Fonctionnement du CCU

- Processus organique et fonctionnel du "Collectif citoyen Universel"-

Résultat de recherche d'images pour "photo et image utopie"

Cette page sera consacrée à l'exposé du concept ainsi qu'à la description détaillée du fonctionnement, des processus organiques et fonctionnels d'un "collectif citoyen Universel" . La question se pose alors de la manière suivante :

Comment se compose et comment fonctionne au quotidien l'institution démocratique de proximité autonome laissée à la charge des citoyens sans intermédiaire ni des politiques ni de l'administration ?

...................A suivre - Bientôt -.............

.Sommaire -

.

Chapitre I  - Missions / vocation / Environnement souhaitable -.

.....A - Mission, Vocation -

.... B - Environnement idéal et souhaitable -

Chapitre II - Composition organique.

.... A - Structure institutionnelle matérielle -

.... B - Organes fonctionnels variables -

....C - Organes fonctionnels permanents.

Chapitre III - Principes fonctionnels.

..... A - Principe Associatif & de réseau neuronal associatif.

..... B - Principes Concernant les missions permanentes

..... C - Principes Concernant les missions cycliques.

................. 1 - Les différentes phases du dialogue et de la recherche.

................. 2 - Mécanisme général & Principes directeurs d'échange et de circulation de l'information.

.....................................................................................................................................................................................

Ci après - Texte intégral explicatif du modèle fonctionnel de l'institution .... ( en écriture )

.                                      .............................................................................................................

 

Chapitre I  - Missions / vocation / Environnement souhaitable -.

.....A - Mission, Vocation -   

http://www.enim-cerno.com/pages/collectif-citoyen-universel.html

http://www.enim-cerno.com/pages/principes-generaux-du-collectif.html

 .                                  

.. Définition sommaire et vocation du  COLLECTIF CITOYEN UNIVERSEL -

. Première approche ....

......................................  Comment définir succintement notre institution ?

............................            Le "collectif citoyen universel" est une institution départementale, pour l'heure totalement fictive et théorique, de démocratie participative, potentiellement d'échelle planétaire ( .... puisque son modèle est reproductible à l'infini et adaptable en fonction du systèmepolitique ), gérée directement par les citoyens et les associations ( .... selon un modèle formaté, légal permettant théoriquement d'assurer un dialogue contradictoire, la réflexion collective, la protection des citoyens, la circulation des informations par deçà les institutions officielles représentatives ).

Elle incarne la consécration et la matérialisation institutionnelle d'une démocratie participative . De dimension plurielle, il s'agit parallélement d'une institution à vocation spirituelle permettant l'étude des dogmes et la réflexion collective sur des sujets de société afin de répondre à un besoin d'évolution ou de relai des concepts fondamentaux ( théoriques ou techniques ) assurant son fonctionnement. Ce mécanisme est encore théorique et fictif mais permet de poser les premières briques sur un problème crucial et irrésolu du dialogue politique en dehors des périodes électorales : Il n'existe pas à ce jour de mécanisme  institutionnel continu de dialogue, de réflexion ni de débat entre la société civile et les élites qui en ont la direction, tandis que l'enjeu stratégique de pouvoir en période électoral est un obstacle à la sincérité comme à l'authenticité des échanges.

.

Plus particuliérement et de manière précise, elle se donne pour mission :

......  Incarner un nouvel élément pilier et imbriqué de l'armature civile, géré par l'intermédiaire des associations selon un processus de dialogue invariable et formaté, unité fondamentale immanente de la société au delà de l'agglomération, organe d'équilibration polyvalent bien que strictement encadré par les lois fondamentales, disposant d'attributions civiles, politiques et spirituelles.

