copie est censée générer . Vous apprécierez les avantages de l' activité copiée (... dans le secteur économique : La "contrefaçon" des produits ou services, sans pour autant être réprimé par la loi puisque il suffit de très légères différenciations pour échapper aux poursuites !... ), exercerez une bonne maîtrise de la situation, en remodelant le "terrain adverse" à votre guise sur le terrain idéologique - ( atténuation des radicalismes ) - vous apprécierez surtout la possibilité, par exemple dans le domaine électoral,de bénéficier des suffrages adverses par la technique du report des voies . C' est probablement pour éviter ce risque qu'un dicton nous avise expressément qu'il vaut toujours mieux préférer la version première et originale d'une activité ou d'un courant d'idée aux pâles copies qui naissent curieusement très peu de temps après l'idée d' origine alors que ces dernières ne présentent généralement l'apport que de grotesques subtilités ! Le succés de cette entreprise machiavélique engendre inévitablement la Division puisqu'elle consiste en une confiscation d' une partie de sa "substance"à l'adversaire .

Vous comprenez maintenant l' importance de veiller en permanence, voire sans relâche, au bon fonctionnement des institutions . Toute paralysie ou inefficacité ne doit pas être considérée avec légéreté et mérite d' être analysée afin d' en identifier les véritables fondements . Des organes défaillants ou incompétents doivent être remplacés ou reconsidérés tant dans les modes structurels ou opératoires que dans les facteurs humains ( compétence et probité du personnel ) . L'erreur consisterait par exemple dans le fait de laisser perdurer des organismes, institutionnels ou autres, ne produisant que très peu ou plus aucun "rendement". C' est d'ailleurs sur ce registre que l 'on peut mettre en évidence les dérives, lorsqu'elles surviennent en dehors du cas précis où l'institution devient simplement et naturellement inutile en raison de son obsolescence .

Prenons une autre illustration qui concerne les facteurs connexes liés à l' efficacité institutionnelle -

"L'indépendance", représente l' un des paramètres essentiels au bon fonctionnement d' un procédé de contrôle et comporte à ce titre des sacrifices dont on ne peut faire l' économie : Le plus grand soin doit être observé sur les conditions et paramètres de recrutement, la formation, l' objectivité des personnels ( penchant idéologique - statut - rémunération ), mais encore concernant les procédures de contrôle, la publicité des décisions ainsi que l'indépendance statutaire de l' organisme ( affiliation structurelle ) .

Faire l' impasse sur ces impératifs ne peut aboutir qu'à la certitude de perdre l' autonomie et donc l'efficacité qu'elle peut garantir . Cela ne vaut évidemment que si l' organe à protéger n' a pas déjà été infiltré dés le moment de sa création, car dans cette hypothèse, la cause serait perdue d' avance mais ce cas reste facilement identifiable car l'institution n'aura jamais rempli sa tache - En tant qu' administrés, nous devons avoir à l' esprit la portée du problème tenant à l' autonomie des institutions ... : En effet, la pratique fait qu' un organe institutionnel se trouve inexorablement tout au long de son existence rattaché, sous tutelle ou sollicité par les forces de pouvoir qui agiront afin d' en faire un bastion de leur sphère d'influence . Au fond, en exagérant très peu, il n' y a que dans les statuts, donc de manière théorique, qu'une institution puisse être autonome et indépendante, pour épater les étudiants en première année de faculté et autres badauds - Chaque être humain réagit plus ou moins en fonction de son vécu et de ses origines sociales, culturelles, ethniques, idéologiques ou en fonction d'une appartenance à un groupuscules : Cette origine transparait quasiment toujours à un niveau quelconque de la pratique professionnelle, à moins de faire preuve d'une probité que l'on a tant de mal à reconnaître chez l'être humain – Le fait est rare ! Plutôt que de rêver sur cette chimère intellectuelle, les citoyens lambdas devraient se doter d' un instrument par lequel ils pourraient, à leur tour, faire intrusion au sein des institutions pour rétablir l'équilibre . En attendant, chers citoyens, je crains fort qu'il faille renoncer à cette notion quasiment vide de sens .

Par ailleurs, comme nous venons de le souligner, une certaine vigilance doit porter sur la multiplicité des organismes possédant les mêmes attributions, sur les motifs qui suscitent cette multiplication, ainsi que sur les auteurs qui en sont l' origine. La pluralité peut, dans certaines hypothèses, être conçue comme un facteur d' affaiblissement et il faut s' en prémunir dans les processus de contrôle, décisionnels ou représentatifs de la force citoyenne .

De telles considérations s' avèrent plus ou moins inconcevables à l' échelle d' un individu isolé, ce qui conforte l' idée dont je me fais l' écho sur le "Collectif Citoyen" dont l' une des missions coïncideraient avec ce soucis récurrent des administrés .

...............Il m'était impossible de parler d'infiltration sans évoquer le phénomène ambiguë des "sociétés secrètes" - Parce que l'infiltration se trouve être leur méthode de prédilection - Nous voici encore face à une notion sans réel contenu puisqu'il suffit de se réunir un soir entre amis, de pleine lune si vous êtes un tantinet "déjanté" et souhaitez ajouter une dimension magique ou mystique à vos agissements, puis de prêter serment à une quelconque cause ésotérique pour concrétiser la nouvelle entité - Il en existe d'ailleurs sûrement plusieurs millions, parfois loufoques ou extravagantes, et c'est donc plutôt au travers de leur dessein (... plus ou moins dans le but d'influencer, corriger ou contrecarrer ceux de la société politique officielle), des personnalités qui les intègrent ainsi qu' à leur répercussion dans la vie concrète que l'on peut les classer et tenter une approche plus sérieuse du phénomène - Après classification, on distingue principalement les sociétés à but politique ( carbonarisme, thulés ); les confréries ésotériques ( franc-maçonnerie ) et les dernières qui se démarquent par un but criminelle ( triades chinoises -thugs ) -

Les membres de l'organisme, majoritairement cooptés, font serment de respecter la discrétion tenant à leur appartenance, le système hiérarchique, les processus fonctionnels et de promouvoir les buts de l'association en intervenant sur les registres sociaux ou professionnels à leur disposition - Étant secrète, on en sait par définition très peu de chose -

.........................  à suivre - Rendez-vous sur le volet 4 du "Manuel du pouvoir et du citoyen - Auteur : Eucharilxtonw pour Enim-cerno -

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau