Créer un site internet

GLOSSAIRE ANARCHO

 

 .  .                                   -GLOSSAIRE DU PETIT ''ANARCHISTE'' -

  .                                         .... Lorsque la loi est injuste, se révolter est un devoir ...

                                                             Ainsi pense l'anarchiste ... Est-ce à tort ou à raison ?

.

Résultat de recherche d'images pour "caricature rigolote de l anarchie"          Résultat de recherche d'images pour "symbole de l'anarchie"        Résultat de recherche d'images pour "l'anarchie caricature"

 

....................................................   Non je ne suis pas anarchiste ! Ne vous fiez pas aux apparences .... Mais il suffit d'un moment de dépit pour régresser et glisser vers les répertoires traditionnels de la lutte des classes. Attention? le terme n'est à l'opposé à mon esprit en rien péjoratif ! ... Au contraire ... . C'est probablement la seule perspective sociétaire utopique convenable pour plus d'un idéaliste ... et il ne faut pas croire que l'idée ne possède pas de lieu d'application OU DU MOINS DE TENTATIVE dans l'histoire.La répression qui s'en suivi suffit à vous faire comprendre l'enjeu et la difficulté de l'évolution de la matrice psychique. Comme on dit à Marseille "Le maton te guette" : Le pouvoir oligarchique veille au grain afin de protéger le système impérialiste ! Vouloir Faire tomber les princes peut coûter très cher - Ils savent parfaitement et d'expérience manipuler les esprits et diviser, mettre en compétition les populations pour les contenir . Pour vous en convaincre je vous conseille de vous rendre sur le site des reportages cité en référence, notamment l'épisode Espagnol en 1936 ... ( Hélas les reportages ont été supprimés du site : Etrange ! )  . Le mouvement anarchiste représente à mon esprit une force de progrés non négligeable.

.

Résultat de recherche d'images pour "symbole de l'anarchie"

........................................................      J'y succombe ici et vous pardonnerez certainement mes abus dont le but est plutôt de faire rire - Certes, parfois jaune - D'ailleurs, être anarchiste ou révolutionnaire n'est ni une insulte ni dégradant pour un citoyen désabusé face aux multiples et sordides effets de la crise politique que nous traversons. ( .... Parce que nous en sommes sortis un jour de cette crise ? LOL ) Il existe par ailleus des éléments doctrinaires des thèses anarchistes qui correspondent à certains aspects, à certaines nécessités inspirant la création du collectif citoyen universel - Sauf que le collectif citoyen, comme institution, ne supprime pas l'Etat mais en constitue le contre-pouvoir pacifique et institutionnel aux mains des citoyens pour obtenir une élévation discutée, contradictoire des mentalités jusqu'au jour où celui-ci (l'Etat ) s'éteindra de lui même car il sera devenu inutile.

Résultat de recherche d'images pour "caricature dessin rigolo de l'anarchie"

Je préfére de surplus un esprit de contradiction ou rebelle qu'un esprit docile et nonchalant. Il faut bien savoir que seules les grandes révoltes ou révolutions sont à l'origine des grands changements sociaux, institutionnels et c'est à ce titre que les esprits rebelles sont utiles. Rationnaliser le dialogue peut mener à son efficacité surtout lorsque les princes font tout pour engendrer la paralysie. L'histoire tourne encore en boucle et des pages sombres sont encore à ce jour en écriture. Je ne suis pas anarchiste simplement parce la réflexion, un rapide aperçu historique me prouve rapidement qu'il est impossible de remettre totalement en question l'emergence spontanée d'un pouvoir central, ne serait-ce que par la force armée, plus ou moins large dans sa dimension spatiale. L'épisode Espagnol , comme tant d'autres dans le monde, habilement éludé ou tronqué dans les livres d'histoire, prouve que faire éclore une enceinte de civilisation futuriste isolée, par l'instruction des masses ou par la violence seule est impossible : Cela prendra du temps et nous devons avancer tous ensemble, simultanément, dans un intérêt commun. Le faire disparaître dans la violence suscite la réaction brutale de l'autorité centrale au dispositif tentaculaire car, vous l'apprendrez, nos institutions sont en réalité une façade, la couverture habile d'une oligarchie domaniale, financière et industrielle : ( Celles des grands propriétaires ... Chut !... ). J'ai aujourd'hui la conviction personnelle que la plupart des guerres qui précédent ou justifient les grands conflits du 20° siécle sont à l'origine d'une volonté réactionnaire des empires dictatoriaux feutrés pour récupérer un pouvoir leur échappant en profitant du point de départ des situations de chaos engendrés à leur propre initiative . La situation de chaos leur permet collatéralement de réduire à néant, par des massacres gratuits, toute vélléité de réforme organisée de la société civile en quête d'un monde meilleur. Les conflits militaires servent à la reconquête ou à l'élargissement des empires mais surtout à la destruction récurrente des opposants politiques sur le plan des relations sociales internes. L'histoire des deux conflits mondiaux en atteste. N'en déplaise aux intellectuels aveugles ou corrompus, notre époque est encore celle des empires rivaux.

Il s'agissait donc à chaque fois d'étendre ou défendre les empires et collatéralement d'empêcher la marche évolutive normale de la société vers un modèle supérieur des relations politiques ( ...je ne parle pas du projet NAZI qui est une horreur ... mais par exemple de la lutte Espagnole - cf second reportage - écrasé par Franco et les pseudo communistes ). Ce processus d'évolution de la matrice psychique est encore en marche à l'identique partout dans le monde à l'orée de ce 21° sicècle, en échec partout, parce que l'édifice institutionnel pour le soutenir de manière cohérente n'est pas mis en place ni adapté à l'enjeu de civilisation : Les procédés révoutionnaires violents seuls ne sont pas adaptés. L'explication en est simple : Les révoltes éclosent de manière isolées et ne possèdent pas d'édifice institutionnel de permanence pour la promotion de leur idéal ( Le CCU - LOL ).

L'histoire nous apprend que l'être humain se sert et récupère invariablement tous les dogmes cultuels ou culturels pour justifier la structure d'un pouvoir oligarchique. Religion ou Etat ? : C'est la même chose du point de vue de cette récupération et les deux concepts engendrèrent partout, sans exception , aucune, les pires dictatures et déviances. Hier comme aujourd'hui, depuis toujours émergent des empires iniques qui s'affrontent au mépris des populations civiles. Je ne suis pas le seul à l'affirmer et je prèfére ici vous citer l'extrait d'un grand auteur qui consacra sa vie à l'étude des phénomnes psychologiques et sociaux .... C-G Jung - 

.

......................................                Extrait Auteur - c-g Jung – Livre : "présent et avenir" ( p 29-30-31 ) - le livre de poche -

(...,….)... L'execution d'un acte magique donne à l'être un sentiment de sécurité qui peut être favorable à l'exécution d'une décision. La désision exige cette assurance car elle comporte toujours un choix qui la marque d'une certaine unilatéralité. Chaque fois qu'un sujet prend une décision, il éprouve un risque, d'où la tendance à prendre une garantie. Un dictateur lui même se voit dans l'obligation d'accompagner ses hautes décisions non seulement de menaces, mais aussi de mise en scène et de grandes solennités. Fanfares, draapeaux, banderoles, parades, meetings monstres ne se différencient guère dans leur principe des processions, des coups de canon, des feux d'attifices qui chassent les démons.... . (…,...)

… A l'instar des églises, l'état aussi exige l'enthousiasme, le sacrifice et l'amour, et si la religion exigent ou suppose la crainte de Dieu, l'état dictatorial, lui, veille à ce que règne la terreur qui lui est nécessaire.(....,....). Le but religieux, libération du mal, réconciliation avec Dieu et récompense dans l'au-delà, se transforme sur le plan étatique en promesses d'ici-bas : Libération des soucis du pain quotidien, répartition équitable des biens matériels, bien-être général dans un futur pas trop lointain, réduction des heures de travail. Que l'accomplissement de ces dernières promesses demeure presque aussi nébuleux que le paradis ne constitue qu'une analogie supplèmentaire et confirme la conversion des masses d'un but extratemporel de la destinée humaine à une croyance exclusivement terrestre, croyance qui est vantée aux hommes avec la même ferveur religieuse et la même exclusivité que celle dont font preuve les confessions dans une visée radicalement opposée.(...,...). La religion, c'est à dire la prise en considération consciencieuse des facteurs irrationnels de l'âme et du destin individuel, réapparaît- dans la plus affreuse des distorsions- dans la déification de l'état et du dictateur : « Chassez le naturel, il revient au galop » . Les dirigeants et les dictateurs s'efforcent- en juste appréciation- d'estomper le parallélisme par trop precis qui existe entre leur situation et la divinisation de César, et de camoufler leur toute puissance effective derrière la fiction de l'Etat, ce qui d'ailleurs ne change rien d'essentiel.(..., Fin extrait ...)

 

.                                                                                                ......................................................................................

OBJET de cette page -

Ce petit lexique se donne donc plus modestement la fonction de reconsidérer soit le mot, en le déformant pour éclairer son sens tel que je le perçois en fonction des pratiques sociales, soit la définition d'un vocabulaire dont j'estime le contenu tronqué ou biaisé par ladite pratique. Tout est relatif, subjectif et il vous faudra réfléchir sur la question avant de les adopter comme tel dans vos préceptes terminologiques. .... On est là pour rire un peu .... C'est parti !

 

Résultat de recherche d'images pour "caricature rigolote de l anarchie"

Une petite information préalable me semble nécessaire sur la notion d'anarchisme et je vous propose donc une définition, deux reportages historiques intéressants pour connaître les fondements du sujet .....

https://fr.wikipedia.org/wiki/Anarchie

L’anarchie (du grec ἀναρχία / anarkhia, composé de an, préfixe privatif : absence de, et arkhê, pouvoir, hiérarchie, commandement) désigne l'état d'un milieu social sans gouvernement1, la situation d’une société où il n’existe pas de chef, pas d’autorité unique, autrement dit où chaque sujet ne peut prétendre à un pouvoir sur l’autre. Il peut exister une organisation, un pouvoir politique ou même plusieurs, mais pas de domination unique ayant un caractère coercitif. L’anarchie peut, étymologiquement, également être expliquée comme le refus de tout principe premier, de toute cause première, et comme revendication de la multiplicité face à l’unicité.

Polysémique, le terme anarchie s'entend sous des acceptions, non seulement différentes, mais absolument contradictoires. Employé péjorativement, comme synonyme de désordre social dans le sens commun ou courant et qui se rapproche de l’anomie, il l'est aussi comme un but pratique désirable à atteindre comme c’est le cas pour les anarchistes.

En 1840, Pierre-Joseph Proudhon est le premier à se réclamer anarchiste, c'est-à-dire, partisan de l’anarchie, entendu en son sens positif : « La liberté est anarchie, parce qu'elle n'admet pas le gouvernement de la volonté, mais seulement l'autorité de la loi, c'est-à-dire de la nécessité ». En 1987, Jacques Ellul précise : « plus le pouvoir de l'État et de la bureaucratie augmente, plus l'affirmation de l'anarchie est nécessaire, seule et dernière défense de l'individu, c'est-à-dire de l'homme ».