 .... Dans sa vocation civile, Le collectif citoyen universel se donne ambition première d'informer, assister dans les cas de péril ainsi que relier les citoyens en fournissant une cellule de recherche citoyenne primordiale afin de relever les défis d'évolution conceptuel aussi bien sur les sujets technologiques ou institutionnels que sur ceux concernant les savoirs scientifiques ou relativement aux dogmes économiques assurant la gestion des éléments matériels de la cité. ( ... Il s'agit dans ce cas de figure d'inciter la population, par une période de débat, recherche collective et divers concours d'initiative, à la création de concepts matériels ou idéologiques alternatifs )

.... Comme organe politique, il assure le contrôle de l'application des politiques ( Aspect structurels et financier - établissement du rapport cout / efficacité ) et le respect d'une déontologie dans l'action publique, la protection contre les déviances politiques sur l'échelon national et se voit donc doté à terme, en maturité, de la possibilité d'émettre un vote de « défiance » à l'égard des autorités politiques dans le cadre d'une procédure graduelle formatée : Cette procédure, dite de DEFIANCE, aboutit à progressivement limiter les prérogatives du pouvoir, en fonction d'anomalies statistiques objectives constatées dans l'exercice des attributs de l'autorité -

.... En tant que structure de dialogue avec l'inconscient collectif et comme organe spirituel, l'institution se donne pour mission d'entretenir une réflexion collective sur l'homogénéisation des cultures, vers l'absolu comme purent le faire jadis, sous certains aspects, les institutions spirituelles – 


En savoir plus sur http://www.enim-cerno.com/pages/collectif-citoyen-universel.html#pzZ5lO3vg8wDe7QY.99

..... Reprenons chaque point de cette définiton -

.

1. Comme « élément institutionnel pilier de la société civil »,

le collectif incarne la structure sociale de référence et de proximité concernant les attributions qui lui sont propres – Les citoyens auront ainsi un interlocuteur privilégié vers lequel se tourner pour obtenir des informations spécifiques et un soutien structurel dérivant de certaines circonstances. Son intermédiaire reste facultatif et subsidiaire : Il n'y a pas d'obligation de la part du citoyen à s'adresser ou passer par le collectif, même concernant le domaine de ses attributions.

2. «Elément imbriqué »

Ce terme signifie que chaque structure se trouve reliée avec trois autres alentours dans le schéma typique d'un hexagone ( structure en nid d'abeille ) dont chaque unité se trouve à l'intersection des six segments de ladite figure, reproductible à l'infini sur le pourtour planétaire – Ce lien implique une communication qui s'étende au delà des frontières nationales ou de quelque nature que ce soit – Chaque élément doit être invariablement et de droit relié avec les trois collectifs qui lui sont contigus – Ce schéma assure une garantie de diffusion des connaissances et des informations -

3. En tant que structure « impartiale et non partisane »,

  Cette institution se veut représentative de tous les éléments constitutifs de la société civile qu'elle englobe, notamment d'un point de vu ethnique, social et culturel – Cette représentativité implique d'une part un bureau administratif de gestion toujours et uniquement tiré au sort sur une liste d'aptitude de volontaire, en respect des proportions de ces paramètres dans la société civile … ainsi qu'un renouvellement naturel, par mandat, ou accéléré en cas de défiance des autorités ou de la part des administrés selon une procédure prédéterminée, mais encore d'autre part la contradiction systématique de tous les écrits et débats. Tous les citoyens demeurant au sein de sa circonscritpion en sont membres de droit dés lors qu'ils y disposent d'un logement sans autre critère distinctif ou d'exclusion.

4. « Immanente »

Cela signifie que le collectif représente la consécration attendue d' un organe citoyen de permanence qui outrepasse le phénomène de mode ou de désagrégation des institutions politiques classiques liées au schéma organique social – En cas de péril ou de vacance du pouvoir, d'effondrement de civilisation, le collectif sert de ciment et d'institution de sécurité pour collaborer dans de bonnes conditions à la reconstitution de l'armature politique relais. L'humanité est passé par une multitude de stade de développement et se trouve aujourd'hui prête à concevoir la nécessité d'une communion entre les peuples, les cultures et les dogmes – Cette phase est aujourd'hui incarnée, institutionnalisée par la notion du collectif qui préexiste au jour de sa diffusion auprès du public – En tant qu'élément de permanence, le collectif citoyen prend la responsabilité de gérer le socle de connaissance ( niveau scolaire dit de l'école élémentaire ) notamment lié à l'apprentissage des langues, dont fait partie, à terme, « L'HUMA » langage international unique.

5. Comme « organe d'équilibration polyvalent … mais encadré »:

* Organe d'équilibration,le collectif agit, de par son lien avec les instituions voisines du même type, selon le principe des vases communicants puisque chacun se doit obligatoirement et périodiquement de verser à son voisin un volume d'informations statistiques ( chiffres détaillés du chômage et de la répartition des actifs par secteurs d'activité, délinquance et faits sociaux, prix des matières première et des denrées alimentaires ou des produits de première nécessité à la source productive ) ainsi que d'actualité ou découvertes scientifiques . Le collectif sert par ailleurs de relais pour transmettre de proche en proche aux populations une information exhaustive et contradictoire par l'ensemble des acteurs en présence sur les dernières acquisitions en leur assurant un contenu selon diverses approches, de la plus simple à la plus technique. *Polyvalent, il peut entreprendre dans des domaines variés tels que :

- L'art et les sciences sous l'angle particulier de l'éclosion de nouvelles tendances ou de manière à ce qu'une nouvelle proposition ( scientifique ou d'autre nature ) éclaire la teneur de théories exprimées sous des atours différents - - La transmission des savoirs ( sciences physiques ou sociales ), toujours selon une approche pluridisciplinaire ou critique ... et le déroulement de forum de discussion ou d'information organisés librement par les différents partis politiques sur un même thème et selon un calendrier prévisionnel . Ces exposés concernent notamment les problèmes et sujets d'actualité. Le débat lancé par un courant idéologique fera obligatoirement l'objet d'une contradiction par les autres dans une succession de forum . Ainsi, au titre du socle des connaissances, par exemple, chaque collectif sera capable de recenser et transmettre, oralement par des cours collectifs en amphithéâtre ainsi que par une bibliographie interne, l'ensemble des théories économiques, philosophiques, religieuses et politiques - Afin de tenir informés les citoyens sur le calendrier des activités, réunions et meetings ainsi que sur l'évolution des données structurelles nominatives, statistiques ou économiques, le collectif assure la parution d'un « périodique citoyen ». ( revue trimestrielle ).

- La comptabilisation, soutien ainsi que le regroupement en association de défense des citoyens victimes de pression, d'abus, escroquerie ou de dysfonctionnement de la part d'organismes ou personnes morales publiques ou privés. Cette phase initiale de recensement permet alors d'enclencher une seconde d'action, par la saisine judiciaire ainsi que par la diffusion d'un rapport destiné aux parlementaires ainsi qu'aux populations … .

- L'organisation d'événements locaux tels que des prix-concours ( Innovation technique ou artistique ) afin de susciter ou faire partager l'éveil des esprits sur un quelconque saut conceptuel.

Encadré, le collectif ne peut agir que sur des domaines définis dans ses statuts et toujours selon des procédures formatées afin de ne pas empiéter sur les autres échelons institutionnels . Le collectif citoyen ne dispose d'aucun pouvoir législatif, militaire, confessionnel, constitutionnel, exécutif, judiciaire, ni sécessionniste : Il est un élément constitutif et constructif de la société disposant de fonctions particulières et protégées relatives à l'in-formation des concitoyens – Un bureau administratif rétribué, tiré au sort,( responsable, d'une part devant les populations locales, parallèlement devant une institution supranationale concernant un engagement de responsabilité par les autorités nationales en cas d'agissement hors statuts ) gère et anime la vie du collectif.

6. « Cellule primordiale d'homogénéisation » des savoirs et de la connaissance –

Le collectif à pour mission de transmettre une information plurielle, de manière transversale et d' ainsi sensibiliser les citoyens sur l'interconnexion des disciplines – Chaque unité organise sur un cycle biennal, en collaboration avec les associations affiliées ainsi qu'avec les universités, un prix concours sur un thème théorique lié à l'actualité . Seront récompensés et diffusés les travaux qui, non seulement associent de manière la pus symbiotique les disciplines mystiques, philosophiques et scientifiques en dégageant l'origine, l'évolution ainsi que la conversion des premières aspirations en langage rationnel des disciplines plus récentes, mais encore ceux qui parviendront le mieux à dégager les limites conceptuelles, contradictions et pistes d'avenir que recèle le sujet. Les travaux primés permettent à leur auteurs de rejoindre un « groupe de travail et de réflexion sur l'homogénéisation des connaissances ».

Il est inutile d'entrer ici plus en détail sur la spécificité de ce programme si ce n'est qu'il doit permettre d'engendrer l'éclosion d' un langage international de nouvelle génération que nous baptiserons provisoirement « L'huma » ...

7. « Organe de protection contre les déviances politiques »

Le collectif permetde mettre en œuvre une procédure dite de défiance. Celle-ci permet, sur le constat d'un dysfonctionnement des institutions, par vote des citoyens, de limiter les pouvoirs de l'autorité nationale. Je me suis longtemps demandé si ce droit citoyen pouvait légitimement et directement aller jusqu'à la destitution pure et simple des autorités en place – Mais il est un constat qu'en l'état actuel, rien ne peut défaire la force obtenue par le suffrage des représentants en plus de constater la nécessité d'une stabilité des organes de direction de l'État : Se pose par ailleurs la question de la légitimité d'un pouvoir qui viendrait à subir un tel revers ainsi que le problème d'une équipe gouvernementale et d'une législature qui refuserait de se soumettre au vote de défiance au nom d'une prétendue nécessité absolue, d'un péril grave et imminent... ou justement en raison de ladite légitimité. Un véritable bouleversement de société sur lequel doit peser un ensemble de considérations novatrices faute de quoi nous ne pouvons qu'aller vers l'échec ! Il faut être progressif, y compris dans la démarche qui consiste à responsabiliser les citoyens et se contenter dans un premier temps d'une limitation de certaines prérogatives gouvernementale en plus de modifier le processus juridictionnel ( saisine – texte de référence & composition ) auquel on peut ajouter la possibilité d'une contribution au travail législatif : Proposition de loi d'initiative populaire et référendum d'abrogation d'une loi portant atteinte à des droits fondamentaux.

.                                                                                                                ....................................................

.Résultat de recherche d'images pour "ville futuriste idéale"

Le collectif se veut être un institution de long terme et de conquérir ses lettres de noblesse, son plein potentiel à force de temps lorsque ses « concurrents » perdront de leur vélocité. Il est prématuré d'entrer plus en détail sur cette épineuse question et vous renvoie au prochain texte sur le fonctionnement du collectif - Procédons par étape afin de cerner son potentiel -

Etape du constat d'insuffisance des processus démocratiques classiques dans le réglement des conflits sociaux :

Le "CCU" n'est pas un étage de décision politique supplémentaire venant s'ajouter aux divers parlements supra nationaux, nationaux, régionaux  ou communaux au sein desquels les décisions sont débattues puis les lois votées. Le CCU n'est pas un organe ayant vocation de légiférer. Les organes de décision politiques s'en chargent et n'ont pas besoin de concurrent en cette matière.

C'est justement en partant du constat premier de l'inadéquation du système de vote , fondé sur l'adoption par une assemblée créant une "majorité", dans l'évolution du débat d'idée au sein de notre système politique parlementaire représentatif que se justifie la création d'une institution citoyenne de dialogue et de recherche. Constater qu'une pseudo majorité de citoyens conviennent de prendre telle décision flattant des intérêts catégoriels ne rend pas forcément compte d'une vérité ou de la supériorité d'une idéologie mais atteste seulement de la "photo instantanée" d'un rapport de force numérique. Ce vote ne résout en rien les problèmes mais ne fait que permettre une prise de décision dont les conséquences s'intégreront dans la réalité par une mesure ciblée ayant force de loi. La procédure de création des normes de loi ne permet pas une recherche globale et conjointe des solutions auprés de la population citoyenne. La démocratie correspond in fine à ce conflit numérique cristallisé dans une assemblée que si un débat, un dialogue préalable et général de la communauté citoyenne permet premièrement de définir le sujet de fond soulevé par la problématique avec une définition de l'ensemble des variables, l'objectif visé par le sujet ou la problématique en respect des textes fondamentaux. secondement de soulever puis de rassembler tous les opinions ou courants d'opinion et conséquemment de créer une émulation créatrice collective pour la recherche d'un compromis satisfaisant le plus grand nombre en respect des divers paramètres. Cette communication devant permettre un jeu d'aller-retour entre les différents étages de ce processus pour mettre à jour l'ensemble des éléments et partenaires intervenant dans la discussion.  Ce n'est pas encore le cas dans notre système politique et c'est l'un des objectifs théoriques de notre institution fictive -

 

.Résultat de recherche d'images pour "ville futuriste idéale"

   .                                                                                                    …................................................

      ...................                                 Dans un premier temps, je me suis demandé si je pouvais être le premier à envisager cet ordre d' idée !?

Quelques heures passées dans les allées de ma gigantesque bibliothèque municipale à vocation Régionale suffirent à mettre un terme à ce suspens insensé . Une référence me suffira : "La société civile : Le troisième pouvoir" de Nicanor Perlas aux éditions Yves Michel .

L'ambition me parait clairement affiché de constituer et ériger la société civile en contre-pouvoir face aux structures politiques ainsi qu' à l' égard des puissances économiques ( modèle et caractérisation des trois secteurs chez Waddel - page 270 et 271 ), mais il n'est cependant rien proposé de trés concret . Le temps est venu de construire cette force citoyenne, en établissant un langage institutionnel capable d' interférer et de faire évoluer la logique des deux forces concurrentes sans susciter la sclérose comme le font les procédés contemporain du dialogue sociale - par leur principe fondé sur "l' opposition" et la "résistance" . L'idée consiste à dire qu' en cas de déviance, abus, dérive des institutions ou corruption des autorités, il serait plus logique de confier l' arbitrage du pouvoir politique en place aux citoyens par une procédure calibrée ( dite de "Défiance"), que de laisser se prononcer des autorités judiciaires ou administratives, même spécialisées, toujours susceptibles de pression, de corruption ou de copinage - Les parties politiques eux même, étant donné leur implication directe à la structure du pouvoir et leur intrication dans les milieux institutionnels ne semblent plus en mesure de s' opposer à ce risque, tant et si bien que le seul élément compétent et légitime pour se livrer à cette sanction s' avère être le citoyen ; à condition cependant de lui donner les instruments politiques pour répondre à sa mission -

Totalement  Indépendant et Autonome ( sauf concernant le contrôle de ces attributions qui est authentifié et contrôlé par un organe internationale sous l'égide de l'ONU – Étant entendu qu'il s'agit de considérer cet organe sous un jour nouveau) vis-à-vis des organes politiques, économiques et des institutions administratives, ce dispositif aurait vocation d' une part de permettre aux populations de se prémunir contre certains abus et égarements du pouvoir dans un cadre légal incontestable (limitatif et prédéterminé ) d' autre part de maintenir un "lien" permanent entre les composantes de la communauté locale et nationale afin d' échanger des informations jugées vitales pour une détermination libre et éclairée des populations lors des consultations électorales .

Pour finir, l'institution à mettre en place serait un instrument de prédilection servant à évaluer et révéler l' humeur et les tendances spirituelles des administrés ainsi que leur permettre d' exprimer -ainsi que partager- par les arts ( sens large ) divers conceptions et perspectives bourgeonnant, de manière plus ou moins consciente, dans les esprits - ... Ces dernières considérations ne devant pas être considérées comme des accessoires de la volonté politique ! Il me semble évident qu'un tel procédé serait de nature à faciliter l'éclosion des courants idéologiques si l'on admet le postulat selon lequel "chaque niveau de conception correspond à son corollaire institutionnel" .

Cette institution incarnera une nouvelle force de permanence citoyenne en fixant les orientations philosophiques & politiques attendues par les populations .

L'indépendance dont il est question va plus loin qu'on ne l'imagine à priori :

Elle doit trouver son fondement dans une théorie dite du << Double échelon institutionnel >>- Ce concpet prétend mettre l'institution à l'abri des bouleversements politiques pouvant agiter les régimes politiques lorsque des événements remettent en cause l'armature décisionnelle classique, tout en lui laissant la possibilité de s'y adapter mais encore de fournir un cadre minima pour un redemarrage en cas de "vacance" constitutionnelle.

Ce postulat prend pour hypothèse de départ le fait que les institutions politiques existantes s'éloignèrent peu à peu des citoyens de même que l'information pour parvenir à une détermination libre et éclairée. Ce dernier point pouvant à lui seul occuper des pages je vous renvoie à la prochaine lecture pour l'éclaircir – Le collectif se dote donc de mécanismes qui permettent de coller, d'adhérer régulièrement et parfaitement aux préoccupations citoyennes – Le premier échelon est matérialisé par l'institution citoyenne du collectif tandis que le second, déterminé dans les pays civilisé par la notion d'armature constitutionnelle, est incarné par les mécanismes institutionnels classiques liés à l'attribution des postes administratifs clés et mandats électifs de la nation. L'indépendance et surtout l'autonomie dont il est question implique une véritable séparation consacrée par le droit positif tant au niveau des budgets, de l'institution que des gestionnaires de son bureau d'animation ... ou des membres de droit : Les citoyens !. Vous noterez bien à ce stade de lecture la différence entre le parti politique, lieu d'expression d'une idéologie dont sont arrêtées les orientations, auquel s'ajoute un formidable appareil de guerre électoral .... et le principe fort différent d'un lieu ( le collectif ) de soutien à l'expression, de réflexion sur les grands sujets politiques, de défense et d'information citoyen pour les rapprocher des différentes réalités englobées dans le phénomène social.

…........... Face à un, ou des pouvoirs politiques & économiques dont les rouages ne peuvent être totalement maîtrisés, parce qu'ils sont élaborés selon des mécanismes théoriques, complexes, souvent d' application contradictoires vis-à-vis de leurs fondements, les citoyens se munissent d' un système parallèle de "palpation", d'observation, de contre-pouvoir, géré et animé par un personnel d' administration collégial, recruté selon des méthodes aléatoires (... Il serait prématuré d' en énumérer ici trop de détails - ...... Pour idée : Tirage au sort sur une liste "d' aptitude" de citoyens volontaires - afin de cadrer et réadapter régulièrement l' institution sur la volonté citoyenne . Pour parvenir au résultat d' une gestion incontestableles statuts devront prévoir l'institutionnalisation d' un système automatique, simple et publique de saisine judiciaire à l'initiative des associations affiliées au "collectif" pour prévenir les dysfonctionnements majeurs : Cette procédure s' adresse aux cas les plus graves : corruptionsdétournement de l' institution, abus de pouvoir, favoritisme, dilapidation ou détournement des budgetsinfiltration par des groupuscules, ségrégation raciale ou autre ) .

.

.... B - Environnement idéal et souhaitable - 

.

Chapitre II - Composition organique.

.... A - Structure institutionnelle matérielle - 

.

.... B - Organes fonctionnels variables -

....C - Organes fonctionnels permanents.

Chapitre III - Principes fonctionnels.

..... A - Principe Associatif & de réseau neuronal associatif.

..... B - Principes Concernant les missions permanentes

..... C - Principes Concernant les missions cycliques.

................. 1 - Les différentes phases du dialogue et de la recherche.

................. 2 - Mécanisme général & Principes directeurs d'échange et de circulation de l'information.

 

Date de dernière mise à jour : 07/07/2020

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire