Maximes, pensées en vrac

 

.    ..................... MAXIMES, PENSEES ET PRINCIPES POLITIQUES.. .....................

.

Prenons quelques instants pour réfléchir ensemble sur des sujets essentiels ! Laissez moi vous guider sur la voie d'une réponse à des questions existentielles. ....

Ces maximes et pensées en vrac peuvent nous éclairer pour une meilleure compréhension de l'actualité par une morale de portée générale ou des principes directeurs et l'exposé des différents aspects de la philosophie exposée sur l'ensemble de mon oeuvre.

Résultat de recherche d'images pour "photo penseur rodin"

.........................................................................     Cette page vous propose quelques maximes et principes, philosophiques, politiques ou généraux,. Tous sont des éléments de ma création personnelle. Ces principes ont une incidence sur le sujet citoyen nous intéressant. Sage lecture en ces temps de disette intellectuelle et de pensée unique mondialiste, de tendance économique ... J'ai souligné en jaune cinq maximes qui peuvent expliquer la situation politique moderne nationale et internationale. Elles méritent une attention particulière : La résultante exprime un manque d' institution globale de dialogue et de réglement des paradoxes psychanalytiques affligeant l'humanité .

 

1- Mise en situation :

La vie est une succesion d'épreuves .Celles-ci peuvent être individuelles, lorsqu'elles engagent les capacités d'une personne, mais peuvent aussi être collectives lorsque le défi concerne un groupe d'individus . Parfois, celles-ci concernent même l'échelle d'une nation ou la race toute entière et l'on peut alors parler de défi ou mécanisme évolutif s'inscrivant au sein même des registres de la matière vivante . Nos premiers défis se déroulent avant l'appartion de la conscience dans le ventre de notre mère pour former un individu parmi les hordes de gamètes; les plus tendres se font sous le regard bienveillant et protecteur de nos géniteurs afin d'acquerir différentes aptitudes locomotrices ainsi que le langage et prendre une place au sein du groupe. Il en est ainsi pour la plupart de ces grands bouleversements de se jouer à notre insu.  Le fait est là qu'il faille satisfaire à l'épreuve de ces obstacles afin de pouvoir accéder aux étapes supérieures de développement. L'échec signifie sinon la stagnation, voire la régression qui laisse une place vacante aux autres entités qui joueront un rôle parallèle ou reprendront l'ascension jusqu'à replacer un nouvel être équivalent sur le même niveau, devant la même épreuve d'évolution dans un équilibre global en perpétuel mutation. Il en va pareillement dans la sphère psychique et plus précisément dans le domaine politique où les civilisations buttent depuis des millénaires sur l'enjeu majeur de la place de l'humanité et de la civilisation dans l'écosystème. Ce défi se présente aujourd'hui encore de manière répétée sous un double aspect dont le premier serait celui de la réunification culturelle des peuples et secondement sur le choix d'un système politico-économique ouvrant l'accés à un niveau de civilisation planétaire orienté vers un dessein global réfléchi en harmonie avec notre biosphère. Cette orientation reste encore en échec à l'aube du troisième millénaire tandis que les forces naturelles de regression se font plus ardemment ressentir en raison de notre obstination égocentrique. Sortirons-nous vainqueur de cette épreuve ou trouverons-nous in-extremis les réponses à ce défi de civilisation dont se retrouve la trace sur l'ensemble des systèmes planétaires situés sur un niveau équivalent ? Toutes les civilisations terrestres passées s'y sont heurtées avec perte et fracas pour retourner dans le néant ! Les forces d'évolution mettent déjà de nouveaux microcosmes relais et latents en place pour reprendre l'extraordinaire parcours ascendant de la matière organisé ... c'est pourquoi je vous demande de réfléchir sur ce principe d'évolution individuel et collectif :

Maxime N°1 : << ... Epreuve échouée, expérience risquée mais défi sur lequel tu dervas t'éfforcer sous peine de te voir évincé ! Temporiser, nier ou fuir l'événement fait de toi un oiseux, l'affronter fera de toi un homme valeureux ...>>

...

                                                      ---------------------------------------------------------------------------

2- Mise en situation : Cette campagne électorale présidentielle 2012 en France est une bonne illustration de l'impasse conceptuelle face à laquelle sont confrontés les candidats concernant le dilemme combiné de nos systèmes économiques auquel s'ajoute le problème de la dynamisation du régime démocratique moribond tiraillé par les "affaires". Tout le monde à bien conscience que le système conceptuel servant d'armature à l'ensemble de ses logiques ( économiques & politiques ) ne tient plus le coup mais personne ne peut rien y faire pour la simple et suffisante raison que l'on ne sait pas faire autrement. Mon humble avis sur la question : Il n'existe actuellement pas de solution institutionnelle ni d'équilibre politique qui satisfasse mieux les paramètres de contrôle de la société civile et c'est pourquoi cette campagne ne met pas en avant aucune proposition réellement novatrice. Les tenants matériels du pouvoir exercent une main mise et une inertie s'opposant à tout bouleversement venant du sommet de la hiérarchie sociale puisque de cet équilibre dépend leur position de prédilection. Le changement ne peut venir que d'ailleurs : De la société civile elle même en dehors du système des partis et des lobbies du pouvoir - Ce constat matériel n'empêche cependant pas de considérer les données conceptuelles menant à l'impasse.

Chaque citoyen peut bien aujourd'hui observer que les fondements démocratiques de la "représenation" ainsi que ceux justifiant la logique du système capitaliste avec sa logique de profit comme leitmotiv exclusif des agents économiques ne garantissent plus un fonctionnement pondéré et équilibré du système ni la paix sociale. Les systèmes sociaux, culturels et institutionnels complexes, entrecroisés, saturés des démocraties modernes doivent basculer vers une logique dont nous ne possédons pas encore la clef ... mais une chose est sûre : Ces systèmes institutionnels valables au sein d'une organisation éparse ou en construction ne fonctionnent plus à l'échelle d'une société universaliste, entrent en contradiction avec les nécessités humaines et deviennent un obstacle à la réalisation des défis planétaires auxquels se confrontent l'humanité lors de cette phase cruciale d'unification. Ainsi pourrait-on dire que lorsque le "cadre" d'une logique devient trop contraignant, chacun doit prendre conscience de la nécessité de sortir de ce cadre pour apercevoir les versants de la logique qui prendra le relais ! Cela se faisant en respect des valeurs de la civilisation concernée et dans le cadre d'un travail global de réflexion.

Maxime N°2 : << ...Comme toutes les choses de ce monde, chaque système de préhension de la réalité nait, vit puis meurt pour laisser place à un mécanisme relais plus conforme à l'équilibre global....>>

......N°2 BIS : <<...Quand logique usitée mène à solution, logique mérite ton attention; mais si un jour celle-ci te méne à l'impasse, c'est soit que cette logique ou ta cervelle trépasse...>>

 ...

...

3- Extrait du "manuel du pouvoir"( infra N°25 bis ) -

<<...Dis moi quel milieu tu fréquentes et je te dirai à quel sommet tu peux prétendre ...->>

 ...

...

4- Extrait du "MDP" ( infra N°27)-

<<...La réalité serait-elle univoque que la pensée décrite par les hommes à son sujet ne pourrait être seulement équivoque... >>

 ...

...

5- Maxime du grand père : <<Le voleur à toujours peur d'être volé >>. Voici la proposition de base. Celle-ci est tellement évocatrice que les gens concernés la balaient souvent immédiatement et férocement d'un coup d'épaule méprisant afin d'éviter mauvaise conscience..

Ils se reconnaitront et je sais qu'ils sont nombreux dans notre société mercantile où l'on condamne facilement les fragiles et démunis qui ne connaissent que les agissements maladroits pour assouvir leur rencoeur contre le système. Les vrais coupables sont ailleurs et voici de quoi les confondre -

<<... Le voleur à toujours peur d'être volé .... >>- 

Cette maxime ne me satisfait pas ainsi- Je vous la propose revisitée de manière personnelle.

<< ... Le voleur de grande envergure à toujours peur d'être volé ou doublé par les coparticipants subalternes à sa manoeuvre frauduleuse. Détournant souvent des moyens légaux en jouant sur les limites conceptuelles du système et la complicité de malheureux, il se dissimule souvent derrière la petite culpabilité miroir des détracteurs qui jalousent sa position . >>

...

...

6-  Le vote des pieds.. - Ce principe me fut enseigné par un ancien professeur de la faculté de droit . Il traite de notre responsabilité à participer ou refuser telle chose qui met en péril nos droits citoyens par le boycott.

<< ... Les pieds sont une arme de contestation à la hauteur du vote ou des manifestations : Ta présence fais de toi un complice. Si tu refuses ou conteste un système, tu dois t'y soustraire sans autre verdict . Quand la retraite en est impossible, tu considéreras ce système hypocrite et lui fera souffrir mille supplices. >> .

 ...

...

7 - Puissants // petits - Les commentaires vont bon train sur les comptoirs à propos des chroniques concernant les faits divers ou concernant l'actualité politique, nationale ou internationale, pour qualifier les agissements d'untel qui serait méchant ou mauvais par opposition à tel autre subissant ces attaques et qui ne serait que la pauvre victime innocente d'un prédateur patenté . Il y a du vrai mais la réalité est souvent moins tranchée . Il faut se garder de tomber dans un manichéisme qui fait obstacle au bon jugement. L'histoire est chargée de ces pages, et je vous en fait témoin, où l'on peut lire les péripéties de peuples opprimés qui, parvenus à maturité de leur civilisation, se font bon droit de faire subir à autrui le malheur pleuré et payé au prix de leur sang. N'y a t-il-pas de paix possible sur cette terre tant que régnéra le monde animal ? J'en conclus personnellement la maxime suivante qui vous fera réfléchir à la triste condition humaine ....

<<... Peut se permettre d'être méchant celui qui, prétendant, peut assurer sa force. Demeure gentil et suppliant celui qui se sait fragile . Le puissant qui s'affaiblit deviendra gentil et plaignant tandis que le fragile devenu fort lui fera subir le même sort... >>

 ...

...

8- Destins croisés - Cette maxime est inspirée de la phrase introductrice du sîte "enim-cerno" et fait référence à l'étroite intrication qui peut exister nos destins y compris celui de chacun des êtres vivants composant la biomasse . C'est aussi un message politique s'adressant à ceux qui se croient au dessus des lois ou de la misère . Votre destin est lié à celui des masses populaires et l'inconfort dans lequel celles-ci sont délaissées ne tarde jamais à rejaillir au milieu des garvats et des barricades pour exploser une misère scandaleuse sur le perron de vos prisons dorées. De quoi réfléchir afin de ne pas risquer sa descendance .

 8- 1 <<.... Certains pensent impunément se construire au détriment d'autrui. Ceux-là méconnaissent les lois naturelles de l'équilibre. Cette erreur se paie néanmoins au centuple, et de plus en plus cher à mesure du temps qui passe, directement ou par rebond, sur son propre destin et plus souvent sur celle de la descendance ...>>

8- 2 << ...  Mettre plus qui ne tient dans ta poche, c'est mettre en péril ton futur et celui de tes proches ... >>

8-3  <<...  A chaque compétition que tu élabores, à chaque conflit venu à tort, c'est pour mille générations un dilemme que tu instaures ...>>

 8-4 - <<.... Il n'est pas de malheur trop lointain pour ne jamais toucher votre égo - Qu'un seul être soit affligé par le destin et c'est la terre entière qui s'en fera bientôt echo .... >>

...

9 - Cadeau empoisonné - Marseille est une ville où se côtoient le meilleur comme le pire. Je n'y ai pas vu que des braves gens. La canaille y prolifère, noyée dans l'anonymat des masses de population . J'ai souvent remarqué que les escrocs et même certains dealers de drogue n'hésitent pas à offrir quelques menus présents, toujours en réalité modestes, sous forme de pseudo cadeau ou de libéralité plus ou moins prolongée dans le temps suivant nécessité afin  de créer une dépendance, afin de créer un besoin, susciter un engouement qu'ils espèrent devenir irrésistible auprés de leur future victime. Le piège se referme alors sur une servitude certaine et prolongée .

Ce principe reste valable en matière citoyenne, dans la vie politique ou en matière de commerce, quand un protagoniste à une entente future reçoit quelques présents, soit pour le corrompre et l'obliger à opter dans la direction du donateur, soit dans le but de créer un réflexe ou une dépendance d'approvisionnement. Je puis en tirer la leçon suivante .

........                        <<...Cadeau reçu sans réflexion peut faire de toi un lardon. Offert de mains intéressées ce présent empoisonné fera de toi un esclave assuré ... >>

 ...

...

10 - Contrôle social - L'histoire à quelque chose d'effrayant ! Autant celle-ci peut vous emmener vers mille merveilles étonnantes de beauté, autant certains personnages peuvent vous glacer le sang d'effroi . L'histoire politique recèle quantité d'exemples sordides sur les agissements des monarques . La capacité inventive des monarques pour se maintenir au pouvoir peut sembler effrayante et sans limite . Certains ( antiquité Romaine & Hitler lors de son ascension au pouvoir ) vont jusqu'à organiser et promouvoir le désordre, le chaos, les guerres civiles afin d'en profiter pour s'arroger les pleins pouvoirs, ainsi de disposer d'une courte et intense période où il pourront brutalement annihiler toutes les forces opposantes sous couvert de l'urgence, voire même d'en accuser d'autres adversaires .

<<... Lorsque ton empire s'étiole ou en vue de parachever ton intronisation, vers les extrêmes politiques tu peux recourir de manière à rétablir la situation : Chaos et climat générale de destruction couvriront chacunes de tes exactions visant la noble reconquête tandis que l'urgence et le péril de cette situation dont tu te montreras la victime justifieront tes positions en sus de redorer ton blason .... >>

Ce premier principe s'adressant aux puissants, il était de mon devoir de faire l'observation de la réponse antagoniste se pratiquant chez les gens modestes. Ce second principe est un fait matériel inconstestable que l'on observe dans l'actualité d'aujourd'hui comme dans celle passée, ici et ailleurs. C'est pourquoi sa présence me semble nécessaire dans ce "sordide listing", même si je condamne son principe au premier abord. Vous en trouverez trace dans les actes désespérés ou massacres inexpliqués répétitifs notamment aux Etats-unis, en Europe ou au moyen-orient, en réalité partout où régne l'oppression politique ou psychologique, y compris dans les actes de révolte des populations contre l'autorité. Certaines connaissances dépassent malheureusement le fait d'une classification morale. Je la traduis en termes logiques rationnels même si elle s'applique souvent dans les faits de manière spontanée et désordonnée en l'absence de liens réfléchis ... . La meilleure prévention consisterait probablement en un traitement et un suivi psychologique général des populations dans le cadre du travail des collectif, donc de chaque individu, quel que soit son niveau social et ses responsabilités de manière à offrir à chacun un destin adapté; Il s'agit d'éviter l'apparition ( cela étant impossible ) mais surtout l'agravation vers un point de non retour lors de la cristallisation d'un conflit d'intérêt.

<<... A situation désespérée, réponse désespérée. Lorsqu'il n'est plus moyen de faire légalement ou institutionnellement valoir ses droits les plus élémentaires ou de faire respecter sa dignité, résister est un devoir, enfreindre les conventions devient une nécessité instinctive impérieuse que rien ne peut plus ni ne doit modérer. Malheur à ceux des responsables, réels ou supposés, qui subiront l'expression de cette colère primitive irraisonnée...>>.

 ...

...

11 - Armature politique - N'avez-vous jamais remarqué que lorsque un scandale ou un problème politique entache nos institutions, quel que soit le niveau de cette offense, le trouble se termine ... environ ..."une fois sur une"...  par la création d'un organe ou d'une commision d'enquête et l'éviction de quelques personnels décisionnaires qui seront sacrifiés puis remplacés par de nouvelles têtes ( qui feront pareil ) ? Il s'agit la d'une véritable stratégie de diversion et de classement des scandales que l'on peut raisonnablement critiquer si le trouble se poursuit à l'identique aprés mise en oeuvre du dispositif ou si les personnes responsables parviennent à se soustraire subtilement à la justice par ce procédé. Et "hop"! - Le malheur est chassé, écarté, oublié, pardonné par la magie de la rotation bureaucratique -

De l'autre côté, n'avez vous jamais remarqué que les forces de pouvoir connaissent le seuil en deçà duquel la misère devient insupportable au point de pousser les masses à la révolte. Être pauvre peut être acceptable, on peut en prendre l'habitude lorsque cette misère s'hérite de père en fils, mais jusqu'à un certain point ! Les maîtres ont conscience de l'état de dénument des masses et s'en gargarisent car ils considérent que cela "est" depuis que le monde est monde ainsi que le confirme la raillerie d'un certain Président ( Les sans dents ). Ils savent qu'il suffit de vous maintenir au niveau de "tolérance" -

.............  J'y vois l'occasion d'écrire un nouvel adage contenant les deux notions voisines ....

.

<<... Peuple usurpé, citoyens abusés, des têtes parmi les élites vont tomber ! Si tu veux ne pas être des premiers à payer l'imposture, immisce entre tes affaires et ces foules échauffées des fusibles que tu jetteras en pâture - Monarque, si tu souhaites évitez l'insurrection en te gardant bonne récolte, n'omets jamais de soupoudrer tes ouailles de quelques miettes pour que leur misère ne passe jamais en deçà du seuil de révolte...>>

 ...

...

12 - Chaos & justice sociale - Cette maxime s'adresse aux peuples . Unissez-vous, organisez-vous et vous vaincrez ! Il est un fait que les bourreuaux du peuple, tyrans et profiteurs de misère vivent de la confusion politique, du chaos et de la désorgansiation des institutions, entretiennent la division des masses par la création d'une compétition sordidie afin de conforter leur main mise par la force. Je vous fais témoin de la véracité de cet adage -

<<... La loi, la clarté et la justice sont les armes du juste, à condition d'être initiée et contrôlée par le peuple avant que des vilains n'en abusent - Tyrans et autres exploiteurs de misère se repaissent, entretiennent toujours un chaos en quelques points des royaumes qui naissent . Partout où régne la confusion politique régne un climat de compétition sauvage et d'iniquité nuisible au bon développement des hommes. ... >>

.

<<... Peuple précaire, tyran prospère . Usurpateur du pouvoir, mets ton peuple en compétition et plus rien ne viendra freiner tes ambitions ....>>

 ...

...

13 - Reprise de l'adage "Diviser pour mieux régner". Sans commentaire -

<<... Toute puissance se voulant centralisatrice, pour conserver son pouvoir de direction, se doit notamment de diviser les forces d'opposition, internes et subalternes ou adverses extérieures, afin de mieux les contrôler et les soumettre à son autorité ... >>

 ...

...

14 - symbole haineux et réalité des pulsions humaines -

Malheur au tyran - Celui qui, au travers d'un régime politique, cause misère à autrui est symbolisé, désigné, capturé puis jeté à la vindicte populaire . Son nom sera maudit jusqu'à la fin des temps. Alors vient le temps de la réflexion - Le méchant cachait en réalité derrière lui tout un système politique, une multitude de lieutenants et de collaborateurs, une foule catalysée par des discours trompeurs et animée des plus viles pulsions animales. Il s'est construit une organisation à la hauteur d'un besoin jugé rationnel par ses participants. Une mauvaise herbe ne peut jamais proliférer et répandre son malheur de manière isolée . Elle se développe progressivement sur un terrain fertile et favorable en demeurant le résultat soit d'une mauvaise semence, soit d'un mauvais soin des sols. Des paramètres ou faits historiques concrets et réels peuvent en expliquer son épanouissement. J'en conclus ....

.

<<... Les courants idéologiques, de la même manière que les régimes politiques prennent naissance, vivent puis expient de symboles, d'institutions et de visages emblématiques incarnant leurs concepts mais c'est toujours à tort que l'on associe restrictivement les régimes à quelques attributs au lieu d'en identifier les fondements psychologiques, historiques ou factuels assurant leur prospérité...>> .

...

...

15 - Progrés et communication - Le piège technologique -

Ce siècle de progrès est vraiment celui des paradoxes - La quasi totalité des citoyens Européens possédent aujourd'hui un ordinateur à la maison et une ligne téléphonique mobile reliée via internet aux divers réseaux sociaux mis à disposition des usagers et permettant de garder, dit-on, contact avec l'entourage - Et pourtant !... Ces réseaux me semblent bien trop ciblés, futiles ou parfois même inutiles ! ... Les gens n'ont jamais été aussi seuls, isolés de leurs voisins, de leurs collègues de travail, de leurs familles ....dans tous les sens du terme ... et jamais le dialogue entre citoyen n'a été aussi pauvre pour mettre au point la fameuse entente qui fait tant défaut,...celle utile et nécessaire à l'épanouissement d'un système sociétaire capable de satisfaire chacun d'entre nous ici... et aux quatre coins du monde . Jadis, les gens se voyaient et tissaient des liens par nécessité pour les besoins quotidiens. Ces nécessités obligeaient l'individu à sortir de son cocon puis d'aller vers autrui puisqu'il n'y avait pas d'alternative institutionnelle - La société de consommation moderne, ses modes de distribution et les progrés technologiques appliqués aux télécommunications ont brisé ces liens sociaux pour les remplacer par un lien impersonnel, institutionnel ou virtuel . Ce nouveau modèle relationnel signe la fin des ententes sociétaires individuelles ou politiques de moyenne et grande échelle. Plus les gens se téléphonent, moins ils se voient concrétement et moins ils se réunissent autour d'une table pour tisser de vrais liens sociaux. En mettant à jour des processus sociétaires isolés et en flattant notre instinct dormant de solitude, la société moderne s'est dotée de l'arme potentielle ultime de contrôle des populations. On le voit lorsqu'il s'agit de manifester pour sauver des acquis ou revendiquer des droits légitimes : Plus personne ne sort de chez soi et les organisateurs doivent redoubler d'imagination hypocrite et de transport de troupes venues de partout en France pour donner l'illusion d'une participation des masses !! A ce problème s'ajoute évidemment celui non moins important de la tracabilité de l'ensemble des opérations et communications effectuées au moyen des appareils de technologies malgré le frein hypocrite et fallacieux de pseudo organisme de protection qui ne font qu'établir un droit de regard et quelques protections élémentaires .  ... J'en conclus ....

15 -a - <<...L'intérêt pathologique que porte un individu à son téléphone portable est grandissant ainsi que directement proportionnel à mesure de son degré de solitude et d'isolement réel...>>

15 - b - <<...Plus une société multiplie les moyens de communication superflus, virtuels et des modes relationnels à distance, moins ses membres créeront de contact utiles et réels, plus vite celle-ci tombera en décadence...>>

 ...

...

16 - Grands principes, petites misères -

Ces dernières décennies ont vu naître les grands mouvements de libération de la femme et c'est bonne chose en soi car toute émancipation permet une meilleure expression des flux psychiques. La femme gagne en autonomie, en ascension sociale et en dignité. L'angle sous lequel je veux exminer la chose est politico-économique : Il consiste, dans l'esprit du "Manuel du pouvoir", à se demander si la multiplication des acteurs sur le marché du travail (... de la même manière que la mise en compétition internationale entre travailleurs tend à faire aligner le coût du salaire entre les nations à la baisse ) ne serait pas une stratégie permettant potentiellement au grand patronat de progressivement rogner et de manière indolore spolier la part de chacun de ces agents dans le but de long terme de faire baisser le coût de la main d'oeuvre sur les bas salaires. Au début de l'ère industrielle dans les milieux miniers, la chose  pouvait aisément se constater puisque les conditions d'alors obligeaient l'ensemble du foyer, enfants y compris, à se consacrer à la besogne : L'histoire des Misérables nous en retrace la grande épopée . Aujourd'hui, les choses se voient moins, la stratégie semble plus sournoise et progressive en s'appuyant sur la perte de pouvoir d'achat et la hausse des prix... mais tous les foyers de la classe moyenne commencent à comprendre que le travail de "maman" n'est plus un luxe, ...et ce n'est qu'un début,... tandis que l'absence de ce salaire est plus lourdement ressenti chez celles qui ne peuvent s'y livrer faute de moyen de garde des enfants. Cet état de fait est il recherché ? Je crois qu'il ne peut y avoir de hasard en examen de la situation construite sur le niveau Européen . La conquête des libertés fondamentales est un chemin semé d'embûches pour l'ensemble des catégories fragiles fraîchement libérées - Le nouveau statut est dans un premier temps et pour longtemps bien plus précaires que l'ancien si le combat perd de son intensité de la part des nouvelles catégories endormies par des acquis juridiques trompeurs: Il suffit de contempler le sort des Indiens d'Amérique pour s'en assurer. L'acte d'émancipation ne vaut pas titre de fin des hostilités ni indémnisation de l'ensemble des préjudices subis - Il peut sembler indélicat de faire un raisonnement parallèle mais je voudrai mener plus loin ce constat en citant l'exemple lointain de l'abolition de l'esclavage ou de la décolonisation. Il existe ici, mais plus communément ailleurs, aujourd'hui et certainement pour toujours des ouvriers et des citoyens dans le monde qui sont traités inhumainement, comme des "serviteurs" . La dislocation de l'Etat de droit en période de crise politique ou économique, souvent le fruit d'un combat latent ou larvé, ne leur permet plus de garantir les prérogatives qui s'y rattachent malgré l'abolition de cette pratique jugée désuète, abolie dans le texte de loi mais pas dans les faits. Je pourrai étendre ce constat à l'ensemble des situations conflictelles menant une partie opprimée à l'émancipation, probablement encore dans nombreux cas de création de nouveaux éléments subalternes autonomes, fonctionnant en "sous-traitance",... et j'en conclus donc ...

<<... Déclaration de droit suite à un conflit ne signifie pas la fin du combat. Citoyen, méfie toi des déclarations scandés trop légérement par les politiques dans les discours ou textes de loi car les concepts sont comme du poison mortel dans le langage des vilains. Plus une société se protége hypocritement derrière de grands idéaux, plus des instincts antagonistes mal apprivoisés iront à l'encontre de ces résolutions et entreront subrépticement dans les pratiques, moins tu devras baisser les bras pour la pérrennité de tes droits !....>>

...

...

17 - L'homme est un animal -

Je suis parfois moqueur mais toujours sans méchanceté ... car j'ai trop conscience à quel point nous sommes tous faillibles et préférons voir chez autrui ce qui nous hante de voir sur nous mêmes - Cette maxime voudrait remettre chacun à sa place et surtout de nous rappeler que nos civilisations sont encore à des lieux de ce qu'elle prétendent "être". Si nous sommes évolués et civilisés, ce n'est que dans la mesure d'une comparaison avec les espèces apparues bien avant nous et s'étant établies sur des niches écologiques spécifiques. Elles sont aussi méritantes que celle occupée à leur détriment par notre engeance. C'est en voyant quelques sujets cinématographiques ou reportages animaliers que me vient l'idée déplacée selon laquelle il ne suffit pas d'habiller un primate pour en faire un être humain, ni de doter un être humain de quelques technologies pour faire croire à l'apparition d'une civilisation supérieur maîtrisant l'univers dans son entier ... ni les beautés futiles en trompe l'oeil de nos cités ne pourront cacher leurs méfaits pervers et destructeur sur la nature ...

<<.... Placez un primate au commande de quelques technologies que ce soit, exercez le indéfiniment de manière à qu'il conduise avec tempérance, habillez le des plus beaux atours afin de lui donnez quelques élégances, cet être demeurera malgré ces maquillages un animal délivrant ni plus ni moins que le potentiel inhérent à son engeance ....>>

 ...

...

18- Pensées démocrates - (extraits du MDP )

 a- Elections démocratiques & Partis politiques :.......

<<.... Tant que les élections ( ...à l'instar des systèmes d'investitture par des «primaires» ) des régimes dits démocratiques mettront prioritairement en scène un conflit de personne, passant par des joutes verbales et autres jeux théatrales de mise en scène, entre des candidats investis par des partis à défaut d'une présélection directe par les populations  en lieu et place d'organiser par ailleurs un pertinent et préalable débat sociétaire contradictoire multipartite impliquant l'ensemble de la collectivité, par un mécanisme institutionnel de réflexion et conférant au peuple un droit de «proposition-orientation» au sortir de ce dialogue  ( devant s'étaler sur plus d'une année pour en assurer l'exhaustivité ), les populations ainsi administrées ne devront pas s'étonner des lendemains de déception ni de voir ses régimes politiques tourner en dérives autoritaires ou rongés par la corruption. De tels systèmes souffrent en effet d'un vice constitutif qu'absolument rien ne peut corriger à postériori. Ce modèle rhédibitoire ne peut qu'engendrer divers travers dont nous vivons les inlassables péripéties et dont la marque principale consiste en des alternances infructueuses : Ce que l'un fait, l'autre mime de le défaire ou de le refaire, le terrain démocratique étant alors occupé par divers menus travaux ou débats répétitifs de façade. De tels organes politiques, destiné au plébiscite puis à l'intronisation de leader désigné, numériquement restreint par nature et composé d'opinion conquis d'avance, ne peuvent manquer de devenir de terribles machines électoralistes au service exclusif des élites en assurant la direction; les mandats électifs obtenus à la suite de ce procédé de mener à l'octroi d'un blanc-seing au service d'un intérêt catégoriel incarné par la volonté égoïste de ces membres et de leurs soutiens.....>>.    


b - République, d'ici ou d'ailleurs :...

<<.... Je crois désormais moins en l'apparition du phénomène républicain comme l'aboutissement institutionnel des concepts révolutionnaires ou des principes philanthropiques issues de la théorie classique des lumières mais plutôt en l'adaptation graduelle de la réalité politique aux conditions et paramètres strictement nécessaires à l'épanouissement d'un schéma productif déconcentré. Ce schéma atypique novateur, dernier né des stratégies complexes de sujétion impliquant la multiplication ainsi que la délocalisation des pôles de force afin d'assurer sous contrôle et en toute efficacité la continuité des besoins matériels de la société civile. Ce modèle s'est imposé de fait en raison de son extrème efficacité à faire coexister les aspects matériels, le dogme politique théorique et les aspirations psychologiques de la collectivité, mais surtout en conséquence d'une explosion démographique, résultat d'un facteur combiné divisée entre un phénomène de concentration humaine dans les grands centres urbains et une compétition larvée entre des élites inamovibles s'exercant alors dans le cadre d'une dimension spatiale : Le territoire Nationale et ses subdivisions domaniales ou administratives.

La démocratie bipolaire moderne, constituée d'une incarnation "executive" face son contre pouvoir dit "parlementaire" intégrant en réalité majoritairement les diférents pôles de force actifs de la nation et son corollaire du mandat représentatif «non impératif», me semblent alors être les vecteurs matériels  institutionnels «sine qua non» à la naissance et à la survie des fictions républicaines inscrites dans les constitutions. Ces concepts à géométrie variable, étant donné leur extrême élasticité, adaptabilité à la réalité, demeurent les partenaires indispensables et parfaitement appropriés à cette conjoncture puisqu'ils permettent l'intégration des notions éloignant de proche en proche la signification théorique de sa pratique concrète. Je dirai autrement que ce ne sont pas les institutions ni les philosophes qui ont engendré une réalité politique nouvelle mais que c'est bel et bien une pratique économique sociétaire, fondé sur la production de masse s'appuyant sur les données matérielles rédhibitoires issues de l'ancien régime, puisque j'estime son résultat vicié par avance, se généralisant pour satisfaire les besoins de la continuité, qui donna naissance au régime républicain tel que nous le vivons partout dans le monde et en Europe. Ce système correspond, non pas à une représentation de la volonté citoyenne lambda ou à l'application d'un idéal politique mais à l'incarnation dans le système décisionnel des différents lobbies, facteurs et pôles de force présents et strictement utiles sur la scène économico-politique à l'échelon nationale. Sur le fondement de ces nécessités fonctionnelles, quelques concepts politiques furent extraits de la théorie pour servir les paramètres utiles d'un roulement politique indifférent, mélangés à la défense de droits quelconques ne nuisant pas au fonctionnement d'ensemble du système, déformés par diverses techniques de décalage renvoyant la pratique à divers textes collatéraux éparses élaborés en cascade sur des niveaux inférieurs, puis appliqués sur un canevas idéaliste global colorant cette réalité fictive: Ainsi naissent les armatures «CONSTITUTIONELLES PARLEMENTAIRES».  .....>> .

   .... et si cela n'était pas seulement un rêve... quelles conclusions tirer de ces pensées matinales déroutantes  ??

..............................................

c - Intérêt privé et intérêt général -

....<<..  La politique, depuis l'antiquité jusqu'à notre ère moderne et y compris la période d'actualité, correspond moins à ce qui à rapport aux affaires collectives ou à l'intérêt général qu'à l'art rhétorique développé par quelques leaders charismatiques de rassembler, soulever et manipuler les foules pour des mobiles strictement privés mais habilement maquillés sous les atours trompeurs de principes généraux et fédérateurs .....>>.

......... << ... L'union des peuples ne pourra être une réalité, la civilisation ne pourra atteindre les sommets tant que l'être humain sera l'objet d'un commerce inique, que ce soit par son corps, ces produits dérivés, son esprit mais encore par sa force de travail .... >>

. J'insinue que la civilisation demeurera un phénomène archaïque soumis aux sursauts chaotiques tant que notre système politico-économique incluera le cout de la main d'oeuvre comme un paramètre monétaire entrant dans le jeu de la concurrence et de la formation des prix : L'homme est alors traité comme un paramètre indirect commercial par l'intermédiaire de sa force de travail, donc indirectment comme un objet .... . La dénomination ancestrale, désuète selon la terminologie des dictionnaires politiques modernes, de ce commerce de l'être humain s'appelle de "l'asservissement" qui n'est que la forme moderne de l'esclavage. C'est donc la réalité matérielle qui détermine la condition politique au dessus des qualifications littéraires : Il n'est alors qu'à observer la condition des travailleurs les moins fortunés dans absolument tous les pays du monde .... . Qu'en est-il concrétement ? Quelle image en avez-vous ? Mon avis est clair sur le sujet !

Dans cette pensée, j'inclus absolument toutes les époques ainsi que toutes les formes de rapport sociétaires : Politique locale , nationale ou internationale, religion, syndicalisme, regroupement militaire, ......

L'intérêt général est souvent confondu avec un intérêt privé qui se dissimule sournoisement dérrière un vecteur conceptuel "hôte" qui lui sert de caution morale. Ainsi, on intervient militairement pour défendre la liberté de peuples asservis, jamais dans le but de reconquêrir un territoire où s'appliquera prochainement l'hégémonie politique et économique. Untel se (re)lance en politique pour sauver son pays du marasme ou de l'effondrement, non pas dans le but de conquérir le pouvoir et de jouir, lui et son groupuscule, des attributs du pouvoir.

Les vrais leaders de progrés sont des personnages rares qui se sacrifient pour le groupe et qui sont désintéréssés. Ceux qui se donnent un train de vie au dessus de leurs semblables ne sont pas de cette catégorie.

.

d - mondialisation -.

Le rêve de tous les groupes culturels et cultuels consiste en l'extansion des frontières pour atteindre le but ultime, tant convoité en secret, de la mondialisation de son modèle. Ce but est une chimère impossible, sans fondement ni justification tant que ce modèle s'imposera par la force et ne sera pas le fruit d'une entente, d'une progression commune qui corresponde avec l'ensemble des paramètres permettant de relever les défis évolutifs de civilisation. L'ouverture semble donc une nécessité. Cependant, ouverture n'impose pas de tomber dans le chaos anarchique imbécile et de risquer l'implosion. Il est des circonstances qui imposent de provisoirement se protéger ( limitativement ) de certains dangers extérieurs afin de reprendre l'ascension politique universelle dans les meilleures conditions. Il est surtout nécessaire de comprendre, à contrario, que toute évolution sociétaire ne doit pas engendrer un bouleversement soudain risquant de rompre l'équilibre sociétaire. Il s'agit par ailleurs d'un signe révélateur de la maladresse, de la folie des régimes totalitaires que de vouloir comprimer le temps et d'enchainer des réformes démagogiques. J'en formule ici quelques paramètres ...

.....................                                <<... Toute réforme doit être graduelle et s'inscrire dans le temps, au sein d'un espace suffisant pour lui assurer sa viabilité. Les systèmes fermés encourent le risque vital d'un choc ( conceptuel ou autre ) avec les espaces limitrophes. Lorsqu'un système politique ou économique connait un changement majeur, en rupture avec les sytèmes contigus et remettant en cause les piliers conceptuels assurant son fonctionnement, il lui est souvent nécessaire de filtrer un temps ses frontières le temps de discipliner ses agents et de se familiariser aux nouveaux processus ... >>  -

.

 ..19 - théorie du  "Tout" -

<<... Lorsque ta théorie dans son meilleur compromis comporte une contradction, ce peut être soit qu'il manque un terme à ton équation, soit qu'il faille élever son niveau de généralité pour redéfinir les concepts intégrant ta réflexion.  ....>>

... Cette maxime, dans son esprit, trouve entendement tant au niveau individuel pour modifier les raisonnements mais peut encore avoir signification au niveau sociétaire pour servir de principe général au processus de dialogue des collectifs citoyens universel.

.

20 - Empire des hommes et empire de dieu - Cet avertissement s'adresse aux tyrans pour les mettre en garde des conséquences de leurs agissements, et s'avère aussi une belle consolation pour les peuples qui en sont les victimes, même si l'expression incarnée n'empêche pas de contribuer activement à l'action sans céder à la passivité . La moralité concerne l'expression finale de la puissance citoyenne, qui n'est que le reflet de celle dieu : Jamais son empire ne sera construit à la suite d'une conquête armée ou par la contrainte physique. ........

<< ..... Quiconque construit son Empire domanial, matériel ou spirituel par la force devra prochainement à sont tour reculer sous l'action des mêmes contraintes. ... >> 

.

21 - Egalité parfaite : Utopie ou facteur intrinsèque nécessaire à l'évolution des sociétés politiques ? Les mots ainsi que les concepts sont trompeurs - La République est consacrée ici et là ... toujours avec plus d'arrogance d'un clan à l'autre et les déclarations de droit vont bon train pour affirmer que tout va bien - Je ne suis pas du tout d'accord avec ces déclarations pompeuses affirmant une pseudo égalité entre les citoyens . L'égalité affirmée en France ou ailleurs ne sont que des placébos. Pour moi l'égalité oblige à constater la réalité des richesses et possessions au travers de l'ensemble de toute la communauté établie sur les territoires en contact ...... .

<< .... Qu'un seul individu de la communauté détienne plus de quatre fois ce que posséde un autre, que ce soit de la richesse monétaire, des biens, des terres, de l'espace vital, des savoirs ou pouvoirs politiques est le signe d'un problème fondamental et rédhibitoire portant sur la sincérité du pacte politique unissant ce groupe humain .... . >>

.

22 - Ces Petits défauts d'enfance qui deviennent laids à l'âge adulte

Un petit enfant peut parfaitement se permettre de bouder ou de se cacher pour manger quelques gâteaux que cette reaction ne choquera personne. Ces comportements maladroits ou enfantins de la part des tout petits nous semblent si mignons !... comme il semble normal de les condamner fermement lorsqu' ils émanent d'une personne adulte. Cela semble si logique. Les civilisations et les institutions aussi vieillissent. Ce principe vaut donc en tous domaines comme à tous les niveaux - Ainsi, la même question pourrait se poser au niveau des modèles ou système relationnels sociaux dont le temps ne semble pas capable de transformer les contenus à mesure des millénaires ... Et l'on nous vante encore au XXI° siècle les prodiges des modèles relationnels à peine actualisés hérités du moyen-âge. Les fortunes puent - Notre modèle de partage des richesses semble être en décalage avec notre niveau de technologie ! Au regard de notre période de civilisation, nous sommes des vieillards séniles dissimulant nos jouets dans le fond du jardin. Malgré cette longue expérience, au regard des idéaux, nous sommes toujours à l'aube de l'humanité -

<<.... Outrage d'enfant méritera toujours notre indulgence, erreur n'est plus permise à qui perd cette innocence .....>>

.

23 - Régne animal & civilisations ( série de Postulats ) -

.

Les civilisations, à l'image des différentes tentatives du régne animale se suivent et se succèdent comme les ondes liquides continues d'une marée montante, cherchant à vaincre les obstacles d'une matérialité résistante et régressive. Chaque vague précéde une stratification complexe d'ancêtres s'inscrivant désormais comme soubassement dans l'équilibre de la biomasse et suit, à l'exclusion des derniers "fruits" issus de cette création infini, au moins une onde ressemblante qui la sépare d'un degré évolutif supérieur. Chaque maillon de ce processus évolutif, espèce ou civilisation, créé plusieurs embranchements qui peuvent soit disparaître, soit inscrire l'empreinte d'un vecteur vivant ou spirituel indélébile au sein d'une niche écologique de sa catégorie, ou pour finir, s'il possède un potentiel ( physique  ou culturel à condition de ne pas s'être trop spécialisé ) suffisant, reprendre son parcours ascensionnel  adaptatif .

Le rôle et l'utilité de ces postulats doit être de permettre le jugement de l'authenticité et de la faisabillité d'un programme politique présenté par un candidat quelconque aux diverses élections

(- Infra 31 M.D.P -)

- Postulat N° 1-

<< Le schéma relationnel ( politique ou institutionnel ) régissant les modes de fonctionnement d' une collectivité organisée doit être en harmonie d' une part avec la réalité des forces humaines ( sociales, ethniques ) d' autre part avec les relations naturelles établies entre les forces en présence >>.
.

1 BIS - << Un niveau croissant d' harmonie et de symbiose "psychique" semble nécessaire entre les individus d' une même "communauté" à mesure de la croissance démographique des masses en contact;... inversement, lorsque cette symbiose disparait ou n' a pu se concrétiser, la collectivité se divise et décroit pour retomber sur un volume d' individu correspondant à son degré de maturité "socio-relationnelle"- Ce dernier étant lui même le reflet de son développement psychique & instinctif >>
.

- Postulat N° 2-

Les aspirations théoriques sur lesquelles reposent les concepts politiques du système centralisateur doivent être en correspondance avec les tendances psychiques de la composante humaine à l' instant de son application - ( ..."Tendances psychiques" : comprenez < forces naturelles de l' être, telles que la nature les à forger pour assurer sa survie auxquelles s' ajoute le "moule conceptuel" les domestiquant - Ce sont les croyances, rituels alliés au bilan des connaissances "pseudo-rationnelles" > ).
.

- Postulat n ° 3-

Pour être tolérée par la conscience collective, la source de "Légitimité" des organes de pouvoir doit coïncider avec le " Niveau Intellectuel Moyen des Populations"..
.

- Postulat N° 4-

< L' équipe du gouvernement doit disposer de connexions et des liens relationnels effectifs et tentaculaires, officiels ou officieux, avec les entités physiques (... administrations, justice, police et autres corps administratifs, ou de toute autre nature, pouvant diffuser et faire appliquer les orientations sur le terrain en tout point du territoire - que ce soit par la loi et les tribunaux, une discipline militaire ou par l' intermédiaire d' une connivence intéressée avec diverses entités locales ...) pouvant influer, orienter et contrôler le jeu social pour en assurer la direction . Elle doit dans le même temps appuyer son autorité en coopération avec les forces dominantes du schéma économico-social >- ...
.

- Postulat N° 5 :

Cet impératif impose aux autorités une adéquation du schéma de partage du pouvoir ( délégation / péréquation ) et de supervision institutionnel ( Taux d' implication et contrôle par l' ensemble des acteurs politiques dans les rouages de l' appareil collectif ) avec ledit "Niveau Intellectuel Moyen des populations". D' autre part, il commande aux mêmes autorités et pour les mêmes raisons, de redistribuer une fraction des richesses produites par la force collective ainsi qu' une partie plus ou moins significative des prérogatives liées à l' appareil institutionnel, de manière proportionnelle au pouvoir respectif de chaque entité et cela pour chaque protagonistes capables de se hisser sur la scène du pouvoir .
.

- Postulat N° 6 -

< … L'armature "politique" ( aspect constitutionnel ) d'une société demeure strictement lié aux forces humaines ainsi qu'au modèle productif ( modèle de production / répartition des richesses ) qu' il incarne. Cette structuration politique suscite la conservation de cet équilibre et ne peut guère évoluer que dans la limite "élastique"- certes dérisoire - dont nous avons suggéré l' existence . Les prochaines étapes de modification de l' appareil institutionnel de même que des dogmes politiques seront liées à la création d' un nouvel équilibre ( matériel/ Productif & socio-politique ), lui même naturellement et systématiquement engendré par une évolution de la psyché et (ou) du rapport de force entre les composantes humaines ... >.

.

- Postulat n° 6 BIS:

Les hommes de loi se font toujours une vocation de rationnaliser les mouvements sociaux ou la modification du rapport de force entre les composantes sociales , soit pour les structurer soit pour en prévenir les excés, sans toutefois y parvenir ( en dehors des périodes naturelles de stabilisation ) .Les problèmes politiques,culturels, économiques et sociaux sont toujours étroitement liés entre eux, leur réglement doit donc faire intervenir une politique globale touchant simultanément l'ensemble de ces facteurs . Il faut donc se méfier des mesures sporadiques, sectorielles et isolées se mêlant aux anciennes politiques.

< .... Les grands phénomènes et bouleversements sociaux, humains, politiques et culturels apparaissent progressivement et inéxorablement en dehors de tout cadre institutionnel ou légal au delà desquels ils s'imposent par les faits … >.

<<.... Tout programme politique visant un changement de société doit intégrer dans ses élements constitutifs l'ensemble des piliers permettant d'appréhender la réalité qu'il entend bouleverser. Il doit donc se déployer dans la totalité des dimensions incluse du sujet en y intégrant à priori les particularités du nouveau modèle conceptuel ....>>

.

- Postulat N° 7:

Ce principe concerne la "planification" des niveaux de flux psychiques et des schémas sociétaires dans un équilibre "régional"- Ce principe s' adresse à l' ensemble des populations en contact direct et procédant à des échanges -

<<...Des communautés humaines vivant à proximité de manière isolée puis entrant en contact crééent et échangent systématiquement des flux psychiques qui s'équilibrent au profit de l'une ou de l'autre des communautés, proportionnellement au sens et du volume des échanges humains, culturels et matériels. ...>>

.

J'ajoute volontiers à ce principe le complément de ma théorie du conflit permanent :

7 Bis - <<.... Deux peuples politiquement organisés se développant de manière autonome et isolée depuis la nuit des temps qui entrent en contact en raison d'une démographie exponentielle et de l'expansion des empires ne peuvent avoir que des relations conflictuelles. A défaut de la création d'une réelle harmonie citoyenne fusionnant les peuples dans un nouvel ensemble génétique et culturel unitaire, le groupe humain «possédant» des terres et imposant sa volonté ( … culture, domination économique, politique d'expansion territoriale ) sur les nations avoisinantes est toujours celui disposant de la plus puissante armée ainsi que corrélativement de la plus importante population organisée. .... >>.
.

- Postulat N° 8 -

<... A mesure de l' élévation du "NIMP"( ... lorsque celle-ci est rendue possible par les libre expression des échanges psychiques) les pouvoirs centraux tendent à s' affaiblir et à se rationaliser par divers correctifs de contre-pouvoir au sein de structures de proximité, substituant la force, directe ou feutrée, à un véritable consensus évolutif ...>.

.

- Postulats N °9 -

<<.... Pour une meilleure compréhension, les programmes ou philosophies politiques doivent pouvoir s'exprimer, se résumer et s'expliquer par leurs auteurs en quelques idées directrices concises et claires exprimant leur quintessence ( 50 mots ). Le détail de l'idéologie ne trouvera expression que dans un élargissement catégoriel, progressif et séparé des concepts.

Accéssoirement, il pourra ensuite être utilisé une méthode comparative avec les idéaux concurrents permettant de dégager la particularité novatrice des concepts.

Chaque concept doit exprimer les éléments matériels d'une application concrète dans la réalité quotidienne des citoyens de son énoncé théorique jusqu'au bout de sa chaine de réalisation....>>

 


..................................................................... fin extrait manuel du pouvoir - ..........................................................................................

.............

.

24 - vilain péché -

La convoitise me semble être le pire péché de notre monde moderne - Posséder à tout prix et la maximum de choses devient notre priorité - Cet état de fait est la consèquence directe de notre société matérielle de consommation. Nous nous imaginons qu'il faut posséder un maximum de chose pour être quelqu'un de bien. Et nos âmes ? Elles sont en souffrance. Rien de bon ne peut sortir de cette convoitise sans limite. Cette boulimie se solde souvent par une déception face à la réalité de la chose car notre imaginaire symbolique est de loin au dessus de ce que contient réellement l'objet convoité. Déception qui nous pousse à vouloir autre chose ... . Voilà évoquée la clé de voûte du schéma intellectuel soutenue par les médias dans notre économie capitaliste. J'en conclus le principe suivant:

<<... Objet convoité te semble en tous points excellent, celui que tu détiens se révèle désormais décevant ...>>

.

25 - Langage divin encore intelligible pour l'être dit civilisé -

Une question éternelle hante la pensée humaine : Sommes-nous toujours capable d'avoir un dialogue quelconque avec les puissances divines ? Je le crois mais de manière détournée par l'observation puis la réflexion de ce que nous révèle la nature et l'analyse de nos productions artistiques, inconscientes (rêves) ou intellectuelles lors d'une analyse pluridisciplinaire . Encore faudrait-il débattre longuement sur les modalités de ces observations ou de ces productions mais ce n'est pas l'objet du jour et j'en fais ici un raccourci sous la forme d'un aphorisme qui vous fera peut-être réfléchir - 

<<... La connaissance de l'absolu à définitivement quitté notre esprit dans sa forme naturelle avec l'éveil de la conscience d'où émergea le miroir déformant de la culture. Le seul dialogue et dernier contact qui nous est aujourd'hui permis avec l'omniscience tient dans les ersatz de nos productions intellectuelles où l'inconscient à encore sa place : A savoir le rêve et ses produits nobles dans les états de conscience altérée ainsi qu'au travers des symboles culturels, artistiques, architecturaux et religieux .... >>

.

26 - Promesses démagogiques et principes fondamentaux -

Cette élection pestilentielle ( ... pardon présidentielle ) 2017 est encore l'occasion de mensonges et de promesses éhontées qui ne seront jamais tenues ( sauf celles qui rogneront votre pouvoir d'achat ou augmenteront les pouvoirs et richesses des oligarques - L'impôt réduit d'un côté sera augmenté de l'autre : N'oubliez pas que la dette, les banques et les institutions Européennes paralysent toute marge de manoeuvre ) - Je suis choqué de savoir que le système politique puisse permettre de telle inéptie - C'est bien la preuve que notre démocratie se porte mal . La réflexion collective, sincère, plurielle et contradictoire est en panne, la recherche de vraies solutions n'existe pas ! Il n'y a rien à attendre de cette élection ni d'institutions politiques deséquilibrées qui ne prennent en compte que trop peu d'élément de la problématique sociale. Je vous rappelle donc ici le fond du débat, les paramètres fondamentaux qui doivent intéresser prioritairement le peuple :

<<... En période électorale, promesses et surenchères hypocrites vont bon train dans la bouche des démagogues . Peuple, souviens-toi de tes intérêts fondamentaux ! Ces piliers sont : L'état de droit, la séparation des pouvoirs et la pyramide des normes, l'épanouissement intellectuel par l'instruction scolaire, l'égalité des droits, l'accés à une information plurielle, l'existence et la possibilité de participer sans interruption à un dialogue institutionnel, le contrôle démocratique direct des instiuttions politiques par les citoyens ainsi que prioritairement un partage équitable des richesses ... >> -

Tels sont les paramètres concrets permettant d'identifier la sincérité d'un programme politique, la réalité d'un régime démocratique.

.

27 - D.ieu est vérité ? -

Les enfants demandent souvent ce qu'est "D.ieu" !! Sa réalité est elle concevable ? Un résumé en est-il envisageable et même souhaitable ? Est-il seulement une réalité ou un concept imaginaire issu de notre esprit ? Il est un fait, un constat historique que notre psychisme humain en à besoin. Il est au moins un intermédiaire nécessaire et indispensable du fonctionnement culturel humain depuis l'apparition de l'intelligence. Je résume et généralise cette hypothèse en prétendant que son intermédiaire est une réalité subjective incontournable liée à toute forme d'intelligence conceptuelle. Alors, quelle définition pouvons-nous en donner.? Nous n'avons pour l'heure que des définitions paraboliques et anthropomorphes contenues dans les récits dits bibliques. Toutes nos approches sont imagées et romancées au travers d'un récit joué par les hommes. Il est encore impossible à notre échelle humaine d'en formuler une définition objective satisfaisante pour tout le monde.

Pourtant, il nous est permis de l'envisager sous les deux aspects cruciaux de notre univers. J'y insère subjectivement les éléments de ma doctrine. D'un point de vue matériel, je le conçois volontiers comme la somme de toutes les réalités, des énergies et de toutes les choses matérielles de l'univers. La puissance divine est à mon sens potentiellement en choque élément constitutif de ce monde, visible ou invisible. D'un point de vue immatériel, D.ieu est vérité. Cela s'entend à plusieurs niveau. Il correspond d'une part à l'ensemble des informations et réalités que véhiculent les éléments constitutifs palpables ou impalpables de notre bulle d'univers. Cette vérité, considérée comme la totalité de ce que l'homme peut en connaître par la transcription en langage cognitif, en pleine évolution à l'aube du troisième millénaire, ne sera plus seulement connue au travers d'un langage littéraire comme il fut historiquement le cas, mais obtiendra sa consécration dans un langage objectif novateur. A notre niveau, on pourrait donc le concevoir in fine comme la somme encore incomplète de toutes les informations et variables connaissables. Notre mission pourrait consister à entreprendre une recherche, étendre cette connaissance pour rejoindre hypothétiquement le volume de cette totalité. Partir à la recherche de cette vérité absolue est synonyme d'un dialogue ou d'une approche de la chose divine. Nous n'y sommes point encore, bien qu'en chemin, et il est donc présomptueux pour quiconque de prétendre connaître cette vérité ou de parler en son nom comme en étant le représentant. A notre échelle, cette vérité ultime portant sur la description des variables de l'univers doit se décliner ( équation dérivée ) de manière incomplète au travers d'une équation mathématique s'appliquant à toute chose. Vérité absolue définissant entre autre les variables élémentaires de chaque objet dans sa dimension Masse/ énergétique & situation spatio-temporelle. Cette nouvelle approche du réel nous ménera enfin vers une compréhension du lien entre l'inerte et le vivant. Voilà où se situe l'approche divine à l'aube du 21° siècle pour un homme de science et de savoir.

.

28 - Notion de Progrés - 

Notre monde occidental est victime d'une apprence trompeuse. Le progrès est souvent identifié ou associé au niveau de technologie dont peut faire preuve une société.  Le progré serait synonyme de niveau technologique. C'est faux ! Un microcosme ne peut survivre longtemps lorsque un écart important se creuse entre les domaines vitaux qui fondent la réalité des progrés d'une civilisation . L'évolution doit toucher de manière équitable et conjointe les sciences et les techniques manufacturières, les énergies, la culture, les institutions politiques & économiques ainsi que le modèle relationnel du dialogue social, le langage, les jeux, arts et spectacles. Mais qui plus est, cette évolution doit être partagée de manière proportionnelle avec les civilisations limitrophes comme une onde bienfaisante. J'en conclus la proposition suivante ...

<< ... Le progrès ne peut être une découerte isolée s'appliquant à un objet ou un domaine intégrant une seule dimension. Progrés ne peut être décisif et ne vaut que si celui-ci peut s'intégrer dans un projet global pluridimensionnel partagé et unanime de civilisation....>>

Autant dire que cette ambition d'apparence utopique bouleverse complétement notre mode de pensée.

A titre d'exemple, message s'adressant à nos politiques, je considèrerai que notre société politique peut être qualifiée ''d'évoluée'' et moderne lorsque les professionnels ayant la charge de la direction de la cité cesseront de prendre les gens pour des imbéciles en mettant en avant des motifs fallacieux ou des justifications erronées, en décalge complet avec la réalité des aspirations et des besoins. Notre dialogue ainsi que le débat politique d'actualité sont encore l'objet d'un mensonge gravissime contraire à cette notion de progrès dont la technologie cybernétique quotidienne peut être la façade trompeuse. Je qualifierai notre société de moderne et progressiste lorsque nous aurons unanimement convenu d'un paratge ou une répartition équitable des richesses. Notre monde est bouleversé par l'avancée des tehcnologies informatiques, présentée comme décisive, presque comme une panacée. Cela est faux ! Nous n'avons pas réglé le problème des énergies ! Ni aucun des paradoxes liés au développement harmonieux de la personnalité des individus,.... nous sommes en retard au niveau politique car rien ne peut aboutir sans l'harmonie politique dans une communauté ! Nos centres de décision sont encore verticaux au lieu d'être horizontaal - Le dialogue n'existe pas et le seul mécanisme connu et reconnu s'appelle la grêve ou les manifestattions de rue ! Le moyen âge vous dis-je ! Nous n'avons jamais su faire mieux ! Le reste est illusion - Nos économies sont construites sur un modèle dépassé, conçu il y a plusieurs siècles et sont encore le siège d'une compétition qui brise le lien social et met la société sous tension. Non - Rien n'est fait ! Tout reste à faire -

 Jusque là, permettez moi de prétendre que notre société est encore, malgré les apparences, fondée sur un modèle impérial, guerrier et féodal. En avez-vous seulement conscience ?  Le futur ne peut commencer dans un tel chaos -

.

29 - Liberté n'est rien ..

Cette pensée N°29 est liée à la précédente et présente un second aspect de cette même notion. Vous allez comprendre. L'occident serait le continent sur lequel triomphe la liberté et les droits de l'homme. Nous pouvons en être fier car il existe bel et bien ici bas les bases juridiques capables de soutenir le projet de civilisation de demain. Le sol Européen est animé par un socle juridique servant de base fondamentale matérialisé par les déclarations de droit figurant au sommet de la pyramide des normes. Ces principes, traduits en libertés fondamentales, constitutent le socle constitutionnel de nos droits en Europe. Tout y est .... mais rien n'est fait pour achever l'édifice et mener le projet à son terme. La construction est incomplète, de mon avis, car elle est privée de son institution de dialogue et de démocratie participative de proximité permettant aux populations de s'assurer le contrôle de l'édifice. Voilà ou se situe la faiblesse de notre monde politique. Le sommet est là mais il lui manque sa base. Il en va de même concernant l'application de ces droits qui existent potentiellement dans le tes textes fondamentaux mais dont nous savons bien qu'ils sont inaplicables et inappliqués dans les faits parce qu'ils ne trouvent pas les moyens techniques de leur matérialité à chaque phase d'application. Un seul exemple : Le principe fondamental de notre société Française consiste à prétendre '' Liberté, Egalité, Fraternité'' - Quel citoyen un peu informé peut croire qu'il y a égalité entre les citoyens, ..... même d'un point de vue de l'accés au droit ou de l'égalité des chances : Tout le monde voit bien que le pouvoir monétaire corrompt l'ensemble de la pyramide institutionnelle - Qui peut le nier ? Seul un imbécile ou un idéaliste aveugle.  Ces valeurs sont de belles promesses qui ne trouvent pas les moyens de se voir concrétisées car les pratiques de fait y sont contraires et que le droit ne pénétre pas suffisamment en détail ni en profondeur la praxis pour contrer le pouvoir pernicieux de l'argent. Le bourgeon est née sans que la fleur n'ait écclos. C'est le premier aspect de ce mécontentement qui gagne les foules cultivées et instruites du 21° siècle - 

Mais il y a autre chose ! L'actualité significative en ce début 2019 ( gilets jaunes ) et les événements de ces dernières décennies me fait réaliser que malgré la conquête des principes républicains après la révolution Française de 1789, malgré la consécration de l'état de droit, les citoyens ont encore du mal à se sentir totalement à l'aise dans notre société politique. Au moindre problème, tout le monde évoque ses droits en jurant qu'ils sont bafoués, constate une lacune sans savoir précisèment en quoi elle consiste,.... remet en question les dogmes ou les principes fondamentaux de notre démocratie et nombreux sont ceux qui veulent revisiter la totalité de notre légalité. Faudrait-il tout détruire pour reconstruire totalement l'édifice ? Est-ce un problème de fond ... ou une lacune pédagogique, un problème de formulation et d'institution d'application du droit ? ... ou d'enseignement de nos valeurs au sein de l'institution scolaire ? .

C'est en écoutant discuter les citoyens, les commentaires dans la foule, en divers lieux du territoire, que je réalisais progressivement qu'il existe dans l'esprit des populations, outre le problème récurrent de la représentation comme de la corruption, un problème de compréhension concernant le processus historique de construction de notre société. De cette méconnaissance nait une confusion des notions et la remise en cause de la progression des concepts. Connaître un droit,... ses droits !... maîtriser l'ensemble du droit positif, énumérer ses libertés ou l'intégralité du dispositif des droits fondamentaux ne suffit pas pour faire de vous un citoyen averti ! Il faudrait pour cela en comprendre le phénomène justifiant et expliquant son apparition.

Cette connaissance brut ne suffit pas si chaque citoyen n'a pas conscience ni une connaissance au moins approximative du mécanisme d'évolution, de progression des idées et des processus sociétaires & cultuels dans l'esprit de l'être humain. A ce titre, je conseille la lecture salvatrice mais néanmoins complexe du livre de Carl Gustave Jung intitulé '' métamorphose de l'âme et ses symboles". Ce phénomène évolutif et métaphorique y est bien expliqué. L'évolution des institutions politiques ou cultuelles, du droit, par les mouvements sociaux, de l'urbanisme sont le fruit d'une évolution, d'une maturation par palier de l'esprit humain. Notre époque ( 21° siècle ) se caractérise justement par la nécessité de franchir un étage supérieur et les conflits sociaux d'actualité traduisent notre incapacité à franchir le niveau supérieur. Tous les peuples n'évoluent pas au même rythme. Les individus d'une même communauté ne progressent pas à la même vitesse, tous n'évoluent pas sur le même niveau de perception. Nombreux heurts ont pour origine cette confrontation entre les différents paliers culturels qui coexistent au sein du genre humain : C'est l'objet du phénomène que nous connaissons pudiquement sous une terminologie approximative dite ... du "choc des civilisations", du conflit idéologique  EST/ OUEST, .... mais encore entre les différents modèles de gestion des sociétés et que nous qualifions sous les termes alternatifs de royaliste, républicain capitaliste, communistes, etc....

Chaque modèle correspond strictement à un niveau de développement de la psyché du groupe humain considéré. Ce niveau de perception engendre, de manière sine qua non, un modèle sociétaire et un modèle de gestion de l'empire matériel qui lui correspond. De cet ensemble nait alors une construction juridique qui fait la légalité dont les articles se déclinent en déclarations diverses et variées. L'origine de ce module conceptuel, de cet empire matériel se passe donc bien de prime abord par la psyche de l'être humain. .... En avez-vous conscience  ??? Ce différentiel de niveau de perception n'a pas d'importance si une société politique, encore aujourd'hui considérée dans sa dimension territoriale, respecte le niveau atteint par la majorité de sa population ... ( mais il peut consister en une méthode corrompue de gouvernement de modifier ce niveau par une immigration massive afin de proroger la durée de vie d'un modèle dépassé ). Il nous semble logique de voir voler dans le ciel des aeronefs d'une même génération et il peut justement nous paraître complétement anachronique de regarder un vieux morane Saulnier de 1910. Cette conscience de l'ancien, du désuet nous échappe en revanche lorsque nous sommes face à un vieil édifice culturel, politique, économique ou linguistique car leur identification est plus subtile. Le paramètre de fond en cette matière semble être le niveau de perception moyen des populations dont le niveau des institutions scolaires semble être le corollaire . Nos problèmes actuels sont pourtant bien le fruit de cette coexistence impossible,.... du heurt entre les différents moules conceptuels relevant de niveaux de développement contradictoires.

Pour revenir sur notre sujet central, le fait est que cette lacune d'actualité dans la méthode d'apprentissage sur le sujet de l'évolution des institutions et du droit, qui est une réalité en France, conséquence d'un désir pour l'autorité de maîtriser le niveau de perception des populations, engendre un phénomène "d'aller retour" comme de confusion des idéaux. Nos droits comme nos institutions sont le fruit d'une lente évolution historique circonstanciée. La notion de savoir en la matière doit passer par la connaissance du contexte historique et des conditions humaines, psychiques, institutionnelles, matérielles qui en justifient l'existence comme la stricte pertinence. Là se trouve le rôle principal oublié de l'histoire : Son enseignement doit être lié, suivre et expliquer l'évolution de la psyche humaine corrélant celle des institutions culturelles, économiques, politiques. De cette pertinence découle les conditions et les limites logiques du droit conquis, de manière à ce que celui-ci s'applique sans abus dans l'esprit des citoyens et de manière équitable dans l'esprit des juristes qui en définissent la limite légale. Voilà où se situe le point de rupture qui fait que les citoyens discutent à bon ou mauvais escient tous les fondements de notre droit. J'en conclus le principe suivant .......

  <<... Pour assurer la prospérité d'une civilisation, l'édifice culturel, économique et politique doivent être en harmonie parfaite et refléter le niveau de développement psychique de la civilisation au sein de laquelle il s'exprime. A ce niveau de développement psychique correspond d'autre part et de manière sine qua non une forme de légitimité ainsi qu'un modèle relationnel qui se déploie au sein de chaque domaine d'activité de l'édifice sociétaire. Les lois expriment le fonctionnement et les conditions d'exercice des processus sociétaires à condition que celles-ci soient en adéquation avec la réalité mécanique de cet édifice et que les membres de cette communauté aient une bonne compréhension des paramètres contextuels et historiques qui en justifie l'apparition et la stricte nécessité ...>>. 

30 - Satan se donne bonne conscience -

Avoir ou se donner «bonne conscience» semble être un élément commun de justification à tous les dogmes politiques ou religieux, à tous les courants idéologiques , philosophiques depuis l'apparition des grandes religions monothéistes.
Les minorités bien-pensantes, politiques et autres oligarques possédants, l'ont bien compris et ne peuvent déroger à cet exercice périlleux, aujourd'hui médiatisé, de montrer bonne figure aux masses indigentes en faisant croire qu'ils sont magnanimes et généreux, ce qui est un comble et bien évidemment à l'opposé de la réalité dictée par les contraintes de leur position sociale. 
Posséder à l'excés à côté d'une multitude démunie ne peut faire la preuve d'une société épanouie ni d'un partage équitable. Aussi voit-on souvent les nantis se donner bonne conscience en oeuvrant pour quelques organsimes bienfaisants. Ne soyons pas niais concernant la sincérité de ces libéralités dans la bouche des privilégiés. Ces supplications hypocrites sont de véritables jeux de scènes qui sont loin d'être sincères.
Peut-on parler d'un bourreau sympa parce que celui-ci ôte la vie avec grâce et accompagne son geste d' un beau sourire enjoliveur ? Peut-on dire d'un banquier qu'il est généreux parce qu'il donne une fraction de son argent à divers agents économiques en contre partie d'un taux d'intérêt usurier ? Peut-on dire d'un militaire qu'il porte en lui l'amour de la vie lors d'un combat à mort face à l'ennemi ? 
Tout cela semble antinomique pour un esprit logique et rationnel. L'altruisme se mesure sur un ensemble de critères objectifs.
Ne croyez plus ces conteurs d'histoire, journalistes et autres avocats du diable, payés grassement pour hypnotiser les foules et rendre plus tolérable le poids des chaînes. Les maîtres du monde n'ont que peu d'égard pour les gens qui les servent. Ils vous doivent leur richesse mais ne sont pas prêts à un partage sincère. Ils savent bien que le mécanisme de l'économie capitaliste impose de prendre à la multitude pour donner la part du lion à quelques icones auto proclamées. Le reste n'est qu'illusion.
Tout flatteur vit au dépens de celui qui l'écoute: Le tort en revient évidemment aux lieutenants et troubadours complices vivant des débris de ce repas pantagruélique ainsi qu' aux citoyens malheureux vivant des miettes en bout de chaîne, dont le désespoir les prive de lucidité.
De tout temps, de la Rome antique aux Républiques modernes, le prince dispose de dispositifs d'information, de moyens de communication efficaces pour faire connaître les exemples rares et calculés de leur prétendue générosité. La main tendue de la sorte par l'hypocrite dissimule immanquablement une mauvaise intention ou au moins l'attente d'une contre-partie démesurée.
Aussi ai-je connu un patron ignoble se vantant de sa charité pour avoir sauver du chômage quelques mécaniciens alcooliques servitables et corvéables à souhait tandis qu'il complotait par ailleurs moult cabales honteuses pour évincer, par tous moyenns, d'autres employés récalcitrants et hostiles à sa politique.
Ainsi peut-on voir ici et ailleurs plusieurs hommes d'Etat promettre, derrière la bonne volonté innocente de leurs épouses, le gîte et le couverts pour quelques malheureux pendant qu'ils organisent à grande échelle et à grand renfort de calculs cyniques le malheur et la misère pour des millions d'autres compatriotes. 
Ces bonnes intentions de façade ne représentent pas de l'altruisme ni de la générosité mais de la communication pour construire une image usurpée et masquer la réalité d'un portrait machiavelique. J'en conclus un principe général permettant de reconnaître les paramètres de cette sincèrité .....
.
<< … Le véritable altruisme doit être un acte sincère, complétement désintéressé, seulement guidé par la volonté d'aider son prochain. Il doit donc être proportionnel à la capacité matérielle de celui qui donne, être accordé sans volonté de retour et s'exercer sincèrement à hauteur de ce que son auteur connait de l'origine de la situation de détresse. L'acte charitable s'accompagne donc premièrement d'une volonté réelle de connaître et réparer ce qui en est à l'origine mais secondement  de ne contribuer en aucune manière détournée au phénomène responsable du malheur d'autrui. A défaut de remplir ces conditions, cet acte correspond uniquement à une opération de communication hypocrite ou à une compensation maladroite de la mauvaise conscience .... >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site