Pour les anarchistes, l’anarchie est l'ordre social absolu, grâce notamment à la socialisation des moyens de production : contrairement à l'idée de possessions privées capitalisées, elle suggère celle de possessions individuelles ne garantissant aucun droit de propriété, notamment celle touchant l'accumulation de biens non utilisés. Cet ordre social s'appuie sur la liberté politique organisée autour du mandatement impératif, de l'autogestion, du fédéralisme libertaire et de la démocratie directe. L'anarchie est donc organisée et structurée : c'est l'ordre moins le pouvoir. (...,... )

En 1850, Anselme Bellegarrigue publie L'Anarchie, journal de l'ordre. Pour ses partisans, l’anarchie est donc organisée et structurée : c’est selon les mots d’Élisée Reclus « la plus haute expression de l’ordre » (...,... )

.Résultat de recherche d'images pour "symbole de l'anarchie"

Deux Reportages historiques sur le sujet .........  A VOIR ABSOLUMENT pour devenir un citoyen averti !! .....................

https://www.youtube.com/watch?v=rNrHXXIAQDU

https://www.youtube.com/watch?v=YyxXxyMMQDI

... étonnant, les reportages ont disparus de la plate forme YT !!!.... Bizarre

............................

Résultat de recherche d'images pour "drapeau historique espagnol 1936 tete de mort de l'anarchie"

 A - Dictionnaire Anarcho -

.

 Mandat représentatif – Parlementaire : Par déformation humoristique on obtient ...

Néologie : Parlementeur - Définition

Fiction juridique permettant de transférer la souverneté ou volonté du peuple vers un dispositif de rationalisation des flux politiques aux mains des organes politiques et des élites du corps social. En théorie, les élus doivent nous servir et non nous asservir; La dérive des institutions tend à nous montrer que nos représentants sombrent dans la seconde hypothèse.

D'un point de vue stratégique, pour le "prince", les dispositifs institutionnels relais permettent d'éloigner les masses, de resserrer le nombre d'interlocuteur et de codifier un dialogue qui sera paramétré en faveur de l'autorité par divers procédés annexes de subordination ( infiltration, insertion dans une pyramide hiérarchique contraignante, division en sous organe, pesanteur des dispositifs fonctionnels, etc .... cf MDP ). D'un point de vue tactique, il est plus facile pour le prince de contrôler ou de corrompre un nombre restreint d'interlocuteur que d'entretenir un dialogue pluriel sociétaire ou divers systèmes de vérification soumis au plus grand nombre. Corrompre un comité restreint n'empêche pas d'affaiblir une institution en la divisant en une multitude de sous éléments : Division nuisible à l'efficacité comme à un bon fonctionnement- Dans ce sens les parlements peuvent incarner une multitude qui empêche d'être efficace si son statut ne prévoit pas de réels et efficaces pouvoirs de contrôle  - 

Résultat de recherche d'images pour "caricature de l'anarchie"

.
- Parti politique : 

Néologie : 2 - Coterie politique – Association de type oligarchique assurant le dispositif de contact avec les masses électorales ayant la double mission de canaliser puis orienter les flux ou propositions -politiques et parallélement d'assurer par un système de cooptation dissimulé derrière un faux semblant de vedettariat l'intronisation des futurs cadres et représentants de la nation –

Résultat de recherche d'images pour "caricature rigolote de l'anarchie"

.

3- Loi d'airain de l'oligarchie -

La loi d'airain de l'oligarchie, est un concept utilisé en sociologie pour qualifier la tendance de toute organisation à  sécréter une élite oligarchique.

Ce concept est à rattacher à la critique élitiste de la démocratie, les auteurs qui sont à rattacher au mouvement de l'école de sociologie élitistesont Mosca, Pareto et Michels. C'est une critique de l'illusion de démocratie au sein des partis politiques.

En politique c'est aussi la division entre une minorité dirigeante et une majorité dirigée.

Selon Michels, « l'organisation est la source d'où nait la domination des élus sur les électeurs, des mandataires sur les mandants, des délégués sur ceux qui les délèguent. »

Toute organisation engendre des relations de domination. Des processus de différenciation interne et de division du travail se mettent en œuvre, et à mesure que l'organisation partisane se développe, on voit émerger une bureaucratie peuplée par des dirigeants professionnels. Ceux-ci vont s'appuyer sur la maîtrise des ressources collectives dégagées par l'organisation et vont développer des savoirs-faire qui leur permettent de recueillir des mandats et des responsabilités. Ils deviennent presque des chefs inamovibles. Cela signifie que l'organisation crée des dirigeants qui deviennent indépendants des masses et coupés de leur contrôle. C'est un processus de captation du pouvoir.

« [...] Qui dit organisation dit tendance à l’oligarchie. Dans chaque organisation, qu’il s’agisse d’un parti, d’une union de métier, etc., le penchant aristocratique se manifeste d’une façon très prononcée. Le mécanisme de l’organisation, en même temps qu’il donne à celle-ci une structure solide, provoque dans la masse organisée de graves changements. Il intervertit complètement les positions respectives des chefs et de la masse. L’organisation a pour effet de diviser tout parti ou tout syndicat professionnel en une minorité dirigeante et une majorité dirigée. »

—Robert Michels Les Partis Politiques, Essai sur les tendances oligarchiques des démocraties

« Les gouvernements, lorsqu'ils durent, tendent toujours vers des formes aristocratiques. Aucun gouvernement de l'histoire n'a échappé à ce processus. Et, au fur et à mesure du développement de l'aristocratie, le gouvernement a de plus en plus tendance à n'agir exclusivement que dans l'intérêt de la classe dirigeante. »

— Frank Herbert dans son ouvrage Dune.

..                                                                                             ...........................................

 

......................... Commentire perso : Eucharilxtonw -

.

Ces définitions et concepts de la loi d'airain de l'oligarchie nous rappellent que la démocratie elle même est à défendre en permanence de cette tendance oligarchique malgré le confort et l'apparente sécurité qu'elle procure. Nos vieilles institutions, et les "affaires" qui se déroulent dans le cadre de la cinquième république nous démontrent que le système est épuisé.

............

Résultat de recherche d'images pour "caricature rigolote de l'anarchie"

.

- Statistique -  L'escroquerie des statistiques :

4 - "Statiposture" ( stat & imposture )

Statistique électorale - <<...Institution comptable pseudo représentative des courants d'opinion détournée de sa vocation par un pouvoir oligarchique et visant par mimétisme à influencer l'opinion ou les intentions de vote de l'électorat ...>>.

Il peut y avoir un piège dans les chiffres même lorsque ceux-ci sont donnés avec la plus grande rigueur intellectuelle ( ...de façade ) des guignols de l'info - Je ne parle pas de "canal"-  Ce début d'année 2017 est encore l'objet d'une énième arnaque de communication - Les médias nous chantonnent le même refrein sur les chiffres de l'inflation, du chomage, ect ...,... " Tout va mieux ! ..., etc . en nous invectivant des bienfaits de la politique en ces matières puisque nos élus veillent sur nous ! ..... En voici un extrait brillant et trompeur .....

J'ai toujours trouvé très étrange les déballages statistiques jusqu'à l'avant veille des premiers tours des élections,... : Un peu comme si quelqu'un de "bienveillannt" tenait à vous donner une indication de vote, une sorte de message subliminal ( sublimanal puisque le but est de nous la mettre ? LOL ) par l'intermédiaire des chiffres,... surtout lorsqu'on interroge les spécialistes du sujet ( politologues ) qui affirment vaillamment que donner des chiffres les derniers jours obscurcit, oriente les intentions de vote et que c'est la raison pour laquelle il est justement interdit d'en prodiguer les deux derniers jours ... Etrange non  ??? ... Moi si j'étais électeur averti, objectif et soucieux de la qualité des débats, .... J'exigerai l'interdiction des moindres statistiques au moins trois mois avant le scrutin . Ainsi, chacun se prononcerait sur le contenu des idées ou des programmes à l'issu d'un échange instructif au lieu de calculer des ententes fallacieuses de second tour ( pour s'assurer la majorité ) .

.......................... Mais je n'ai rien dis ! ....

.

http://france-inflation.com/index.php

http://france-inflation.com/calculateur_inflation.php

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2015/10/chomage-comment-le-gouvernement-ps-truque-les-chiffres-mode-d-emploi.html

http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/chomage/pole-emploi-les-chiffres-du-chomage-sont-ils-truques_1575515.html

- Je vous renvoie encore à titre d'information au .... "célébre" "Manuel du pouvoir" ..... infra 57B & 119 sur le sujet - ( Manipuation des données comptables )

.................

Mais il ne faut pas s'arrêter à ces quelques chiffres trompeurs, qui ne disent rien sur les dessous de long terme se dissimulant derrière cette tendance, car tout le monde à bien conscience que à la fin du mois (... surtout les trente derniers jours LOL) les comptes sont serrés et qu'il y a arnaque .... Mais où ?.

- En premier lieu, il faut bien avoir conscience que ce maintien du pouvoir d'achat se paie depuis l'aprés guerre au prix d'une délocalisation progresives et exponentielle des centres de production, ce qui; à moyen terme entraînera tôt ou tard une dislocation de nos propres économies, salaires et des systèmes sociaux pour aligner ( concurrence oblige ) les paramètres premiers des économies en concurrence. Ce "bienfait" transitoire aura bientôt un goût amer.

- En second lieu, le chiffre de 0,5 % d'inflation par an ( 2016 ) est un cache misère, un miroir déformé, qui ne dit rien sur la réalité des "besoins" d'achat des ménages ni sur le taux de partage des richesses -

.

http://www.centralcharts.com/fr/forums/133-analyse-economique-fondamentale/543-les-chiffres-truques-de-l-inflation ....

http://www.pcf.fr/sujets/2451

http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-123367-mondialisation-et-repartition-de-la-richesse-mondiale-des-riches-comme-cresus-et-des-pauvres-comme-job-1091915.php

https://mrmondialisation.org/les-1_pourcent-possedent-50-du-monde/

.Résultat de recherche d'images pour "caricature de la misère"

Voilà la réalité qu'il faudrait chiffrer ( le taux d'inégalité des revenus ) mais personne ne rend ce genre d'étude, et quand bien même cette étude serait menée qu'il faudrait en étudier le sérieux quand on connait l'animal -

-  Mais il y a  plus, les chiffres ne prennent pas en compte, par exemple, l'explosion historique des loyers entre 1995 et 2005 . Etonnant, la courbe que j'examine en étude n'y fait pas allusion alors que cette envolée historique cause un dommage conséquent dans le budget des ménages ... Etonnant ?!! Par ailleurs, les % de revenu affectés par poste de dépense dans le panier de référence sont largement en dessous de la réalité .... sous évalués ....Etonnant - Par exemple à marseille les loyers engagent souvent pour les foyers modestes plus de 35 à parfois 50 % des revenus ... !!! Idem sur tous les postes de dépense -

-  Le Prix des produits de consommation auraient baissé ? Mais cela ne tient pas compte du fait que leur durée de vie s'est largement réduite ( une année, deux à cinq ans contre le double au triple antan ) et qu'il ne passe pas une année sans devoir changer la moitié du parc. Idem pour le vestimentaire, ... pour tout ...!! Cela à un coût récurrent prohibitif qui n'est plus pris en compte correctement - 

Prenons un exemple global exprimant ces contradictions : 

Dans les statistiques ,Les chiffres officiels comparent l'augmentation du coût de la vie ( sur un "panier" de produit -bien-choisis ) par rapport à l'augmentation d'un salaire qui est dit .... de "référence" ( Là est le piège ... car celui-ci est à la base insuffisant ou le pourcentage des postes budgétaires sous évalués- Je constate même qu'il manque carrément des postes budgétaires importants .... à vous de voir ) sur une même période donnée.... mais rien n'indique le besoin réel moyen d'un foyer pour être sur un niveau de consommation décent dans une société donnée ... ! Etonnant !? Rien n'indique non plus le taux de partage ni un taux d'inégalité moyen dans le système social considéré .... . Les données semblent donc insuffisantes pour juger du phénoméne bugétaire des foyers Français .

Si je devais chiffrer cette lacune ( volontaire) sur une base de 100, on obtient les chiffres suivants -Nous prendrons en considération un Salaire imaginaire réfrence moyen de 100 Euros d'un travailleur . C'est le salaire référence théorique moyen ( base de 100 ), certes considéré de manière fallacieuse dans les statistiques par rapport à la réalité des besoins de dépense de faits dans un foyer moyen - Je prends volontairement l'exemple d'un salaire par foyer car c'est souvent le cas pour les citoyens labdas car travailler à deux n'est pas encore la norme dans une société ou la garde des enfants ne trouve pas encore sa solution institutionnelle accessible à tous ! ...

Logement ou mensualité crédit lié au logement : 40 E à 50 E depuis ladite envolée des prix immobiliers -

imprévus et divers quotidien, poche : 10 E

Nourriture : 25 E

Epargne : 10 E

Transport, essence et véhicule perso, assurance, crédit auto affectés au transport : 20 E

Education, scolaire : 5 E

Habillement, frais maison, linge maison : 15 E

Santé : 10 E

Loisirs : 10 E

Equipement électro, meublement maison : 10 E

.......... Au résultat, le salaire pris en référence de 100 est insuffisant et il faudrait, pour que les chiffres soient réels, que ce salaire de référence soit de 160 Euros conformément à la réalité des besoins ( .... ou que le pourcentage des postes de dépense soient 50% moins cher que et leur diversté soit conforme au train de vie moyen .... C'est ici que se cache l'inflation ! ).

A titre de vérification, le smic net mensuel 2017 est de 1153 Euros, un loyer à Marseille pour un Type 3 d'une famille lambda de trois ou quatre personnes va de 700 Euros à 1200 Euros, ... la nourriture nécessite uns somme de 400 Euros mensuel ...

.................................................... est -il besoin d'une démonstration ? .... Qui peut nier de tels faits ? Les salaires sont bien insuffisants !  A qui profite le crime de ce mensonge patenté de manipulation des chiffres ? L'oligarchie au pouvoir afin de faire croire que tout va bien et dissimuler les régressions en cours d'élaboration - Parlez-en  ... ou continuez à bêler ....

Résultat de recherche d'images pour "caricature de la misère"

 

5 - Aberration du système capitaliste -

Le système s'emballe, devient "fou" - Il faut consommer, achaeter tout et n'importe quoi ! Vous avez un peu d'argent ? Vite ! ... courez les dépenser dans la première boutique venue . L'acte d'achat devient un passe temps, un loisir comme un autre et l'on voit des familles partir le matin , non pas pour aller passer la journée à la campagne ... mais pour arpenter les galeries commerciales. Il y a dérive. La désillusion est à la hauteur de ce trompe l'oeil car la plupart des biens de consommation sont importés de Chine et donc de piètre qualité. Jai donc l'idée d'inventer un terme qui désigne cet acte impulsif sans objet, dont le contenu finit la plupart du temps dans une armoire ou à la poubelle -

Acheter & Objet :

Néologie N°5 -"Ajeter" - Abjet :  Verbe transitif du 1 er groupe unissant le verbe acheter et jeter - Néologie caricaturale et humoristique anticapitaliste.

Définition :

1 - Acte d'achat futile ou sans autre motif réel que l'impulsion consommatrice.

2 - Acheter un article ( ou service ) de consommation de très mauvaise qualité ou sans utilité, objet qui finira trés, très vite aux ordures - Un tel objet s'appelle par dérision un "abjet" - Ne pas confondre avec un objet -

Néologie humoristique anticapitaliste ( Invention par Eucharilxtonw - 08/08/2017 ) exprimant la déformation progressive de l'acte d'achat dans la société capitaliste occidentale; passant d'un acte rationnelle guidé par la stricte nécesssité ou l'utilité ... à un acte compulsif hystérique inutile, guidé par les canons de la mode ou motivé par le "matraquage" des médias de grande audience. On achète puis on oublie et pire, l'objet convoité, de piètre qualité, se dégrade à la première utilisation pour finir rapidement aux ordures jusqu'à la prochaine crise compulsive d'achat. L'orchestration de ce calendrier de la consommation imbécile étant en réalité animé par une volonté sournoise des cadres du système capitaliste d'accélérer la vitesse de rotation des cycles économiques de manière à accorder le cycle de consommation & industriel à celui du rendement optimal du système bancaire et financier ( obsolescence programmée, effet de mode, obligation légale de passage à une technologie nouvelle, etc ....) -

 

Résultat de recherche d'images pour "dessin sur la betise de la consommation"

.......................................................................................................................................................................

Résultat de recherche d'images pour "caricature du riche en gros bébé egosite"

6 - égoïste :

Néologie N° 6 : "égorichte"-

ADJECTIF -Terme humoristique et Pléonansme qui mélange les deux termes "égoïste" et "riche" - En quelque sorte pour nous interroger sur le lien inhérent qui existe entre ce comportement et cette condition sociale très discutable. On l'emploiera pour qualifier un individu ( notable SDF: sans difficulté financière ! ) refuse un partage des richesses avec son entourage familial ou surtout professionnel ou lorsque celui-ci profite de manière ostensible et éhontée de ses privilèges matériels à côté de gens dans le besoin.

On ne souligne jamais assez cette déviance de caractère - Le cumul de biens matériels est aussi l'expression d'une névrose : OUI ! Les gens qui captent de manière imbécile les richesses au détriment des autres et de la collectivité sont des gros bébés qui devraient avoir honte de leur comportement enfantin. Bouhhh ! Honte à eux -

Résultat de recherche d'images pour "caricature du riche en gros bébé egosite"

Faut-il être égoïste pour devenir riche ? Les riches sont-ils égoïstes par définition ? La question peut-être posée - Subjectivement je réponds personnellement par l'affirmative - Je vous laisse y répondre en apportant des nuances.... mais le seul constat du fonctionnement de nos sociétés dites "démocratiques" ( écart de richesse) et cet autre amer constat de 100 familles qui détiennent la moitié des richesses du monde,... par ailleurs la fortune dantesque dissimulée dans les paradis fiscaux ( dont on nous promet faussement et hypocritement la disparition ),.... la pauvreté parallèle de milliard de personnes en émoi devant ces icones auto proclamées nous permettent de soulever la question -

..................

Résultat de recherche d'images pour "caricature moralité"

7 -  Moral :

Néologie N°7 : maural -

Selon le dictionnaire, la morale concerne les règles de conduite pratiquées dans une société, en particulier par rapport aux concepts de bien et de mal - Toutes les sociétés subissent invariablement une interférence culturelle en raison du système politique. Cette interférence engendre une déformation ou une dérive de nombreuses notions, dont les concepts moraux, en fonction des impératifs dictés par le dogme politique permettant à l'oligarchie en place de se maintenir au pouvoir. C'est pour cette raison que je la considère ici comme un "mal" (maux-ral) car elle devient un ensemble de principes ou régles choisies et vigoureusement enseignées par des organes spécialisés à la solde du pouvoir permettant d'asservir les foules, les masses citoyennes. La morale devient alors potentiellement un auxiliaire culturel ( sans être le seul élément à cette fin ) afin de contenir les masses dans la passivité et l'acceptation des sacrifices exigés par le pouvoir en place. 

<< Maural : ... Ensemble des règles régissant la conduite sociale, initiée pour faciliter les relations et la vie en collectivité mais détourné de sa vocation par le pouvoir politique afin de servir comme auxiliaire culturel de subordination des masses . ... >>

............  Eh oui ! Ainsi apprend-on aux gentils petits écoliers à respecter l'autorité et les régles, la bienséance, l'honneur, l'ordre ... avec de plus en plus de ferveur et de zèle que le pouvoir en place à besoin d'une obéissance sans condition : Le tout sous contrôle du système éducatif et des médias ! La morale est une discipline élitiste, crée et entetenue par "la haute société", mais dont le respect s'adresse principalement aux crédules ... . On en trouve la caricature symbolique dans les valeurs militaires et de défense de la nation ... ( malgré le respect que je porte aux anciens combattants et il ne sagit pas de dénigrer mais de réfléchir sur l'égalité concernant l'application des dogmes dans l'esprit des citoyens ) . La morale est Une noble cause qui doit indistinctement concerner chaque citoyen en apparence mais qui les préoccupe en réalité de manière inégalitaire puisque les humbles ne se voient pas instruits à l'école ( ... Et cela est un tort ) des piliers antagonistes qui font le trait sans vergogne des cadres de la nation.

Car les pauvres gens s'imaginent invariablement  que cette instruction morale doit être un cadre directeur de leur vie entière et ils en font leur ''raison d'être'' tandis les gens de ''bonne famille'' subissent une instruction ''antidote'' où ils apprennent les sciences et disciplines contradictoires permettant de prendre ou plutôt garder l'ascendant dans les relations sociales, pour finalement quant à eux se défaire de ces contraintes : Science politique / Stratégie politique et militaire / Domaine et relation politique / Histoire des conflits et de luttes sociales, .... . Voilà pourquoi les gens qui sont au sommet de la hiérarchie sociale sont souvent (? ) des ''pourris'' prêts à tout ! Les maîtres du monde se foutent du mal qu'ils font par leurs décisions égoïstes et votre douleur leur importe peu. Le plus grave ? Notre école Républicaine ne remplit donc pas son rôle d'instruction, d'information et brise ainsi dans l'oeuf le rêve de mettre les citoyens sur un pied d'égalité avec les élites. Ainsi, seuls les deux extrêmes de la sphère social peuvent de manière et dans des buts différents comprendre et s'affranchir des dogmes paralysants de la "maural": En bas de l'échelle, les délinquants issus des milieux populaires, sans aucune éducation, parias de la société qui oeuvrent pour des gangs sans foi ni loi, ... à l'opposé, les nantis, issus de la haute société qui disposent d'une éducation complète et de modèles familiaux permettant de comprendre la réalité ainsi que la portée des dogmes culturels ....

.................

Résultat de recherche d'images pour "caricature paradis fiscal"

8 - ( Paradis fiscal )

Néologie N° 8 - Mascaradis fiscale :

Micro structure territoriale de droit exceptionnel placée sous tutelle des super-puissances politiques ou économiques environnantes dont la seule raison d'être consiste à permettre à leurs bénéficiaires, par l'intermédiaire d'un ensemble de fictions juridiques, de s'extraire de règles locales ( Légales, Fiscales ) contraignantes. Ainsi, le concept même de ces entités totalement artificielles est une mascarade ( d'où le terme "mascaradis"  LOL ! ) ayant seulement pour objet de mettre en aparté légale, avec le consentement exprès des puissances tutélaires, une zone territoriale de manière à permettre aux "égorichtes"  de faire plus de profits - Argent - Argent .... Miam . Ces états ne naissent pas en vertu du droit international mais correspondent à un besoin inhérent des zones économiques dont elles dépendent étroitement ! Etonnant ! ??  De grands enfants n'est-ce pas ? Je me demande si l'on nous prend pour des ....? Allez pas le dire aux copains surtout ....

.

9 - Inflation -qui devient ...

Néologie N°9 : L' Enflation ( ou art de se faire discrétement ENFLER ) - LOL

Euphémisme terminologique libéral visant à dissimuler le rapport de force existant entre les classes sociale se cristallisant sur les prix ( et donc sur le pouvoir d'achat ).

Ce mécanisme d'adaptation des prix permet indirectement aux classes dominantes, outre les mécanismes d'adéquation Offre / demande ou concernant le volume réel de monnaie en circulation - Qui servent de justification, de rogner les concessions salariales acordées aux travailleurs après une vague contestataire . Vous constaterez en conséquence que lorsque vous bénéficiez d'une augmentation de salaire, mécaniquement, l'ensemble des prix subissent une inflation qui compense et annule l'augmentation - Solution ? bloquer les prix . Ainsi, l'action syndicale s'avère être une moyen partiellement inefficace sur le long terme, et condamne les travailleurs à une lutte sans fin, à moins que les citoyens envisagent une réflexion globale permettant de dépasser ce mécanisme de lutte sur le partage des richesses . Une seule solution : Inscrire les termes du rapport de force au sein d'une disposition constitutionnelle dont la force légale sera affirmée par la possibilité de saisine directement auprès des tribunaux ( question préalable de constitutionnalité).

.

.

10 - Fête du 1 er MAIQuand la Fête perd son sens . Fête du muguet ou Fête des révoltés . manipulation sémantique -  Substitution de concept par le prince.

.                        Ce premier Mai 2019 est un peu particulier en cette période de révolte sociale marquée par les gilets jaunes. Le muguet en est devenu injustement ou justement le symbole. J'ai voulu dans cet article examiner l'aspect historique de cette fête pour en discerner le véritable fondement. Voilà ce qui m'importe car j'estime qu'il y a eu une manipulation, une substitution volontaire de l'esprit même de cette hommage au sacrifice des travailleurs. Le premier Mai est  une fête d'inspiration anarchiste en mémoire de la lutte et des sacrifices des travailleurs pour la conquête de leurs droits. Elle est la fête internationale des travailleurs. La notion en elle même est dangeureuse pour l'autorité qui cherchera un moyen pour l'occulter.

La substitution s'opère insidieusement en Avril 1941 par le régime collaborationniste de Vichy, probablement parce qu'en cette époque de soumission, le gouvernement ne souhaitait pas mettre en péril l'équilibre précaire par la moindre opportunité récalcitrante lors des fêtes inspirées par le soulévement. Il est cependant étrange que l'esprit de cette fête en demeura profondément et durablement perturbé jusqu'à ce jour. Vous savez que je ne crois en rien au hasard en ces domaines et que cette substitution d'objet et de but n'est certainement pas sans intêret pour nos amis de la grande bourgeoisie financière et industrielle. En plus de générer des profits énormes, elle se profile aujourd'hui comme une promenade nonchalante, bon enfant, la fleur de  muguet à la boutonnière; Cette fête doit aujourd'hui redevenir ce qu'elle est. Ce jour doit retrouver de nouveaux symboles ainsi qu'une approche, une trminologie plus adaptée : Le premier Mai est un hommage et un souvenir de la résistance citoyenne et des luttes sociales face à l'oppresseur capitaliste et son collaborateur privilégié incarné par l'Etat. Nous avons le devoir de lui rendre sa place en tant que tel.

..........................................................................

........................................................................ https://fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9e_internationale_des_travailleurs

.........................................................................

La fête internationale tire son origine des combats du mouvement ouvrier pour obtenir la journée de huit heures, à la fin du xixe siècle.

Aux États-Unis, au cours de leur congrès de 1884, les syndicats américains se donnent deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils choisissent de lancer leur action le 1ermai, date du moving day parce que beaucoup d’entreprises américaines entament ce jour-là leur année comptable, et que les contrats ont leur terme ce jour-là, l'ouvrier devant déménager (d'où le terme de moving day) pour retrouver du travail. La grève générale du 1er mai 1886, impulsée par les anarchistes, est largement suivie. Ils sont environ 340 000 dans tout le pays.

À Chicago, la grève se prolonge dans certaines entreprises, et le 3 mai 1886, une manifestation fait trois morts parmi les grévistes de la société McCormick. Le lendemain a lieu une marche de protestation et dans la soirée, tandis que la manifestation se disperse à Haymarket Square, il ne reste plus que 200 manifestants face à autant de policiers.

C’est alors qu'une bombe explose devant les forces de l’ordre. Elle fait un mort dans les rangs de la police. Sept autres policiers sont tués dans la bagarre qui s’ensuit. À la suite de cet attentat, cinq syndicalistes anarchistes sont condamnés à mort (Albert Parsons, Adolph Fischer, George Engel, August Spies et Louis Lingg) ; quatre seront pendus le vendredi  (connu depuis comme Black Friday ou « vendredi noir ») malgré l’inexistence de preuves, le dernier (Louis Lingg) s’étant suicidé dans sa cellule. Trois autres sont condamnés à perpétuité. En 1893, ces anarchistes furent innocentés et réhabilités par le gouverneur de l'Illinois, qui confirma que c'était le chef de la police de Chicago qui avait tout organisé, et même commandité l'attentat pour justifier la répression qui allait suivre.

Juste après la diffusion de la nouvelle de l'assassinat d'anarchistes de Chicago, en 1888, les habitants de Livourne se retournèrent d'abord contre les navires américains ancrés dans le port, puis contre le siège de la police, où on disait que le consul américain s'était réfugié.

Sur une stèle du cimetière de Waldheim, à Chicago, sont inscrites les dernières paroles de l’un des condamnés, August Spies :

« Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd’hui. »

Le combat pour une journée de travail de huit heures

Articles détaillés : Journée de huit heures et Fusillade de Fourmies.

La fusillade de Fourmies, Une du Petit Parisien.

En 1889, la IIe Internationale socialiste se réunit à Paris, à l'occasion du centenaire de la Révolution française et de l’exposition universelle.

Sous l’impulsion de Jules Guesde (qui inventera le terme de « fêtes du travail » en 1890) et du Parti ouvrier qu'il dirige, et sur une proposition de Raymond Lavigne, cette Internationale décide le  de faire de chaque 1er mai une journée de manifestation avec pour objectif la réduction de la journée de travail à huit heures (soit 48 heures hebdomadaires, le dimanche seul étant chômé)5. Le jour symbolique (1er mai) est choisi en référence aux événements du Haymarket Square de Chicago trois ans plus tôt (débutés un 1er mai, voir paragraphe précédent).

À l'époque, la durée de la journée de travail est de 10 h, voire plus, dans la plupart des pays industrialisés.

Le 1er mai 1890, l'événement est ainsi célébré, pour la première fois, dans la plupart des pays, avec des participations diverses.

Le 1er mai 1891, à Fourmies, dans le Nord, en France, la manifestation tourne au drame : la troupe tire sur la foule, dix personnes sont tuées, dont deux enfants de onze et treize ans8 (voir la Fusillade de Fourmies et affaire de Clichy). Avec ce nouveau drame, le 1er mai s’enracine dans la tradition de lutte des ouvriers européens. Les militants épinglent une églantine écarlate (Rosa canina ou Rosa rubiginosa), fleur traditionnelle du Nord, en souvenir du sang versé et en référence à Fabre d'Eglantine.

Quelques mois plus tard, à Bruxelles, l'Internationale socialiste renouvelle le caractère revendicatif et international du 1er mai.

............................................................................
............................................................................

........................................ https://www.europe1.fr/societe/le-1er-mai-de-chicago-a-vichy-en-passant-la-iieme-internationale-3640469

..........................................................................

Le 1er-Mai : de Chicago à Vichy en passant la IIème Internationale

, modifié à 

 

La "Fête du Travail" a une origine américaine. En France, elle a été récupérée par l’extrême gauche à la fin du 19ème siècle, officialisée par le régime de Vichy, avant d’être institutionnalisée en 1947.

Mardi, entre manifestations et projections de films, les syndicats fêtent la journée internationale des travailleurs, plus communément appelée "Fête du Travail". Leur mot d'ordre est large : "contre la remise en cause des acquis sociaux, la sélection à l'université. Pour le progrès social, la paix, la solidarité internationale !". Dès son origine, le 1er-Mai a été le marchepied des revendications ouvrières. Avant de devenir un jour chômé d'aujourd'hui, cette "Fête du Travail" a parcouru un chemin étonnant : de Chicago à Vichy en passant la IIème Internationale.

Pour la journée de huit heures. Les racines de la "Fête du Travail" se trouvent aux Etats-Unis. Tout commence en 1884, quand l'American Federation Labor, qui regroupent les principaux syndicats ouvriers, se donne deux ans pour obtenir des employeurs une journée de travail de huit heures maximum, contre 10 à 12 heures. Si la date du 1er mai est choisie pour débuter les actions, c'est que pour beaucoup d'entreprises américaines, il s'agit du premier jour de leur année comptable.

Des grévistes tués par la police à Chicago. Le 1er mai 1886, à Chicago, éclate une grève des ouvriers pour réclamer une limitation de leur journée de travail. Si une partie d'entre eux obtiennent satisfaction, d'autres doivent continuer leurs actions collectives pour forcer la main de leur employeur. Le surlendemain, une manifestation est durement réprimée par la police : trois grévistes trouvent la mort. Le 4 mai, une marche de protestation est organisée, au cours de laquelle une bombe explose. Plusieurs policiers sont tués. Après l'arrestation de plusieurs suspects, trois syndicalistes anarchistes sont condamnés à la prison à perpétuité et cinq autres sont pendus. Les anarchistes décident alors de faire de ces événements un emblème de la répression.

1

 

Un triangle rouge à la boutonnière. En France, c'est trois ans plus tard que le 1er-Mai s'impose. En 1889, les socialistes de 23 pays se réunissent à Paris où ils fondent la IIe Internationale socialiste, 17 ans après la dissolution de la Ière Internationale. Lors de ce congrès, Raymond Lavigne, syndicaliste français, propose "d'organiser une grande manifestation à date fixe de manière à ce que dans tous les pays et dans toutes les villes à la fois, le même jour convenu, les travailleurs mettent les pouvoirs publics en demeure de réduire légalement à huit heures la journée de travail". Le 1er-Mai est alors retenu en référence aux événements de Chicago. Jules Guesde, dirigeant du Parti ouvrier français (POF), invente alors le terme de "Fête du Travail".

Dès l'année suivante, des ouvriers défilent dans l'Hexagone, un triangle rouge à la boutonnière afin de symboliser le partage de la journée en trois : travail, loisir, sommeil.

La fusillade de Fourmies. Ce n'est cependant qu'après 1891 que la"Fête du Travail" s'inscrit durablement dans la tradition ouvrière. Cette année en effet, à Fourmies, cité industrielle située dans le Nord, les ouvriers défilent le 1er mai pour obtenir la journée de huit heures. Mais la manifestation tourne au drame : les soldats chargés d'encadrer tirent finalement sur la foule, tuant neuf personnes. L'événement fait la Une des journaux. Ce n'est finalement que le 23 avril 1919 que la loi française adopte la journée de travail de huit heures. Le 1er-Mai continuent cependant à être utilisé par les syndicats pour porter de nouvelles revendications.

La "Fête du Travail"... et celle du maréchal Pétain. Si la célébration du 1er-Mai a donc une origine anarchiste, c'est à l'autre bout du spectre politique que son officialisation est décidée. Le 24 avril 1941, alors que la France est occupée au nord par l'armée allemande, le régime de Vichy, gouverne la partie sud du pays, adopte la loi Belin qui fait du 1er-Mai un jour chômé. Dans le même temps, la "Fête du Travail" est rebaptisée "Fête du Travail et de la Concorde nationale". Coup double pour Vichy qui souligne que le 1er mai est aussi la Saint-Philippe, soit le prénom du maréchal Pétain (aujourd'hui décalée au 3 mai). Le muguet, fleur symbolisant le printemps portée dans les défilés parisiens depuis le début du 20ème siècle, devient en même temps un symbole officiel de la fête. 

L'objectif est simple : le régime de Vichy souhaite amadouer les classes ouvrières. Mais ici, exit les militants d'extrême-gauche, par ailleurs pourchassés par le régime d'extrême-droite : les cérémonies, où le culte de la personnalité de Pétain est largement déployé, sont strictement encadrées par le régime, dans des stades ou des enceintes fermées, sous l’œil de policiers.

.

B - Humour et citations d'anarchiste -

.

"' Lorsque tout sera privé, nous serons privé de tout'' ( .... https://solidaires.org/Quand-tout-sera-prive-ON-SERA-PRIVE-ES-DE-TOUT )

.http://www.socialisme-libertaire.fr/2015/09/citations-anarchistes-et-revolutionnaires.html

★ Citations anarchistes et révolutionnaires

Comme tous les êtres vivants, l’homme s’adapte et s’habitue aux conditions dans lesquelles il vit, et il transmet, par hérédité, les habitudes qu’il a acquises. Ayant vécu enchaîné depuis sa naissance et étant l’héritier d’une longue série d’esclaves, l’homme a cru, quand il a commencé à penser, que l’esclavage était la caractéristique même de la vie, et la liberté lui est apparue comme étant chose impossible. De la même façon, contraint depuis des siècle et donc habitué à attendre du patron le travail, c’est-à-dire le pain, et à voir sa propre vie perpétuellement à la merci de celui qui possède la terre et le capital, le travailleur a fini par croire que c’est le patron qui lui permet de manger et il demande naïvement comment il pourrait vivre si les maîtres n’existaient pas.

Errico Malatesta

Chacun cherche sa route ; nous cherchons la nôtre et nous pensons que le jour où le règne de la liberté et de l'égalité sera arrivé, le genre humain sera heureux. 

Ce n'est pas une miette de pain, c'est la moisson du monde entier qu'il faut à la race humaine, sans exploiteur et sans exploité.

C'est que le pouvoir est maudit et c'est pour cela que je suis anarchiste. 

La révolution sera la floraison de l'humanité comme l'amour est la floraison du cœur.

Louise Michel

Même s’il gagne une grève, le travailleur n’aura rien gagné, car l’augmentation de salaire qu’il aura obtenue, le bourgeois la lui reprendra d’une autre manière, en augmentant, par exemple, son loyer ou le prix des denrées. Ainsi, le pauvre esclave est toujours trompé. Que l’expérience serve, enfin, pour que les peuples ouvrent les yeux et qu’ils comprennent que l’effort et le sacrifice que suppose la lutte pour un morceau de pain sont exactement du même type que ceux qui président à la lutte pour mettre, une fois pour toutes, à bas ce système criminel et faire que toutes choses appartiennent à tous.

Ricardo Flores Magón

L’appétit de l’argent et l’indifférence aux choses de la grandeur avaient opéré en même temps pour donner à la France une presse qui, à de rares exceptions près, n’avait d’autres buts que de grandir la puissance de quelques-uns et d’autre effet que d’avilir la moralité de tous. Il n’a donc pas été difficile à cette presse de devenir ce qu’elle a été de 1940 à 1944, c’est-à-dire la honte du pays.

Albert Camus in "Combat" du 31 août 1944

As-tu compris qu’entre le prolétariat et la bourgeoisie, il existe un antagonisme qui est irréconciliable, parce qu’il est une conséquence nécessaire de leurs positions respectives ? Que la prospérité de la classe bourgeoise est incompatible avec le bien-être et la liberté des travailleurs, parce que cette prospérité exclusive n’est et ne peut être fondée que sur l’exploitation et l’asservissement de leur travail, et que, pour la même raison la prospérité et la dignité humaine des masses ouvrières exigent absolument l’abolition de la bourgeoisie comme classe séparée ? Que par conséquent la guerre entre le prolétariat et la bourgeoisie est fatale et ne peut finir que par la destruction de cette dernière ?

As-tu compris qu’aucun ouvrier, quelque intelligent et quelque énergique qu’il soit, n’est capable de lutter seul contre la puissance si bien organisée des bourgeois, puissance représentée et soutenue principalement par l’organisation de l’État, de tous les États ? Que pour te donner de la force tu dois t’associer non avec des bourgeois, ce qui serait de ta part une sottise ou un crime parce que tous les bourgeois en tant que bourgeois sont nos ennemis irréconciliables, ni avec des ouvriers infidèles et qui seraient assez lâches pour aller mendier les sourires et la bienveillance des bourgeois, mais avec des ouvriers honnêtes énergiques et qui veulent franchement ce que tu veux ?

Mikhaïl Bakounine

Les pauvres sont coupables de l'existence des riches.

Nous sommes tous les deux, l’État et moi, des ennemis [...] Tout État est une tyrannie.

L’État ne poursuit jamais qu'un but: limiter, enchaîner, assujettir l'individu, le subordonner à une généralité quelconque. 

Aux mains de l’individu, la force s’appelle Crime. Aux mains de l’État, elle se nomme Droit.

La liberté ne peut être que toute la liberté ; un morceau de liberté n'est pas la liberté.

Max Stirner

Faut-il répéter les arguments irrésistibles du socialisme, des arguments qu’aucun économiste bourgeois n’est jamais parvenu à détruire ? — Qu’est-ce que la propriété, qu’est-ce que le capital, sous leur forme actuelle ? C’est, pour le capitaliste et pour le propriétaire, le pouvoir et le droit, garanti et protégé par l’État, de vivre sans travailler, et, comme ni la propriété ni le capital ne produisent absolument rien, lorsqu’ils ne sont pas fécondés par le travail, c’est le pouvoir et le droit de vivre par le travail d’autrui, d’exploiter le travail de ceux qui, n’ayant ni propriété ni capitaux, sont forcés de vendre leur force productive aux heureux détenteurs de l’une ou des autres.

La liberté sans le socialisme c'est le privilège et l'injustice et le socialisme sans la liberté c'est l'esclavage et la brutalité.

Mikhaïl Bakounine

La propriété, c'est le vol.

Le gouvernement de l'homme par l'homme, sous quelque nom qu'il se déguise, est oppression.

La république n'est qu'une monarchie déguisée.

Pierre-Joseph Proudhon

Celui qui commande se déprave, celui qui obéit se rapetisse. La morale qui naît de la hiérarchie sociale est forcément corrompue. 

Un jour, aujourd’hui, demain, plus tard... nous abolirons l’argent.

Aussi longtemps que la société sera basée sur l'autorité, les anarchistes resteront en état perpétuel d'insurrection

Elisée Reclus

Toutes les lois sont oppressives et criminelles. Elles ne protègent que les riches et les heureux.

Les hommes passent la moitié de leur temps à se forger des chaînes et l'autre moitié à les porter.

Octave Mirbeau

La seule révolution possible, c'est d'essayer de s'améliorer soi-même, en espérant que les autres fassent la même démarche. Le monde ira mieux alors.

Mort à toute peine de mort.

Aucune idée sur terre n'est digne d'un trépas.

Georges Brassens

Je suis un amant fanatique de la liberté, la considérant comme l'unique milieu au sein duquel puissent se développer et grandir l'intelligence, la dignité et le bonheur des hommes ; non de cette liberté toute formelle, octroyée, mesurée et réglementée par l'État, mensonge éternel et qui en réalité ne représente jamais rien que le privilège de quelques-uns fondé sur l'esclavage de tout le monde.

L'uniformité c'est la mort, la diversité c'est la vie.

Je déteste le communisme, parce qu'il est la négation de la liberté et que je ne puis concevoir rien d'humain sans liberté. Prenez le révolutionnaire le plus radical et placez-le sur le trône de toutes les Russies, ou confiez-lui un pouvoir dictatorial [...] et avant un an il sera devenir pire que le Tsar lui-même.

Mikhaïl Bakounine

Le fait de pouvoir élire librement des maîtres ne supprime ni les maîtres ni les esclaves.

Herbert Marcuse

L’anarchie [...] est l’idéal qui pourrait même ne jamais se réaliser, de même qu’on n’atteint jamais la ligne de l’horizon qui s’éloigne au fur et à mesure qu’on avance vers elle, l’anarchisme est une méthode de vie et de lutte et doit être pratiqué aujourd’hui et toujours, par les anarchistes, dans la limite des possibilités qui varient selon les temps et les circonstances.

Il ne s'agit pas de faire l'anarchie aujourd'hui, demain, ou dans dix siècles, mais d'avancer vers l'anarchie aujourd'hui, demain, toujours.

Si pour vaincre il faut pendre sur les places publiques, je préfère être vaincu.

Errico Malatesta

Jamais vous ne serez dignes du bonheur tant que vous aurez quelques chose à vous, et que votre haine des bourgeois viendra uniquement de votre besoin enragé d'être des bourgeois à leur place.

Emile Zola (1885)

S'il m'était prouvé qu'en faisant la guerre, mon idéal avait des chances de prendre corps, je dirais quand même non a la guerre. Car on n'élabore pas une société humaine sur des monceaux de cadavres. 

Si un bon révolutionnaire doit demeurer insensible à la souffrance qu'il voit ou devine, je suis un mauvais révolutionnaire car ce n'est pas moi qui souhaiterai jamais que les régimes abhorrés accumulent plus d'horreurs pour pouvoir rassembler plus d'arguments contre eux.

Louis Lecoin

Être gouverné, c'est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n'ont ni titre, ni la science, ni la vertu 

Le gouvernement de l'homme par l'homme, sous quelque nom qu'il se déguise, est oppression.

Pierre-Joseph Proudhon

En nous déclarant anarchistes, nous proclamons d'avance que nous renonçons à traiter les autres comme nous ne voudrions pas être traités par eux ; que nous ne tolérons plus l'inégalité qui permettrait à quelques-uns d'entre nous d'exercer leur force, ou leur ruse ou leur habileté, d'une façon qui nous déplairait à nous-mêmes. Mais l'égalité en tout, synonyme d'équité, c'est l'anarchie même. (...) Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l'auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l'iniquité, contre le mensonge et l'injustice. Lutte ! La lutte c'est la vie d'autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais.

Piotr Kropotkine

Si un homme a beaucoup plus qu'il ne faut, c'est que d'autres manquent du nécessaire.

Le gouvernement est une réunion d'hommes qui fait violence au reste des hommes.

Le patriotisme, c'est l'esclavage.

La vérité doit s'imposer sans violence.

Partout où il y aura le pouvoir des uns sur les autres, il n’y aura pas de liberté mais l’oppression des uns sur les autres. C’est pourquoi le pouvoir doit être détruit.

Léon Tolstoï

La révolution prolétarienne n’a nul besoin de la terreur pour réaliser ses objectifs.

Elle hait et abhorre l’assassinat. Elle n’a pas besoin de recourir à ces moyens de lutte parce qu’elle ne combat pas des individus, mais des institutions, parce qu’elle n’entre pas dans l’arène avec des illusions naïves qui, déçues, entraîneraient une vengeance sanglante. Ce n’est pas la tentative désespérée d’une minorité pour modeler par la force le monde selon son idéal, c’est l’action de la grande masse des millions d’hommes qui composent le peuple, appelés à remplir leur mission historique et à faire de la nécessité historique une réalité.

Mais la révolution prolétarienne sonne en même temps le glas de toute servitude et de toute oppression ; voilà pourquoi se dressent contre elle dans une lutte à mort, comme un seul homme, tous les capitalistes, les Junkers, les petits-bourgeois, les officiers, bref tous les profiteurs ou les parasites de l’exploitation et de la domination de classe.

Rosa Luxemburg

L'histoire de l'humanité est une statistique de la contrainte.

J'obéis, sans ordre. J'obéis, parce que membre de cette société je m'ordonne de me taire (...) De cette machinerie dont je suis le serf, de cette incessante ingérence de mes viscères, de mon sang, de mes nerfs, de cette prison définitive où l'on m'a mis - moi, mammifère bipède - je ne me libère que par des mots.

Léo Ferré

Dans la vie des sociétés, il est des époques où la Révolution devient une impérieuse nécessité, où elle s’impose d’une manière absolue. Des idées nouvelles germent de partout, elles cherchent à se faire jour, à trouver une application dans la vie, mais elles se heurtent continuellement à la force d’inertie de ceux qui ont intérêt à maintenir l’ancien régime, elles étouffent dans l’atmosphère suffocante des anciens préjugés et des traditions. Les idées reçues sur la constitution des Etats, sur les lois d’équilibre social, sur les relations politiques et économiques des citoyens entre eux, ne tiennent plus devant la critique sévère qui les sape chaque jour, à chaque occasion, dans le salon comme dans le cabaret, dans les ouvrages du philosophe comme dans la conversation quotidienne. Les institutions politiques, économiques et sociales tombent en ruine ; édifice devenu inhabitable, il gêne, il empêche le développement des germes qui se produisent dans ses murs lézardés et naissent autour de lui.

Un besoin de vie nouvelle se fait sentir. Le code de moralité établi, celui qui gouverne la plupart des hommes dans leur vie quotidienne ne paraît plus suffisant. On s’aperçoit que telle chose, considérée auparavant comme équitable, n’est qu’une criante injustice : la moralité d’hier est reconnue aujourd’hui comme étant d’une immoralité révoltante. Le conflit entre les idées nouvelles et les vieilles traditions éclate dans toutes les classes de la société, dans tous les milieux, jusque dans le sein de la famille. Le fils entre en lutte avec son père : il trouve révoltant ce que son père trouvait tout naturel durant toute sa vie ; la fille se révolte contre les principes que sa mère lui transmettait comme le fruit d’une longue expérience. La conscience populaire s’insurge chaque jour contre les scandales qui se produisent au sein de la classe des privilégiés et des oisifs, contre les crimes qui se commettent au nom du droit du plus fort, ou pour maintenir les privilèges. Ceux qui veulent le triomphe de la justice; ceux qui veulent mettre en pratique les idées nouvelles, sont bien forcés de reconnaître que la réalisation de leurs idées généreuses, humanitaires, régénératrices, ne peut avoir lieu dans la société, telle qu’elle est constituée : ils comprennent la nécessité d’une tourmente révolutionnaire qui balaie toute cette moisissure, vivifie de son souffle les coeurs engourdis et apporte à l’humanité le dévouement, l’abnégation, l’héroïsme, sans lesquels une société s’avilit, se dégrade, se décompose.

La machine gouvernementale, chargée de maintenir l’ordre existant, fonctionne encore. Mais, à chaque tour de ses rouages détraqués, elle se butte et s’arrête. Son fonctionnement devient de plus en plus difficile, et le mécontentement excité par ses défauts, va toujours croissant. Chaque jour fait surgir de nouvelles exigences. — « Réformez ceci, réformez cela ! » crie-t-on de tous côtés. — « Guerre, finance, impôts, tribunaux, police, tout est à remanier, à réorganiser, à établir sur de nouvelles bases. » disent les réformateurs. Et cependant, tous comprennent qu’il est impossible de refaire, de remanier quoi que ce soit, puisque tout se tient ; tout serait à refaire à la fois ; et comment refaire, lorsque la société est divisée en deux camps ouvertement hostiles ? Satisfaire les mécontents, serait en créer de nouveaux.

Incapables de se lancer dans la voie des réformes, puisque ce serait s’engager dans la Révolution ; en même temps, trop impuissants pour se jeter avec franchise dans la réaction, les gouvernements s’appliquent aux demi-mesures, qui peuvent ne satisfaire personne et ne font que susciter de nouveaux mécontentements. Les médiocrités qui se chargent à ces époques transitoires de mener la barque gouvernementale, ne songent plus d’ailleurs qu’à une seule chose : s’enrichir, en prévision de la débâcle prochaine. Attaqués de tous côtés, ils se défendent maladroitement, ils louvoient, ils font sottise sur sottise, et ils réussissent bientôt à trancher la dernière corde de salut ; ils noient le prestige gouvernemental dans le ridicule de leur incapacité.

A ces époques, la Révolution s’impose. Elle devient une nécessité sociale ; la situation est une situation révolutionnaire.

Piotr Kropotkine in "L’Esprit de Révolte"

....................................................................................................................................................

...................................................................................................................................................

https://dicocitations.lemonde.fr/citations-mot-anarchiste.php

.

J'ai pour ma part rencontré un jour une vieille dame ayant combattu lors de la guerre d'Espagne et qui me disait le plus simplement du monde : « Je suis anarchiste : c'est que je n'aime ni recevoir ni donner des ordres. »

L'ordre moins le pouvoir : histoire et actualite de l'anarchisme - Normand Baillargeon

 

J’ai connu le temps où notre position n’était pas si différente de celle des anarchistes. Lorsque la société moderne ne nous traitait pas en ennemis déclarés, elle nous tenait à l’écart, elle s’avouait ainsi responsable de notre impuissance. Son obstruction sournoise et courtoise sera demain mille fois plus à craindre que ses violences.

Les Enfants humiliés. - Georges Bernanos

 
J'aimais beaucoup jouer avec mon copain Petit Larousse. .. Anar, Anarchie, anarchique, anarchisant, anarchisme, anarchiste ont dû se résoudre à être rangés.

Au secours ! Les mots m'ont mangé - Bernard Pivot

 
Ce n'est pas la liberté de ne pas enfouir les ordures qu'on fait, songeait-il. Il n'y a pas d'animal plus libre que le chat mais il enterre ses saletés. Le chat, c'est le meilleur anarchiste.

Pour qui sonne le glas - Ernest Hemingway

 
- Et le Christ ? - C'est un anarchiste qui a réussi. C'est le seul.

André Malraux

 
Si je n'étais pas reine, je serais anarchiste. En somme je suis une reine anarchiste. C'est ce qui fait que la cour me dénigre et c'est ce qui fait que le peuple m'aime.

L'aigle à deux têtes - Jean Cocteau

 
Je suis un peu anarchiste. A quatre-vingt ans, c'est assez gênant évidemment. Et romantique, par dessus le marché, ce qui n'arrange rien.

Lady l - Romain Gary

 
Parmi les aïeux de George Sand, tous les personnages sont extraordinaires. Les rois s'y mêlent aux chanoinesses, les grands soldats aux filles de théâtre. Toutes les femmes s'appellent Aurore, comme dans les contes de fées toutes ont des fils, des amants, et préfèrent les fils aux amants. Les enfants naturels y tombent comme grêle, mais sont reconnus, exaltés, royalement élevés. Tous sont séduisants, anarchistes, tendres et cruels.

Lelia ou la vie de george sand (1952), andre maurois, édition le livre de poche, 2004 (isbn 2-253-10923-1), chap. i. aurore dupin, i. rois, soldats, chanoinesses, comediennes, p. 16 - lelia ou la vie de george sand, 1952 - André Maurois

 
Les riches, les vrais, ne perdent presque jamais rien. Une seule chose, peut-être, leur arrogance, parce que avec tous ces anarchistes qui courent les rues, il faut dissimuler.

Derrière les portes closes de Care Santos - Care Santos

 
Les anarchistes sont toujours du passé, parce qu’ils ne croient qu’à la mort.

Le Chaos et la Nuit - Henry de Montherlant

 
Je suis un anarchiste qui traverse dans les clous pour ne pas avoir d'ennuis avec la maréchaussée.

Le Quotidien Rhône-Alpes, 12 mars 1987 Pointes, piques et répliques, Guy Bedos, éd. Le Cherche Midi, coll. Les Pensées, 1998 (ISBN 978-2-86274-585-5), p. 20 - Guy Bedos

 
La justice est sociale. Il n'y a que de mauvais esprits pour la vouloir humaine et sensible. On l'administre avec des règles fixes et non avec les frissons de la chair et les clartés de l'intelligence. Surtout ne lui demandez pas d'être juste, elle n'a pas besoin de l'être puisqu'elle est justice, et je vous dirai même que l'idée d'une justice juste n'a pu germer que dans la tête d'un anarchiste.

Crainquebille de Anatole France - Anatole France

 
Les anarchistes ne sont pas très doués pour assurer leur propre pérennité.

Double meurtre à Borodi Lane de Jonathan Kellerman - Jonathan Kellerman

 
Luttes, factions, triomphes, exécrations solennelles, exécutions, émeutes, tragédies autour du pouvoir !… Il n’était bruit dans cette République que de scandales, de fortunes foudroyantes ou foudroyées, de complots et d’attentats. Il y avait des plébiscites de chambre, des couronnements insignifiants, beaucoup d’assassinats par la parole. Je ne parle point des larcins. Tout ce peuple « intellectuel » était comme l’autre. On y trouvait des puritains, des spéculateurs, des prostitués, des croyants qui ressemblaient à des impies et des impies qui faisaient mine de croyants ; il y avait de faux simples et de vraies bêtes, et des autorités, et des anarchistes, et jusqu’à des bourreaux dont les glaives dégouttaient d’encre. […] Les plus ridicules étaient ceux qui se faisaient de leur chef les juges et les justiciers de la tribu. Ils ne paraissaient point se douter que nos jugements nous jugent, et que rien plus ingénument ne nous dévoile et n’expose nos faiblesses que l’attitude de prononcer sur le prochain.

Monsieur Teste - Paul Valéry

 
Faisons-nous tort à la vertu, nous autres immoralistes ? — Tout aussi peu que les anarchistes aux princes. Ce n’est que depuis qu’on leur tire de nouveau dessus qu’ils sont solidement assis sur leurs trônes. Morale : il faut tirer sur la morale.

Le Crépuscule des idoles : Maximes et pointes - Friedrich Nietzsche

 
Comme tu tiens à ta pureté, mon petit gars ! Comme tu as peur de te salir les mains. Eh bien, reste pur ! A quoi cela servira-t-il et pourquoi viens-tu parmi nous ? La pureté, c'est une idée de fakir et de moine. Vous autres, les intellectuels, les anarchistes bourgeois, vous en tirez prétexte pour ne rien faire. Ne rien faire, rester immobile, serrer les coudes contre le corps, porter des gants. Moi j'ai les mains sales. Jusqu'aux coudes. Je la ai plongées dans la merde et dans le sang.

Les Mains sales - Jean-Paul Sartre

 
Le véritable anarchiste marche toujours entre les clous parce qu'il a horreur de discuter avec les flics.

Citations drôles - Georges Brassens

 
Il n'y a pour moi pas une idée que l'amour n'éclipse. Tout ce qui s'oppose à l'amour sera anéanti s'il ne tient qu'à moi. C'est ce que j'exprime grossièrement quand je me prétend anarchiste. C'est ce qui me portera aux pires exaltations, chaque fois que je sentirai l'idée de liberté un seul instant en jeu.

Le libertinage - Louis Aragon

 
Je pense fermement qu’un homme peut et doit se refuser à en assassiner d’autres. En n’obéissant pas aux injonctions de la soldatesque, en refusant de me laisser militariser, j’agis conformément à mon idéal anarchiste. Je suis logique avec mes idées et reste d’accord avec mon cœur, qui souffre au spectacle de ces laideurs, et avec ma conscience, qui s’indigne de ce que les individus accumulent tant de misères.

Lettre au gouvernement militaire de Paris. - Louis Lecoin

 
Mais alors, quel genre d’anarchiste est-ce que t’es ? - La véritable anarchie ne peut admettre la violence. L’idée anarchiste est la négation de la violence. Et le pouvoir et la violence, ça ne fait qu’un…

La Storia, Gallimard, p.323. - Elsa Morante

....................................

....................................

.

11 - Média - Néologie :  "Madia"  ( Manipulation & média )

Madia :  Vecteur de propagande de grande échelle, officiel ou officieux, à la solde de l'oligarchie en place ou d'un groupuscule ( économique, spirituel, politique ). Le vecteur madia est officiellement ou officieusement sous conntrôle de l'autorité au pouvoir par l'intermédiaire des subventions ou des capitaux de financement soit par infiltration des personnels hiérarchiques, des cadres dirigeants ou parfois plus simplement de quelques journalistes partisans. Beaucoup de grands médias ( sans généraliser - ? -) sont sous obédience des pouvoirs politiques, financiers ou sous influence des lobbies industriels ! En avez-vous conscience ? Lorsque vous lisez ou regardez un média, il faut s'intéresser au courant idéologique, à la direction ( ligne éditoriale ) ou au financement du support.  Et en France ? ....... Qui contrôle quoi ? La république des droits de l'homme est-elle hors de soupçons ? Je vous le dis simplement : Notre pays ne déroge pas à ce phénomène et je certifie que nos médias sont sous influence de manière décisive et portant atteinte à la libre détermination politique des citoyens, au point de porter atteinte aux droits fondamentaux garantis dans la constitution et remettant en cause le principe démocratique.

https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/PPA

 http://osonscauser.com/medias-pourquoi-10-milliardaires-controlent-ils-notre-information/

https://www.alterinfo.net/QUI-CONTROLE-LES-MEDIA-FRANCAIS_a109699.html

.

................................................................

....................................................................................................................................................................................................

................................................................

.

https://www.bastamag.net/Le-pouvoir-d-influence-delirant-des-dix-milliardaires-qui-possedent-la-presse

Le pouvoir d’influence délirant des dix milliardaires qui possèdent la presse française

PAR AGNÈS ROUSSEAUX

Dix milliardaires ont pris le contrôle d’une grande partie des médias français. Ces oligarques, venus du BTP, de l’armement, du luxe ou de la téléphonie, ont accaparé les grands quotidiens nationaux, les chaînes de télévision et les radios, pour asseoir leur influence. Avec à la clé, conflits d’intérêts, censures, pressions, licenciements, ingérence malsaine... Cette concentration des moyens de production de l’information entre les mains de quelques uns met en péril l’indépendance de la presse dans notre pays. Et porte ainsi atteinte au fonctionnement démocratique. Comment garantir la liberté de l’information et le pluralisme de la presse ? Résumé d’une situation critique, à l’occasion de la campagne #LibertéEgalitéInformés.

À qui appartient la presse française ?

Le secteur de la presse en France est un grand Monopoly. Tout s’achète, tout se vend, les journaux, les télés, les radios. Quelques milliardaires se partagent le gâteau. Résultat : 90 % des quotidiens nationaux vendus chaque jour appartiennent à 10 oligarques ! D’après les calculs de Basta !, les mêmes possèdent des télévisions et radios qui totalisent respectivement 55% et 40% des parts d’audience [1]. Vous avez donc une grande probabilité de lire, regarder ou écouter chaque jour des médias qui appartiennent à ce petit cercle de milliardaires.

 

Cela pose plusieurs problèmes. La concentration d’abord. Est-il sain qu’une si grande part de la presse appartienne à quelques personnes, richissimes, faisant partie d’une caste de privilégiés ? L’indépendance, ensuite. Est-il normal que les principaux médias de notre pays soient entre les mains de marchands d’armes, d’entreprises du luxe, du BTP, de la téléphonie, de banquiers ou de fabricant de toilettes ? Comment ces propriétaires peuvent-ils concilier liberté de l’information et intérêts privés ? Comment TF1, BFM-TV, Le MondeLibération peuvent-il produire en toute indépendance des enquêtes sur le secteur de la téléphonie, quand leurs propriétaires sont les patrons de Free, Bouygues Telecom et SFR ? Comment les journalistes du Figaro peuvent-ils porter un regard critique sur la politique de défense de la France, quand le propriétaire de leur journal vend des avions de chasse à l’État français ? Enfin, cette situation ne peut qu’encourager la reproduction d’un système économique qui assure la continuité des intérêts financiers de cette petite classe de possédants. Ils constituent une véritable communauté d’intérêt ! Et ce qui motive de riches patrons à créer des conglomérats médiatiques – qui ne rapportent pas vraiment d’argent – c’est d’abord la possibilité d’acheter de l’influence.

Qui sont ces 10 milliardaires ?

Ils sont cinq à faire partie du cercle des dix premières fortunes de France : Bernard Arnault, PDG du groupe de luxe LVMH (patron des Echos, du Parisien), Serge Dassault (Le Figaro), François Pinault (Le Point), Patrick Drahi, principal actionnaire de SFR (LibérationL’Express, BFM-TV, RMC), Vincent Bolloré (Canal+). On trouve ensuite Xavier Niel, patron de l’opérateur de téléphonie Free et 11ème fortune de France, qui s’est associé avec Pierre Bergé, héritier du couturier Yves Saint-Laurent, et avec le banquier Matthieu Pigasse, pour devenir propriétaire du groupe Le Monde (L’Obs, Télérama, La Vie...). Matthieu Pigasse possède également Radio Nova et l’hebdomadaire Les Inrocks.

Martin Bouygues, 30ème fortune de France, est propriétaire du groupe TF1. La famille Mohn, qui contrôle le groupe allemand Bertelsmann [2], est propriétaire de M6, RTL, GalaFemme actuelleVSDCapital,… Viennent ensuite Arnaud Lagardère, propriétaire d’Europe 1, Paris Match, du JDD, de Virgin radio, RFM, Télé 7 jours, et Marie-Odile Amaury, qui possède L’Equipe (et dont le groupe est, par l’une de ses filiales, organisateur du Tour de France notamment). Petite précision : ces deux derniers ne sont « que » millionnaires, avec tout de même une fortune évaluée entre 200 et 300 millions d’euros. A ce « Top 10 », on pourrait aussi ajouter la famille Bettencourt qui finance le journal ultra-libéral L’opinion. Ou le milliardaire d’origine libanaise Iskander Safa, 71ème fortune de France et propriétaire du très réac Valeurs actuelles.

[Cliquer sur l’image pour agrandir]

Conflits d’intérêts en pagaille

Quelles sont les conséquences sur l’indépendance des médias ? Un mélange des genres pour le moins douteux, qui peut mettre les journalistes en porte-à-faux. Comment TF1 pourrait-il produire des enquêtes critiques sur les abus des partenariats publics-privés (PPP) quand son propriétaire, Bouygues, fait partie des multinationales du BTP qui bénéficient de ces juteux contrats ? Autre exemple : comment un média peut-il s’intéresser de près aux affaires d’évasion fiscale quand son patron manifeste un attrait prononcé pour les paradis fiscaux ? C’est la question que doivent se poser les journalistes de BFM-TV à chaque nouveau scandale fiscal.

Leur boss, Patrick Drahi, a échafaudé, à partir de sa holding personnelle, un opaque et complexe montage de filiales et de trusts, dispersés au sein de paradis fiscaux notoires : Guernesey, Suisse ou Luxembourg. Comment BFM évoque-t-elle le scandale des Panama Papers, dans lequel apparaît le nom de Patrick Drahi ? « Vous avez vu la réaction des gens qui ont été cités ? Ils se défendent c’est normal. Patrick Drahi, par exemple, qui reconnaît avoir une société, mais rien d’illégal. (…) Est-ce que finalement c’est la bonne méthode de jeter en pâture des noms de personnalités, sans qu’elles aient vraiment la possibilité de se défendre ? »explique ainsi l’animateur Olivier Truchot dans son émission BFMStory...

Voir l’organigramme de l’empire industriel de Patrick Drahi, réalisé par l’économiste Benoît Boussemart et publié par Le Canard enchainé (cliquez sur l’image) :

Autre problème, les proximités entre patrons de presse et politiques. C’est Nicolas Sarkozy, proche de Bernard Arnault, qui annonce en 2007 aux journalistes des Echos le nom de leur nouveau patron ! Car ces richissimes propriétaires de presse entretiennent quelques affinités avec des responsables politiques : lors du mariage de Nicolas Sarkozy avec Cécilia Ciganer-Albéniz, les deux témoins sont… Bernard Arnault et Martin Bouygues. C’est sur le yacht d’un autre ami, Vincent Bolloré, que Nicolas Sarkozy choisit d’aller se reposer après son élection en 2007. « Arnaud est plus qu’un ami, c’est un frère »déclare encore Nicolas Sarkozy à propos de l’héritier Lagardère. Enfin, il compte Serge Dassault parmi les clients de son cabinet d’avocats. La moitié de ces dix propriétaires de presse sont des proches de l’ancien président. Bref, question indépendance, on repassera !

Quel que soit l’impact réel de ces connivences et les éventuelles pressions, les dégâts du soupçon – le fait que ces riches patrons se trouvent en conflit d’intérêts, en situation de pouvoir abuser de leur position pour leur intérêt propre – sont bien là. Cette simple suspicion produit une délégitimation du secteur de la presse. Conséquence : seuls 34% des Français estiment que les médias fournissent des informations dignes de confiance. Plus de deux tiers des Français pensent que les médias subissent des pressions commerciales ou politiques qui impactent les informations délivrées [3].

Je lis, j’aime, je vous soutiens

Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !

Soutenez l’indépendance de Basta! en faisant un don.

Licenciements et coups de pression

Lorsqu’on est journaliste, peut-on travailler en toute indépendance dans cette situation ? Quelques exemples – la face visible de l’iceberg des pressions souterraines ! – montrent que ce n’est pas le cas : l’ingérence de ces patrons est bien réelle. Certains ont une fâcheuse tendance à faire le ménage en arrivant, pour mettre à la tête des médias des dirigeants compatibles avec leurs intérêts, avec pour mission de purger les rédactions. Un cas d’interventionnisme remarqué fut la nomination de Guillaume Zeller, catholique traditionaliste, comme directeur de l’information du groupe Canal+, par Vincent Bolloré. Ce dernier semble vouloir actuellement enterrer Canal+, après avoir vidé de ses forces vives la rédaction d’iTélé, rebaptisée CNews, après la plus longue grève de l’histoire de la télévision.

Il semble ne plus y avoir de limites à ce « grand ménage ». En 2016, Aude Lancelin, directrice adjointe de la rédaction de L’Obsest licenciée pour des raisons politiques. En 2017, Olivia Recasens, directrice adjointe de la rédaction du Point, est limogée du jour au lendemain, pour faute grave, et pour des motifs réels tout aussi inavouables. Autant de coups de pression, qui envoient un message clair aux rédactions : pas de vagues, rentrez dans le rang !

Ingérence et censures

Le patron de M6, Nicolas de Tavernost, avoue avoir exercé des pressions sur les journalistes de la chaîne pour « ne pas contrarier des clients ». Il explique ainsi avoir censuré une émission de Capital sur la téléphonie. Autre cas notable, la censure par Vincent Bolloré d’une enquête sur le Crédit mutuel, qui devait être diffusée par l’émission « Spécial investigation » sur Canal+. Un simple coup de fil a suffi pour contenter la banque, partenaire de Vincent Bolloré, qui ne voulait pas voir sortir cette enquête. Reporters sans frontières et le collectif « Informer n’est pas un délit » dénoncent par ailleurs la censure et la déprogrammation de quatre documentaires qui devaient être diffusés par Canal+.

Un autre risque, plus pervers car plus discret, est l’autocensure de journalistes. Des journalistes qui veulent bien faire leur métier, mais qui n’osent plus proposer des articles sur des sujets sensibles, ou qu’ils savent problématiques pour le propriétaire de leur média. Sans compter les pressions économiques, avec les suppressions de postes et des moyens nécessaires à tout travail d’enquête. Promouvoir des logiques managériales « musclées », imposer des contraintes économiques fortes sur la production de l’information, précariser les rédactions mises en permanence sur la sellette, bref, promouvoir une information low cost, est aussi une forme de censure.

A cette liste des moyens de censure, il faudrait ajouter les « poursuites baillons », dont l’objectif est de dissuader les médias de s’emparer de certaines affaires (lire notre article « Bolloré, la presse et les poursuites ‘homéopathiques’ en diffamation »). Ou les mesures de rétorsion, comme celle de Bernard Arnault, ulcéré par le titre « Casse-toi, riche con » de Libération, lors de sa demande de naturalisation en Belgique en 2012, et qui décide de couper les budgets de publicité alloués par le groupe LVMH au quotidien.

Comment cela évolue-t-il ?

Pas vraiment vers davantage de pluralisme ! En quelques mois, en 2015, on a vu le rachat par Patrick Drahi de Libération et du cinquième groupe de presse magazine en France, Express-Roularta, ainsi que sa prise de participation (à 49%) dans NextRadioTV (BFMTV, RMC). A la même période, Bernard Arnault, déjà propriétaire des Échos, rachète Le Parisien et Aujourd’hui en France, le groupe Le Monde rachète L’Obs, et Vincent Bolloré prend le contrôle de Canal +, via Vivendi. Des banques sont également entrées dans ce jeu de Monopoly. Le Crédit mutuel est ainsi devenu en dix ans l’unique propriétaire du groupe EBRA, premier groupe de presse quotidienne régionale, implanté dans l’Est de la France (Le Dauphiné libéré, Le Progrès, Dernières Nouvelles d’Alsace, L’Est républicain…) [4]. Et le Crédit agricole est devenu actionnaire de journaux régionaux, comme La Voix du Nord et Le Courrier picard (via le groupe belge Rossel).

Ce petit milieu multiplie les participations croisées [5]. En parallèle de cet accaparement, ces milliardaires ont mis la main sur l’ensemble de la chaine de production. Exemple avec les entreprises de production de contenus : c’est Lagardère qui produit pour France 5 les émissions « C dans l’air », par l’intermédiaire de sa société Maximal Productions. Ces oligarques sont aussi propriétaires des « tuyaux » de diffusion, comme les « box » (FreeBox, Bbox, Box SFR) qui permettent la diffusion dans tous les foyers de France d’internet et de la télévision. Une intégration « verticale » qui concentre la diffusion d’une grande part de l’information entre les mains de ceux qui détiennent les clés de sa production.

L’information devient ainsi un produit comme les autres : l’opérateur de télécoms SFR propose ainsi une box Internet « à partir de 19,99 euros par mois », avec, pour le même tarif, l’abonnement numérique à 18 journaux. « Une machine à tuer le journalisme de qualité »estime Le Point. Un peu comme un cadeau bonus. On achète le tuyau – une connexion web – et on gagne en prime un produit secondaire, des médias.

En quoi cela nous concerne tous ?

On pourrait se dire que chaque société a les médias qu’elle mérite. Ou que chacun lit, écoute, regarde ce qu’il veut. Que tout le monde peut faire son propre tri dans le flot médiatique. Sauf que les médias ne sont pas un business comme un autre. Défendre l’indépendance de la presse, ce n’est pas un combat « corporatiste », un « truc de journalistes » qui se battraient pour leur outil de travail. Il ne peut pas y avoir de démocratie forte, voire même de démocratie tout court, sans citoyens informés, et bien informés. L’information est un bien public. Autant de médias sous contrôle d’une petite oligarchie, véritables chiens de garde du néolibéralisme, c’est une atteinte à nos libertés fondamentales.

Cette situation n’est pas une fatalité. Lutter contre tout ce qui encourage la concentration des médias et leur financiarisation est possible (voir les propositions de la campagne #LibertéEgalitéInformés). On pourrait mettre en place des dispositifs anti-concentration plus exigeants. Ou interdire le contrôle de médias par des entreprises qui dépendent de marchés publics – Bouygues, Dassault,... – comme le propose l’association Acrimed. Ou conditionner le versement des aides à la presse aux médias qui ne sont pas détenus par des milliardaires, dont les intérêts principaux ne sont pas dans le secteur de la presse. Voire même, soyons fous, limiter ces aides aux médias à but non lucratif, qu’ils soient privés, coopératifs ou associatifs.

Il est nécessaire que ces propositions et réformes salutaires – ou d’autres ! – soient discutées et débattues. Mais aussi les conditions qui favoriseront l’émergence, le développement et la consolidation de médias indépendants, pour garantir le pluralisme de l’information en France. Défendre et faire vivre une presse libre ne semble malheureusement pas une priorité pour bon nombre de candidats à l’élection présidentielle.

.

12 - Politique - Néologisme : PoliTic -

Je ne voudrai pas dire du mal … ou donner l'impression que l'ensemble du personnel politique es corrompu. Non ! Loin de moi cet idée saugrenue. Je leur laisse l'exclusivité de nous le prouver par eux mêmes si cela était. L'actualité fera office de juge de paix. Nous savons tous que la majorité des élus sont des gens désintéressés qui ont pour seul objectif l'intérêt commun et la gestion intègre des deniers publics. Mais il y a les autres ! Pour ces derniers, je dédie cette définition horrible et caricaturale dont l'idée seule me fait rougir par avance.

PoliTic ( adj ) : << … Homme d'affaire sans scrupule, éloquent et manipulateur, introduit dans le milieu politique par une organisation spécialisée à cet effet, œuvrant pour la défense d'intérêts égoïstes, groupusculaires ou familiaux, et sachant mentir avec aplomb pour simuler son adhésion à une pseudo idéologie politique, ainsi de convaincre et d'emporter l'adhésion des foules. … >>

Mais comme tout un chacun à la commission du mal, le poliTic à forcément mauvaise conscience. Il est alors tiraillé par la gangrène de son âme flétrie et somatise la trahison commise non pas à son égard mais à l'encontre de l'âme collective : Vieillissement soudain et prématuré, maladie cancéreuse, Tic comportementaux ou verbaux, etc... . Ainsi naît la connexion terminologique entre le vocable ''politique'' et celui de ''Tic''. En ce châtiment réside le signe de la trahison, et là se trouve précisèment la justice divine au bénéfice du peuple maudit.  LOL .

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire